La table d’Ampère du Collège de France

Vue générale de la table d’Ampère

Sur la table qui porte aujourd’hui son nom, André-Marie Ampère, mathématicien, chimiste et physicien, philosophe, et l’un des plus brillants esprits de son temps, a découvert les lois de l’électrodynamique. Dans les manuscrits conservés à l’Institut de France, on suit les étapes de l’élaboration de sa théorie : http://www.ampere.cnrs.fr/manuscrits/avoir/avoir-electro.php#livre1

Conservée au Collège de France, la table qui a permis ces découvertes a été fabriquée par Ampère lui-même, dans la maison qu’il avait achetée au 19 rue des fossés Saint-Bernard (aujourd’hui rue du Cardinal Lemoine). Toute en bois afin d’isoler l’expérimentateur des éléments conducteurs d’électricité, elle se compose d’un plateau revêtu d’un vernis isolant, muni de vis, bascules et patères en cuivre, et de cavités  dans lesquelles Ampère pouvait insérer tel ou tel instrument ou tige conductrice, accrocher des fils de cuivre enrobés ou non de soie et autres dispositifs, au gré des expériences qu’il souhaitait mener. Des rigoles creusées dans le plateau de la table permettaient de faire circuler du mercure, récupéré ensuite dans l’un des trois tiroirs, couvert de paraffine, les deux autres tiroirs servant à stocker les différentes pièces utiles à ses expériences. Ampère a expliqué le détail de son dispositif dans un ouvrage intitulé Description d’un appareil électro-dynamique élaboré par Monsieur Ampère, publié en 1824 et disponible en ligne sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62045n/f1.item.texteImage

Ce fut à l’ingénieur Pixii, établi près de la rue de l’École de Médecine, qu’Ampère passa commande des pièces dont il avait besoin pour construire la table, dont Pixii fabriqua ensuite de nombreuses copies qu’il vendit en France et à l’étranger, essentiellement à des fins d’enseignement. Une de ces copies est conservée à Berlin, au deutsche Museum de Munich. La table fonctionnait avec une pile Volta dont on a perdu la trace mais dont un modèle est conservé au MusX de l’Ecole Polytechnique.

Longtemps conservée dans les murs du laboratoire de physique du Collège de France, puis dans le bureau de Pierre-Gilles de Gennes, titulaire de la chaire Physique de la matière condensée, la table vient de faire l’objet d’une restauration que le Collège de France a confiée à Monsieur Bernard Pigelet, spécialiste du traitement d’instruments scientifiques, qui est intervenu sur de nombreux objets dans les collections du laboratoire Curie ou de l’ESPCI. M. Pigelet a nettoyé la table et l’ensemble des instruments qu’elle contenait. Il en a replacé certains sur la table elle-même de façon à reconstituer en partie l’une des expériences et en a présenté d’autres sous une vitrine à part, en complément. Il n’a pas voulu aller plus loin pour ne pas dénaturer l’objet.

Cette restauration s’inscrit dans la volonté du Collège de France de mieux valoriser son histoire et son patrimoine scientifique. Elle a été programmée dans le cadre de la manifestation intitulée Ampère 200, destinée à fêter le bicentenaire des premières découvertes d’Ampère et a été retenue par l’IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers) pour son programme Milestones (jalons). Ce programme met à l’honneur les réalisations techniques significatives dans les domaines suivants : ingénierie, informatique et technologie de l’information, sciences physiques, sciences biologiques et médicales, mathématiques, communications techniques, éducation, gestion, droit et politique. Il s’agit d’un programme du comité d’histoire de l’IEEE. Pour être proposée comme jalon de l’IEEE, une réalisation doit avoir au moins 25 ans, avoir bénéficié à l’humanité et avoir eu une importance au moins régionale.

Plaque de l’IEEE en hommage à Ampère

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anne Chatellier (13 avril 2023). La table d’Ampère du Collège de France. Colligere. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bdee


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search