Deux-cents estampages de la bibliothèque des études chinoises en ligne sur Salamandre.

La bibliothèque des études chinoises (anciennement dénommée Institut des hautes études chinoises)  possède une riche collection d’estampages qui sont progressivement numérisés et mis en ligne sur la bibliothèque numérique Salamandre (consultable ici), accompagnés des commentaires d’un spécialiste du domaine, Jean-Pierre Drège.

On appelle estampage à la fois une technique et son résultat. La technique, c’est le procédé qui consiste à reproduire directement et sans inversion de sens d’une inscription figurant sur différents supports (stèle, monument, vase, os, monnaie, pierre à encre etc.), et à la relever sur du papier, selon une méthode qui comporte de nombreuses variantes. Le résultat, c’est l’empreinte, sur laquelle les creux apparaissent en blanc et les reliefs encrés.

L’Empire chinois a développé une longue tradition d’inscriptions sur des stèles en pierre dès l’époque des Han de l’Est (25-220), quand le canon des textes classiques a été gravé sur stèles afin d’être largement diffusé. Elles étaient appelées « classiques sur pierre » (shijing). Sous les Tang (618-907), la réalisation des stèles fut confiée à la bibliothèque impériale. Au XIe siècle, sous la dynastie des Song (960-1279), plusieurs milliers de ces stèles étaient rassemblées dans un temple de l’actuelle Xi’an appelé la forêt de stèles (beilin). Ce site se visite encore aujourd’hui et expose encore 2000 stèles.

Les estampages, destinés à fixer, reproduire et diffuser ces textes, se sont généralisés à partir du VIIe siècle et l’ensemble de ces deux traditions d’inscription et d’estampage a joué un rôle prépondérant dans la diffusion de la culture classique, antérieurement au livre imprimé, dont les premiers exemplaires en Chine datent du VIIIe siècle.

La gravure d’inscription sur objet date quant à elle de l’époque des Song du Nord (960-1127).

L’estampage suppose de disposer de papier et d’encre ; on utilise un papier relativement souple qui réagit sans excès à l’eau. En général, une solution un peu collante de type amidon est utilisée pour faire adhérer la feuille à la stèle durant le relevé de l’inscription.  Le papier, généralement humidifié, est appliqué sur la stèle dont il épouse la surface inscrite puis est encré au moyen d’un alliage de pigment et de liant, avec parfois un adjuvant pour rendre cette encre plus brillante. Plus ou moins diluée, celle-ci est souvent appliquée au moyen d’un tampon. Le papier estampé saisit tous les reliefs du support. La feuille est ensuite détachée puis, dès que l’encre est sèche, pliée en quatre. Si l’inscription à relever est de grande taille, plusieurs feuilles seront utilisées puis réunies en un ensemble de feuilles juxtaposées. Parfois un estampage est monté en rouleau, pour en faire un objet précieux.

Les spécialistes soulignent que l’estampage est un procédé plus lent et plus complexe que celui de l’impression, qui l’a progressivement remplacé dans la diffusion des textes classiques.

Les estampages constituent souvent aujourd’hui la seule trace du support disparu sur lequel figurait l’inscription relevée, ce qui fait d’eux des sources précieuses. Leur ancienneté, la technique, le papier ou l’encre utilisé, la nature de ce qui est représenté jouent aussi un rôle dans l’importance que leur reconnaissent les chercheurs.

La collection de la bibliothèque des études chinoises du Collège de France compte 1350 références, qui seront progressivement mises en ligne. Parmi celles-ci, 600 sont des épitaphes, (reproductions des inscriptions du couvercle d’une urne funéraire, d’un tombeau ou d’une stèle funéraire). Grâce à sa mise en ligne, cette collection encore peu étudiée sera désormais largement accessible aux spécialistes comme aux curieux.

Epitaphe du seigneur Quan spécialement promu, dynastie des Grands Tang
Epitaphe du Grand Maitre de clôture d’audience Zhang, dynastie Sui

Pour en savoir plus

  • Pauline Chassaing, « L’estampage dans la culture chinoise », dans Claude Laroque (dir.), Autour des papiers asiatiques, actes des colloques. D’est en Ouest : relations bilatérales autour du papier entre l’Extrême-Orient et l’Occident (organisé le 10 octobre 2014).
  • Pauline Chassaing : « Papiers et proto-papiers : les supports de l’écrit ou de la peinture » (organisé le 30 octobre 2015), Paris, site de l’HiCSA, mis en ligne en février 2017, p. 49-60.
  • Jean-Pierre Drège. Histoire et civilisation de l’écrit en Chine. In: École pratique des hautes études. 4e section, sciences historiques et philologiques. Livret 12. 1996-1997. 1998. pp. 230-231 (disponible ici).
  • Olivier Venture, Jean-Pierre Drege, Michela Bussotti, Richard Schneider. Catalogue des estampages chinois de l’Institut des Hautes Études chinoises du Collège de France, Collège de France, 2005 (disponible ici).
  • Jean-Pierre Drège, Les estampages chinois de l’Institut des hautes études chinoises, Collège de France, 2018 (disponible ici).

  • La collection du Collège de France en ligne

  • Découvrir la base de données “Les collections d’estampages chinois en Europe”, élaborée avec le soutien de la Fondation Chiang Ching-kuo, résultat d’un travail collectif réalisé sous la direction de Jean-Pierre Drège, par Richard Schneider, auteur du programme informatique de cette base. 
Pour citer cet article : Anne Chatellier, "Deux-cents estampages de la bibliothèque des études chinoises en ligne sur Salamandre.," in Colligere, 30/11/2018, https://archibibscdf.hypotheses.org/2513. Consulté le 22/07/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.