Les poupées katsinam, collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France (épisode 2)

Lire le premier épisode.

Cet article a été rédigé en collaboration avec le regretté Patrick Pérez †.

 

Hopi : poupée katsina KokpölöMana, Mouche-de-la-Mort-Dame. Collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France. H. 19 cm

Poupée katsina KokpölöMana, Mouche-de-la-Mort-Dame

Le kokpölö désigne pour les Hopis un insecte ayant le pouvoir de tuer avec son rostre, mais en tant que katsina, c’est une figure de la fécondité humaine très vénérée. Lors des cérémonies publiques, pendant que les katsinam principaux dansent sur la place, le kokpölö-dame fait mine de copuler avec les petits garçons qui observent la cérémonie (le kokpölö-mâle fait la même chose avec les petites filles), soulevant l’hilarité générale.

Hopi : poupée katsina KokpölöMana. Collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France. H. 30 cm

Poupée katsina KokpölöMana

C’est une autre variété de Mouche-de-la-Mort-Dame.

Hopi : poupée katsina SioQa’öKatsina, Katsina-du-maïs-Zuñi. Collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France. H. 22 cm

Poupée katsina SioQa’öKatsina, Katsina-du-maïs-Zuñi

Les peintures corporelles de ce katsina du maïs d’origine zuñi montrent qu’il danse pour de grosses pluies (la « pluie mâle »), souvent recherchées vers la fin juin, et associées à la région zuñi.

Hopi : poupée katsina, probablement Talavahi, Celui-de-l’Aube-qui-peint. Collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France. H. 25 cm

Poupée katsina, probablement Talavahi, Celui-de-l’Aube-qui-peint

Il s’agit de la fonction « picturale » de Soleil ; c’est en effet lors de cette aube – il y a trois aubes pour les Hopis – que Soleil peint le monde.

Hopi : poupée katsina Tsosputsi, Le-Mohave. Collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France. H. 19 cm

Poupée katsina Tsosputsi, Le-Mohave

Ce katsina représente le peuple Mohave, établi le long du Colorado, entre la Californie et l’Arizona. Lors de la guerre ou des rituels, les Mohaves avaient l’habitude de se peindre le corps avec des bandes alternées noires et blanches.

Hopi : poupée katsina SioSalakoKatsina, Le-Katsina-Shalako-Zuñi. Collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France. H. 38 cm

Poupée katsina SioSalakoKatsina, Le-Katsina-Shalako-Zuñi

Ce katsina représente une déité d’origine zuñi, ici dans sa variante mâle, célébrée en juillet, et portant une robe tissée en plumes d’aigle. Les géants Shalako vont en couple et sont très sacrés, très puissants et très dangereux.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International



Citer ce billet
Philippe Descola (2024, 3 avril). Les poupées katsinam, collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France (épisode 2). Colligere. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5mi

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search