L’expédition franco-toscane en Égypte et le tableau de Giuseppe Angelelli

L’expédition franco-toscane en Égypte, 1834-1836, huile sur toile, Musée archéologique national de Florence. © Bridgeman Images

Lorsqu’en 1822 Jean-François Champollion dévoile au monde scientifique les clés de la lecture des hiéroglyphes, il n’a encore jamais posé le pied sur le sol égyptien. Il lui faudra encore patienter quelques années et la confirmation de sa position académique pour pouvoir envisager de mener une expédition scientifique dans la vallée du Nil.

Le 2 juillet 1827, Champollion présente à Charles X un mémoire circonstancié sur son Projet de voyage littéraire en Égypte dans lequel sont exposés le plan et les objectifs de l’expédition. À la même date, une version analogue en italien est adressée par son collègue et disciple Ippolito Rosellini au grand-duc de Toscane Léopold II, qui avait déjà manifesté son intérêt pour un tel projet. Ayant obtenu l’accord et le financement des gouvernements français et toscan, les deux délégations débarquent enfin en terre égyptienne le 18 août 1828. Champollion peut désormais confronter ses théories à la réalité des monuments pharaoniques.

L’expédition commune se compose d’une pléiade de quatorze érudits et artistes sous la conduite respective des deux égyptologues, la direction générale étant assurée par Champollion. Parmi les membres français de l’expédition figurent l’architecte Antoine Bibent et l’inspecteur des Beaux‑Arts Charles Lenormant qui quitteront la mission à mi-chemin. S’y ajoutent les dessinateurs et peintres Nestor L’Hôte, Salvatore Cherubini (rattaché à l’équipe française mais inscrit aux budgets des Toscans), Alexandre Duchesne, Édouard Bertin fils et Pierre Lehoux. Du côté toscan, la mission est constituée de l’architecte Gaetano Rosellini, le naturaliste Giuseppe Raddi assisté de son élève Gaetano Galastri, rapidement tombé malade et remplacé par Carlo Bolano, employé du consulat de Toscane à Alexandrie, le peintre Giuseppe Angelelli et enfin le médecin et archéologue Alessandro Ricci qui a déjà visité l’Égypte à plusieurs reprises et qui, selon Champollion, est « un vieil habitué du pays ».  

Assurés de la protection du vice-roi d’Égypte Méhémet-Ali, dotés d’un petit équipage égyptien et vêtus à l’orientale, Champollion et ses compagnons parcourent pendant plus de quinze mois les sites et monuments antiques, en s’appuyant sur les informations recueillies lors de la Campagne d’Égypte (1798-1801) ou celles collectées depuis par les voyageurs européens.

Au cours des quatre premiers mois, les équipes remontent le Nil jusqu’à la deuxième cataracte en Nubie, souvent dans des conditions périlleuses, pour effectuer un repérage général et commencer à relever les textes et décors des vestiges d’époques pharaonique et gréco-romaine. Lorsqu’il parvient à Ouadi Halfa, point méridional extrême de l’expédition, Champollion est à même de confirmer l’exactitude de ses hypothèses quant à la lecture des hiéroglyphes, ce qu’il annonce fièrement à son protecteur, le baron Bon-Joseph Dacier, dans une lettre qu’il lui adresse le 1er janvier 1829. Sur la voie du retour, la mission complète minutieusement sa documentation, passant près de six mois dans la région thébaine pour une étude poussée des tombes et des temples, où Champollion peut admirer « toute la magnificence pharaonique ».

Au terme de ce long périple à travers l’Égypte et la Nubie, Champollion et Rosellini rapportent avec eux en Europe des centaines de pièces qui viennent enrichir les collections des musées du Louvre et de Florence, ainsi qu’un ensemble considérable de relevés et de dessins. Après la mort précoce de Champollion, les résultats de cette immense moisson commune sont publiés séparément, entre 1832 et 1845 : l’édition italienne, réalisée par Rosellini lui-même, et celle dirigée par Jacques-Joseph Champollion-Figeac à partir des innombrables notes, croquis et dessins de voyage rapportés par son frère.

Au-delà de ces publications scientifiques et des papiers des deux égyptologues, nombre de détails sur ce passionnant voyage nous sont parvenus grâce à des œuvres d’artistes ayant participé à l’aventure, comme le grand tableau commémoratif de l’expédition peint par Giuseppe Angelelli à son retour en Toscane. Ce tableau, exécuté entre 1834 et 1836, est une commande de Léopold II destinée au Palais Pitti. Le grand-duc trouvant l’étude préparatoire « trop animée », Angelelli doit préparer une nouvelle composition dans des proportions plus petites (2,30 x 3,47 m) que celles qu’il avait imaginées au départ. Conservé depuis 1856 au musée archéologique de Florence, ce tableau final montre les membres de la mission à Thèbes lors du voyage de retour (mars-septembre 1829), d’où l’absence de Bibent, Lenormant et Galastri qui ont déjà quitté l’expédition. Dans cette scène, l’artiste rappelle les diverses opérations effectuées dans la région thébaine tout en y glissant des éléments significatifs de la mission, parmi lesquels le sabre offert à Champollion par Méhémet-Ali en novembre 1829 « comme marque de sa haute satisfaction ». Les personnages figurés sur le tableau peuvent être pour la plupart identifiés grâce à l’esquisse initiale annotée du tableau et à un petit nombre de portraits-études du peintre conservés à l’Institut florentin d’archéologie et d’histoire de l’art, auxquels on doit désormais ajouter les portraits saisis sur le vif pendant l’expédition par Salvatore Cherubini, récemment acquis par le département de l’Isère pour le musée Champollion de Vif.

  1. Pierre Lehoux (peintre et dessinateur) (?)
  2. Salvatore Cherubini (dessinateur)
  3. Alessandro Ricci (médecin et archéologue)
  4. Nestor L’Hôte (dessinateur)
  5. Interprète « drogman Boutros »
  6. Giuseppe Angelelli (peintre et dessinateur)
  7. Édouard Bertin fils (peintre et dessinateur) (?)
  8. Giuseppe Raddi (naturaliste)
  9. Alexandre Duchesne (peintre et dessinateur)
  10. Garde égyptien
  11. Garde égyptien
  12. Ippolito Rosellini
  13. Gaetano Rosellini (architecte)
  14. Champollion le jeune
  15. Chef des ouvriers
  16. Cheikh Aoud de Thèbes

Dans le cadre de l’exposition « Champollion 1822, et l’Égypte ancienne retrouva la parole » présentée au Collège de France du 17 septembre au 25 octobre 2022 pour la célébration du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, une reproduction en grand format (1,56 x 2,40 m) de ce tableau a été réalisée pour illustrer cet unique voyage en Égypte de Jean-François Champollion. Elle trouve désormais sa place dans le couloir d’accès de la bibliothèque d’égyptologie à l’Institut des civilisations.

Bibliographie : Elsa Rickal, Sépideh Qahéri-Paquette, « Champollion et l’Égypte : la quête d’une vie », dans J.-L. Fournet (dir.), Champollion 1822, et l’Égypte ancienne retrouva la parole, éditions du Collège de France, Paris, 2022, p. 50-87.

Retrouvez un extrait du catalogue ci-dessous :

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International



Citer ce billet
Sépideh Paquette (2023, 20 septembre). L’expédition franco-toscane en Égypte et le tableau de Giuseppe Angelelli. Colligere. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bden

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search