La contribution des photographes à l’égyptologie française dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle

Plusieurs photographes, pionniers dans le développement de la photographie au Proche-Orient, ont travaillé avec les grands égyptologues de la fin du XIXe siècle.

La bibliothèque d’égyptologie du Collège de France conserve, à ce titre, de nombreux tirages photographiques1 dont certains disponibles en ligne. Mis en œuvre depuis 2015, leur traitement systématique a permis de les identifier, de les classer en vue d’un inventaire général et de les reconditionner avec des matériaux neutres convenant aux épreuves photographiques. Ces opérations ont notamment permis de mettre en lumière le fait que parmi ces centaines de documents, plusieurs dizaines présentent une signature au recto. Il s’agit de photographies que l’on qualifie de « commerciales », œuvres de célèbres photographes de la seconde moitié du xixe siècle et du début du xxsiècle tels que : Antonio Beato, Theodor Kofler, Gabriel Lékégian, Pascal ou Jean Sébah, les frères Zangaki et, parfois, de véritables entreprises familiales telles que la maison Bonfils.

Certains documents montrent par exemple qu’Antonio Beato (1825-1905) effectuait des prises de vue à la demande expresse de savants. Émile Béchard (1844-1880) a collaboré avec Auguste Mariette (1821-1881) qui a fait appel tout au long de sa carrière à d’autres photographes célèbres parmi lesquels certains étaient également égyptologues. C’est le cas notamment de Théodule Devéria (1831-1871), conservateur au musée du Louvre dont les premières photographies remontent à la fin des années 1850, ou encore d’Émile Brugsch (1842-1930) dont les clichés ont servi en partie à l’illustration du catalogue du musée de Boulaq2. Brugsch prêta ensuite ses talents de photographe aux fouilles et travaux de Gaston Maspero (1846-1916), entre autres.

Quant au photographe Theodor Kofler (1877-1957), outre sa collaboration avec Theodore Monroe Davis (1837-1915), ses photographies aériennes ont été utilisées par de nombreux chercheurs tels que Georges Daressy (1864-1938). On sait, par ailleurs, qu’Alexandre Varille (1909-1951) a acheté un album de vues de monuments égyptiens, prises entre 1930 et 19353, dont plusieurs clichés ont été reproduits dans ses publications sur la région thébaine. De même, Jean Capart (1877-1947) a utilisé cinq de ces photographies aériennes pour son ouvrage sur Thèbes4, tout comme Paul Barguet (1915-2012) pour son étude de référence sur Karnak5.

Pour les photographes d’extérieur, l’Égypte apparaît comme une destination parfaite pour améliorer leur technique dans des conditions de lumière idéales. Ce sont avant tout les vestiges archéologiques et les paysages qui ont leur préférence. Amateurs et professionnels bénéficient en effet de la primeur des découvertes archéologiques faites à la faveur du déblaiement et du remontage des sites. Ils profitent de cette naissance de l’archéologie moderne pour prendre des clichés toujours plus révélateurs de la richesse du patrimoine égyptien qui fascine tant l’Europe – et en particulier la France – depuis l’expédition d’Égypte (1798-1801). Il n’est pas anodin que, pour les photographies de sites en tout cas, les tirages signés représentent les zones touristiques les plus fréquentées telles que Giza, Louxor, Karnak et la rive Ouest de Thèbes.

Les égyptologues, de leur côté, semblent dans un premier temps collectionner ces photographies pour l’objectivité plus grande et cette illusion d’exactitude qu’elle leur semble offrir en regard des classiques aquarelles et autres dessins ou gravures. Ces tirages parfaitement cadrés et contrastés leur permettent ainsi non seulement de diffuser leurs découvertes, mais aussi et surtout de constituer de précieuses photothèques pour leurs recherches comme pour leurs cours.

Pour localiser les sites mentionnés, retrouvez en fin d’article une carte en cliquant ici.

La photographie, un outil pour les égyptologues ; les fouilles archéologiques, une opportunité pour les photographes

Les tirages de la bibliothèque d’égyptologie, isolés sur support papier ou contrecollés sur des planches cartonnées pour faciliter leur manipulation et leur classement, illustrent donc les collaborations fructueuses entre photographes – amateurs ou professionnels – et savants présents sur les sites archéologiques. Ils révèlent également les nouvelles techniques photographiques expérimentées à cette époque permettant, entre autres, de fournir des niveaux de détails et de contrastes qui vont tant bénéficier à l’égyptologie française. Les exemples ci-après apportent des éléments de compréhension sur les associations entre ces deux domaines.

Antonio Beato (1825-1905)

Signature d’Antonio Beato

Un premier lot de photographies est signé : « A. Beato ». Photographe italien, Antonio Beato fut actif en Égypte dès l’année 1857 et plus précisément au Caire de 1859/60 jusqu’en 1862, également à Port-Saïd de 1861 à 1862, puis à Louxor de 1862 à 1905. Il fut l’un des photographes d’Égypte les plus prolifiques. Ses photographies couvrant tous les aspects du pays furent fréquemment publiées dans des albums de voyage dès la fin du xixe siècle. Il fut en outre l’un des rares professionnels à s’être installé en Haute-Égypte dès 1862, loin de ses confrères qui privilégiaient les métropoles du Caire, Alexandrie ou Port-Saïd, et également le seul à exercer son art aussi longtemps au même endroit.

Sur le plan technique, il fut l’un des premiers à utiliser une nouvelle surface sensible : le collodion. Son laboratoire était fréquenté par de grands noms de l’égyptologie : Auguste Mariette, Gaston Maspero, Ludwig Borchardt (1863-1938), Georges Daressy, Georges Legrain (1865-1917), Émile Chassinat (1868-1948), Howard Carter (1874-1939) et beaucoup d’autres encore. De fait, dans les années 1880, il semble même que Beato effectuait des prises de vue à la demande des savants6 puis elles étaient envoyées en Europe, collées dans des albums7. À partir de 1895, ses rapports se resserrèrent encore avec le milieu archéologique, notamment avec Georges Legrain lorsque ce dernier est nommé directeur des travaux à Karnak à partir de 18958. De même, Beato effectua une série de photographies de Kôm Ombo lors du dégagement du temple par Jacques De Morgan (1857-1924)9.

À la mort de Beato en 1905, à l’instigation de Georges Legrain pour le compte du service des Antiquités, Gaston Maspero, conscient de l’immense contribution du photographe à l’archéologie égyptienne, fit le nécessaire pour racheter et conserver au musée du Caire une partie importante de sa collection contenant environ trois cents clichés sous la forme de négatifs au collodion sur plaques de verre10.

Les tirages Beato présents à la bibliothèque d’égyptologie offrent un bel exemple de ces vues archéologiques. Il s’agit de tirages papier, de couleur sépia, collés ou non sur des supports cartonnés, de dimensions variables (27,5 x 21,5 cm ; 26 x 20 cm ; 24 x 29,5 cm). Les principaux sites concernés sont les temples de Séthi Ier à Abydos et de Médinet Habou sur la rive Ouest de Thèbes ou encore l’île de Philae.

Fig. 1. Thèbes Ouest, Médinet Habou : temple funéraire de Ramsès III, 2e cour

Quelques-uns de ces tirages portent, au dos, des notes manuscrites, en particulier ceux qui concernent Abydos et Médinet Habou. Ces annotations suggèrent que ces tirages appartenaient à Georges Daressy, figure marquante de l’égyptologie française au tournant du siècle11. À sa disparition en 1938, le Collège de France a reçu de sa veuve sa bibliothèque ainsi que ses archives comprenant de multiples dossiers de travail. Or, au cours des trente-six années qu’il a passées en Égypte, Daressy a supervisé de nombreux travaux de déblaiement et de consolidation dans les temples de Louxor (1891-1893), et surtout de Médinet Habou (de 1894/95 à 1900) et d’Abydos (1898), pour lesquels il semble s’être constitué une véritable photothèque auprès de Beato.

Maison Bonfils

Signature de la maison Bonfils

Parmi les archives iconographiques, quelques tirages, collés ou non sur carton, portent la signature « Bonfils ». Elle évoque la maison Bonfils et en particulier Félix Bonfils (1831-1885), photographe français, originaire d’Alès, qui ouvrit un atelier photographique à Beyrouth12 et prit des clichés en Égypte au cours de missions ponctuelles effectuées entre 1867 et 188113.

Cette entreprise familiale a été la première à mettre en place une stratégie commerciale.

Parmi les vues conservées, on retrouve les temples de Karnak et Médinet Habou, avec la deuxième cour du temple funéraire de Ramsès III. Ce dernier document porte, comme pour les clichés de ce lieu pris par Beato, des annotations de la main de Daressy, responsable des travaux de déblaiement et de consolidation du site.

Fig. 2. Thèbes Est, Karnak : temple d’Amon, obélisques de Thoutmosis Ier et d’Hatshepsout, salle hypostyle en arrière-plan

Theodor Kofler (1877-1957)

Signature de Theodor Kofler

Plusieurs images du fonds d’archives de la Bibliothèque d’égyptologie portent le nom « Kofler ». Elles existent à la fois sous forme de plaques de verre et de tirages papier de format 13 x 18 cm. Ces derniers, noir et blanc avec un encadrement blanc et collés sur support cartonné, présentent d’exceptionnelles vues aériennes de la région thébaine explicitement datées de l’année 1914.

Theodor Kofler, austro-hongrois d’origine, fut présent en Égypte à partir de 1903/1904 jusque dans les années 1940. En janvier 1907, il collabora avec l’égyptologue Theodore M. Davis pour photographier la tombe KV 55 14et, la même année, ouvrit un atelier au Caire – le Kofler Cairo Studio. Il est surtout connu par les égyptologues pour avoir réalisé d’incroyables vues de monuments égyptiens prises, pour celles de 191415 au moins, depuis un avion Farman moteur Gnome.

Fig. 3. Thèbes Ouest, Médinet Habou : vue aérienne du temple

 

L’un des tirages gélatino-argentiques conservé à la bibliothèque d’égyptologie présente une vue aérienne des temples de Médinet Habou, un autre le temple de Séthi Ier à Gourna et le dernier le Ramesséum, temple funéraire du roi Ramsès II, avec les colosses de Memnon en arrière-plan. Les deux premiers au moins portent eux aussi, la marque de Daressy.

Gabriel Lékégian & Co (act.1887-1925)

Signature de Lékégian & Co

Quelques tirages de la bibliothèque d’égyptologie sont signés « G. Lekegian & Co », référence à Gabriel Lékégian et ses collaborateurs, actifs en Égypte entre 1887 et 1925. D’origine arménienne, Lékégian fait partie de ces photographes comme Beato, Béchard ou les frères Zangaki qui ont finalement élu domicile en Égypte ; il semble qu’il soit installé au Caire dès 1887. L’une de ses particularités est d’employer des chambres grand format utilisant des plaques sèches au gélatino-bromure d’argent16.

Parmi les tirages de la bibliothèque, plusieurs épreuves sur papier, couleur sépia, aux dimensions analogues (env. 21 x 27,5 cm), présentent non seulement des vues du plateau de Giza avec le Sphinx et les pyramides, de Saqqâra avec la pyramide de Djéser, mais également une vue rapprochée d’un relief du temple de Séthi Ier à Abydos. Un autre tirage offre, là aussi, une vue de la deuxième cour du temple funéraire de Ramsès III à Médinet Habou ; ce cliché permet même de préciser la datation des travaux de déblaiements de Daressy entre 1891 et 1894.

Fig. 4. Giza : sphinx et pyramide de Khéops en arrière-plan

Pascal Sébah (1823-1886) ou Jean Sébah (1872-1947)

Signature des Sébah

Sur les épreuves des archives, une signature, qui apparaît tantôt sous « P. Sébah », tantôt sous « J.P. Sébah », prête à confusion. À partir de 1873, Pascal Sébah fut actif au Caire où il créa un atelier, repris en 1888 par son fils, Jean. Ce dernier prit alors l’habitude d’accoler l’initiale de son prénom à celle de son père, y compris pour ses propres clichés17. Seuls les tirages portant la mention « P. Sébah » sont donc – en principe – attribuables sans ambiguïté à Sébah père, alors que ceux qui présentent des événements ou des états de monuments postérieurs à 1886 ne peuvent être que l’œuvre de Sébah fils.

Sur ce tirage qui présente une vue en plongée des deux salles hypostyles du temple funéraire de Ramsès III à Médinet Habou, c’est « J.P. Sébah » qui figure, ce que corroborent les dates des travaux de Daressy sur le site.

Fig. 5. Thèbes Ouest, Médinet Habou : temple funéraire de Ramsès III, salles hypostyles

Les frères Zangaki (actif entre 1870 et 1915)

Signature des frères Zangaki

À ce jour, le plus grand nombre de photographies commerciales identifiées dans les fonds de la bibliothèque sont signées : « Zangaki ».

Constantin et Georges Zangaki, deux frères d’origine grecque, furent actifs en Orient entre 1870 et 1915. Parallèlement à l’exploitation d’un studio à Port-Saïd entre 1870 et 1890, ils mirent en place une solution originale en proposant de réaliser une partie de leur production en se déplaçant à bord d’un laboratoire ambulant. L’un des deux frères réalisait les prises de vues et le second effectuait les développements et tirages des négatifs.

La quinzaine de tirages papier signés « Zangaki » actuellement retrouvés dans les archives égyptologiques sont de couleur sépia, collés ou non sur carton, et de dimensions avoisinant 21 x 28 cm. On y retrouve les sites favoris de l’époque, à savoir : le plateau de Giza, les pyramides et tombes de Saqqâra, le temple de Séthi Ier à Abydos avec des vues de détails de certaines scènes, le temple d’Amon à Karnak et le temple funéraire de Ramsès III à Médinet Habou avec une vue sur les deux salles hypostyles rappelant celle de J.P. Sébah.

Fig. 6. Giza : plaine inondée et pyramides

Conclusion

Témoignages émouvants de l’évolution de la technique photographique dans le courant du XIXe siècle, ces tirages rappellent que l’Égypte et sa lumière offraient un parfait terrain d’expérimentation aux photographes désireux d’améliorer leurs techniques, des premiers daguerréotypes à l’épreuve du climat égyptien utilisés par le peintre Horace Vernet et son neveu Frédéric Goupil-Fesquet aux expérimentations sur papier et chambres noires conçues pour les manipulations chimiques du voyageur. En effet, l’ensoleillement exceptionnel en Égypte et sa régularité permettaient de diminuer le temps de pose et d’augmenter le contraste sur le négatif.

Pourtant, le procédé du papier humide était long et méticuleux sans oublier les grandes difficultés rencontrées concernant le transport de l’outillage nécessaire, souvent bien fragile et sensible aux fortes chaleurs. Par ailleurs, nombre de ces photographes ont combiné leur vocation d’artiste à celle de chimiste, chacun effectuant ses mélanges pour améliorer la qualité de ses clichés.

Dans les année 1880, certains photographes, dont Beato ou Lékégian, ont fait preuve d’une grande dextérité en manipulant des chambres grand format avec des plaques sèches au gélatino-bromure d’argent qui permettaient de réaliser des tirages de grandes dimensions vendus assez cher aux voyageurs et touristes. Photographes et égyptologues se mêlent et s’emploient à utiliser ces techniques. C’est le cas de l’archéologue allemand Karl Richard Lepsius qui s’essaiera au daguerréotype, de l’égyptologue Auguste Mariette ou, encore, de Théodule Devéria.

Ces paysages, monuments et détails de scènes et d’inscriptions hiéroglyphiques enrichissent considérablement le champ d’études des savants et les collaborations pour y parvenir ont été nombreuses.

Grâce à ce type de photographies, les chercheurs peuvent aujourd’hui accéder non seulement à une vision de l’Égypte aux paysages plus primitifs, mais à des renseignements sur des scènes ou inscriptions moins bien conservées avec le temps, des vues de sites archéologiques bouleversés par de grands travaux de reconstruction qui nous rappellent que nombre de grands noms de l’égyptologie sont intervenus pour leur redonner sens et splendeur, offrant une image actuelle qu’il convient parfois de tempérer18.

Fig. 7 : Sites mentionnés dans le texte (marqués par une étoile). Pour voir en plein format : clic droit, ouvrir dans un nouvel onglet, puis zoomer.

 

(Revenir au début de la page)

Bibliographie sélective

  • Aubenas S., « Un fonds de photographies unique sur l’Égypte » dans S. Aubenas, E. Delange [et al.], Visions d’Égypte. Émile Prisse d’Avennes (1807-1879). Catalogue d’exposition présentée par la Bibliothèque nationale de France du 1er mars au 5 juin 2011, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2011, p. 119-139.
  • Cazentre Th., « Photographes du Caire dans le dernier tiers du XIXe siècle : les ateliers commerciaux » dans M. Volait (éd.), Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Paris, A. et J. Picard, 2013, p. 227-244.
  • Chemali Y., Perrot A.-H., « Le regard des photographes commerciaux. Quelques clichés du fonds égyptien de la Collection Fouad Debbas à l’étude », Les Cahiers de l’École du Louvre 5, 2014, p. 47-57.
  • D’Hooghe A., Les trois grandes égyptiennes. Les pyramides de Gizeh à travers l’histoire de la photographie. Exposition au musée de la photographie à Charleroi (Belgique) du 12 mai au 1er septembre 1996 ; Mission du Patrimoine photographique, de la Direction du patrimoine au Ministère de la Culture du 24 septembre 1996 au 5 janvier 1997 (Hôtel de Sully à Paris, dans le cadre du mois de la Photo), Paris, Marval, 1996.
  • Fiorelli Malesci Fr., Voyage en Orient : l’Égypte du photographe Émile Béchard vers 1870-1880. Catalogue d’exposition, Musée national et domaine du château de Pau, Maison Baylaucq du 7 novembre 2014 au 30 janvier 2015, Pau, Musée national du Château de Pau, Florence, Museo di Casa Martelli, 2014.
  • Hüttner M. (éd.), « Ägypten in Frühen Fotografien 1849-1875 » dans Von Alexandria nach Abu Simbel. Catalogue d’exposition présentée à Vienne, Kunst Historisches Museum, 7 juin-25 septembre 2016, Kunsthistorisches Museum Wien, Vienne, 2016.
  • Perdu O., Daressy : un savant, des archives. Trente-six années en Égypte au tournant du XXe siècle. Catalogue de l’exposition qui s’est déroulée du 6 au 22 mars 2017 (Collège de France, 11, place Marcelin Berthelot, Paris 5e), Collège de France, Paris, 2017.
  • Piacentini P., (éd.) Egitto dal cielo 1914 : la riscoperta del fotografo pioniere, prigioniero, professionista Theodor Kofler. Catalogue d’exposition (Milan, Università degli Studi, 11 février-13 mars 2015 ; Rome, Accademia d’Egitto, 16 avril-16 juillet 2015), Phasar Edizioni, Florence, 2015.
  • Piacentini P., « Theodor Kofler et les premières photographies aériennes de monuments égyptiens », BSFE 190, 2014, p. 33-36.
  • Khemir M., « Le miroir et le temps. Des photographes en Égypte », catalogue de l’exposition intitulée « Voyages en Égypte de l’Antiquité au début du XXe siècle » présentée au Musée d’art et d’histoire de Genève du 16 avril au 31 août 2003, Musées d’art et d’histoire La Baconnière/Arts, Genève, p. 259-278.
  • Khemir M., L’Orientalisme : l’Orient des photographes au XIXe siècle, Centre National de la Photographie & Institut du Monde Arabe, Paris, 1994.
  • Le Guern N., L’Égypte et ses premiers photographes. Étude des différentes techniques et du matériel utilisés de 1839 à 1869, mémoire de DEA en Histoire des techniques, EHESS, Paris, 2001.
  • Réveillac G., Trésors photographiques d’Égypte : Antonio Beato, photographe de la Haute-Égypte de 1859 à 1905, Actes sud, Arles, 2017.
  • Réveillac G., « Les collections photographiques Beato Gaddis-Seif, Adly-Leichter », Cahiers de Karnak 11, 2003, p. 515-524.
  • Simoën J.-Cl., Égypte éternelle. Les voyageurs photographes au siècle dernier, J.-C. Lattès, Paris, 1993.
  • Volait M., Le Caire dessiné et photographié au XIXe siècle, Picard CNRS Institut national d’histoire de l’art, Paris, 2013.

Pour citer cet article : Cécile Bernal, "La contribution des photographes à l’égyptologie française dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle," in Colligere, 12/12/2018, https://archibibscdf.hypotheses.org/1904. Consulté le 20/01/2019.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Y sont également conservés les tirages photographiques d’Émile (1844-1880) ou Hippolyte Béchard, Luigi Fiorillo, actif de 1870 à 1890, Rudolf Lehnert (1878-1948) et Ernst Landrock (1878-1966), tous deux présents en Égypte entre 1924 et 1930, Péridis installé à Port-Saïd vers 1870, ou encore Georges Seif de 1910 à 1930 avec Abdallah Attyé Gaddis. []
  2. Voir G. Réveillac, 2017, p. 155. []
  3. Album de vingt-deux vues aériennes aujourd’hui conservé aux archives égyptologiques de l’université de Milan. Voir P. Piacentini, 2014, p. 23-26. []
  4. Thèbes. La Gloire d’un Grand Passé, 1925. Voir P. Piacentini, 2014, p. 27. []
  5. P. Barguet, Le temple d’Amon-Re à Karnak, [1962] rééd. 2007. Ibid., p. 28. []
  6. Nombre d’égyptologues avaient fréquemment recours aux services de Beato. C’est le cas de Charles Edwin Wilbour. Voir G. Réveillac, 2017, p. 32-33. []
  7. À Paris, les établissements Varroquier, Pougnet ou Ziegler distribuaient les images des photographes établis en Orient. Ibid., p. 33, note 55. []
  8. Ibid., p. 34-35. []
  9. Ibid., p. 36. []
  10. Ibid., p. 30-31. []
  11. Voir O. Perdu, 2017, p. 23. []
  12. Voir Fr. Fiorelli Malesci, 2014, p. 24 ; Th. Cazentre, 2013, notes 16 à 19. []
  13. La bibliothèque d’égyptologie a récemment bénéficié d’un don de la famille Bonfils de plusieurs centaines de photographies et documents d’archives. L’ensemble est actuellement en cours de traitement. []
  14. Voir P. Piacentini, 2015 ; ead., 2014, p. 35. []
  15. D’après P. Piacentini, op. cit., p. 31, cette série de clichés daterait soit de la fin du mois de janvier, soit du début du mois d’avril 1914. []
  16. Voir N. Le Guern, 2001, p. 57 ; Y. Chemali, A.-H. Perrot, 2014, p. 48. []
  17. Voir la notice de « Jean-Pascal Sébah » (http://data.bnf.fr/14496726/jean-pascal sebah consulté le 8 janvier 2018) ; M. Khemir, 2003, p. 261 ; Y. Chemali, A.-H. Perrot, 2014, p. 48. []
  18. Je tiens à remercier, pour leurs relectures et conseils, Mme Elsa Rickal et M. Alain Arnaudiès ainsi que Mme Sepideh Qaheri. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.