Les Illustrations complètes du domaine de chasse de Shengjing : le Shengjing weichang quantu

La bibliothèque d’études chinoises du Collège de France conserve un album décrivant un domaine (ou une réserve) de chasse mandchou. Le Shengjing weichang quantu (Illustrations complètes du domaine de chasse de Shengjing) est un recueil exceptionnel de cartes et illustrations de la chasse dans la province de Mandchourie près de Shengjing (actuelle Shenyang), capitale mandchoue avant la conquête de la Chine par les Qing en 1644. Il s’agit d’un manuscrit illustré en couleur, datant de 1839. Les 5 volumes (dim. : 41,9×34,4cm) comprennent 104 cartes détaillées indiquant le paysage, le tracé des rivières, les zones habitées et les circuits de chasse ainsi qu’une description minutieuse des camps de chasse, des chasses elles-mêmes et du culte rendu aux dieux locaux.

Carte de la Mandchourie. Source : Wikipedia, domaine public

Cette belle édition semble assez rare : à notre connaissance, seul un autre album sur les domaines de chasse existe au musée du Palais de Taipei à Taïwan.

Les 5 volumes sont montés sur une reliure « papillon » traditionnelle chinoise entre deux couvertures en bois, et contiennent respectivement 23 doubles-pages pour le premier volume, 41 pour le deuxième, 22 pour le troisième, 21 pour le quatrième, et 2 pour le cinquième volume. La représentation des personnages et des animaux ainsi que des éléments du paysage est très précise et minutieuse.

Le premier volume présente une introduction écrite par Qiying 耆英 (1787-1858), commandant général de la Mandchourie (將軍總管) de 1838 à 1842, qui a fait réaliser l’album.

Qiying était un officier des bannières1, de la « bannière bleue pleine », il était également membre du clan impérial (Aisin Gioro) et appartenait au Neiwu fu 内務府 (la maison impériale), institution en charge de tout ce qui concerne l’empereur et le clan impérial, où il exerça de nombreuses responsabilités au début de sa carrière avant d’occuper divers postes dans différents ministères. En 1838, il est envoyé en Mandchourie comme gouverneur militaire de Shengjing pour réprimer la contrebande d’opium et préparer les défenses côtières de la péninsule de Liaotung (principalement en les fortifiant) en cas d’attaque de la flotte anglaise. La Grande-Bretagne était alors en guerre contre la Chine (première guerre de l’opium, 1839-1842). Qinying fut l’un des hauts fonctionnaires qui négocièrent le traité de Nankin qui mit fin à cette guerre en 1842.

En tant que commandant militaire de la région de Shengjing, Qiying était également responsable du domaine de chasse de l’ancienne capitale Qing, Shengjing weichang. Il y avait deux autres domaines de chasse en Mandchourie, un dans la province du Jilin et un dans celle de Heilongjiang. Il y en avait également un près de Pékin, créé après la conquête de la Chine par les Mandchous, appelé Nanyuan, et enfin celui de Mulan en Mongolie, à environ 150 km au nord-ouest de la ville de Chengde, qui a été le plus visité par les empereurs, en particulier Kangxi et Qianlong. Parmi tous ces domaines, celui de Shengjing occupait une place particulière et revêtait une signification importante en tant que berceau du peuple mandchou. C’est là que l’autel des ancêtres avait été érigé et l’empereur régnant était censé s’y rendre régulièrement pour leur rendre hommage.

Le commandant militaire avait un certain nombre d’officiers, y compris civils, sous sa supervision et des centaines de soldats pour s’occuper du domaine de chasse, notamment pour s’assurer qu’aucun braconnier n’y pénétrât et ne s’emparât des animaux et pour préparer le lieu avant la saison de chasse.

Le rôle de la chasse dans la culture mandchoue

La chasse occupait une place particulière dans les cultures mandchoue et mongole. Tout d’abord, c’était un sport et un exercice militaires. Elle était importante pour les Mandchous car elle leur permettait de préserver leurs spécificités ethniques mais aussi de s’entraîner et d’entretenir leurs capacités physiques de guerriers. La chasse était également le moment où l’empereur pouvait occuper ses guerriers, les regarder et juger les capacités de ses hommes ainsi que les entraîner et les préparer à la guerre. Elle lui donnait l’occasion de choisir ses prochains généraux et capitaines, de tester les princes et de choisir son héritier présomptif. Le rassemblement de tous les hommes et de leurs officiers pendant environ un mois était un moyen de renforcer la cohésion au sein des bannières et de glorifier les vertus martiales mandchoues et la dynastie. Bien entendu, seuls la noblesse mandchoue, son proche allié la noblesse mongole et les hommes des bannières pouvaient y participer.

Les chasses impériales pouvaient se dérouler tout au long de l’année et portaient chacune un nom différent selon la saison à laquelle elles étaient pratiquées, comme l’explique Qiying dans son introduction. Par exemple, la chasse de printemps était appelée sou 蒐 et celle d’automne xian 獮. Elles rassemblaient des milliers d’hommes, parfois plus : la chasse de Mulan weichang pouvait impliquer jusqu’à 10 000 hommes.

Dans son introduction, Qiying détaille les différents types de chasse saisonnière, l’emplacement du vaste domaine de chasse, au nord-est de l’actuelle ville de Shenyang. La chasse à Shengjing avait lieu en hiver et, comme nous l’avons déjà mentionné, le gouverneur militaire était chargé d’organiser et de superviser l’ensemble de l’événement. Pour ce faire, il prit prétexte d’une chasse hivernale  à venir sur le domaine impérial pour demander à certains de ses adjoints (deux colonels et un intendant général) d’arpenter et de vérifier l’ensemble du domaine, de déterminer et de noter précisément l’étendue et les limites de chaque circuit, ainsi que le nombre de troupes nécessaires pour chaque type de chasse, l’endroit où installer les camps et de dessiner des cartes précises de l’ensemble du domaine etc., car il ne trouvait aucune carte fiable des 105 circuits ni aucun règlement concernant le déroulement de la chasse  et les personnes responsables des différents circuits.

Couverture en bois du premier volume. Les couvertures sont montées avec du papier imprimé (ou peint ?) pour ressembler à du brocart de soie bleu

Le premier volume contient 4 illustrations représentant le culte du dieu local, deux types de chasse et une carte du campement. Le reste du volume, comme les autres, comprend des cartes des circuits de chasse. Le dernier volume se compose de deux illustrations : l’une est une carte générale de tous les circuits, la seconde présente un tableau détaillant les circuits et le nom des personnes (à savoir des officiers militaires mandchous des bannières) en charge de ces circuits.

La deuxième illustration présente l’introduction, écrite en chinois et datée de la 19e année du règne de Daoguang, soit 1839. Le texte est écrit en chinois exclusivement alors que le mandchou est également utilisé dans le reste de l’album quoique dans une bien moindre mesure. Dans cette introduction, Qiying explique pourquoi il a fait dessiner ces cartes et les a réunies avec les illustrations.

La troisième illustration montre la cérémonie qui se déroule avant la chasse et au cours de laquelle une personne désignée rend hommage à l’arbre divin (shen shu) sur l’autel érigé à l’intérieur du circuit situé à l’est de la porte de Weiyuabao, un pavillon de chasse où l’empereur Kangxi avait séjourné lors d’un de ses voyages dans le Nord-Est. On notera que l’écriture utilisée pour nommer le dieu à l’intérieur de l’autel est le mandchou et se lit « Banda mafa i soorin », « le trône de Banda mafa », le dieu des chasseurs. L’écriture chinoise est utilisée pour présenter l’autel et la personne en charge de la cérémonie.

Hommage à l’arbre divin (shen shu)

La quatrième illustration montre un type de chasse, le xingwei, où les chasseurs forment un demi-cercle autour des animaux, sorte de chasse à courre pendant laquelle les animaux sont poursuivis à l’intérieur d’un cercle semi-ouvert afin qu’ils aient encore une chance de s’échapper. Les chasseurs montent à cheval, utilisent des arcs et des flèches et déploient toute leur habileté devant l’empereur.

Le xingwei

La cinquième illustration montre l’autre grand type de chasse, le Shouwei ou battue encerclée, pendant laquelle les troupes forment un grand cercle d’un diamètre de plus d’un kilomètre de large. Le cercle est lentement resserré pour se réduire à quelques centaines de mètres, les animaux sont alors capturés (shou) vivants pour, le plus souvent, être mis dans des réserves et y être élevés. La battue est conçue comme une opération militaire, impliquant stratégie, rapidité et courage.

Le Shouwei ou battue encerclée

La sixième illustration montre la carte du camp. Les noms des officiers les plus importants sont écrits en caractères mandchous.

Carte du camp

La septième illustration montre l’une des cartes d’un circuit : cette carte est la dernière du deuxième volume. Pour chaque sous-circuit représenté sur la carte, elle donne le nom, les dimensions de la zone et le circuit auquel il appartient (kalun en chinois, qui vient du mandchou karun, signifiant frontière ou limite). Les caractéristiques spécifiques du paysage, ici, par exemple, l’étrange pierre au milieu, sont toujours représentées.

Carte d’un circuit de chasse

La huitième illustration montre la carte générale comprenant tous les circuits décrits dans les cinq volumes. Comme le dit l’auteur lui-même : « elle est un peu floue et désordonnée ».

Carte générale des circuits

La neuvième et dernière illustration montre le tableau détaillant tous les circuits, sous-circuits et les noms des responsables.

Tableau détaillant l’ensemble des circuits

Ces 5 volumes sont la manifestation de quelque chose d’exclusivement mandchou (et mongol dans une moindre mesure) qui nous a été transmis et, en tant que tel, c’est un témoignage remarquable de la multiethnicité et de la diversité de l’Empire chinois tardif.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International



Citer ce billet
Delphine Spicq (2022, 18 octobre). Les Illustrations complètes du domaine de chasse de Shengjing : le Shengjing weichang quantu. Colligere. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bde5

  1. La population mandchoue était organisée en huit bannières (se distinguant les unes des autres par des étendards de couleurs différentes, quatre « pleines » et quatre « à bordures ») ou groupes socialement et militairement très structurés. Les populations mongoles et chinoises, qui s’étaient ralliées aux Mandchous avant la conquête de la Chine par ces derniers, ont été intégrées à ce système de bannières et comme les Mandchous, vivaient séparées de la population chinoise et bénéficiaient, elles aussi, de nombreux avantages. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 31/10/2022

    […] Les Illustrations complètes du domaine de chasse de Shengjing : le Shengjing weichang qua…, de Delphine Spicq, sur le Carnet Colligere ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search