Mémoire d’une enquête ethnographique : les carnets de Nathan Wachtel

Il n’y a qu’une science des hommes dans le temps et qui sans cesse a besoin d’unir l’étude des morts à celle des vivants

Marc Bloch1

Niché dans les hauts plateaux semi-désertiques de Bolivie sur les bords du lac Coipasa, un « bout du monde », entre sel, sable, vents et brouillard, le village de Chipaya abrite la dernière communauté d’Urus. Dans cette région peuplée essentiellement d’Aymaras2, Chipaya constitue une véritable enclave, où les Urus ont des traits culturels spécifiques, et demeurent les derniers locuteurs de la langue puquina.

Titulaire de la chaire Histoire et anthropologie des sociétés méso- et sud-américaines au Collège de France de 1995 à 2005, Nathan Wachtel a mené, dans le cadre de la préparation de sa thèse de doctorat d’État ès Lettres, une enquête de terrain auprès des Urus de Chipaya pendant une décennie, de 1973 à 1982.

Sa thèse est publiée chez Gallimard en 1991 sous le titre Le retour des ancêtres : les indiens Urus de Bolivie XXe-XVIe siècles, essai d’histoire régressive.

En 2022, il décide de déposer les carnets de terrain concernant l’enquête de Chipaya à la section des archives de la bibliothèque Claude Lévi-Strauss du Laboratoire d’anthropologie sociale au Collège de France.

Image 1 : Plan de la région du Lac Poopo. FNW_SF01_S02_B_01©Collège de France. Archives Laboratoire d’anthropologie sociale

Genèse d’une recherche

La trajectoire intellectuelle de Nathan Wachtel s’inscrit dans l’effervescence du renouveau théorique de l’École des Annales. C’est dans une perspective interdisciplinaire, combinant synchronie et diachronie qu’il s’intéresse, dans sa thèse de troisième cycle, aux sociétés précolombiennes du Pérou dans le but de dévoiler les persistances et les mutations, les continuités et les ruptures dans un processus historique de longue durée.

La vision des vaincus3 ouvre une nouvelle perspective sur l’histoire de la conquête espagnole. En consultant des documents d’archives datant de l’époque coloniale, il essaie de changer la focale traditionnellement euro-centrique des recherches historiques. D’un côté, il travaille sur la structure socio-politique de l’État Inca et sur les mouvements de résistance dans les premières années de la colonisation. De l’autre, il s’intéresse à la manière dont le théâtre et la danse populaires contemporains expriment la persistance de la mémoire historique. L’auteur restitue ainsi les interprétations autochtones du traumatisme de la conquête et des changements subis par leur société.

Nathan Wachtel démontre la pertinence de l’approche ethno-historique naissante, qui sera développée par lui-même à partir des années 1970, et reprise par des ethnologues travaillant dans d’autres régions peu connues par l’historiographie traditionnelle4.

La rencontre avec l’anthropologie structurale de Claude Lévi-Strauss sera essentielle dans cette élaboration scientifique. Convaincu de l’importance de l’ethnologie pour son approche théorique, il décide de le tenir désormais informé de ses activités de recherche, lui envoyant une lettre par an depuis l’Amérique du Sud. Dans ces échanges, Wachtel évoque à plusieurs reprises sa fascination pour la Bolivie, car « dans un monde où une progressive “acculturation”, hélas, détruit peu à peu les sociétés dites traditionnelles, la Bolivie abrite encore de véritables musées du passé5. » 

Image 2 : Plan des lacs et rivières de Tajata (Chipaya). FNW_SF01_S02_B_01©Collège de France. Archives Laboratoire d’anthropologie sociale ; Figure 51, Lacs de Tajata ; Wachtel, Nathan, Le retour des ancêtres […], Paris : Gallimard, 1990 ; p. [303]

Cette région, peu explorée dans La vision des vaincus, abrite en son sein un « mythe ethnographique6 » pas encore complètement élucidé, celui du processus d’acculturation des Urus, « que l’analyse historique permet de dissiper7 ». Des informations éparses et des hypothèses savantes font émerger une contradiction apparente concernant cette population. Les Urus sont en effet considérés comme les « vaincus des vaincus », en raison de leur aymarisation historique et de la domination coloniale qu’ils ont subie. En dépit de cette double assimilation culturelle, les Urus de Chipaya revendiquent à présent leur identité culturelle, se considérant eux-mêmes comme une « race, vestige du passé8 ».

Persuadé de la pertinence de la méthode ethnographique pour ses hypothèses, Wachtel écrit dans une lettre adressée à Lévi-Strauss en 1971:

J’ai pu accompagner l’ethnologue anglais Tristan Platt (…) dans la région de Machas, au Nord du Potosí, où je suis resté une quinzaine de jours. C’est un voyage qui vous ramène en plein XVIIIe siècle, sinon avant. […]  Je dois dire que j’ai plus appris au cours de ce bref voyage qu’en plusieurs mois d’archives9. »

Cette perspective théorique, caractérisée par un regard sur l’histoire à travers le prisme de l’anthropologie, trouvera son accomplissement dans ses missions en Bolivie. Son terrain en Bolivie lui présente alors une nouvelle façon de relier l’histoire et l’anthropologie. Carnets de notes en main, Nathan Wachtel mène une véritable enquête ethnographique sur les Chipaya afin de résoudre un problème historique.

Les carnets de terrain : une enquête hybride

Le fonds d’archives de Nathan Wachtel est désormais disponible pour consultation à la Bibliothèque Claude Lévi-Strauss du Laboratoire d’anthropologie sociale au Collège de France.

L’instrument de recherche est consultable en ligne sur le site Archives des Ethnologues, https://www.archivesethnologues.fr/item/FR_751052331_fnw.

Afin d’orienter au mieux les chercheurs et les chercheuses qui consulteront ce corpus, une description archivistique très fine a été réalisée. Chaque carnet a fait l’objet d’une analyse approfondie où les thématiques principales ont été détaillées ainsi que les types d’informations.

Les carnets de Nathan Wachtel témoignent d’une longue recherche rythmée par l’alternance de séjours sur le terrain à Chipaya et dans les centres d’archives de différents pays d’Amérique du Sud et d’Espagne.

Ce corpus est composé de 33 carnets dont 13 relèvent des consultations d’archives et 20 des notes prises sur le terrain.

Les centaines de pages de transcriptions de documents historiques attestent un travail minutieux de collecte de données sur l’histoire des Urus et de Chipaya : il s’agit d’extraits d’actes juridiques, de lettres d’administrateurs coloniaux, de chroniques des missionnaires et des livres paroissiaux.

Au fil des consultations, Nathan Wachtel a réussi à recueillir une quantité considérable d’informations allant de la période coloniale jusqu’au XXe siècle.

Les transcriptions concernent des multiples aspects de l’histoire des Urus : l’économie politique de la Vice-royauté du Pérou, le travail minier à Potosí, les caractéristiques des Ayllus des Urus, l’organisation spatiale dualiste du village, les impôts et le système des encomiendas, le travail forcé, le commerce des esclaves, des recensements de population, la répartition des terres, les liens de parenté et les alliances matrimoniales.

Image 3 : Techniques de pêche. FNW_SF01_S02_B_01©Collège de France. Archives Laboratoire d’anthropologie sociale

Les carnets de terrain révèlent le déploiement de l’enquête ethnographique et, à l’image de la complexité de l’expérience du terrain, l’écriture est protéiforme. On y retrouve des notes éparses, des données brutes, des transcriptions d’entretiens, des plans, des croquis, des généalogies, des schémas de parenté, des dessins, des listes de termes, mais aussi des descriptions de cérémonies, de rituels, d’offrandes, parfois des réflexions plus introspectives et des récits de ses activités journalières.

Véritables supports du travail quotidien de l’ethnologue, ces pages mettent au jour toute la trajectoire d’une recherche.

Ce corpus cristallise la matérialité d’une recherche dans laquelle Nathan Wachtel s’était investi avec rigueur et dévouement et à laquelle il a consacré plus d’une décennie de sa carrière, avec sans cesse des aller-retours entre les archives et le terrain.

De ce puissant engagement intellectuel est ressortie une œuvre qui fera date et que Philippe Descola a définie comme « L’un des plus admirables monuments de l’ethnologie et de l’ethno-histoire du XXe siècle10. »

Les archives de Nathan Wachtel ont maintenant rejoint celles d’Alfred Métraux dans les fonds du LAS. Telle une histoire qui s’accomplit, les traces des recherches de ces deux anthropologues qui se sont aventurés sur un terrain si difficile et inhospitalier mais qui ont réussi, grâce à leur travail, à restituer toute la richesse et la complexité de l’univers Chipaya, se rejoignent dans ce même lieu qui les conservera précieusement pour les années et chercheurs à venir.

Image 4 : Techniques de chasse des oiseaux FNW_SF01_S02_B_01©Collège de France. Archives Laboratoire d’anthropologie sociale

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International



Citer ce billet
Daniela Scancella, Gabriel Crovetto Effio (2023, 18 décembre). Mémoire d’une enquête ethnographique : les carnets de Nathan Wachtel. Colligere. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vek9

  1. Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1974, p.50 ; cité dans : Wachtel Nathan, « Itinéraire. Des indiens aux marranes », dans Des archives aux terrains : essais d’anthropologie historique, Paris, Gallimard Seuil, 2014, p.17. []
  2. À l’heure actuelle, 48% de la population bolivienne s’identifie à un des 36 peuples autochtones reconnus, dont 40,6% parlent la langue aymara [https://www.iwgia.org/en/bolivia/3615-iw-2020-bolivia.html, consulté le 20/09/2023]. []
  3. Wachtel, Nathan, La vision des vaincus : les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole 1530-1570, Paris, Gallimard, 1971. []
  4. Pour l’ethnohistoire des basses terres, par exemple, Taylor, Saignes et Renard-Casévitz, L’inca, l’espagnol et les sauvages : rapports entre les sociétés amazoniennes et andines du XVe au XVIIe siècle, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, 1986. []
  5. Lettre adressée à Claude Lévi-Strauss, datée du 30 janvier 1969, et retrouvée dans le manuscrit de sa thèse de 3e cycle intitulée La vision des vaincus, déposée à la bibliothèque Claude Lévi-Strauss du Laboratoire d’anthropologie sociale. []
  6. Wachtel Nathan, Des archives aux terrains : essais d’anthropologie historique, Paris, Gallimard Seuil, 2014, p.252. []
  7. Ibid. []
  8. « Texto completo de la importante conferencia del sabio profesor francés señor A. Métraux », La Patria, 13 de marzo de 1931, Oruro, cité dans : Sendón, Pablo Federico, « Vestiges du passé : Alfred Métraux et les Čipaya de Carangas (1930-1931) », Journal de la Société des Américanistes, 2016, vol. 102, n° 2, p.121-143 [https://doi.org/10.4000/jsa.14782, consulté le 20/09/2023]. []
  9. Échange de lettres entre Nathan Wachtel et Claude Lévi-Strauss (décembre 1970 et novembre 1971).FLAS.F.S5.01.04.029 ©Collège de France. Archives Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS). []
  10. Philippe, Descola, « Les usages de la terre. Cosmopolitiques de la territorialité » (suite) (8), Cours au Collège de France, 22/03/2017, https://www.college-de-france.fr/fr/agenda/cours/les-usages-de-la-terre-cosmopolitiques-de-la-territorialite-suite/les-usages-de-la-terre-cosmopolitiques-de-la-territorialite-suite-8 [consulté le 21/09/2023]. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/01/2024

    […] Mémoire d’un enquête ethnographique : les carnets de Nathan Wachtel, par Daniela Scancella & Gabriel Crivetto Effio, sur le Carnet Colligere ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search