Les tissus coptes de la bibliothèque byzantine du Collège de France

À l’occasion de l’inauguration de l’Institut des Civilisations, les différents pôles documentaires vous présentent les pièces exposées au sein des espaces de lecture. L’occasion de découvrir les documents et objets emblématiques des bibliothèques spécialisées en sciences humaines et sociales du Collège de France.

Le fonds précieux de la bibliothèque byzantine comprend plusieurs manuscrits (grecs, coptes, éthiopiens, arabes, russes et arméniens), et quelques objets d’art dont un petit lot d’icônes grecques et russes et de tissus coptes. Ces derniers appartiennent au fonds constitué par Thomas Whittemore (1871-1950), le fondateur de la bibliothèque. Deux des six tissus de la collection sont aujourd’hui exposés dans les vitrines se trouvant à l’accueil ; l’ensemble est cependant accessible sur Salamandre, la bibliothèque numérique patrimoniale et catalogue des archives du Collège de France.

Les tissus de la bibliothèque byzantine ont été présentés à la Galerie d’Aubusson en juin 1960 à l’occasion d’une exposition sur les tapisseries coptes, réalisée avec l’aide de Pierre du Bourguet, conservateur adjoint du département des Antiquités chrétiennes au musée du Louvre, prêteur de plusieurs pièces (Cahiers de la Tapisserie 1, 1960, no 65-69). Cette exposition, organisée à Paris plus d’un demi-siècle après l’Exposition universelle de 1900 qui avait révélé le luxe et le raffinement des étoffes de la fin de l’Antiquité au monde moderne, a marqué les artistes de l’époque (Georges Braque, Alexander Calder, Jean Arp, Léon Gischia ou encore Pablo Picasso) par leur puissance plastique. Succinctement décrits, ces tissus n’ont été publiés qu’en 1986 dans le catalogue paru lors de la présentation au public de la collection d’objets précieux de la bibliothèque byzantine par Catherine Jolivet-Lévy (Tissus coptes et icônes : Bibliothèque byzantine (Fonds Thomas Whittemore – Institut byzantin), Paris, 1986, no 1 à 6 : https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/functions/ead/detached//tissus-coptes/catalogue-2011.pdf), réédité en 2011.

Les textiles de la bibliothèque byzantine sont des productions égyptiennes probablement retrouvées en contexte funéraire, à l’exception de l’un d’entre eux (no 3) qui viendrait du Proche-Orient. Datés entre le ve et le xe siècle, ils s’étendent sur une période allant de la fin de l’Antiquité au début du Moyen Âge, correspondant en Égypte à l’époque byzantine et aux premiers siècles de l’époque arabe. Ils rendent compte du goût pour l’ornementation, en vogue en Orient, et dont l’Égypte, grâce à son climat propice à la conservation des tissus, a livré de très nombreux témoignages.

Les ornements en tapisserie de laine et de lin (no 3, 4, 5, 6) ou uniquement de laine (no 1, 2) sont en général tissés en même temps que le fond de toile (no 1, 2, 4 et 6) ou à part puis rapportés par couture (no 5). Ce sont des décors de vêtements (tuniques, manteaux, châles, etc.) ou de tissus d’ameublement (tentures, rideaux, coussins, etc.). Parmi ceux de la bibliothèque byzantine ont été identifiés deux fragments de manche (no 1 et 2), un fragment de châle (no 4), une tabula (ou carré) de tunique ou de châle (no 5) et deux fragments de tenture ou de rideau (no 6).

Tous présentent des décors à thèmes profanes, empruntés à la mythologie gréco-romaine et à la littérature classique, issus du répertoire bucolique ou champêtre, tirés des arts de la danse et de la chasse, ou encore inspirés de la Perse sassanide. On retrouve ainsi des putti et des animaux fantastiques (no 1), une danseuse nue (no 4), un cavalier chasseur accompagné de son chien (no 5), des danseurs-guerriers (no 6), mais aussi des motifs géométriques (postes, médaillons, carrés) (no 2, 4), animaliers (quadrupèdes, oiseau, lièvre) (no 2, 3, 4) et végétaux (acanthes, grappes de raisin, grenades, capsules de lotus, corbeilles de fruits, rinceaux et plantes stylisées) (no 1, 2, 4, 5, 6). Polychromes ou bicolores, les décors en tapisserie révèlent des couleurs souvent vives et éclatantes qui contrastent avec le fond de toile uni des vêtements et des tissus d’ameublement. La variété des styles et des motifs reflète le dialogue entre les arts et les cultures qui a nourri les productions égyptiennes.


Merci à Roberta Cortopassi, conservateur en chef du patrimoine au département des Arts de Byzance et des Chrétientés en Orient du musée du Louvre, qui a bien voulu apporter son expertise et son analyse technique des textiles.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

 



Citer ce billet
Héléna Rochard (2023, 6 novembre). Les tissus coptes de la bibliothèque byzantine du Collège de France. Colligere. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bder

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search