Les métamorphoses de l’Institut des civilisations – 52, rue du Cardinal Lemoine

Fermé au public en mai 2016, totalement vidé de ses deux cent cinquante occupants, de ses bureaux, espaces communs comme de ses dix-sept kilomètres de collections durant les six mois qui ont suivi, le site dit « de Cardinal Lemoine » dont le Collège de France est l’attributaire, est entré en travaux en janvier 2017.

Quatre pôles, composés de chaires, d’équipes de recherche et de bibliothèques ouvertes au public à partir du master, structurent le futur Institut :

  • Anthropologie ;
  • Extrême-Orient ;
  • Proche-Orient ancien ;
  • Monde méditerranéen ancien, médiéval et moderne.

Les riches collections de la Société asiatique1 reviendront également sur le site.


Consulter la page dans un nouvel onglet

Où en est le chantier aujourd’hui ?

Les façades ont été ravalées et les toitures rénovées pour améliorer l’isolation thermique des bâtiments ainsi que leur esthétique. Des box-carrels, espaces de travail accessibles sur réservation et pouvant accueillir une à deux personnes, ont été créés en façade sur cour, à l’aplomb des bâtiments A et B. Ils seront une quinzaine, dont huit partiellement extérieurs aux façades, pour gagner de l’espace au sol. Ces structures sont en cours d’achèvement.

Façade du bâtiment A avec les box-carrels

Les différents bâtiments ont fait l’objet de travaux structurels de grande ampleur de manière à mettre à niveau tous les planchers et à permettre une circulation en « U » sur l’ensemble du site, étage par étage : plus besoin de franchir une seule marche ni de redescendre dans le jardin pour remonter dans une autre aile, comme c’était le cas précédemment. Une fois muni d’une carte d’accès établie à l’accueil, chacun pourra, en fonction des droits associés à sa carte, circuler dans tout ou partie du site.

De nouveaux ascenseurs ont été installés, à l’emplacement des anciennes cabines vétustes et toutes tombées en panne au fil du déménagement des dix-sept kilomètres de collections, ou en complément des ascenseurs existants : il manquait en particulier une cabine à l’angle de l’impasse Lartigue et de la rue du Cardinal-Lemoine. Elle est désormais installée et opérationnelle.

La cage d’escalier monumentale du bâtiment C a disparu, remplacée par des surfaces de plancher qui, aux premier et  troisième  étages, sont dédiées aux accueils des pôles Extrême-Orient et Proche-Orient ancien. Dans ces accueils, que l’on retrouve aussi aux  rez-de-chaussée et deuxième étage du bâtiment A, accueillant respectivement les pôles Monde méditerranéen et Anthropologie sociale, le visiteur trouvera des chauffeuses, une vitrine d’exposition, des informations sur le pôle, les laboratoires et chaires qui le composent, leurs publications  ainsi que des casiers destinés au stockage des sacs, casques, et autres objets personnels encombrants avant l’entrée en bibliothèque.

L’ensemble des fenêtres a été remplacé, afin de rendre le site plus confortable sur les plans thermique et acoustique. Les installations de chauffage et de distribution de l’électricité ont été entièrement modernisées.

Une nouvelle entrée a été percée sur la rue, au niveau du 52, rue du Cardinal Lemoine ; l’ancien accès de l’impasse Lartigue sera désormais réservé aux livraisons et aux vélos. La nouvelle entrée ouvre sur un grand hall dans lequel un personnel d’accueil délivrera cartes d’accès et renseignements aux visiteurs et où des vitrines donneront à voir l’activité scientifique du site. Depuis ce hall, les visiteurs pourront librement circuler vers la salle de séminaire, les galeries de circulation et d’exposition construites sur l’emprise de l’ancien jardin intérieur, ainsi que vers la cafétéria, elle-même ouverte aux beaux jours sur un petit jardin paysager.

Nouvelle entrée au 52, rue du Cardinal Lemoine
© Moussafir architectes associés / Artefactorylab

Les travaux de finitions sont en cours : peinture, sol, faux-plafonds, luminaires, etc. L’arabesque est le fil conducteur de la décoration intérieure du site. L’architecte, Jacques Moussafir, l’a choisie pour son graphisme à la fois sophistiqué et aérien. Le visiteur la retrouvera par exemple sur les tapis posés au centre des salles de lecture, dont la couleur variera suivant les pôles, au plafond de ces mêmes salles et en toiture des galeries vitrées construites au rez-de-chaussée, le long de la façade intérieure des bâtiments. Ces  extensions sont encore en construction.

Un coloris a été attribué par l’architecte à chacun des pôles : bleu pour le Monde méditerranéen, rouge pour l’Anthropologie sociale, violet pour l’Extrême-Orient, vert pour le Proche-Orient ancien. Il est repris au sol par les cristaux du terrazzo2 de chaque salle de lecture, dans les zones de circulation qui encadrent les tapis et les tables de travail.

Les principaux changements dans les bibliothèques

Les salles de lecture de la bibliothèque Claude Lévi-Strauss, de la bibliothèque byzantine et des bibliothèques d’Extrême-Orient demeurent à leur emplacement antérieur, avec quelques modifications importantes :

  • La bibliothèque byzantine occupera désormais l’ensemble des espaces situés au rez-de-chaussée du bâtiment A et un escalier situé au centre permettra aux chercheurs d’accéder directement aux collections du centre de recherche des études byzantines et de la bibliothèque des études arabes, turques et islamiques, situés juste au-dessus.
Escalier reliant les bibliothèques byzantine et d’études arabes, turques et islamiques
  • L’accès à la bibliothèque Claude Lévi-Strauss se fera par une porte ouverte au centre du mur que décorait précédemment une fresque portant l’inscription suivante « Pour la Patrie les sciences et la gloire »

Sur proposition du Collège de France, l’École Polytechnique conserve désormais cette fresque, démontée avec soin pendant les travaux. La bibliothèque Claude Lévi-Strauss occupe en effet la partie supérieure d’un amphithéâtre alors dédié à l’enseignement de la physique par l’École polytechnique  qui occupait au  XIXe siècle l’ensemble des bâtiments aujourd’hui dévolus au Collège.

Les collections de la bibliothèque d’anthropologie sociale ainsi que les fichiers des Human Relations Area Files ou HRAF3 seront regroupés au fond de la salle de lecture sur deux étages de rayonnages denses mobiles.

L’architecture métallique très délicate de cet espace sera pleinement mise en valeur et sa verrière totalement restaurée.

Salle de lecture de la bibliothèque Claude Lévi-Strauss
  • La bibliothèque du pôle Extrême-Orient reste également à l’emplacement qu’elle occupait précédemment, au premier étage du bâtiment B qui, au XIXe siècle, abritait les collections d’instruments des laboratoires de physique de l’École Polytechnique.

Les piliers qui semblaient supporter sa mezzanine se sont révélés être des trompe-l’œil qui ne jouaient aucun rôle dans la structure du bâtiment. Ils ont donc été démolis, de même que les cloisons des bureaux périphériques, afin de dégager un grand espace destiné à la fois aux quarante places de travail et à des collections en libre-accès : le nombre d’ouvrages librement disponibles est ainsi multiplié par six. Outre les collections les plus consultées de chaque bibliothèque, des ouvrages sur quatre grandes thématiques communes au pôle, le bouddhisme, l’histoire de l’art, les grandes expéditions et l’archéologie, seront extraits des magasins et placés en libre-accès.

Salle de lecture du Pôle Extrême-Orient
  • Les salles de lecture des bibliothèques d’assyriologie et des études ouest sémitiques fusionnent en un seul espace de 278 m², situé au troisième étage du bâtiment B et qui communique par ascenseur avec la salle de lecture de l’égyptologie, troisième composante du pôle Proche-Orient ancien.

Ces bibliothèques continueront de proposer la totalité de leurs collections imprimées en libre-accès, ce qui a constitué un défi en termes d’aménagement intérieur.

Salle du pôle Proche-Orient ancien

Toutes les salles de lecture proposent désormais à leurs utilisateurs une salle de travail en groupe en sus des carrels déjà évoqués, un espace dédié aux nouvelles acquisitions du pôle ainsi que des places de travail destinées à la consultation des fonds précieux, cartes ou archives. Tous les espaces de reprographie sont dorénavant isolés phoniquement.

Les tables de travail seront toutes équipées de prises électriques et le wifi desservira l’ensemble des espaces afin de permettre l’accès aux ressources en ligne dont les bibliothèques du Collège de France, seules ou avec PSL, ont largement accru l’offre ces cinq dernières années.

Le libre-accès reste privilégié grâce à la réimplantation de très nombreux rayonnages denses mobiles.

Perspective de la future salle de lecture du pôle Proche-Orient ancien.
© Moussafir architectes associés / Artefactorylab

La proximité des laboratoires et des bibliothèques, que leurs utilisateurs considèrent toujours comme l’équivalent des paillasses de leurs homologues chercheurs en sciences expérimentales, constitue l’une des caractéristiques de l’Institut des civilisations et l’un des axes du programme de rénovation. Elle est totalement préservée par la disposition des bureaux des professeurs et des membres des équipes de recherche à la périphérie des salles de lecture ou dans les couloirs adjacents.

Pendant que s’accomplit la rénovation des bâtiments du futur Institut des civilisations, les bibliothécaires accueillent le public sur les sites de relogement tout en travaillant à la sélection, la recotation et la préparation de la réimplantation des collections dans les nouveaux espaces mais aussi à l’organisation des nouveaux services.

Pour citer cet article : Anne Chatellier, "Les métamorphoses de l’Institut des civilisations – 52, rue du Cardinal Lemoine," in Colligere, 09/01/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/2835. Consulté le 23/05/2019.

 

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. La Société asiatique (https://www.college-de-france.fr/site/bibliotheques-archives/bibliotheque-de-la-societe-asiatique.htm) est une société savante fondée en 1822, dont l’objet est de promouvoir les langues orientales, publier les travaux et rapports des orientalistes et rassembler la communauté scientifique francophone autour de conférences mensuelles. []
  2. Le terrazzo est un revêtement de sol composé de fragments de pierres naturelles, de marbre coloré et de ciment, le tout poli. Il remonte à l’Antiquité et tire son nom d’une commune italienne de la province de Vérone. []
  3. Retrouvez l’article consacré au HRAF : https://archibibscdf.hypotheses.org/1520 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25/01/2019

    […] article d’Anne Chatellier paru sur le blog des bibliothèques du Collège de France, évoque les travaux de l’Institut des Civilisations que le CFEB, qui y est domicilié, aura […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.