Témoignage d’un ancien auditeur de Martial Gueroult

À l’occasion de la collaboration du service des archives au volume 2 de la nouvelle collection « Faire savoir », Laure Léveillé a pu s’entretenir avec un auditeur des cours de Martial Gueroult au Collège de France. Il s’agit de Pierre Jacerme, philosophe ayant enseigné durant vingt ans au Lycée Henri IV dans la classe préparatoire à l’École normale supérieure de Saint-Cloud, de 1978 jusqu’à sa retraite en  1998.

De tels témoignages d’anciens auditeurs au Collège sont toujours précieux car l’une des difficultés auxquelles se heurtent à la fois les archivistes et les chercheurs tient à la nature même des enseignements professés en cette institution : le Collège ne requérant aucune inscription préalable ni aucuns frais, ne délivrant non plus aucun diplôme, rares ont été les périodes, sur les cinq siècles ou presque de son existence, où des listes d’auditeurs ont été dressées. Les registres d’inscription que conserve le service des archives, dont certains sont numérisés, sont presque tous datés du premier XIXe siècle, parfois de la seconde moitié du XVIIIe.  Autant dire que cela fait peu relativement à la longévité de l’institution.

Or c’est là souvent cause de déception pour les chercheurs qui tentent de reconstituer des itinéraires intellectuels et scientifiques comme les réseaux d’influence ou d’interaction. On sait, par des coupures de presse ou des témoignages écrits, que certains professeurs eurent un succès retentissant, avec, aux portes de leur cours annuel, de mémorables files d’attente, visibles dans le quartier – on en voit encore de nos jours. Des photographies permettent parfois de se figurer les auditoires, voire, pour des yeux exercés aux physionomies savantes, de reconnaître telle ou telle personne devenue à son tour célèbre plus tard dans les champs scientifique, littéraire ou artistique. Les personnes ayant côtoyé d’anciens auditeurs, dans leurs famille ou entourage, sont également susceptibles d’identifier des visages moins connus du public. Cependant, les prises de vue de l’auditoire n’ont rien de systématique et ces deux pistes d’identification restent hasardeuses le plus souvent.

Aussi est-ce seulement en recoupant des témoignages, oraux ou écrits, que l’on peut, notamment pour le XXe siècle, espérer identifier d’anciens auditeurs, qui a leur tour pourront peut-être éclairer sur leurs voisins d’amphithéâtre et qui parfois ont conservé les notes qu’ils avaient prises. Ces dernières constituent alors un précieux témoignage de la réception des cours qui, par ailleurs, font l’objet d’un résumé annuel officiel, rédigé par chaque professeur et imprimé dans l’Annuaire du Collège de France. En outre, dans certains cas seulement, c’est-à-dire lorsque les professeurs ont choisi de léguer leurs archives de cours à l’institution, on peut trouver les papiers correspondant dans les dossiers d’archives scientifiques (privées) conservées sur place au service des archives du Pôle patrimonial.

Un de ces heureux hasards de quartier et de café parisiens a fait qu’un matin, évoquant auprès de Pierre Jacerme le projet d’un ouvrage sur un cours de Martial Gueroult, j’ai eu la bonne surprise d’apprendre que ce voisin, philosophe, élève de l’ENS Saint-Cloud au début des années 1960, avait justement suivi un cours du professeur Gueroult. Ainsi avons-nous commencé à discuter de la figure de ce philosophe relativement méconnu du grand public et des générations récentes d’étudiants mais qui, en son temps, forma plusieurs des philosophes ayant fait carrière dans l’Université ou dans les classes terminales et préparatoires des lycées. Il les forma notamment en leur découvrant, au sens fort, les systèmes philosophiques qui le passionnaient dans leur teneur comme dans leur élaboration et leur édifice, celui de Kant comme auparavant ceux de Descartes et de Spinoza et ceux des post-kantiens, Fichte surtout, Schelling et Hegel1.

La manière même dont il considérait devoir aborder ces systèmes et leurs textes fondateurs, en philosophe spécialiste des théories de la connaissance et en élaborant une philosophie de l’histoire de la philosophie, présentait intrinsèquement des vertus pédagogiques. C’est ce que la lectrice que je suis, non philosophe, a pu d’emblée constater en se plongeant dans le cours de 1957-1958 sur la Critique de la Raison pure édité par Arnaud Pelletier. Non que je prétende avoir tout saisi à la manière d’un philosophe mais je n’ai pu que m’incliner devant la clarté d’exposition, le souci de déplier tous les prérequis conceptuels, d’éclairer les concepts et de faire saisir ensuite toutes les articulations logiques. En pratiquante assidue des archives scientifiques du Collège, je me suis ainsi prise à imaginer le déroulement de ce cours et d’autres similaires, donnés par Martial Gueroult, en un temps où le Quartier Latin devait résonner davantage, pour les étudiants d’alors, des expressions de la philosophie existentialiste ou phénoménologique. Saint-Germain-des-Prés tout proche me semblait avoir dû exercer un attrait supérieur à celui de cette exposition minutieuse et rigoureuse des philosophies de la connaissance ne concédant rien hors de la Raison.

C’est d’ailleurs ce que Pierre Jacerme m’avait déjà laissé entendre : jeune homme débarqué à Paris à 1957 après sa scolarité aux lycées de Tunis puis d’Alger, sa découverte de la capitale allait de pair avec son désir d’approfondir celle de la philosophie existentialiste, sartrienne notamment. Hésitant entre des études de philosophie et de cinéma, il n’oublierait pas non plus de fréquenter les cinémas d’art et d’essai et, au premier chef, la cinémathèque française d’Henri Langlois, au 29 de la rue d’Ulm, à quelques numéros de l’autre École normale supérieure, le lieu d’Althusser à cette époque.

Or même le paysage des amphithéâtres d’alors semble refléter les partitions au sein de la jeune génération d’étudiants en philosophie. Pierre Jacerme se souvient avoir suivi, pour un certificat de licence et dans le grand amphithéâtre Descartes de la Sorbonne, le cours sur Descartes (justement) que donnait Ferdinand Alquié, l’adversaire de Martial Gueroult dans la célèbre querelle d’alors.

Pierre Jacerme :

Je me tenais tout en haut, avec les sartriens. Les premiers rangs étaient occupés par de jolies étudiantes, ce que le professeur semblait apprécier. Le cours d’Alquié avait tout de la grand messe. »

Les derniers termes de cette évocation ne sont pas sans rappeler le succès des cours de Bergson au début du XXe siècle de l’autre côté de la rue Saint-Jacques, y compris l’allusion aux admiratrices, à remettre dans chacun des contextes bien sûr.

Sur la page de journal sont reproduites trois photographies : en haut, une foule d'auditeurs à l'extérieur de la salle (photographiée de côté), certains montées sur les bords de fenêtres, tentent d'écouter le cours de Bergson. En bas, la même foule photographiée de dos. En bas à droite, photographie en médaillon d'Henri Bergson.
« On écoute aux fenêtres le cours de M. Bergson », L’Excelsior, 14 février 1914. Retrouvez l’exposition virtuelle ici : https://archibibscdf.hypotheses.org/8177

Toutefois, à une question posée sur la controverse Alquié vs Gueroult, qui semble avoir beaucoup animé le monde académique durant la décennie 1950-1960, Pierre Jacerme répond que, de son point de vue, elle n’était pas si prégnante.

Tout commence en 1950 avec la parution aux Presses universitaires de France de La nostalgie de l’être et de La découverte métaphysique de l’homme chez Descartes par Alquié, suivis en 1953 du Descartes selon l’ordre des raisons2 publié par Gueroult chez Aubier.  En 1957, au colloque « Descartes » de Royaumont, la querelle bat son plein. Nous n’entrons pas ici dans les détails et signalons seulement les grands termes opposés : genèse (Alquié) vs structure (Gueroult), pensée vivante vs système logique, leçon existentielle du cogito vs leçon intellectuelle. À cette célèbre controverse, Pierre Macherey a consacré le premier chapitre de son ouvrage intitulé Querelles cartésiennes3. En page 22, Macherey cite Ferdinand Alquié : « Le « je pense »  [dans le célèbre « cogito ergo sum » ou « Je pense donc je suis » de Descartes, 2e des Méditations métaphysiques] ne révèle pas un esprit pur, un entendement en général mais un « moi », un « je » existant et concret. » Contrairement à ce sur quoi se fonde la manière de Gueroult, « il n’y a pas un ordre unique et homogène des raisons » qui permet de lire Descartes comme un système. Quelle aurait été la discussion concernant la lecture de Kant si le cours de Martial Gueroult sur la Critique de la Raison pure était paru de son vivant ?

Il sera de nouveau question de Pierre Macherey dans les propos recueillis auprès de Pierre Jacerme : le témoignage de ce dernier sur un moment particulier de la philosophie au tournant des années 1960 et 1970, offrira une mise en perspective du rôle de Martial Gueroult dans le paysage philosophique, pédagogique et académique de cette époque.

Propos recueillis auprès de Pierre Jacerme – automne 2022

« On peut voir Martial Gueroult comme un préstructuraliste. La période précédente était dominée par le bergsonisme – d’ailleurs Merleau-Ponty le salue dans sa leçon d’ouverture4 au Collège de France et sait son importance pour le premier XXe siècle. Ce n’est qu’à partir du milieu du siècle que la philosophie de Bergson est relayée par celle de Sartre et par la sienne. Avec Bergson, on avait une philosophie de l’intuition, du contact sympathique avec le tout, d’où une critique de l’intellectualisme.

Avec Gueroult, en quelque sorte, on a un retour à la théorie de la connaissance de l’âge classique et allemande. Gueroult est passé par l’Université de Strasbourg ; il est très féru des commentateurs allemands repris par Cassirer. Il essaie d’approfondir les continuateurs de Kant, tels que Fichte sur les doctrines de la science. Fichte va plus loin que Kant, au-delà de la frontière tracée par Kant que l’on peut résumer ainsi : on ne peut pas connaître la chose en soi ; chercher à aller plus loin c’est risquer de mettre en échec la Raison, ce qui est un tabou.

Or les post-kantiens tentent d’aller au-delà : ce qu’il faut faire, c’est cerner la chose en soi. Fichte, Schelling et Hegel cherchent à atteindre l’absolu lui-même, au-delà du phénomène qui se produit dans le cadre de la « possibilité de l’expérience ».

Quand Gueroult travaille sur Fichte il va en ce sens mais en exposant ce dépassement dans le cadre d’une logique, et non du côté de l’intuition bergsonienne. C’est en cela qu’il annonce le structuralisme, les structures de l’esprit humain comme chez Lévi-Strauss, et c’est pour cela qu’il s’oppose aux approches trop existentielles comme celle d’Alquié, ce dernier étant très influencé par les Surréalistes, la vision merveilleuse et poétique du monde de Najda chez André Breton5.

Avant l’agrégation, j’avais fait mes études en Sorbonne et notamment un certificat d’histoire de la philosophie. Sur Descartes, j’avais suivi le cours d’Alquié dans le grand amphi Descartes.

Gueroult écrivait aussi sur Descartes, en l’appréhendant uniquement du point de vue logique, ce qui de nouveau renvoie au pré-structuralisme (les structures logiques avant tout). D’où son auteur de prédilection, Spinoza, et les deux grands cours sur l’Éthique qu’il a donnés au Collège de France.

J’entre à l’ENS de Saint-Cloud en 1960 ; un camarade plus âgé, Moullade, me dit que nous allons bénéficier de tous les cours de la Sorbonne et du Collège de France sur Spinoza à la bibliothèque de l’École grâce aux prises de notes réparties entre les élèves. Je suis désigné pour aller suivre le cours de Gueroult sur Spinoza dans la grande salle du Collège de France [ndlr : il ne s’agit pas du grand amphithéâtre Marguerite de Navarre que connaissent les auditeurs actuels des cours.].

Vue partielle de la grande salle en question, lors de la leçon inaugurale du professeur Étienne-Émile Baulieu.

Gueroult arrivait toujours impeccable, en costume, portant sa Légion d’honneur. Il ne montrait aucun affect, il semblait de sang-froid. Nous avions une vingtaine d’années, un peu plus, et le percevions comme âgé (il avait environ 70 ans en 1960). Ce qui était stupéfiant c’est qu’il n’y avait quasiment personne au cours à part nous et un ou deux sans-abri qui venaient se chauffer au Collège. Nous étions quatre ou cinq, isolés dans la salle, dont le normalien d’Ulm Pierre Macherey, le futur grand althussérien et disciple de Canguilhem. Il s’isolait, et moi aussi, pour pouvoir se concentrer sur la prise de notes.

Gueroult lisait, donc, son cours entièrement rédigé, sur le livre I de l’Éthique, en examinant chaque ligne du texte, la position de l’argument, son sens, pourquoi ça et pas autre chose : il se livrait à une explication logique.

Selon Gueroult, il est capital de comprendre les propositions de Spinoza pour aborder la suite : Spinoza est le parangon de son désir de majorer la théorie de la connaissance, c’est la clé de la connaissance de tout le reste. C’est pourquoi il fera cours sur Kant en insistant sur ce préalable.

J’ai pris les notes au cours de Gueroult sur Spinoza, livre I de l’Éthique pendant un an, puis la deuxième année, sur le Livre II. J’ai vécu ce cours comme éclairant, sans avoir lu l’Éthique en entier. Je pouvais voir l’édification d’un système, sans doute la première volonté systématique avant Leibniz. Cette manière de faire me satisfaisait alors car j’aimais comprendre quelque chose à fond6.

Mes notes étaient ensuite ronéotées (selon le système de reprographie d’alors) à Saint-Cloud. Y en a-t-il encore trace à la bibliothèque ou aux archives pédagogiques de l’École [désormais à Lyon] ?

En 1963, grand changement : je dois préparer l’agrégation. Je m’étais pris de passion pour le cinéma, j’allais chaque jour à la cinémathèque d’Henri Langlois, rue d’Ulm. Ça n’était pas cher et je pouvais travailler à la bibliothèque de l’Institut national de la recherche pédagogique, juste à côté. Dès 18h30, j’enchainais sur le ciné – 1,10 franc la place ! Je demandais à mon coturne7, Daniel Defert, l’ami de Foucault, de défaire mon lit pour que les surveillants ne sachent pas que je découchais. J’avais une petite chambre de bonne au Quartier Latin. Je suivais peu de cours en fait ; je voyais trois films par soir, aux séances de 18h30, minuit, 1 heure. Résultat : j’ai été collé à la session de 1963. Le président du jury d’agrégation était Étienne Souriau, très classique, tendance René Le Senne et Louis Lavelle. Mais c’était la dernière année de ce jury et en 1964, tout change avec l’arrivée de Georges Canguilhem à la présidence. Il est déjà célèbre, à la fois médecin et philosophe, travaillant sur le rapport des sciences avec la philo, en affinité avec les œuvres de Suzanne Bachelard et de Jean Cavaillès, son condisciple mort pour fait de Résistance. Comme professeur, il était réputé inspirant et exigeant : « ça ne va pas rigoler à l’agreg ! » se dit-on dans les rangs des candidats. On connaissait aussi l’influence de Canguilhem sur les normaliens d’Ulm, ses successeurs à l’École normale. Pierre Macherey, un de ses élèves, avait fait un exposé remarquable sur son œuvre, rue d’Ulm. C’est Canguilhem qui dirigeait la thèse de Michel Foucault sur la Folie à l’âge classique, en même temps que Jules Vuillemin. Bref, on s’est aussitôt dit : il va falloir bosser !

Au programme, il y avait Kant, la Critique du jugement et les Stoïciens. Alors Gueroult faisait à la fois un cours sur les Stoïciens et un cours général sur Kant. Philonenko assurait le cours sur la Critique de la faculté de juger.

Durant cette année de cours, Gueroult a beaucoup insisté sur la théorie de la connaissance chez les Stoïciens. L’ENS de Saint-Cloud, en accord avec Gueroult, avait demandé qu’il fasse un cours en parallèle de celui du Collège de France. Il était déjà âgé et avait accepté à condition qu’on vienne le chercher et qu’on le raccompagne en voiture. Tous les agrégatifs suivaient ses cours, environ une quinzaine en comptant les candidats libres, au nombre de cinq. Je redoublais donc. Gueroult lisait un cours entièrement rédigé et répondait à toutes les questions à la fin du cours ; il les sollicitait. C’était clair, rigoureux, informé. Or il y avait peu de bibliographie disponible à l’époque sur les Stoïciens, sauf en allemand et des commentaires relativement anciens ; la première édition, établie par Von Arnim, était très rare, épuisée. Gueroult appuyait son cours dessus et c’était très précieux pour nous, mais toujours au prisme de la position systématique : la logique du système, ce que le philosophe doit comprendre du système puis faire comprendre aux autres.

Le sujet à l’agrégation est tombé : « Théologie et téléologie chez Kant et chez les Stoïciens » ! Nous étions totalement démunis, ce sujet nous a tous assommés, sauf les ulmiens, qui étaient privilégiés par leur relation avec leurs caïmans et avec Georges Canguilhem. Etienne Balibar est sorti premier, Jacques Rancière deuxième, Rivelaygue troisième et Macherey quatrième. Il y avait aussi Rabant et une amie, Danielle Ancier, l’épouse de Jacques Rancière, ainsi que Daniel Defert. »


Pierre Jacerme, au sortir de l’agrégation est parti enseigner à Nouméa au titre de la coopération pour son service militaire. Rentré à Paris en 1970-1971, après un an de détachement à l’ENS de Saint-Cloud où il rédige un mémoire sur la théorie du montage au cinéma, il est affecté au lycée Louis-le-Grand (1971-1972) puis au lycée Henri IV (rentrée 1972) où il enseignera en classes de terminale et préparatoires (HEC, Khâgne tronc commun et option philosophie) jusqu’à sa retraite en 1998.

Parmi ses anciens élèves, on compte (par ordre alphabétique) Jean-Philippe Antoine, Paul Audi, Antoine de Baecque, Stéphane Breton, Johann Chapoutot, Philippe Ducat, Michel Eltchaninoff, Emmanuel Faye, Jérôme Garcin, Marie-Hélène Gauthier, Jacques Gerstenkorn, Katia Légeret, Catherine Malabou, Pap N’Diaye, Denis Olivennes, Mazarine Pingeot, Barbara Stiegler. Cette liste n’est évidemment pas exhaustive.

Sa bibliographie rejoint son désir et son attitude pédagogiques de simplicité, clarté et approfondissement. Une édition commentée du Discours de la méthode ainsi qu’une Introduction à la philosophie occidentale, ont toutes deux été publiées et rééditées chez Pocket.

Voir aussi : La Folie, de Sophocle à l’anti-psychiatrie, Bordas, 1974 ; L’Éthique à l’ère nucléaire, Lettrage, 2005 ; Monde, déracinement, présence des dieux, Editions du Grand-Est, 2008.

Articles sur le cinéma : « Cinéma et monde des idées : Film, de Samuel Beckett » dans Cahiers philosophique, n° 62, mars 1995 ; « Allemagne neuf zéro de Jean-Luc Godard » dans Patio, Éditions de l’Éclat, n°1.

Pierre Jacerme se passionne en outre pour le Japon, pour la littérature et le cinéma japonais davantage que pour la philosophie japonaise même si cette dernière est évidemment présente dans le cinéma comme dans le théâtre Nô. Il prépare actuellement un ouvrage consacré à ce pays.

Sélection d’ouvrages de Pierre Jacerme.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International



Citer ce billet
Laure Léveillé (2022, 15 décembre). Témoignage d’un ancien auditeur de Martial Gueroult. Colligere. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bdea

  1. On constate ici que le déploiement de sa recherche ne suit pas rigoureusement la chronologie des systèmes philosophiques, du moins en ce qui concerne l’écriture de cette recherche ; sa propre lecture de Kant a bien dû précéder son travail sur les post-kantiens mais son travail d’exposition garde Kant pour la fin, si l’on peut dire, au point que le cours est resté inédit jusqu’à nos jours et que le « Kant » de Martial Gueroult n’a jamais paru. []
  2. Par Martial Gueroult. Voir le compte rendu par B. Rochot dans la Revue d’histoire des sciences (1954) : https://www.persee.fr/doc/rhs_0048-7996_1954_num_7_2_3417 []
  3. Ouvrage publié aux Presses universitaires du Septentrion, Lille, 2014. Voir : https://books.openedition.org/septentrion/28563 []
  4. Leçon inaugurale : faite le jeudi 15 janvier 1953 / par M. Maurice Merleau-Ponty ; Collège de France, Chaire de philosophie, Paris : Collège de France , 1953, 1 vol. (51 p.). []
  5. Cf. Ferdinand Alquié, Philosophie du Surréalisme, Paris, Flammarion, 1955. []
  6. Sur le rôle de Martial Gueroult dans le retour des études spinozistes à partir de 1960, voir : « Se réapproprier Spinoza : usages et mésusages d’un philosophe à la mode » par Matthieu Renault et Guillaume Sibertin-Blanc, dans la revue Le Crieur, Médiapart-La Découverte, n° 10, juin 2018, p. 144-159, p. 149. Les auteurs citent leur entretien du 8 février 2018 avec Pierre-François Moreau : « (…) en reconstruisant l’Éthique de Spinoza dans la systématicité de sa structure conceptuelle, Gueroult et Matheron nous paraissaient intégrer les études spinozistes dans l’épistémologie historique de Bachelard, Koyré, Canguilhem, dont Althusser se réclamait au même moment pour refonder le matérialisme historique comme science rigoureuse ». []
  7. Colocataire []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search