L’exposition du bicentenaire de la Société Asiatique est prolongée jusqu’au 24 février 2023

Visible au Collège de France, 11, Place Marcelin Berthelot, Paris 5e, du lundi au vendredi de 10h à 18h, l’exposition, gratuite, présente plus de quatre-vingt-dix documents rares et précieux, fleurons de cette société savante fondée en avril 1822 par les premiers orientalistes français comme Silvestre de Sacy ou Abel-Rémusat, et qui compta parmi ses premiers membres Eugène Burnouf et Jean-François Champollion, tous professeurs au Collège de France. 

La Société Asiatique est née, ce n’est pas un hasard, l’année du déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion ; durant la même période, les travaux se multiplient pour le déchiffrement du cunéiforme, des campagnes de fouilles sont lancées, à la redécouverte de nombreux textes et monuments de civilisations millénaires. Durant tout le XIXe siècle, l’orientalisme, né au XVIIe siècle, prend son essor.

Lors de sa toute première assemblée, la société savante se fixe pour mission le développement et la diffusion des connaissances sur ce que le XIXe siècle appelait l’Orient : une aire immense allant du Maghreb à l’Extrême-Orient. Nombreux sont ses membres qui explorent ces régions du globe et complètent leur bibliothèque en achetant sur place des ouvrages nécessaires à leurs travaux. C’est ainsi que la bibliothèque de la Société Asiatique dispose d’un riche fonds ancien dont les pièces emblématiques font l’objet de l’exposition présentée actuellement au Collège de France, partenaire naturel de la Société Asiatique.

Parmi les documents présentés, on remarquera notamment d’intéressants récits de voyage des XVIIe et XVIIIe siècles, les premiers dictionnaires de langues rares comme le mandchou ou le cam, des traductions de livres de piété catholique en arménien et en mongol, des manuscrits et des imprimés anciens en sanscrit, en cam, en chinois, en écriture lolo et en japonais.

Livre ouvert, la page de gauche comporte du texte, celle de droite porte une gravure représentant notamment un éléphant au milieu d'une ville. L'animal fait face à un homme assis sur un trône.
Olfert Dapper, Asia of Naukeurige Beschryving van Het Rijk des Grooten Mongols, En een groot gedeelte van Indien ; Benessens een vilkome Beschryving van geheel Persie, georgie, Mengrelie en andere Gebuur-gewesten. Het Landschap van Georgie, Cirkassie, Albanie, Kurdistan. Amsterdam, Jacob van Meurs, 1672. F° 127

Les deux œuvres les plus précieuses sont sans conteste un édit d’anoblissement sino-mandchou (1735) et un herbier chinois illustré à usage médicinal, copie fidèle datée du XVIIIe siècle d’un ouvrage du XVIe siècle, ouvrage offert à la Société lors de sa première séance, le 1er avril 1822.

Fuxi, le patriarche de la médecine chinoise, est représenté mangeant une plante, vêtu d'un habit de feuilles vertes et rouges.
Fuxi, patriarche mythique de la médecine chinoise. Herbier dit Herbier Lasteyrie, manuscrit aquarellé, 1 vol (207 fol) 34*42 cm. Don Lasteyrie 1822. B36 (cl Georges Chatelain)

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International



Citer ce billet
Anne Chatellier (2023, 18 janvier). L’exposition du bicentenaire de la Société Asiatique est prolongée jusqu’au 24 février 2023. Colligere. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bdeb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search