Les voyages de Monsieur Sylvain Lévi. Prologue

La bibliothèque d’études indiennes du Collège de France conserve dans ses collections une grande partie d’un fonds documentaire constitué par Sylvain Lévi (1863-1935), professeur sur la chaire de langue et littérature sanskrites de 1894 à 1935.

Fondateur de l’Institut de civilisation indienne à la Sorbonne en 1927 et nommé directeur de la Maison franco-japonaise de Tokyo la même année, Sylvain Lévi fit par trois fois le voyage en Asie, entre 1897 et 1928 : de l’Inde au Japon en passant par le Népal, l’Asie du Sud-Est et Taïwan, revenant par la Chine ou la Corée, et la Russie. Si son premier voyage est avant tout consacré à la recherche de sources premières sur le bouddhisme (manuscrits et inscriptions), le dernier, occupé par un séjour de plus d’un an au Japon, concrétise l’un de ses projets intellectuels : approfondir le dialogue et les liens entre l’Asie et la France. De ces voyages, Sylvain Lévi rapporte différents documents répondant en premier lieu aux besoins d’un professeur en quête de sources originales et originelles. Ces dernières sont composées des types de documents suivants:

  • manuscrits, sur feuilles de palme (ôles) ou sur papier, collectés au Népal, certains étant originaires du nord de l’Inde (environ 70 pièces) ;
  • estampages d’inscriptions réalisés au Népal, au Japon, en Chine, certains encrés (estampages à la chinoise), d’autres en relief (estampages à la Lottin de Laval) comptant environ 200 pièces ;
  • photographies sur plaques de verre, d’images stéréoscopiques, de tirages photographiques sur papier, principalement souvenirs de l’Inde, du Népal, de l’Indochine et du Japon (environ 380 pièces).

Sylvain Lévi en costume népalais, vers 1898

Cet ensemble compose ce qu’on appelle aujourd’hui le « fonds » ou la « collection Sylvain Lévi » de la bibliothèque d’études indiennes. La bibliothèque personnelle du professeur, ainsi qu’une partie de ses archives scientifiques, furent également accueillies par le Collège de France à la mort de Sylvain Lévi en 1935. Conservés, partiellement inventoriés et catalogués, oubliés, ou seulement connus de rares initiés, ces documents sont aujourd’hui en voie de redécouverte, de restauration et de mise en valeur.

Une première campagne de restauration et de numérisation des manuscrits les plus fragiles et les plus précieux a été engagée en 2012. Certains des manuscrits sont déjà visibles en ligne sur Salamandre (consulter ici), d’autres, comme le manuscrit de l’Aṣṭasāhasrikāprajñāpāramitā (plus d’information ici), le seront très prochainement. Les estampages, récemment redécouverts, doivent être d’abord inventoriés. Les photographies, en cours de numérisation, seront également consultables sur Salamandre.

La présentation de cette collection prendra la forme d’un feuilleton sur ce carnet, feuilleton qui nous emmènera sur les traces de Sylvain Lévi à travers ses voyages en Asie. Manuscrits, inscriptions et photographies se répondent et trouvent souvent explication et cohérence dans ses écrits (articles et livres publiés mais aussi archives scientifiques), ainsi que dans le journal de voyage de son épouse, Désirée Lévi, qui l’accompagna lors des deuxième et troisième voyages. Nous proposerons ainsi aux lecteurs des billets sur les documents progressivement mis en ligne sur Salamandre ou faisant l’objet d’une nouvelle étude ou publication.

Pour citer cet article : Ronan Moreau, "Les voyages de Monsieur Sylvain Lévi. Prologue," in Colligere, 03/09/2018, https://archibibscdf.hypotheses.org/1311. Consulté le 18/11/2018.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.