La naissance du Bouddha

En 1929, le Mahârâja et Premier ministre du Népal Chandra Jang Bahadur Shumsher (1863-1929) fait don à l’Institut de civilisation indienne, nouvellement créé au sein de l’Université de Paris, d’une collection d’objets d’art et d’artisanat du Népal : sculptures en bronze, coffrets en ivoire ou en bois de santal, reproductions de pièces d’architecture, en ligne sur Salamandre.

Parmi celles-ci figure une sculpture en bronze doré de 87 cm de haut, sertie de verre coloré et de turquoises, représentant la reine Mâyâ Devî donnant naissance au Bouddha.

Fig.1 La naissance du Bouddha, bronze doré incrusté de pierres semi-précieuses et de verre coloré, Népal, XIXe siècle, H=87 cm, Collège de France, Institut des civilisations, bibliothèque d’études indiennes et centrasiatiques, SL-16 © Collège de France /Patrick Imbert

La reine est représentée sous les traits d’une belle femme, jeune et souriante. Ses parures, notamment une couronne à hauts fleurons ornés de cabochons, des brassards, bracelets et anneaux périscélides, une ceinture orfévrée et des vêtements ornés de pierres semi-précieuses, soulignent son statut royal. Elle s’appuie à un arbre luxuriant qui évoque à lui seul parc de Lumbini (aujourd’hui Rummindei) près de la cité de Kapilavatsu au Népal où se déroule la scène. Dans les récits littéraires relatant cet évènement, l’arbre, qui fleurit miraculeusement hors saison, penche ses branches vers elle pour la soutenir. Cet arbre est habité. Sur le tronc doré, un petit singe grimpe, tandis qu’on en aperçoit d’autres, ainsi que des oiseaux, dans le feuillage composé de feuilles dorées ornées de turquoises et de verre rouge.

Dans cette nature bienveillante sans douleur elle donne naissance à celui qui va devenir le Bouddha, le prince Siddhârta Gautama du clan des Shakya. On l’aperçoit qui sort du flanc droit de sa mère, portant les caractéristiques ou marques (lakshana) qui distinguent les grands hommes, comme sa protubérance crânienne, les mains jointes dans le geste de dévotion.

Fig.4 détail de la naissance du Bouddha (SL.16) CC BY-NC-SA 4.0 Caroline Riberaigua

Cette représentation, assez inhabituelle pour une naissance, fait écho aux récits hagiographiques de la vie du Bouddha relatant sa naissance miraculeuse, comme dans le Mahāvastu. Depuis le paradis où il résidait en tant que bodhisattva (être parvenu au stade de perfection permettant l’éveil), après plusieurs renaissances, il pénètre le sein de sa mère sous la forme d’un éléphant blanc à sept défenses.

C’est ainsi que la reine Mâyâ est avertie en songe de sa grossesse, à la conception immaculée.

Fig.5 Le songe de la Reine Maya, Jamalgarhi (Pakistan) IIe ou IIIe siècle CE, schiste bleuté, H=19,3 cm, Bristish Museum CC BY-NC-SA 4.0 British Museum

Dans les récits du bouddhisme du Grand Véhicule, la nature du Bouddha est conçue comme supra humaine, il est conté qu’il était déjà un être complet et conscient au cours des dix mois qu’il passa dans le sein de sa mère, et naturellement, sa naissance ne pouvait emprunter la voie du commun des mortels.

L’aspect extraordinaire de cette naissance, par le flanc, a essentiellement pour but de souligner à quel point tout ce qui touche le Bouddha est exceptionnel, et, à partir du moment où le Bouddhisme devient véritablement une religion, de lui conférer un aspect miraculeux. Néanmoins, le fait que la Reine décède sept jours après cette naissance peut laisser supposer que ce récit pourrait être le reflet de quelque complication sur laquelle la littérature hagiographique ne s’est bien entendu pas appesantie, l’objectif étant de célébrer avant tout la naissance du « sauveur de l’humanité ». Une fois devenu Bouddha, Siddharta Gautama se rendra au Paradis où réside sa mère pour lui faire bénéficier de son enseignement et de la voie permettant la libération du cycle des renaissances.

Si l’œuvre du Collège de France date du XIXe siècle, ce thème a une origine bien plus ancienne puisque l’on en trouve de nombreux exemples dès les premières représentations de la vie du Bouddha, au cours des tous premiers siècles de notre ère, en Bactriane et au Gandhara, c’est-à-dire dans les régions actuelles de l’Afghanistan et du Pakistan.

C’est en effet dans ses provinces occidentales de l’empire Kushana, qu’entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère apparaissent les premières images du Bouddha dans un style où les thèmes des religions indiennes sont interprétés dans une esthétique héritée du monde hellénistique, avec des influences romaines et centrasiatiques. Des bas-reliefs en schiste bleuté ou en stuc ornent les monuments commémoratifs de la présence du Bouddha, que sont les stupas, et développent une première hagiographie.

Fig.6 La naissance du Bouddha, détail d’un relief ramené par Louis Foucher, Pakistan, Vallée du Swat, IIe ou IIIe siècle C.E. H=22 cm, Musée national des arts asiatiques Guimet CC BY-NC-SA 4.0 Caroline Riberaigua

Dans ce relief ramené par Alfred Foucher consacré à la naissance et à la jeunesse du Bouddha, on retrouve la même scène mais dans un style différent de notre image népalaise. La mère du Bouddha, dont les vêtements et la coiffure ne sont pas sans évoquer les figures féminines apparaissant sur les sarcophages romains de la même époque, est également figurée dans le parc de Lumbini, la main accrochée au branchage d’un arbre, sans doute l’arbre Ashoka, tandis que l’enfant Bouddha apparait émergeant de son flanc droit. Elle est ici entourée de sa suite, qui réceptionne le futur Bouddha, dont la physionomie est sur cette image celle d’un petit enfant alors que, dans les exemples plus tardifs du Népal telle que la sculpture du Collège de France, elle suggère plutôt un adulte miniature.

Ce thème iconographique de la naissance du Bouddha mettant en scène une belle femme appuyée à un arbre a cependant une origine encore plus ancienne. En effet, cette composition s’inspire d’un motif que l’on trouve dans les plus anciens monuments de l’Inde, bien avant que les divinités bouddhiques ou hindoues n’y soient représentées, et qui a perduré dans le décor de tous les monuments. Il s’agit de la nymphe sylvestre (yakshî ou shalabhañjika), sorte de dryade dont le seul contact fait fleurir la végétation, gage de prospérité et de fécondité de la nature. Motif propitiatoire très apprécié dans les édifices religieux de l’Inde à toute époque, il l’est en particulier dans l’ornementation des enceintes des plus anciens monuments bouddhiques, au sein desquels le Bouddha n’est pas représenté mais n’est évoqué que sous la forme de symboles, tels que l’enceinte du stupa de Bhârhut ou le porche donnant au chemin de circumambulation du stupa n°1 de Sañchi.

Figure 7 : Shalabhañjika, porche oriental du stupa n°1 de Sañchi (Inde, Madhya Pradesh) Ier siècle de notre ère CC-BY 3.0 Biswarup Ganguly

L’association de ce thème à celui de la naissance du Bienheureux en fait un évènement miraculeux, ouvrant une ère de prospérité.

Si cette iconographie est moins fréquente que celle du Bouddha lui-même, notamment dans les représentations en lien avec son éveil, son premier sermon, ses miracles voire son extinction, elle subsiste au fil du temps et des régions où le Bouddhisme fleurit. Elle semble néanmoins avoir une faveur pour le Népal du XIXe siècle, époque pour laquelle on connait plusieurs très belles images d’assez grandes dimensions en bronze doré, comme en témoignent les sœurs de notre Mâyâ du Collège de France, conservées au musée Guimet à Paris ou au Musée national du Népal à Katmandou.

Fig. 8 : La reine Mâyâ donnant naissance au futur Bouddha, cuivre et laiton incrusté, Népal, XIXe siècle, H=54,5 cm, Musée national des arts asiatiques Guimet CC BY-NC-SA 4.0 Caroline Riberaigua

Préalablement au déménagement des fonds précieux sur le site de l’Institut des civilisations, la bibliothèque d’études indiennes et centrasiatiques a financé, sur des crédits alloués par le Collège de France avec le soutien de la Direction des bibliothèques, archives et collections (DBAC), la restauration de la sculpture de la reine Mâyâ, ainsi que celles des chiens de Fô appartenant à la même collection, auprès de l’atelier Métal et Patrimoine. L’objectif était de stabiliser l’oxydation des œuvres et de les nettoyer de la poussière incrustée au fil des décennies, avant leur présentation au public.

Longtemps non visible pour les visiteurs, la naissance du Bouddha est désormais présentée dans une vitrine individuelle dans la salle de lecture du pôle Mondes asiatiques. Souhaitons que la vocation propitiatoire de la représentation de cette naissance étende son bon augure à la naissance de l’Institut des civilisations qui a ouvert ses portes au public en septembre 2023.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International



Citer ce billet
Caroline Riberaigua (2024, 1 février). La naissance du Bouddha. Colligere. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqav

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search