La stèle de Mésha (IXe siècle avant notre ère, Jordanie)

À l’occasion de l’inauguration de l’Institut des Civilisations, les différents pôles documentaires vous présentent les pièces fortes exposées au sein des espaces de lecture. L’occasion de découvrir les documents et objets emblématiques des bibliothèques spécialisées en sciences humaines et sociales du Collège de France.

La stèle de Mésha est un document unique pour l’histoire du Levant sud au premier millénaire avant notre ère. Il s’agit d’une des rares inscriptions monumentales dont nous disposons pour cette région, l’inscription royale la plus longue qui a été retrouvée (33 lignes conservées, inscrites sur une pierre de basalte aux dimensions actuelles de 1,25 x 0,69 x 0,37 cm). Cette stèle nous renseigne sur l’émergence du royaume de Moab, à l’est de la mer Morte, au IXe s. avant notre ère, dans un contexte de conflit avec le royaume d’Israël.

Stèle de Mésha

À la manière des inscriptions royales du Proche-Orient ancien, le roi Mésha y retrace les hauts faits de son règne, en particulier ses victoires militaires et ses principales constructions. Il raconte comment il est parvenu, avec l’aide de son dieu Kémosh, à libérer son pays de la domination d’Israël et à conquérir de nouveaux territoires au nord-est de la mer Morte. Il décrit aussi les constructions qu’il a entrepris, notamment des fortifications, son palais, et un réservoir d’eau à Queriḥoh, ville qui semble être sa capitale et qui pourrait correspondre à l’ancienne Dibon où a été retrouvée la stèle. Il est aussi question de la construction d’autres villes, d’une route et de différents temples.

La stèle de Mésha est importante non seulement pour l’histoire politique du Levant sud au début du premier millénaire mais également pour l’histoire des religions de cette région et aussi pour l’étude des traditions bibliques. Nombre de conceptions inscrits sur la stèle se trouvent aussi dans la Bible avec une ressemblance frappante. La stèle partage notamment avec les textes de la Bible la même théologie de l’intervention des dieux tutélaires dans l’histoire des hommes. Une défaite militaire est expliquée par l’idée selon laquelle le dieu national s’était mis en colère contre son peuple. Longtemps on avait pensé que cette conception était une idée spécifique des auteurs bibliques, mais la stèle de Mésha atteste que le roi moabite a compris de la même manière la domination de son royaume par Israël : Kémosh, le dieu de Moab, aurait ainsi permis que le roi d’Israël s’empare d’une des parties du territoire de Moab en y construisant même des sanctuaires pour le dieu d’Israël. La victoire du roi de Moab contre Israël et la destruction du sanctuaire de Yahvé sont alors expliquées par l’affirmation selon laquelle Kémosh a soutenu Mésha, le roi de Moab, dans ses efforts militaires.

La stèle présente en outre la première attestation en dehors de la Bible des quatre lettres du dieu d’Israël (Yhwh, souvent prononcé Yahvé) : le roi Mésha aurait pris les objets de culte de Yahvé d’un sanctuaire transjordanien pour les amener devant son dieu Kémosh afin de signifier sa supériorité.

Il est d’ailleurs fascinant d’observer que la Bible préserve aussi le souvenir de la rébellion de Mésha roi de Moab contre Israël, mais dans une toute autre perspective. Au chapitre trois du deuxième livre des Rois, la Bible ne dit qu’à demi-mot que Mésha est parvenu à se libérer de la domination d’Israël et elle insiste surtout sur le prix élevé qu’il lui en a coûté (destruction de son royaume, sacrifice du prince héritier). Ces divergences sont dues à la fois aux origines différentes des traditions bibliques (les royaumes d’Israël et de Juda en Cisjordanie) et au fait que les traditions bibliques ont été développées et révisées ultérieurement, dans le courant du premier millénaire avant notre ère.

Enfin, la stèle nous informe également sur la langue et sur l’écriture du voisin d’Israël à l’est du Jourdain. Elle atteste ainsi la diffusion et l’utilisation de l’écriture alphabétique, en caractères dits « phéniciens » dans le Levant au début du premier millénaire avant notre ère. La stèle de Mésha occupe ainsi une place centrale pour l’étude des anciennes écritures levantines et l’histoire de l’alphabet plus généralement. Elle reste jusqu’à ce jour le monument le plus important de l’histoire du Levant du premier millénaire avant l’ère chrétienne.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Hervé Gonzalez (6 septembre 2023). La stèle de Mésha (IXe siècle avant notre ère, Jordanie). Colligere. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bdel


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search