Faire fond(s) : la collection « Faire savoir » et les archives du Collège de France

Avant de poursuivre notre exploration autour du volume consacré à Kant dans la collection « Faire savoir » des Éditions du Collège de France, précisons les contours de cette collaboration, initiée par les Éditions, avec le service des archives de l’établissement.

La rubrique « Faire fond(s) » dans la collection « Faire savoir » dirigée par Patrick Boucheron

« Faire savoir » évoque à la fois une élaboration, qui parfois recourt aux sources d’archives et une transmission, qui souvent laisse à son tour des traces. Aussi la rubrique « Faire fond(s) » propose-t-elle, en écho au texte publié, une approche des pièces scientifiques conservées aux archives du Collège de France, qu’elles aient servi de source primaire ou d’éclairage complémentaire.

Ces pièces sont majoritairement des papiers, manuscrits ou tapuscrits, auxquels s’ajoutent parfois des photographies, dessins, cartes ou même des objets. Or tout lot de documents ne fait pas fonds de prime abord et la cohérence interne reste souvent à révéler au moyen de l’inventaire, entre autres outils des archivistes. C’est là que l’historien de métier, le spécialiste de la discipline enseignée comme le citoyen curieux peuvent trouver de quoi faire fond selon les questions qu’ils posent à ces archives, dans la conscience des contours, des contenus et des limites de chaque fonds.

Revenues de l’IMEC1 (Institut mémoire de l’édition contemporaine) en 2013, les archives scientifiques des professeurs des XIXe et XXe siècles présentent la caractéristique d’être elles-mêmes, pour ainsi dire, « en train de se faire », comme l’est la recherche enseignée au Collège. Pour certains de ces fonds en devenir, le classement n’est pas définitif, l’inventaire détaillé n’est pas achevé, ce qui n’empêche pas d’y donner accès sur demande, après protection des pièces non communicables selon les délais légaux. Le carnet de recherche des bibliothèques et archives du Collège de France, Colligere, publie régulièrement des billets pour faire connaître ces fonds en cours de traitement et inviter les chercheurs à venir les explorer.

Qu’est-ce que Faire fond(s) ?

Chaque fois qu’un titre de ce nouveau dessein éditorial aura sa source dans les fonds d’archives conservés au Collège de France ou qu’il en aura exploité les apports, la rubrique « Faire fond(s) » tentera d’éclairer les lecteurs sur la nature de ces collections et sur les horizons de recherche qu’elles invitent à explorer. C’est que le service des archives au Collège est jeune encore, surtout si l’on songe que le Collège lui-même fêtera ses 500 ans en 2030. Et ce n’est véritablement que depuis 2013 et le retour des fonds de professeurs des XIXe et XXe siècles, fonds d’archives auparavant déposés à l’IMEC, que les archives scientifiques, celles qui témoignent des activités de recherche et de cours sont aisément consultables sur le site même où elles ont été produites ou dans ses plus proches parages. Cinq personnes travaillent à les préserver et les valoriser. Colligere, le présent carnet de recherche des bibliothèques et archives du Collège de France, vient de fêter quant à lui ses cinq ans d’existence sur la plateforme Hypothese.org.

Faire fonds, pour un lot d’archives collectées dans des conditions chaque fois particulières, ne va pas de soi. On peut employer communément le terme « fonds » pour désigner ce lot comme un ensemble plus ou moins déterminé ; on peut aussi choisir de réserver le mot à un ou plusieurs lots d’archives présentant une certaine cohérence2. Cette cohérence n’est pas toujours patente au premier regard – un seul coup d’œil peut-il d’ailleurs embrasser plusieurs dizaine de cartons de papiers disparates et plus ou moins lisibles ? Le premier travail des archivistes consiste justement à ordonner sans trop dénaturer l’ordonnancement initial, à statuer sur ce qui fut le résultat d’une volonté constante de classement, ou de volontés successives de classification personnelle, ou bien simplement le produit de strates contraintes par un environnement de travail, la taille d’un bureau ou d’une bibliothèque privée.

Aux archives du Collège de France, pour tout ce qui concerne les activités d’enseignement de la recherche, c’est le nom de professeur qui donne sa première cohérence à un « fonds » ; toutefois il convient de souligner combien cette cohérence prend des aspects et des degrés variables selon les professeurs et les chaires. Il est d’ailleurs temps de rappeler ce que Colligere a déjà signalé : tous les professeurs n’ont pas laissé leurs archives scientifiques au Collège ; aucune réglementation ne le leur prescrit.

En outre, lorsqu’ils existent, tous les lots de papiers ne font pas « fonds » au même degré ni de la même manière. Certains sont systématiques et cohérents, comme le sont des séries de cours (manuscrits, tapuscrits ou mixtes) repérables dans leur succession chronologique et mises en regard des sources imprimées présentes au Collège : l’Annuaire du Collège de France permet de reconstituer ou confirmer ces séries puisque chaque professeur est tenu d’y rédiger un résumé du cours et du séminaire de l’année écoulée. En seconde partie de ce billet, sont compilées les informations issues de l’Annuaire pour l’enseignement complet de Martial Gueroult avec un focus particulier sur les trois ans qu’il consacra aux textes de Kant. D’autres fonds scientifiques sont très lacunaires, n’occupant pas plus d’un ou deux cartons. La volumétrie et la nature des contenus sont ainsi très variables selon les professeurs.

Quelle que soit cette variété, il y aura toujours, pour le chercheur spécialiste comme pour le citoyen curieux des archives, de quoi faire fond [sans « s »], à des degrés divers : tous pourront se fier aux documents primaires pour approcher l’activité des anciens professeurs, certes non pas toujours de manière complète ni exhaustive mais en tout cas pour enrichir les témoignages plus officiels et constitués qu’en donnent les sources publiées, à savoir au premier chef les deux corpus phares que sont les leçons inaugurales et les résumés annuels dans l’Annuaire du Collège de France. On peut y ajouter un troisième corpus mis en ligne dans son intégralité : celui des affiches annonçant les cours de l’année.

Dans sa singularité, chaque opus de la collection « Faire savoir » pourra offrir l’occasion d’ouvrir un focus sur l’un ou plusieurs de ces gisements d’archives dont une part est déjà décrite et inventoriée en ligne sur la plateforme Salamandre. Chaque fois que cela sera possible en termes juridiques et disponible en termes techniques, la version éditoriale numérique de « Faire savoir » pointera simplement vers l’archive utile afin que chaque lecteur puisse y accéder en toute transparence.

Les archivistes qui œuvrent par mission et conviction à cette mise à disposition des sources ne sauraient trop se réjouir d’être ainsi associés à cette nouvelle collection n’y trop engager ses lecteurs à prendre le temps de revenir aux sources. C’est que, sans nul doute, « Faire savoir », dans un modèle de recherche libre et intègre, commence par donner à autrui toutes les clés et les moyens de « Faire fond » par soi-même sur ce qui fait fonds dans les archives.


Où l’on ne trouve pas toujours ce que l’on cherche et inversement : les archives scientifiques, un cas d’école

On ne trouve pas toujours aux archives du Collège de France ce que l’on croit pouvoir y trouver au regard des rattachements institutionnels qui, pense-t-on souvent, gouvernent le don des archives.  Il y a ce qu’on s’attend à y trouver et qui ne s’y trouve pas toujours : par exemple, justement, les papiers préparatoires aux cours, les notes de rédaction ou de lecture, les manuscrits ou tapuscrits des cours proprement dits. Il y a  aussi ce qu’on n’y attend pas et qui s’y trouve : par exemple, des papiers de cours professés à une étape antérieure de la carrière, de cours suivis durant les années de formation, ou des papiers d’ordre plus personnels voire intimes, qu’on aurait cru bannis de la sphère professionnelle.
Or il convient de rappeler que les archives dites scientifiques – l’épithète s’entend ici au sens large dans tous les champs disciplinaires possibles de la recherche – ont en France le statut d’archives privées. Au contraire des archives administratives – les dossiers administratifs des professeurs sont à la cote 16 CDF – qui doivent être conservées par l’administration française, qu’elles soient confiées à l’institution de rattachement par dérogation ou aux archives nationales, les papiers de recherche et de préparation des cours, a fortiori les correspondances entre scientifiques et les lettres personnelles comme les carnets qui renferment parfois autant de notes personnelles que d’annotations scientifiques3, ressortissent des archives privées.
En vertu d’un tel statut, rien ne contraint le producteur savant, un professeur ou un chercheur, à les donner ni à les déposer auprès d’un service d’archives (à quelques exceptions près, comme les données d’expériences, les inventaires de découvertes archéologiques, etc.). Si telle est cependant sa volonté, rien ne lui prescrit non plus de choisir telle institution d’accueil plutôt qu’une autre.
Le dernier « domicile » connu d’une carrière, la dernière affiliation institutionnelle avant la retraite n’est pas nécessairement le lieu privilégié de ce potentiel archivage. Parfois il est désigné pour des raisons pratiques tout autant qu’intellectuelles ou d’appartenance : les papiers sont restés dans le dernier bureau, que l’établissement invite à vider avec plus ou moins d’urgence. Toutefois, comme la vie scientifique et intellectuelle d’un éminent professeur cesse rarement avec sa dernière affectation professionnelle, si un décès brutal n’est pas survenu entre-temps, alors les papiers sédimentés au fil de la carrière continuent de nourrir et d’encadrer quotidiennement son bureau personnel, à domicile, sa bibliothèque privée, là où, un jour peut-être, des archivistes et des bibliothécaires seront conviés par les héritiers et ayants-droit pour préparer leur seconde vie.


Martial Gueroult (1891-1976)

Près de trente ans avant le cours de 1957-1958 : Kant, déjà, à l’Université de Strasbourg

Plutôt que de reproduire ici des pages du cours de 1957-1958 dont Arnaud Pelletier et les Éditions du Collège de France ont déjà extrait l’iconographie du volume récemment publié, nous choisissons de montrer un précédent cours, entièrement manuscrit celui-là, consacré à Kant, sa vie, son œuvre, et professé au tout début des années 1930, c’est-à-dire lorsque Martial Gueroult enseignait à l’Université de Strasbourg. La double pagination manuscrite comme les nombreux ajouts et annotations à l’encre ou au crayon témoignent d’aménagements profus comme, probablement, d’exploitations successives de cette somme consacrée à Kant. Ils révèlent aussi combien il est délicat de statuer sur la chronologie de ces modifications, combien il peut être difficile en outre de restituer un texte unique, par-delà cette profusion plus ou moins stratifiée, et lisible.

Onze années de cours  dans la chaire « Histoire et technologie des systèmes philosophiques » (1951-1962) – trois ans consacrés à Kant (1957-1960)

Reconstitution de la chronologie des cours d’après l’Annuaire du Collège de France

  • Mardi 4 décembre 1951 : leçon inaugurale de la chaire « Histoire et technologie des systèmes philosophiques ». Le texte de cette leçon, disponible à la cote CDF LEC 1-9 de la bibliothèque patrimoniale, explicite le programme des futurs cours et éclaire l’intitulé de cette nouvelle chaire.
  • 1951-1952
    • Mardi : Études de certaines conceptions modernes des rapports de la Philosophie avec son passé.
    • Mercredi : Analyse des structures de la VIe Méditation de Descartes.
  • 1952-1953
    • Mercredi : Analyse et discussion de théories contemporaines sur les rapports de la philosophie avec son passé. NB : en France, Léon Brunschvicg (inspiré de Cournot, Lachelier et Boutroux) ; Émile Bréhier ; Étienne Souriau ; Étienne Gilson ; Henri Gouhier ; Jean Hyppolite et Goldschmidt ; Bergson ; Dilthey.
    • Jeudi : Malebranche (Étude de structure). NB : parmi les publications, plusieurs articles consacrés à Berkeley, à rapprocher des archives de cours sur l’idée-chose ? (p. 162 de l’Annuaire du Collège de France)
  • 1953-1954
    • Mercredi : Berkeley.
    • Jeudi : Malebranche (Étude de structure) ; II, Dieu, la création, ses lois.
  • 1954-1955
    • [Mercredi ] : La théorie platonicienne des idées et les structures du Sophiste.
    • [Jeudi ] : Malebranche III (Étude de structure), l’Occasionalisme. NB : la rubrique bibliographique indique la contribution de Gueroult au numéro de la Revue internationale de Philosophie consacré à Kant (Bruxelles, 1954) sous le titre « le Canon de la Raison pure et les Postulats de la Raison pratique ».
  • 1955-1956
    • Mercredi : examen des premières phases de la réflexion de la philosophie sur son passé [Antiquité, Moyen-Âge et début époque moderne].
    • Jeudi : suite de l’analyse des structures de la philosophie de Malebranche, Les Cinq abîmes de la Providence.
  • 1956-1957
    • Mercredi : étude des phases ultérieures de la réflexion de la philosophie sur son passé : Montaigne, Descartes, Pascal, Huet, Bayle, Vico, Bacon.
    • Jeudi : Malebranche (étude de structure) ; V. Les Désordres.
  • 1957-1958  voir Annuaire 1958-1959, p. 221-231  [année Kant 1]
    • « Cours du mercredi et du jeudi. – La richesse du sujet choisi : Kant, Critique de la Raison pure, nous a conduits à le limiter à l’Esthétique transcendantale et à l’Analytique transcendantale et à lui consacrer nos deux conférences hebdomadaires. »

NB : la mise en forme du texte ci-dessus est celle de l’Annuaire, p. 221. Gueroult choisit cette rupture de rythme qu’il prend le soin d’introduire et de souligner, un peu comme si le navire changeait sa vitesse de croisière. Depuis le début de son enseignement au Collège de France, en 1951-1952, c’est la première fois que Martial Gueroult réunit ses deux séances hebdomadaires, celles du mercredi et du jeudi, autour d’un seul et même cours. Il conservera ensuite cette manière de faire pour ses deux dernières années de cours consacrées à l’Éthique de Spinoza.

La manière dont le professeur distingue Kant de Hume, dans la suite du résumé, éclaire l’objet et la méthodologie de sa propre recherche :

… Hume est l’explorateur qui, voyant sans cesse reculer l’horizon devant lui, reconnaît que sa connaissance de la terre a des bornes, sans jamais pouvoir les fixer. Kant est le géomètre qui, concevant a priori la surface entière de notre globe en calculant son diamètre à partir d’un degré, détermine scientifiquement les limites de toute description possible de la terre. » (p. 223)

L’image que choisit Gueroult a le mérite d’englober plusieurs des dix caractéristiques principales qu’il dégage de la Critique de la Raison Pure, dont le caractère a priori, la dimension juridique de la critique comme science des limites de la raison (ou limites de la faculté de connaître), la parenté ou l’affinité avec la logique mathématique.

Il poursuit :

Notre propos a été double : donner du texte un exposé aussi clair et précis que possible, élucider non tous les problèmes – ils sont innombrables mais les plus importants d’entre eux, relatifs à la signification et à l’économie structurale du système. »

Ce qui est bien sûr à rapprocher des choix du titre de la chaire. Gueroult ne prétend pas, dans ce cours, non plus que dans les précédents d’ailleurs, inventer au sens de créer mais plutôt inventer au sens archéologique de trouver, mettre en lumière, mettre au jour, rendre accessible. On pourrait presque dire qu’en cela il déroge à la sacro-sainte formule du Collège « enseigner la recherche en train de se faire » mais, au bout du compte, il met au service des auditeurs en quête d’une compréhension de Kant les clés et les chemins exploratoires qu’il a lui-même parcourus et balisés. Il offre des balises en quelque sorte et éclaire un chemin de pensée qui est à la fois le sien, lecteur de Kant et, en partie peut-être, celui de Kant lui-même dans sa quête des contours et outils de la connaissance. Et jamais il ne se départit de cette attitude d’arpentage de la structure, de l’intérieur du système, selon une vision interne à cette philosophie des conditions de possibilité de la connaissance.

Gueroult souligne l’hétérogénéité radicale, la distinction d’origine, la solution de continuité (et pas seulement différence de degré) entre :

Intérieur des limites (ce que je peux connaître)Extérieur des limites
PhénomènesChose en soi
ConnaissableInconnaissable
ConditionnéInconditionné
Nécessité (nécessité comme naturelle dans l’ordre du sensible)Liberté (conçue comme absolue dans l’intelligible)
Principes de la science (qui étudie les phénomènes)Principes de la métaphysique (qui concernent la chose en soi)
SensibleIntelligible
Impur (soit que empirique, soit mélange d’a posteriori et d’a priori)Pur, sans mélange, ne relevant que des facultés a priori
Raison spéculative, qui peut connaître les lois de la nature, celles qui gouvernent le sensible (sciences)Raison pratique, qui trouve un nouveau champ d’exercice dans l’intelligible (là où la raison spéculative ne peut rien), là où peuvent s’affirmer la liberté, l’immortalité de l’âme et Dieu. Cf. célèbre formule de Kant : « J’ai dû supprimer le savoir [dans cet ordre intelligible] pour lui substituer la foi. »

Alors que pour Leibniz, « les lois du sensible et de l’intelligible sont identiques », « il y a partout continuité entre le phénomène et la chose en soi. » (p. 224)

Kant a le projet de révolutionner la métaphysique sur le modèle de ce qu’ont fait les mathématiques et la physique comme sciences.  Ces dernières ont en effet littéralement changé et même inversé leurs perspectives :

Au lieu de se fixer sur l’objet, elles ne se sont attachées qu’à ce qui en celui-ci est conditionné par l’entendement du sujet et par conséquent saisissable de façon a priori. » (p. 225)

Gueroult souligne alors le caractère copernicien de cette révolution de la métaphysique :

Copernic a cru pouvoir expliquer les mouvements de l’univers en admettant, non que les astres tournent autour de l’observateur, mais qu’ils sont immobiles et que c’est l’observateur qui tourne. De même, la Critique suppose, contrairement au dogmatisme, que le soleil de l’esprit ne tourne pas autour des choses, mais les choses autour de lui, l’objet autour du sujet, non le sujet autour de l’objet. » (p. 225)

Puis le caractère transcendantal de la Critique :

Le but de la Critique, c’est de rechercher si et comment est possible une science parfaitement rationnelle visant à déterminer absolument a priori la nature et l’existence d’objets soustraits par définition à l’expérience, à savoir l’âme (son immortalité), la liberté, Dieu (…) La métaphysique est possible si la connaissance a priori de tels objets est elle-même possible. Pour le savoir, il faut rechercher comment, en général, il est possible de connaître a priori des objets. Une telle recherche est transcendantale. Le terme de transcendantale ne convient donc pas à toute connaissance a priori mais seulement à celle qui nous permet de connaître quelles représentations d’objets sont a priori possibles et  comment elles le sont. » (p. 226)

Comme annoncé, le professeur aborde enfin les difficultés voire les incohérences, et non plus seulement la mise au jour :

On a examiné à ce propos les diverses extensions que ce terme [transcendantal] subit chez Kant, extensions souvent contestables et témoignant parfois chez l’auteur d’une infidélité aux principes de sa terminologie. » (p. 227)

Or cela passe par découvrir (au sens de dégager) les conditions de possibilité de la connaissance a priori d’objet dans les sciences déjà constituées, qui ont fait leurs preuves, de fait, mathématiques et physique au premier chef.

Le problème d’abord présenté comme premier [dans le projet kantien] : fonder la métaphysique, en démasque alors un autre qui s’avère préalable et prépondérant : fonder la science. » (p. 227)

Les suite et fin de ce résumé peuvent être confrontées terme à terme au plan de l’ouvrage en préparation dans le fonds Gueroult, comme l’a fait l’auteur de la présente édition, Arnaud Pelletier. Le professeur annonce en effet le projet de livre tout en présentant la deuxième partie du cours de l’année 1957-1958.

Cette même année, son collègue direct, Maurice Merleau-Ponty, titulaire de la chaire de « Philosophie » et ayant prononcé sa leçon inaugurale le jeudi 15 janvier 1953, professe un cours sur « Le Concept de Nature (suite). L’animalité, le corps humain, passage à la culture ».

  •  1958-1959 [année Kant 2]

Le résumé de cette année-là est plus long que de coutume pour Gueroult : il occupe les pages 239 à 254 et, là encore, les deux cours hebdomadaires sont réunis pour un seul et même sujet, la suite du cours de 1957-1958, suite consacrée à « l’Évolution et la structure de la philosophie pratique kantienne ».

Le cours de l’année 1958-1959 [il s’agit en fait de 1957-1958], portant sur l’Esthétique et l’Analytique transcendantales, a révélé les structures essentielles qui commandent de haut, non seulement la Critique de la Raison pure, mais les grands ouvrages qui la suivent et qui concernent tant la morale et l’esthétique que le système possible de la science empirique.  Le cours de cette année [1958-1959] (…) s’efforce de suivre le cheminement de la pensée du philosophe, amené peu à peu, durant les six années qui séparent la Critique de la Raison pure du Fondement de la Métaphysique des mœurs, à introduire le problème moral à l’intérieur de la philosophie transcendantale. » (ibid.)

Le résumé de ce deuxième cours sur Kant se termine ainsi :

La seconde partie du cours a analysé les différentes phases de cette transformation en suivant les vicissitudes de la pensée kantienne depuis la Méthodologie, – partie la plus ancienne qui contient la doctrine du Canon – jusqu’au Fondement de la Métaphysique des Malurs [sic][Mœurs], d’abord à travers les diverses sections de la Dialectique transcendantale, puis à travers les ouvrages sur la philosophie de l’histoire. On a examiné, chemin faisant, les diverses formes d’impératif, la structure de la raison institutrice des divers principes d’action, le libre-arbitre proprement dit, la faculté des maximes, la faculté du libre-choix des caractères, la théorie des caractères, le rapport de ces divers concepts entre eux, les circonstances philosophiques et historiques de leur avènement, etc. Toutes ces analyses, qui ne valent que par la précision du détail, ne peuvent être résumées ici. On les trouvera dans le livre que nous préparons  sur l’Évolution et la Structure de la Philosophie kantienne. »  (p. 253)

La liste des conférences professées cette même année universitaire et la bibliographie se rapportent davantage aux cours des années antérieures à 1957-1958 qu’à ce cycle kantien (notamment les cours sur Malebranche), à l’exception d’un article publié dans la Revue philosophique de 1958 sous le titre : « L’analytique transcendantale de Kant d’après M. Grayeff » (p. 254)

  • 1959-1960 [année Kant 3 et fin]

Suite du cours sur « l’Évolution de la Structure de la Philosophie pratique kantienne », cette année :

(…)  examen du Fondement de la Métaphysique des Mœurs, terme de cette évolution, ouvrage parmi les plus difficiles, quoique « populaires », aussi mal connu et compris qu’il est célèbre. L’analyse de la discussion approfondie de ses thèmes et de ses procédés de démonstration montre qu’après un long et pénible cheminement la philosophie pratique a trouvé là son point d’équilibre : les notions sortent de leur enchevêtrement et se situent à leur place dans un tout solidement constitué. Désormais, les problèmes soulevés appartiennent à la problématique définitive du Kantisme. » (p. 177)

Même remarque que l’an précédent quant aux thèmes des publications et conférences (pas de Kant).

  • 1960-1961

Le cours a inauguré l’analyse des structures de l’Éthique de Spinoza, analyse qui se poursuivra en 1961-1962. […] Cette investigation, qui fait suite à beaucoup d’autres du même style, objets de nos précédents cours, sur Descartes, Platon, Berkeley, Malebranche et Kant, répond comme celles-ci à une double préoccupation : 1° maîtriser les diverses techniques, formes et lois apparentes ou secrètes, qui régissent au fond la constitution des œuvres, fournissent une méthode sûre pour pénétrer leur sens, préciser leur signification, caractériser leur manière, atteindre enfin à leur vérité historique, c’est-à-dire à celle qu’ont avouée leurs auteurs mêmes ; 2° préluder par-là à une théorie générale du fait philosophique saisi expérimentalement dans les produits concrets de l’activité philosophique, afin de déterminer, à partir d’eux, selon les exigences de la méthode transcendantale, ses conditions de possibilité et de légitimité (question quid juris), pour poser finalement le problème fondamental : qu’est-ce que la vérité philosophique ? » (p. 165)

Une seule publication mentionnée : en hommage à Xavier Léon dans la Revue de Métaphysique et de morale.

  • 1961-1962

Suite du cours précédent, comme annoncé. Et une seule publication, sur Descartes.

Lors d’un prochain billet, vous découvrirez les propos recueillis auprès d’un auditeur des cours de Martial Gueroult au Collège de France : Pierre Jacerme, philosophe et professeur à la retraite, a bien voulu témoigner de ses souvenirs qui, en l’occurrence ne concernent pas directement le cours sur Kant mais celui qui suivit, consacré à Spinoza. Il n’en reste pas moins un témoignage précieux dans la mesure où les sources de la réception des cours par les auditeurs du Collège de France restent relativement rares.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International



Citer ce billet
Laure Léveillé (2022, 6 décembre). Faire fond(s) : la collection « Faire savoir » et les archives du Collège de France. Colligere. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bde9

  1. L’Institut Mémoire de l’édition contemporaine, implanté à l’abbaye d’Ardenne dans le département du Calvados. []
  2. Sur ce thème, nous renvoyons au récent entretien accordé à Colligere par Nicolas Offenstadt, historien lui-même et donateur des archives de son bisaïeul, le professeur Isidore Lévy, aux archives du Collège de France. []
  3. Ce sont en effet, lorsqu’ils existent, des documents riches et hybrides consignant aussi bien des pistes de recherche, des esquisses intellectuelles jetées sur le papier que des notations plus personnelles confinant au journal intime, des informations pratiques, domestique, ou encore des opinions politiques, etc. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. PERIAT dit :

    Merci infiniment pour ce travail d’archivage, pour cet effort à nous le faire connaitre.
    Merci pour l’infinie sensibilité transparaissant au travers des mots décrivant la vie des chercheurs, illustres ou inconnus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search