L’inventaire du fonds Jean Starcky en ligne

Le service des archives du Collège de France signale la mise en ligne d’un important fonds archéologique du 20e siècle, portant essentiellement sur le Moyen-Orient.

Donné en 1988 à l’Institut des études sémitiques par Emmanuel Starcky, le fonds avait été partiellement récolé par l’Institut et par deux chercheuses ayant travaillé avec Starcky, Mmes Marie-Jeanne Roche et Laïla Nehmé. Ce travail, repris en 2022, a permis la publication sur Salamandre d’un inventaire complet.

Fig. 1. Portrait de Jean Starcky. Non daté. Archives du Collège de France, Fonds Starcky, Jean, 87 CDF 25/126

Jean Starcky (1909-1988)

Jean Charles Georges Starcky, né le 3 février 1909 à Mulhouse (Haut-Rhin) et mort le 9 octobre 1988 à Paris, est un aumônier militaire et archéologue qui fut aussi compagnon de la Libération. Il a participé à l’étude des manuscrits de la mer Morte et à plusieurs traductions de la Bible.

Il passe sa jeunesse à Mulhouse, puis Territet (Suisse) pendant la Première Guerre mondiale, Mayence (Allemagne) et Prague (République tchèque).

Il entame ses études supérieures au séminaire de l’Oratoire en 1928, puis obtient une licence en théologie à l’Institut catholique de Paris où il poursuit des études orientalistes, qu’il mène également à l’École pratique des hautes études (EPHE).

Ordonné prêtre du diocèse de Paris, il quitte l’Oratoire en 1935 avec trois autres prêtres qui lui resteront liés : Francis Connan, Maurice Morel et Daniel Pézeril. La même année, il part pour l’Institut pontifical de Rome pour se spécialiser dans l’étude de l’araméen ; il y reste jusqu’en 1938. Parallèlement, en 1936-1937, il est boursier de l’Académie des inscriptions et belles-lettres à l’École biblique et archéologique française de Jérusalem où il rédige son mémoire sur la poterie néolithique de Jéricho. Il découvre alors les sites archéologiques du Liban, de Syrie, d’Égypte et surtout Palmyre.

Il retourne ensuite à Beyrouth où il enseigne l’hébreu et l’Ancien Testament à l’université Saint-Joseph de 1938 à 1941. À cette époque il est aussi curé de Palmyre.

Le 7 août 1941, Jean Starcky s’engage dans les Forces Française Libres en tant qu’aumônier. Intégré au 1er bataillon d’infanterie de marine, il est rattaché au 11e bataillon de marche et quitte la Palestine pour la Libye en 1942 où il participe à la bataille d’El Alamein. En 1943, son bataillon traverse la Cyrénaïque et la Tripolitaine et rejoint le bataillon d’infanterie de marine et du Pacifique. L’année suivante, il débarque en Italie à Tarente et participe à la bataille du Garigliano avant de rejoindre la Provence. Il passe l’année 1945 sur plusieurs fronts, en Bourgogne, Alsace, dans les Alpes avant d’être démobilisé le 6 septembre.

Dans le même temps, Jean Starcky retourne au Proche-Orient en 1946 en tant que pensionnaire de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth et s’y voit confier l’édition des inscriptions de l’agora de Palmyre fraichement découvertes. 

En 1949, il entre également au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et rejoint en 1952 l’équipe internationale chargée de déchiffrer les manuscrits de la mer Morte. On lui confie la publication des papyrus écrits en nabatéen provenant de la grotte n°4. Il est nommé directeur de recherche au CNRS en 1966, puis directeur adjoint de l’Institut français d’archéologie de Beyrouth de 1968 à 1971 où il épaule Daniel Schlumberger et continue ses recherches sur Pétra et Palmyre, et plus généralement la Nabatène. Il prend sa retraite en 1978, après avoir confié la suite des publications aux abbés Maurice Baillet et Émile Puech.

En outre, Jean Starcky a travaillé sur plusieurs traductions de la Bible : celle dite du Cardinal Liénart (1955), celle de Jérusalem (1961) et la Bible œcuménique (1975). Il fonde avec le chanoine Lecomte le musée Bible et Terre Sainte, aujourd’hui hébergé par l’Institut catholique de Paris.

Plan de Palmyre avec texte explicatif, « Le plan-memento me servait à faire visiter les ruines de Palmyre quand j’étais curé de Palmyre », écrit Starcky sur le plan. On y voit le plan général du site, avec de nombreuses annotations. Deux monuments se distinguent au pied du document : le temple de Bêl et la cella transformée en mosquée.
Fig. 2. Plan de Palmyre avec texte explicatif, « Le plan-memento me servait à faire visiter les ruines de Palmyre quand j’étais curé de Palmyre ». [Vers 1939]. Archives du Collège de France, Fonds Starcky, Jean, 87 CDF 17/22

Le fonds d’archives

Le fonds d’archive Jean Starcky est composé de vingt-neuf cartons (douze ARMIC, treize classeurs et quatre boîtes fichier) formant un ensemble de six mètres linéaires.

Il contient tout d’abord un ensemble d’archives de fouilles archéologiques, majoritairement iconographiques. Durant sa carrière, Jean Starcky a eu soin de largement documenter ses campagnes de fouilles et voyages, laissant aux chercheurs une importante collection de clichés (photographies, négatifs et diapositives) de grands sites archéologiques tels que Palmyre ou Pétra. En plus de cela, beaucoup de documents se rapportent à ses nombreuses études d’épigraphie. On y trouve également des estampages ainsi qu’un ensemble de moulages en plâtre et plastiline (pâte servant à réaliser des empreintes), quelques carnets de notes de fouilles et d’épigraphie, ainsi qu’une masse de documentation sur les sites parcourus.

Suit un deuxième ensemble constitué des préparatifs aux diverses publications de Jean Starcky. Ensemble assez complet puisqu’il s’étend de la première publication en 1937 concernant la poterie néolithique de Jéricho1 à sa dernière collaboration pour le catalogue d’exposition « La voie royale : 9000 ans d’art au royaume de Jordanie »2. Quelques textes n’ont pas pu être identifiés, et il semble y avoir quelques inédits ou suites de textes non publiés.

Les dossiers liés à sa carrière dans l’enseignement et la recherche illustrent l’implication du professeur dans ces domaines. Cela est complété par un ensemble de « Dossiers particuliers » révélant l’engagement du chercheur à travers des projets d’envergure. Ainsi, la rédaction de plusieurs articles pour le LIMC3 est documentée, comme son implication dans la création de normes informatiques de translittération des langues anciennes, et sa participation au photoplan de Pétra en lien avec l’IGN.

Sa correspondance témoigne de l’étendue des relations que Jean Starcky a su tisser tout au long de sa carrière. On croise nombre d’historiens spécialisés dans l’Antiquité notamment nabatéenne, des épigraphistes, des historiens de l’art, etc. Beaucoup recherchent l’expertise de Starcky pour une inscription ou une identification. D’autres parties du fonds sont souvent ponctuées de correspondances qu’il n’était pas possible de dissocier des autres documents. Il faudra donc veiller à consulter tous les dossiers pour une étude complète de cette correspondance.

Pour finir, le fonds comprend aussi quelques archives biographiques comme des « Titres et travaux » ou des bibliographies. Une sous-partie a été dédiée au décès de Jean Starcky et aux différents hommages qui lui ont été rendus.

Photographie aérienne du site de Palmyre. [1932 ?]. Archives du Collège de France, Fonds Starcky, Jean, 87 CDF 1/29. La photo montre l'ensemble du site avec, en son centre, le temple de Baalshamin.
Fig. 3. Photographie aérienne du site de Palmyre. [1932 ?]. Archives du Collège de France, Fonds Starcky, Jean, 87 CDF 1/29

Bibliographie

  • Fonds d’archive Starcky, Jean. Collège de France.
  • Puech, Émile.- « In Memoriam : l’abbé Jean Starcky (1909-1988) », Revue de Qumrân, vol. 14/1, 1989, p. 3-6.
  • Will, Ernest.- « Nécrologie : Jean Starcky (1909-1988) », Revue d’art oriental et d’archéologie, vol. 66/1-4, 1989, pp. 353-354.
  • https://www.ordredelaliberation.fr/fr/compagnons/jean-starcky

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International



Citer ce billet
Valentin Noël (2022, 9 novembre). L’inventaire du fonds Jean Starcky en ligne. Colligere. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bde7

  1. Starcky, Jean .- « La poterie néolithique de Jéricho. Rapport sur le mémoire envoyé à l’Académie », dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres n°81-3 .- Paris : Picard, 1937 .-  pp. 287-290. []
  2. Amiet, Pierre ; Benoit, Agnès (commissaires d’exposition) .- La voie royale : 9000 ans d’art au royaume de Jordanie : [exposition, Paris], Musée du Luxembourg, 26 novembre 1986 – 25 janvier 1987. 1- De la préhistoire à l’Islam en Jordanie .- Paris : Association française d’action artistique, 1986 .- 303 p. []
  3. Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae : encyclopédie consacrée aux figures de la « mythologie classique ». []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search