Les poupées katsinam, collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France (épisode 1)

Cet article a été rédigé en collaboration avec le regretté Patrick Pérez †.

Les katsinam (pluriel de katsina) sont des esprits, généralement bénéfiques, qui servent d’intermédiaires entre les Indiens Hopis de l’Arizona et les divinités. Tous les ans, de la fin décembre à la fin juillet, ils séjournent dans les villages hopis, incarnés par des danseurs masqués et costumés. Les katsinam personnifiés sont aussi figurés par des poupées (tihu) qui permettent aux enfants de se familiariser avec les caractéristiques de chaque esprit. Il existe environ 400 katsinam, chacun incarnant un être ou une qualité du monde : animaux, plantes, météores, astres, phénomènes biologiques, fonctions sociales, types de comportement, etc. Le cosmos hopi est ainsi représentable par le moyen des esprits katsinam dans toute la diversité de ses composantes et des liens qui les unissent.

Hopi : poupée katsina Hee’e’e. Collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France. H. 29 cm

Poupée katsina Hee’e’e

Ce katsina très rare est la forme « blanche » de Hee’e’e (QötsaHee’e’eWuuti, Blanche-Hee’e’e-Femme), de couleur habituellement « noire » ; elle est liée à la famille de Sootuknangwu, le cœur du ciel étoilé, maître du froid et de la neige.  Ses bottes de daim et sa coiffure en « cocon de papillon poli’ini » montrent que c’est une fille nubile. C’est un katsina « gendarme » censé fouetter les enfants turbulents dans la kiva lors de l’initiation du powamu en février.

Hopi : poupée katsina Hiilili. Collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France. H.42 cm

Poupée katsina Hiilili

Les Hiilili sont des « fouetteurs » qui surveillent le bon déroulement des cérémonies de février à juin. Les couleurs du visage varient ainsi que l’élément porté en coiffe – ici ce sont des nuages avec des têtards. Mais ils ont toujours la bouche dentée « à longs cheveux » qui symbolise la pluie forte. Les peintures corporelles indiquent l’origine du danseur ou la temporalité de la cérémonie : ici c’est un Hiilili de juin.

Hopi : poupée katsina SakwaQa’öKatsina, Katsina-du-Maïs-Bleu. Collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France. H. 21 cm

Poupée katsina SakwaQa’öKatsina

Ce katsina fait partie d’une famille d’une vingtaine de katsinam représentant toutes les variétés de maïs. Ils dansent avec leurs épis de maïs en mains, puis les offrent aux femmes et aux enfants.

Hopi : un katsina YooyangwKatsina, Katsina-de-la-Pluie, Collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France. H. 20 cm

Poupée katsina YooyangwKatsina, Katsina-de-la-Pluie

Il porte les couleurs de l’Est du monde et sur son bandeau, des symboles de nuages récapitulent les quatre directions de la surface (bleu, jaune, rouge, blanc) ; le duvet d’aigle représente les cumulus ; les lignes noires et blanches sont la pluie et la neige. Les katsinam de la pluie viennent en groupe à partir de la fin mai et demandent la venue des pluies.

Hopi : katsina SakwaWakaKatsina, Katsina-Vache-Bleue, Collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France. H. 16 cm

Poupée katsina SakwaWakaKatsina, Katsina-Vache-Bleue

Ce katsina est un taureau dont la couleur bleue indique soit la provenance (la race puissante de Flagstaff), soit la vitalité (le bleu est la couleur des jeunes mâles pleins de fougue). Les wakakatsinam sont des êtres très doux qui dansent lentement, pour la pluie, afin que le bétail se nourrisse, et pour la fertilité des animaux domestiques. Ils sont une allégorie de l’autosacrifice car ils donnent leur corps pour que d’autres mangent de la viande.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Philippe Descola (25 mars 2024). Les poupées katsinam, collection Laboratoire d’anthropologie sociale, Collège de France (épisode 1). Colligere. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w31s


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 09/04/2024

    […] Les poupées katsinam, par Philippe Descola et Patrick Pérez †, sur le Carnet Colligere ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search