L’ « Essai sur le don » de Marcel Mauss : un écrit fondateur de la sociologie française en ligne

L’« Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques » est un long article de Marcel Mauss publié en 1925 dans l’Année sociologique, revue auparavant dirigée par Émile Durkheim (1858-1917) et qu’il fait renaître après-guerre. Si la version éditée est disponible en ligne, notamment sur Gallica, l’ensemble des manuscrits conservés au Collège de France n’étaient auparavant disponible qu’en salle de consultation.

En 2020, à l’initiative de Paolo d’Iorio, l’ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes – CNRS/ENS) dont il est le directeur et le Collège de France ont fait numériser les brouillons  originaux de l’article à des fins d’études et pour permettre leur consultation en ligne sur Salamandre. Le choix de ce texte n’est pas anodin. Il s’agit d’abord d’un texte dans lequel Mauss réalise une étude d’ampleur, à la fois dans le temps et dans l’espace, d’un phénomène sociologique majeur en l’objet du don. Ensuite, il a été l’un des plus commentés de la sociologie française, séminal y compris hors de la discipline. Enfin, si la version éditée est bien connue, ses différentes moutures avant impression sont restées dans les angles morts des chercheurs : il était donc nécessaire de leur offrir la possibilité d’une consultation à distance, qui permet de surcroît la préservation des documents en évitant leur manipulation.

Donner : aux sources de la théorie

Si l’ « Essai sur le don » tient une place à part dans l’œuvre de Mauss, c’est qu’il y applique le concept de « fait social total », développé à partir de la définition qu’Émile Durkheim donne du concept de « fait social ». Celui-ci en pose les fondations dans Les Règles de la méthode sociologique (1895) :

Est fait social toute manière, fixée ou non, susceptible d’exercer sur l’individu une contrainte extérieure ; ou bien encore, qui est générale dans l’étendue d’une société donnée tout en ayant une existence propre, indépendante de ses manifestations individuelles1. »

Mauss reprend d’une certaine manière cette définition, mais il en précise les contours de telle sorte qu’il peut l’appliquer à un phénomène qui met en mouvement l’ensemble de la société :

Les faits que nous avons étudiés sont tous, qu’on nous permette l’expression, des faits sociaux totaux ou, si l’on veut – mais nous aimons moins le mot – généraux : c’est-à-dire qu’ils mettent en branle dans certains cas la totalité de la société et de ses institutions […] et dans d’autres cas seulement un très grand nombre d’institutions, en particulier lorsque ces échanges et ces contrats concernent plutôt des individus2. »

Mauss précise donc ce qui différencie le « fait social total » des autres faits sociaux, à savoir la mobilisation de l’intégralité – ou presque – de la société, et replace l’individu légèrement sur le devant de la scène. Ce dernier point n’est pas étonnant : à cette date, il travaille sur une conférence qu’il livre ensuite au Journal de psychologie normale et pathologique sous la forme d’un court article, « Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie ». Il y décrit la façon dont les deux disciplines doivent s’articuler pour étudier « l’homme total ». S’il ne définit guère ce dernier concept, on constate que le fil qu’il suit est celui d’une étude exhaustive de la société à plusieurs niveaux, que ce soit celui de l’individu, celui de groupes sociaux ou encore de la société dans sa globalité, à partir de phénomènes délimités. Or, l’économie de la circulation des biens, et plus particulièrement sous la forme du don (que Mauss décompose en un triptyque « donner – recevoir – rendre »), offre la possibilité d’une telle analyse en se concentrant sur certaines sociétés où son importance est particulièrement saillante. C’est le cas, notamment, des sociétés nord-américaines et mélanésiennes, dans lesquelles Mauss extrait deux modalités d’échanges des biens s’inscrivant dans un « système de prestations sociales totales3 » : le potlatch (Fig. 1) et la kula (Fig. 2). Le premier consiste en la destruction et la dispersion de biens accumulés offrant une démonstration de générosité, de désintérêt et de redistribution des richesses qui crée une obligation du donataire (qui reçoit, ou assiste à la cérémonie) envers le donateur (qui sacrifie ses possessions). La seconde est une version pacifique d’échanges de biens cérémoniels (comme des bracelets) impliquant des voyages qui permettent entre autres d’entretenir des relations diplomatiques entre les îles de l’archipel (Fig. 2). L’échange est très codifié. On emprunte un trajet précis et dans un sens différent selon que l’on transporte des colliers (soulava) ou des bracelets (mwali) : dans le sens horaire pour les premiers, anti-horaire pour les seconds.

Mauss développe d’autres notions, telles que le hau, terme maori qui désigne l’esprit d’un individu transmis à ses objets et qui force à les rendre (à donner une contrepartie) une fois ceux-ci mis en circulation, le mana (déclinaison du hau) ou encore le nexum romain qui asservit le débiteur à son créancier. En abordant ces formes d’échanges, il en fait ressortir un point commun nodal : les systèmes de dons vont bien au-delà d’un simple troc ou du commerce, et sollicitent la société dans toutes ses dimensions : religieuses, économiques, politiques, artistiques ; et ce d’autant plus que les échanges concernent une grande diversité d’aspects de la vie : alimentation, luxe, alliances diplomatiques, stratégies matrimoniales. On comprend dès lors mieux qu’en mettant le doigt sur un phénomène social fondamental et universel, Mauss ait suscité l’intérêt, voire l’enthousiasme de la génération suivante.

Recevoir : interprétations et appropriations de l’« Essai sur le don » 

L’article n’est pas immédiatement commenté hors de la communauté des sociologues. Les premiers lecteurs sont des proches, dont son ancien « jumeau de travail », l’historien Henri Hubert, qui porte un regard sévère sur l’essai dans une lettre envoyée le 21 décembre 1925 :

Les choses dont tu parles ne [sont] pas très claires […] il y a dans le commentaire des faits un flux de paroles qui ne tiennent lieu ni de généralisation formelle, ni de définitions plus précises. C’est souvent assez brumeux4. »

Il n’empêche que le texte devient progressivement un objet d’étude à part entière et alimente une littérature abondante. Parmi ceux qui en font un usage précoce, Georges Bataille, qui signe en 1933 dans la revue La Critique sociale « La notion de dépense5 », dont il se sert en 1949 comme introduction à La Part maudite, un essai d’économie générale. Il y renvoie explicitement à l’article de Mauss, dont il fait une lecture toute « bataillenne », radicale, qui « consiste à rapporter systématiquement le don à la perte, la consommation à la consumation, la circulation des biens à leur destruction6. ». On fait face ici à une réinterprétation assumée, notamment à partir d’un fragment de l’étude de Mauss, plus précisément d’une phrase en note de bas de page : « L’idéal serait de donner un potlatch et qu’il ne fût pas rendu7. »

En 1950, c’est Claude Lévi-Strauss qui s’empare du texte en publiant Sociologie et anthropologie, un recueil d’articles de Mauss (qui vient, rappelons-le, tout juste de mourir). Il y rend hommage au maître, et à son essai qu’on ne peut lire, affirme-t-il, sans « l’esprit envahi d’une certitude encore indéfinissable, mais impérieuse, d’assister à un événement décisif de l’évolution scientifique8. » Il s’appuie sur l’œuvre du sociologue pour exposer son programme structuraliste. L’intention ne fait guère de doute dans sa préface sobrement intitulée « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss ». On peut certes y trouver des critiques qui ressemblent à celles émises par Hubert, notamment quand il y parle de « cette pensée rendue parfois opaque par sa densité même9 », mais le fait est que l’« Essai » occupe une place de choix dans son manifeste, « parce que c’est l’”Essai” qui devait définir la méthode à employer10 », méthode qu’il revient à Lévi-Strauss de développer. Le fait qu’il l’annonce au détour d’une préface ne doit pas faire sous-estimer l’impact de l’exégèse lévi-straussienne, comme le rappelle Carlo Ginzburg :

[C]’est l’interprétation de Lévi-Strauss qui a dominé le terrain pendant des décennies, interprétation proposée dans le célèbre essai qui constitue un exercice magistral d’appropriation critique et que résume une phrase citée d’innombrables fois, qui décrit Mauss “comme Moïse conduisant son peuple jusqu’à une terre promise dont il ne contemplerait jamais la splendeur”. Mais à quelle terre promise pensait Lévi-Strauss ? Et pourquoi Mauss n’avait-il pas pu la rejoindre11 ? »

Les critiques que Lévi-Strauss émet à l’encontre de Mauss, plus particulièrement la transposition de la subjectivité du chercheur aux sociétés qu’il étudie, ont été l’objet de vifs débats. Si pour Lévi-Strauss on se trouve « devant un de ces cas (qui ne sont pas si rares) où l’ethnologue se laisse mystifier par l’indigène12 », d’autres, à l’instar de Claude Lefort, sont venus tempérer cette position, comme le rappelle Carlo Ginzburg13.

Dans les décennies qui suivent, l’« Essai » est devenu un texte incontournable pour qui souhaite analyser le don. L’une des études les plus complètes est celle de Maurice Godelier, dont L’énigme du don, publié en 1994, constitue une tentative de se tenir à distance à la fois de Mauss et de Lévi-Strauss tout en étant dans une relation de filiation thématique avec le premier, méthodologique avec le second (dont il fût maître-assistant). Chez Godelier aussi la première impression à la lecture de Mauss fut puissante :

Devant l’”Essai sur le don”, j’avais eu l’impression de déboucher d’un coup sur la rive d’un fleuve immense et serein charriant une masse de faits, de coutumes, détachés de sociétés multiples14. »

À partir de cette moisson de faits, à laquelle il ajoute ceux issus de ses propres travaux de terrain, chez les Baruyas de Papouasie-Nouvelle-Guinée, Maurice Godelier se concentre sur des échanges de type « non-agonistique ». Il en définit les objets ainsi :

[…] des objets qu’on ne donne ni ne vend. L’objet sacré, l’objet précieux qui sert à se marier, celui, aussi, qui sert à compenser un meurtre […]. Ces monnaies primitives ne sont pas vraiment des monnaies comme les nôtres : elles ont une sphère de circulation étroite, on ne peut pas passer de l’une à l’autre, et ce sont encore les rapports sociaux dans lesquels elles circulent qui les commandent15. »

Rendre : usages du « Don »

Le « Don » est un texte qui a fait l’objet de nombreuses interprétations, mais également de suites pratiques. En effet Mauss sent bien dans la période d’après-guerre que la situation des travailleurs les plus précaires constitue un problème qui va bien au-delà de la morale, notamment lorsque ceux-ci sont confrontés à la maladie, au chômage ou sont amenés à prendre leur retraite, situations dans lesquelles ils n’ont d’autres choix que de se tourner vers la charité. Or, dit-il à propos de celle-ci :

[Elle] est encore blessante pour celui qui l’accepte, et tout l’effort de notre morale tend à supprimer le patronage inconscient et injurieux du riche “aumônier”16. »

Ce sera dès lors tout l’objet de ses « conclusions de morale » dans lesquelles on trouve en germe (sans en être toutefois une source d’inspiration majeure) ce qui sera les fondements de la Sécurité sociale de 1945, qui « déplace la dette sociale des entreprises vers la société tout entière, du paternalisme (le riche “aumônier”) vers l’anonymat du collectif17. » Ceci a pour effet de rompre les liens personnels d’obligation et de dépendance tout en offrant au bénéficiaire d’avoir été, à un moment, un contributeur, un donateur. Le texte s’inscrit également dans une volonté constante de son auteur d’avoir un impact sur son propre monde, refusant de se cantonner à la pure spéculation théorique. Dans ces jeunes années, il avait fondé, avec d’autres socialistes, une coopérative, la Boulangerie. Il a également été un militant proche de Jaurès, écrit dans de nombreuses publications à destinations du grand public (dont les journaux L’Humanité et Le Populaire), et donné des conférences dans des cours populaires. Il est représentatif de cette sociologie du début du XXe siècle, qui voit dans la discipline une science en devenir qui, mettant au jour le fonctionnement de la société, se propose par la méthode d’apporter les solutions qui permettraient de résoudre les problèmes que l’étude a analysés. On est dès lors peu surpris de la tournure politique plus que strictement morale que prend la conclusion.

 De ce texte maintes et maintes fois commenté de la sociologie française, que peut-on encore apprendre ? Il est évident que chaque séquence historique peut faire une (re)lecture qui lui est propre de textes considérés comme fondamentaux. Si Maurice Godelier fait une réinterprétation contemporaine du don à l’aune de l’accroissement des œuvres caritatives, on imaginerait par exemple sans peine des chercheurs s’en servir différemment en relisant les « conclusions morales » de l’« Essai » à la lumière des récents débats sur la réforme des retraites. Mais si l’on veut se garder de toute spéculation, il est également possible d’en apprendre plus sur le texte lui-même, sans en faire des projections interprétatives. Et c’est bien ce que souhaite d’abord offrir aux lecteurs cette entreprise de numérisation. Le fait, d’ailleurs, que l’ITEM en fut l’initiateur, nous oriente dans cette direction, à savoir une recherche génétique et textuelle du document. La mise en ligne d’un ensemble de plusieurs centaines de feuillets manuscrits et dactylographiés permet de suivre, selon la devise du Collège de France, « la recherche en train de se faire » : ici, l’exercice d’une pensée qui fait souvent preuve de fulgurances (les différences entre les moutures, assez modérées, traduisent la longue maturation du texte et l’assurance qui a dirigé sa rédaction) mais n’est pas exempte de repentirs. L’un des plus étonnants concerne le titre général lui-même. En effet, dans les premières versions, le sous-titre est « Formes et raisons de l’échange dans les sociétés archaïques ». Or, la version finale voit la mise au singulier des termes « forme » et « raison ». Est-ce à dire que Mauss souhaite signifier que son étude est d’ordre théorique plus que descriptive, et qu’il atteint un niveau de généralité qui sera vu, par la suite, comme le socle sur lequel s’appuiera le structuralisme ?

Figure 3. Page de titre du dernier dactylogramme de l'”Essai”

Cette volonté de généraliser est claire dès la première page de cet ensemble. Ainsi, il substitue l’indéfini « chacun » au défini « il », attribuant les mêmes obligations au “visiteur” qu’au “visité”. D’autres modifications tendent à démontrer un peu plus ceci, sans qu’il soit nécessaire de les multiplier ici.

Figure 4. Deuxième feuillet du dernier dactylogramme de l'”Essai”

Il existe bien d’autres éléments à analyser dans l’ensemble des manuscrits. Cette mise en ligne d’un monument de la littérature sociologique du XXe siècle est ainsi une manière de l’inscrire dans le triptyque du don qui caractérise l’économie des savoirs (ou du savoir ?) : donner accès aux archives pour que les chercheurs les reçoivent avant de les rendre sous forme d’un nouveau savoir.

Bibliographie

  • Bataille, Georges. « La notion de dépense », La Critique sociale, n° 7, janvier 1933, reproduit dans Bataille, Georges. Œuvres complètes. I. Premiers écrits 1922-1940, éd. présentée par Michel Foucault, Gallimard, Paris, 1970, p. 302-320
  • Bert, Jean-François. « Entretien avec Maurice Godelier », Le Portique [Online], 19 | 2007, Online since 15 December 2009, connection on 12 April 2023. URL: http://journals.openedition.org/leportique/1261; DOI: https://doi.org/10.4000/leportique.1261
  • Durkheim, Émile. Les Règles de la méthode sociologique, Félix Alcan, Paris, 1895 [1919], 179 p.
  • Godelier, Maurice. L’énigme du don, Flammarion, Paris, 2008, 315 p.
  • Karsenti, Bruno. L’homme total. Sociologie, anthropologie et philosophie chez Marcel Mauss, PUF, coll. Quadrige, 2011, 455 p.
  • Malinowski, Bronislaw. Argonauts of the Western Pacific : An Account of Native Enterprise and Adventure in the Archipelagoes of Melanesian New Guinea, G. Routledge and sons, Londres, 1922, 537 p.
  • Mauss, Marcel. « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », Année sociologique, nouvelle série, T. 1, Félix Alcan, Paris, 1925, p. 30-186
  • Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, précédé d’une « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss » par Claude Lévi-Strauss, Paris, PUF, 1950 [1993], 482 p.
  • Mauss, Marcel. « Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie », Journal de psychologie normale et pathologique, Félix Alcan, Paris, 1924, p. 892-922
  • Mauss, Marcel. Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Préf. Florence Weber, PUF, coll. Quadrige, Paris, 2012, 241 p.
  • Mauss, Marcel ; Hubert, Henri. Correspondance. 1897-1927, éd. Critique par Benthien Rafael, Labaune Christophe et Lorre Christine, Classiques Garnier, Coll. Bibliothèque des sciences sociales, Paris, 2021, 653 p.
  • Ginzburg, Carlo. « Lectures de Mauss », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2010/6 (65e année), p. 1303-1320. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2010-6-page-1303.htm

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International



Citer ce billet
Christophe Labaune (2023, 1 juin). L’ « Essai sur le don » de Marcel Mauss : un écrit fondateur de la sociologie française en ligne. Colligere. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bdeg

  1. Durkheim, Émile. Les Règles de la méthode sociologique, Félix Alcan, Paris, 1895 [1919], p. 19 []
  2. Mauss, Marcel. « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », Année sociologique, nouvelle série, T. 1, Félix Alcan, Paris, 1925, p. 179 []
  3. Mauss, Marcel. Ibid, p. 37. []
  4. Fonds Mauss-Hubert du Collège de France, 57 CDF 71, reproduite dans Mauss, Marcel ; Hubert, Henri. Correspondance. 1897-1927, éd. critique par Benthien Rafael, Labaune Christophe et Lorre Christine, Classiques Garnier, Coll. Bibliothèque des sciences sociales, Paris, 2021,  p. 530-533 []
  5. Bataille, Georges. « La notion de dépense », La Critique sociale, n° 7, janvier 1933, reproduit dans Bataille, Georges. Œuvres complètes. I. Premiers écrits 1922-1940, éd. présentée par Michel Foucault, Gallimard, Paris, 1970, p. 302-320 []
  6. Karsenti, Bruno. L’homme total. Sociologie, anthropologie et philosophie chez Marcel Mauss, PUF, coll. Quadrige, 2011, p. 444 []
  7. Mauss, Marcel, op. cit., n. 1, p. 108 []
  8. Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, précédé d’une « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss » par Claude Lévi-Strauss, Paris, PUF, 1950 [1993], p. XXXIII []
  9. Idem, p. IX []
  10. Idem, p. LI []
  11. Ginzburg, Carlo. « Lectures de Mauss », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2010/6 (65e année), p. 1303-1320. URL : https://www-cairn-info.proxy-sigb.college-de-france.fr/revue-annales-2010-6-page-1303.htm []
  12. Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, op. cit., p. XXXVIII []
  13. Ginzburg, Carlo, op. cit. []
  14. Godelier, Maurice. L’énigme du don, Flammarion, Paris, 2008, p. 13 []
  15. Bert, Jean-François. “Entretien avec Maurice Godelier”, Le Portique [Online], 19 | 2007, Online since 15 December 2009, connection on 12 April 2023. URL: http://journals.openedition.org/leportique/1261; DOI: https://doi.org/10.4000/leportique.1261 []
  16. Mauss, Marcel. « Essai sur le don […] », op. cit., p. 160 []
  17. Mauss, Marcel. Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Préf. Florence Weber, PUF, coll. Quadrige, Paris, 2012, p. 47 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search