Mise en ligne de l’inventaire du fonds Jean Baruzi. Entretien avec Frédérique Pailladès

Jean Baruzi (1881-1953) a occupé la chaire d’Histoire des religions au Collège de France de 1933 à 1951. Il avait auparavant suppléé Alfred Loisy (1857-1940) sur cette même chaire, dès 1926, étant alors un jeune quadragénaire.

Son dossier administratif, comme pour tous ses collègues professeurs du Collège, est conservé à la cote 16 CDF, au numéro 19 ; des pièces le concernant (correspondances, rapports, etc.) se trouvent en outre dans les dossiers administratifs d’autres professeurs tels que Marcel Bataillon (16 CDF 20), Alfred Loisy (16 CDF 268), Louis Lavelle (16 CDF 231) et Paul Pelliot (16 CDF 334). Le fonds Jean Baruzi  quant à lui, a le statut d’archive scientifique, de nature privée, et c’est ce dernier que vous avez eu à décrire, selon un classement raisonné, sur la plateforme Salamandre, inventaire en ligne et bibliothèque numérique des archives du Collège de France.

Portrait de Jean Baruzi extrait de la photographie de groupe des professeurs du Collège de France dans la cour d’honneur du site Marcelin Berthelot, datée du 21 juin 1942 –  Collège de France. Archives. Professeurs. Photographies collégiales (4 Fi 2)

Laure Léveillé : Que savez-vous des modalités d’entrée du fonds scientifique  Jean Baruzi aux archives du Collège de France ? 

Frédérique Pailladès : Le fonds est un don fait au Collège de France en 1953, probablement par le comte Pierre Baruzy [telle est bien l’orthographe de son nom], cousin de Jean.

Ce fonds a passé quelques années à l’IMEC (Institut Mémoire de l’édition contemporaine, à l’abbaye d’Ardennes près de Caen) de 2000 à 2013 précisément, où il a fait l’objet d’un conditionnement approprié à la conservation et d’un premier inventaire papier, disponible à la demande des chercheurs. Son traitement m’a été confié en 2019 pour sa description sur la plateforme Salamandre des archives du Collège de France, ce qui a demandé quelques opérations préalables de reclassement.

Les dossiers de « Notes », en particulier, étaient moins décrits dans le détail ; beaucoup de ces notes étaient restées « non identifiées ». En me plongeant dans le contenu de ces notes diverses, j’ai tenté de regrouper des lots par thématiques : par exemple, ayant repéré plusieurs fois le nom d’Erasme, j’ai choisi de regrouper les notes éparses où l’auteur de la Renaissance apparaissait, et ainsi de suite pour tout ce qui se rapportait à l’Humanisme – un exemple parmi d’autres, afin que les chercheurs puissent déjà aborder ces « Notes » à l’aide d’un index des noms plus fourni.

Quelle est la volumétrie de ce fonds et combien de temps y avez-vous consacré ?

Au terme du traitement complet, qui m’a pris environ 4 ans (ce n’est pas ma seule tâche et puis les années Covid ont un peu contrarié mon avancée sur le traitement de ces archives), ce fonds tient dans 12 cartons Armic (40x31x38 cm.) – type de carton que l’on a choisi d’adopter pour optimiser et harmoniser le rangement dans les nouveaux magasins d’archives ouverts en 2014 et équipés de rayonnages mobiles. Ces 12 cartons occupent 4 mètres linéaires sur les étagères, ce qui représente un « petit » fonds relativement à d’autres conservés ici.

Mais on peut y ajouter les correspondances sortantes (c’est-à-dire envoyées) de Jean Baruzi dans les fonds d’autres professeurs : par exemple dans celui de Marcel Bataillon, à la fois collègue et administrateur, proche et ami. Il y a aussi de la correspondance émise par Baruzi – plus rare dans les fonds où, logiquement, la correspondance entrante (reçue) est majoritaire.

Quelles sont les principales caractéristiques matérielles des pièces que vous avez inventoriées ?

L’état général de conservation des papiers est plutôt bon. En revanche, l’écriture de Jean Baruzi est très difficile à déchiffrer, presque illisible. Pour le début de sa carrière, ça va encore, mais au fur et à mesure son écriture se dégrade ; j’ai eu beaucoup de mal, comme avec celle du fonds Schaeffer [Claude Schaeffer, détenteur de la chaire Archéologie de l’Asie occidentale de 1954 à 1969, connu pour les fouilles du site d’Ougarit dont les archives du Collège de France conservent entre autres les moulages de tablettes effectués par le savant sur place]. En revanche, Marcel Bataillon, collègue et ami de Jean Baruzi, et dont j’entreprends actuellement l’inventaire du fonds, a une écriture limpide. [Marcel Bataillon a occupé la chaire de langues et littératures de la péninsule Ibérique et d’Amérique latine de 1945 à 1965 ; il a en outre été l’Administrateur du Collège de France de 1955 à 1965.]

En termes de contenu, ce qui intéresse les chercheurs au premier chef, quelles sont les grandes lignes directrices de votre classement ?

Déjà, il y a tous les cours professés au Collège, ce qui correspond à la dernière étape de sa carrière, sur 17 ou 18 années, de 1933 à 1951 : c’est une énorme part de ce fonds scientifique de professeur, ce qui n’est pas toujours le cas dans les autres fonds de même statut que nous conservons ici.

Ensemble de notes et textes préparatoires de cours donnés au Collège de France (82 CDF 18-a, 82 CDF18-b et 82 CDF18-c)

Oui, c’est important de le souligner car les chercheurs sont parfois surpris de ne pas trouver l’intégralité des notes de cours lorsqu’ils viennent consulter un fonds de professeur. Nous avons eu déjà l’occasion de le signaler dans divers billets de Colligere.

À ce propos, j’ai repéré aussi des traces de textes destinés à l’Annuaire du Collège de France pour le résumé du cours de l’année écoulée, résumé qui est systématiquement demandé à chaque professeur par l’Administrateur. Cela peut être intéressant de confronter les textes préparatoires de ce résumé « officiel » avec la version imprimée définitive que renferment les Annuaires.

Il y a non seulement les cours rédigés par Jean Baruzi mais tout un ensemble de notes de cours, notes de travail, et de documentation à l’appui de ces enseignements qui sont, rappelons-le, le témoignage de la « recherche en train [voie] de se faire » selon la formule consacrée au Collège par Ernest Renan.

On trouve en outre des manuscrits de ses ouvrages et même un manuscrit d’ouvrage en préparation, qu’il n’a pas eu le temps de terminer, et donc précieux à cet égard : le titre prévu était Dürer et la vie religieuse de son temps.

À votre connaissance, aucun chercheur jusqu’à présent n’a évoqué une éventuelle publication posthume ? Qui seraient les ayants-droit à consulter dans ce cas, si Jean Baruzi lui-même n’a laissé aucune consigne concernant ses manuscrits inachevés ?

Dans le cas de Jean Baruzi, on ne lui connaît pas d’ayants-droit. Son frère, Joseph, dont il était très proche, est décédé peu de temps avant lui, en 1952. Ils avaient une relation très fusionnelle, ils vivaient sous le même toit. Jean a été très affecté par la mort de son frère, il est d’ailleurs décédé peu de temps après. Les deux frères sont restés sans héritiers directs.

Ce qui est certain, c’est que les personnes qui connaissaient les travaux de Jean Baruzi parlent de cet écrit inachevé : ce « Dürer » est connu. On sait que Baruzi le mûrissait.

« Dürer et la vie religieuse de son temps » (manuscrit préparatoire, 82 CDF76-b)

Il est vrai que même si la publication de cet opus inachevé reste impossible, les chercheurs du domaine peuvent désormais venir consulter cet état du manuscrit et de la recherche déjà produite, jusqu’à un certain point. Ce n’est plus une recherche « perdue » ou méconnue. L’archive ouvre des perspectives…

Oui, et de plus, les cours et les manuscrits décrits sont complétés, parfois éclairés, par des dossiers consacrés aux conférences données hors du Collège, en France et à l’étranger.

On trouve enfin une correspondance, à la fois administrative et personnelle assez importante.

À partir de votre inventaire détaillé dans Salamandre, il est possible de confronter le plan de classement des cours à ce que l’on sait par ailleurs de la carrière de Jean Baruzi. D’après les données biographiques recueillies par Émile Poulat [Baruzi Jean, et al. Saint Jean de la Croix et le problème de l’expérience mystique. 3ème édition, Ed. Salvator, 1999, à la bibliothèque patrimoniale], il a été cinq ans répétiteur à l’École Gerson : or il ne semble pas y en avoir de trace dans le fonds. Qu’en est-il de son passage au Collège Stanislas pendant la Grande guerre ? Il était alors trentenaire, a-t-on des informations sur une éventuelle mobilisation ?

Non, je n’en ai pas de trace de cela dans le fonds mais son dossier personnel [16 CDF 19] contient peut-être quelques informations supplémentaires.

En regard de la carrière et dans les années antérieures à l’élection au Collège, on repère déjà les thèmes qui lui seront chers – l’étude de la mystique au premier chef. L’inventaire détaillé des cours professés durant cette période reflète la polyvalence de Jean Baruzi enseignant : les Humanités, le grec ancien, la mystique et aussi tout un bloc de cours de Philosophie donnés à la Sorbonne.

Oui, il y a notamment 20 sous-chemises de cours de Philosophie qui font la part belle aux théories de la connaissance, ce qui est à rapprocher de sa manière nouvelle d’aborder l’histoire des religions. Sa méthode d’analyse historique se nourrit de tout ce qu’il maîtrise des philosophes, pour certains contemporains des sources recueillies ou capables de les éclairer rétrospectivement.

À la faculté des Lettres de Besançon, Jean Baruzi a eu l’occasion d’enseigner son auteur de thèse, Leibniz, et Descartes ainsi que la philosophie de l’histoire, Hegel, Marx et Engels. Il évoque cet enseignement dans sa correspondance.

Et puis, il y a aussi, toujours à Besançon, deux cours consacrés à Bergson, figure célèbre du Collège de France à cette date et à ce qui est alors une publication récente, Les Deux sources de la morale et de la religion : c’est-à-dire véritablement la philosophie en train de se faire – l’ouvrage, le dernier publié du vivant de Bergson, est paru en 1932 chez Félix Alcan ; le cours que lui consacre Baruzi a lieu en mai et juin 1932.

Il faut noter qu’à cette date Jean Baruzi n’était pas encore officiellement élu sur la chaire mais qu’il avait déjà suppléé Alfred Loisy ; il était donc aux premières loges pour connaître les travaux de Bergson. Au passage, avez-vous repéré des traces de la relation que Jean Baruzi entretenait avec Alfred Loisy qu’il a été amené à suppléer dès 1926 ?

dans mon souvenir, il n’y a rien de spécial dans ce fonds mais il faut bien sûr se reporter à la leçon inaugurale de Jean Baruzi1, où il est de tradition d’évoquer les prédécesseurs sur la chaire, et aussi au fonds de Loisy, déjà évoqué, du moins dans son volet administratif en 16 CDF.

En parcourant l’inventaire de ces cours professés en divers lieux académiques, on est frappé non seulement par l’aspect pluridisciplinaire mais encore par la dimension européenne de la culture embrassée par Jean Baruzi…

Oui, c’est très net dans sa correspondance ; on y trouve beaucoup de correspondance en allemand mais il écrivait aussi en espagnol, en anglais, en italien. Il correspondait beaucoup avec des collègues philosophes allemands. Il n’a pas été de ceux qui fustigeaient la « barbarie » de la science allemande pendant la Grande Guerre. Baruzi souhaitait au contraire maintenir le lien avec les collègues allemands. Il était très soucieux de préserver l’amitié franco-allemande par-delà la Première Guerre mondiale et pendant l’Entre-deux-guerres. Il faisait partie de l’Amitié franco-allemande, il doit y avoir de la correspondance à ce sujet. Il a aussi donné plusieurs conférences en Allemagne.

Lettre de Martin Rang (29 mars 1948- 82 CDF115-a) et réponse de Jean Baruzi (29 juin 1948 – 82 CDF 139-a)

J’ai noté qu’on ne trouve pas trace de correspondance avec les phénoménologues allemands les plus fameux (Husserl, son exact contemporain, et Heidegger) malgré son intérêt avéré pour cette nouvelle branche de la philosophie qui peut en effet aider à éclairer rétrospectivement certaines dimensions de l’expérience mystique. En revanche on repère, parmi les correspondants, des philosophes allemands de la génération suivante, formés ou influencés par cette première phénoménologie, tels que Gerhard Funke ou Gadamer par exemple.

Pour en revenir au cœur du fonds, c’est-à-dire aux manuscrits, vous évoquiez ceux des ouvrages publiés ou inachevés tout à l’heure…

Oui, il y avait de nombreux exemplaires de manuscrits d’œuvres en vrac, très compliqués à remettre en ordre. Il faut travailler par confrontation des papiers épars avec le texte de la monographie publiée ; parfois cela permet d’identifier les extraits. On trouve ainsi plusieurs versions du livre consacré à Jérôme Bosh. Le « Dürer » inachevé avait été commencé en 1941 et il y a travaillé jusqu’en 1952. Jean Baruzi travaillait souvent ses monographies sur plusieurs années : pour Création religieuse et pensée contemplative [paru chez Aubier en 1951], par exemple, il y a des travaux manuscrits qui s’étendent de 1945 à 1951. J’ai tenté, autant que possible de retrouver l’ordre génétique mais si des chercheurs spécialistes veulent un jour intervenir, ils seront bienvenus. Je préfère à ce jour insister sur le fait que le classement reste souvent, hélas, imparfait.

Votre appel aux lumières des spécialistes est intéressant car en général, on demande bien aux chercheurs qui consultent de ne surtout pas déclasser les liasses qu’on a patiemment constituées et inventoriées dans le détail… Bien sûr, ils n’y seraient invités qu’après consultation des archivistes, de vous-même en l’occurrence !

Y a-t-il des traces de ses relations avec les éditeurs de ces livres ?

Il y a de la correspondance avec des maisons d’édition, avec Desclée de Brouwer, avec Flammarion.

Jean Baruzi publiait-il aussi dans ces langues européennes qu’il maîtrisait ?

Oui, mais malheureusement, en ce qui concerne les versions manuscrites, l’écriture apparaît encore plus difficile à lire. En allemand notamment, il est très dur à lire en plus de la difficulté graphique ; alors qu’en espagnol, en italien, il est plus facile de déchiffrer son écriture.

Sa candidature au Collège de France avait justement été soutenue par le grand germaniste Charles Andler, ainsi que par le célèbre physicien Paul Langevin, y en a-t-il des traces dans le fonds scientifique aussi ?

Non, dans mon souvenir, pas dans le fonds scientifique ; il faut aller voir les cotes de procès-verbaux des assemblées 4AP et les rapports à l’appui des candidatures. Je tiens à rappeler toutefois que je n’ai pas lu tout dans le moindre détail pour ce travail d’inventaire. En tout cas, la correspondance couvre la période 1928-1952.

À quel point y repère-t-on des figures considérées comme ses maîtres ou influences, à commencer par Bergson ? Ou bien encore des éléments témoignant des débats qui animent alors la philosophie chrétienne, entre des tenants comme Léon Brunschwigc et d’autres tels Bréhier ou Gilson (au Collège aussi) ?

Il y a une correspondance avec Étienne Gilson [1884-1978, titulaire de la chaire d’Histoire de la philosophie au Moyen-Âge de 1932 à 1950] mais qui ne témoigne pas de ces débats ; elle est plus anecdotique, concernant des points d’organisation interne au Collège. On repère ainsi plusieurs échanges avec des collègues professeurs. Il y a, dans la correspondance émise, une lettre de Jean Baruzi adressée à Maurice Merleau-Ponty [qui succèdera à Louis Lavelle sur la chaire de Philosophie en 1952] : il faudrait aller voir le contenu précis de la lettre, peut-être anecdotique. Il reste aussi une douzaine de lettres dont les scripteurs ne sont pas identifiés.

Avant de poursuivre cet entretien, il peut être utile de résumer l’apport de Jean Baruzi à la recherche en histoire des religions, notamment grâce au programme de sa leçon inaugurale et à l’ouvrage d’Émile Poulat2 conservé à la bibliothèque patrimoniale.

La leçon inaugurale prononcée au Collège de France le 5 février 19343 explicite un programme scientifique rendu possible par la maîtrise et l’ouverture disciplinaires déjà soulignées ; ce programme se présente bien davantage comme une disposition, une attitude épistémologique que comme un cadre préconçu. Il sait pouvoir conjuguer les ressources de l’histoire et de ses disciplines auxiliaires autant que les apports d’une solide formation philosophique, la fréquentation des théories de la connaissance depuis l’époque moderne, ou bien encore l’intérêt étayé scientifiquement pour la psychologie selon Pierre Janet [1859-1947, titulaire de la chaire de Psychologie expérimentale et comparée de 1902 à 1934].

Cette première leçon s’achève sur l’annonce du titre donné au cours en son entier « Introduction méthodologique à des recherches concernant l’histoire des religions ». Voici ce qu’en précise alors le nouveau professeur :

Ce que j’attends d’elle [la nouvelle méthode en histoire des religions esquissée dans le cours inauguré], c’est qu’elle nous fasse entrevoir, sur les années qui viendront, des thèmes de recherche, qui n’auront pas été trouvés du dehors par une décision de la volonté, mais par un travail d’approfondissement dont nul, et pas même celui qui l’entreprendra, ne saurait pressentir les résultats4.

Comment mieux épouser la formule de l’institution : enseigner la recherche en train [voie] de se faire ? Il s’agit que tout naisse du corpus et non pas d’une hypothèse préconçue qu’on chercherait ensuite à vérifier par une sélection bienvenue des sources. Or quel défi plus grand que de chercher à exercer la plus haute exigence scientifique sur des objets de recherche qui, d’emblée, paraissent au contraire devoir rester absolument impénétrables : l’expérience mystique, la prière, la confession ?

Jean Baruzi annonce ainsi son exploration : « l’histoire et l’étude des nuances obscures et cachées, qui ont constituées [sic] et constituent ces religions mêmes en ce qu’elles contiennent de vivant ».

On perçoit là cette primauté du dynamique sur le statique, que Baruzi admire dans la philosophie de Bergson et qu’il se donne comme ligne de conduite par-delà ce que l’histoire des religions a pu déjà établir. On ne peut s’empêcher de penser aussi à la manière dont Claude Bernard – auquel Bergson se réfère aussi et dont il a pu constituer le passeur auprès des plus jeunes philosophes et penseurs en général – concevait l’attitude scientifique requise face au vivant, dans sa fondation de la physiologie expérimentale.

Jean Baruzi, en savant moderne, se veut à la fois très rigoureux et très concret dans sa démarche pour appréhender un objet qui rejoint ce qu’il y a de plus intime dans l’expérience humaine de la foi et de la religion.

Oui, il s’est fait beaucoup critiquer voire contester, comme avant lui, au Collège de France, Ernest Renan, qui lui aussi l’a payé assez cher. Et bien sûr Alfred Loisy, le professeur que Baruzi est amené à suppléer en 1926, dans les dernières années de la carrière de cet ancien prêtre excommunié en 1908 pour avoir publié les résultats de ses recherches d’exégète et de savant sur les Écritures saintes.

Un des outils et lieux tout ce qu’il y a de concret pour permettre à cette méthode renouvelée de se déployer est le Cabinet d’Histoire des religions, dont le fonds renferme des témoignages, n’est-ce pas ?

Oui, il est à l’initiative de ce lieu. Il crée un cadre institutionnel pour l’épanouissement de cette nouvelle méthodologie. Classé à part, il y a un carnet intitulé « Cabinet d’Histoire des religions ». 

D’autres professeurs du Collège ainsi que certains auditeurs étaient invités à participer à des sortes de séminaires, le soir, au Collège, comme une sorte de petit salon. Il y avait une bibliothèque spéciale. On doit pouvoir voir dans le carnet où cela se situait exactement dans les locaux d’alors.

Note concernant la réunion du cabinet d’Histoire des Religions du 18 mai 1951 (82 CDF 74-b)

Jean Baruzi convoque l’histoire et la paléographie des sources hispaniques. J’ai lu, dans l’introduction qu’Émile Poulat consacre à la 3e édition de la thèse de Jean Baruzi (en 1999) que son collègue et ami Marcel Bataillon l’avait aidé à rendre plus rigoureux un appareil critique dans la 2e édition de cette même thèse – y en a-t-il des traces dans le fonds ?

Non, la correspondance est ici postérieure à cette seconde édition mais le fils de Bataillon, Claude, a écrit un témoignage à ce sujet.

« Saint Jean de la Croix et le problème de l’expérience mystique. » : texte préparatoire de la thèse de doctorat soutenue par Jean Baruzi à la Sorbonne, en 1924 (82 CDF 83)

Dans une lettre que Baruzi écrit de retour d’Espagne à Xavier Léon5, il exprime son goût de l’archive, ses souvenirs de recherche à Hanovre lorsqu’il préparait sa thèse sur Leibniz ?

Oui, le fonds renferme plusieurs carnets, au tout début, qui retracent tout son séjour de recherche, une sorte de journal, avant que Baruzi n’entre au Collège ; certains sont datés de 1912 à 1937. Comme Bataillon, Baruzi fait des séjours entiers consacrés à la recherche et au dépouillement d’archives dans les bibliothèques européennes.

Dans ces carnets-journaux personnels, trouve-t-on des témoignages de cet effort de sympathie – à cette époque on ne parle pas encore d’empathie – dont parle Jean Baruzi pour tenter d’entrer concrètement dans l’intériorité vivante de quelqu’un, en l’occurrence celle des mystiques, Jean de la Croix pour ne citer que le plus célèbre ?

Je ne me souviens pas d’avoir repéré cela mais s’il y a des témoignages de ces expériences, ce sera dans ces carnets personnels que j’ai seulement parcourus.

Journaux et carnets personnels (82 CDF 84-b, 82 CDF 85-g et 82 CDF 84-a)

Une autre expérience intime intéresse Jean Baruzi, c’est celui de la création au sens large – lui connait-on des relations privilégiées avec Paul Valéry, qui occupa la chaire de Poétique au Collège de France à partir de 1937 ?

Oui, il y a quelque chose dans le fonds, concernant les rencontres aux Décades de Pontigny6, en 1945. Il est intéressant de noter que son frère, Joseph, avait écrit en 1904 un ouvrage intitulé Le Génie créateur. Jean Baruzi était lui-même très désireux de faire reconnaître les travaux de son frère en tant que poète.

Spontanément, quelle impression générale diriez-vous garder du travail sur ce fonds ?

Je me suis beaucoup attachée à ce fonds, à travers l’apparence physique laissée par le portrait que conserve le Collège et une photographie trouvée sur internet (celle illustrant l’inventaire du fond Jean et Joseph Baruzi conservé à l’IMEC7 ), que nous ne possédons pas (un des rares portraits photographiques que je connaisse) – qui m’ont fait ressentir un Jean Baruzi assez fragile, avec un air très doux et quelque chose de mélancolique – c’est peut-être un parti pris de ma part. J’ai été touchée par le visage de Jean, l’interrogation dans ses grands yeux. Une grande discrétion se dégage de son visage – il semble, non pas introverti mais réservé. Son frère, Joseph, présentait un physique plus solide, plus ferme ; son frère avait probablement plus d’aura. D’après tout ce que j’ai pu lire sur les deux frères, leur relation été très fusionnelle.

Portrait de Jean Baruzi, peint par Mela Muter vers 1925, offert par Madame Pierre Baruzy au Collège de France en mars 2003 (Collections muséales, CDF.815)

Du point de vue scientifique, c’est un fonds très pointu dans des domaines qui ne me sont pas familiers. Le traitement de ce fonds m’a permis également d’inventorier pour la première fois une partie importante de correspondance : j’ai été aussitôt frappée par la qualité de l’écriture dans ces lettres. Il se dégage aussi une qualité humaine, telle qu’elle est censée inspirer aussi l’élection au Collège dans la tradition de l’humanisme.

Merci de partager cette expérience qui fait partie de celles éprouvées possiblement par les archivistes dans ces rencontres faites, par-delà les années, avec des individus, des personnes, qui prennent chair peu à peu, dans toutes leurs dimensions, et qui ne laissent pas indifférents ceux qui ont la responsabilité de traiter leurs papiers.

Pour finir, puisque ce carnet cherche aussi à susciter des vocations de recherche, peut-on rappeler quelques apports possibles de chercheurs spécialisés pour affiner notre inventaire ? 

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le souligner, des regards et des aides seraient bienvenus pour déchiffrer son écriture, surtout dans la dernière partie de sa carrière. Il y a aussi des compétences spécifiques en paléographie et philologie propres aux langues employées dans les sources qu’exploite Baruzi. Enfin il faudrait pouvoir affiner encore l’identification des extraits de manuscrits qui sont nombreux et de formats très divers, toujours suffisamment bien conservés pour pouvoir supporter des manipulations.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International



Citer ce billet
Laure Léveillé, Frédérique Pailladès (2024, 13 mars). Mise en ligne de l’inventaire du fonds Jean Baruzi. Entretien avec Frédérique Pailladès. Colligere. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0jz

  1. Baruzi, Jean. Leçon inaugurale de Jean Baruzi au Collège de France : 5 février 1934. Florence : Leo S. Olschki, 2008. Print. Reproduite dans Baruzi, Jean. Problèmes d’histoire des religions, Paris : Librairie Félix Alcan , 1935, VIII-151 p., consultable en ligne : https://omnia.college-de-france.fr/discovery/delivery/33CDF_INST:33CDF_INST/1263129780007166 []
  2. Baruzi Jean, et al. Saint Jean de la Croix et le problème de l’expérience mystique. 3ème édition, Ed. Salvator, préface Émile Poulat, 1999, 822 p. []
  3. Baruzi, Jean. Leçon inaugurale de Jean Baruzi au Collège de France : 5 février 1934, op. cit. []
  4. Ibid., p. 20. []
  5. Cette lettre datée du 29 décembre 1920 ne figure pas dans le fonds mais elle est citée par J.-L. Vieillard-Baron dans L’intelligence mystique, présentation, p. 19. []
  6. Cf. Chaubet François. « Les décades de Pontigny (1910-1939) ». In: Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°57, janvier-mars 1998. pp. 36-44. DOI : https://doi.org/10.3406/xxs.1998.3708 www.persee.fr/doc/xxs_0294-1759_1998_num_57_1_3708 Dans la partie « L’Europe des esprits », Chaubet énumère un certain nombre de salons parisiens ayant réuni de manière plus informelle les décadistes ; parmi ces lieux, le domicile des frères Baruzi, Place Victor Hugo. []
  7. https://www.imec-archives.com/archives/fonds/127BRZ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search