Le globe dit d’Élie de Beaumont, épisode 3 : son exposition et sa conservation

Retrouver le précédent épisode : https://archibibscdf.hypotheses.org/9741

Stockage, transport et constat d’état 

Après la restauration de sa sphère et de son piètement, le globe a été un temps conservé dans les locaux de la société Artransit, le temps que les travaux du nouveau site d’exposition, à savoir l’Institut des civilisations du Collège de France, soient achevés.

À son retour sur le site rénové, nous contrôlons à l’ouverture de la caisse l’état de l’objet, en nous appuyant sur le constat que nous avions rédigé à son départ.

Un constat d’état est un document écrit ou électronique qui décrit en détail l’état [d’une œuvre] d’après un examen minutieux. Accompagné de photographies et d’illustrations, il expose clairement [l’état de l’œuvre] au moment de l’examen1.

Grâce à ce document, nous nous assurons qu’aucune dégradation n’est intervenue le temps de son stockage et/ou pendant son transport.

Exposition et conservation

Le globe est installé à son retour sur un socle réalisé par la société Solits qui, en plus de le mettre en valeur, a une fonction de conservation. En effet, ce socle éloigne le globe de la poussière au sol et le protège en cas de dégât des eaux. Sa mobilité permet également de déplacer la pièce et d’en présenter les différents aspects sans avoir à le manipuler directement.

La localisation de la vitrine d’exposition soumettait le globe à un important ensoleillement. Or, « la lumière et la chaleur accélèrent les processus naturels de dégradation […] Sous l’effet de la lumière, les couleurs s’altèrent, les tissus et les papiers deviennent plus fragiles.2 »

Plusieurs mesures de conservation préventive ont donc été prises. D’abord, la pose de filtres anti UV ; ensuite l’installation des spots lumineux réglables dans la vitrine. Enfin, pour protéger régulièrement le globe de toute exposition à la lumière, une housse de protection sur mesure a été réalisée par la société Au-delà des murs. Cette housse est constituée de deux couches. La première est en Tyvek, matériau souple au PH neutre, sur la face intérieure en contact direct avec l’œuvre (sphère et piètement). La seconde qui la recouvre est en coton noir. Une attention toute particulière a été apportée à sa forme puisqu’elle est semi-sphérique. Cela permet de suivre parfaitement les contours du globe , en le protégeant ainsi intégralement de la poussière et de la lumière.  

Un suivi des conditions environnementales, des dépoussiérages réguliers et un contrôle constant de l’état du globe, participent à sa bonne conservation. Il pourra ainsi continuer d’accueillir chercheurs, lecteurs et visiteurs pendant longtemps. 

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Constat d’état pour les tableaux — Partie I : Introduction – Notes de l’Institut canadien de conservation (ICC) 10/6 : https://www.canada.ca/fr/institut-conservation/services/publications-conservation-preservation/notes-institut-canadien-conservation/constat-etat-tableaux-introduction.html []
  2. Naud Colette et André Bergeron, 1995 (Révision 2011). Conservation préventive dans les musées. Manuel d’accompagnement, pages 15 à 20 : https://www.ccq.gouv.qc.ca/index-id%3d170.html []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Lucie Robert (8 septembre 2022). Le globe dit d’Élie de Beaumont, épisode 3 : son exposition et sa conservation. Colligere. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/bde2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search