La maquette du martyrion de Saint-Syméon-le-stylite exposée à la bibliothèque byzantine

Le site de Saint-Syméon

Localisé au nord de la Syrie, le martyrion cruciforme a été construit juste après la mort en 459 de Saint Syméon, le premier « stylite ». Il fut bâti pour enchâsser la colonne, haute de plus de quinze mètres, au sommet de laquelle le saint vécut une bonne partie de sa vie et qui lui valut ce nom de « stylite ». Ce monument, construit avec des techniques locales à partir de gros blocs extraits sur place et assemblés à sec selon un appareillage orthogonal simple, était le point d’orgue d’un grand sanctuaire financé par l’empereur Léon pour célébrer le saint et renforcer la christianisation de la population locale et régionale.

Conçu pour susciter l’émerveillement des nombreux pèlerins, l’ensemble comprenait, outre l’église martyriale dont le tambour octogonal centré sur la colonne mesurait plus de dix-neuf mètres de diamètre :

  • un arc triomphal au point de départ de la voie sacrée à Telanissos, actuel Deir Sém‘an ;
  • un mur d’enceinte de près d’un kilomètre de long enrichi d’un propylée (vestibule monumental) à trois portes au point d’arrivée de la voie sacrée, à l’angle sud-ouest de l’enceinte ;
  • un baptistère ;
  • un grand monastère contre l’habitation primitive ;
  • des hôtelleries ;
  • des citernes, dont les deux immenses aménagées à partir des carrières.

Il connut son âge d’or au premier quart du VIe siècle.

Il déclina assez rapidement à cause des invasions perses, des épidémies de peste, des tremblements de terre auxquels on doit très vraisemblablement l’effondrement de la toiture pyramidale de l’octogone central en 526. L’église fut alors réduite à la branche orientale de l’édifice cruciforme.

En délicatesse avec les antiochiens qui le trouvaient trop proche de l’émir d’Alep, le patriarche Théodoros fit construire dans la première moitié du Xe siècle un kastron (ensemble architectural fortifié) à Saint-Syméon, situé à mi-chemin entre Antioche et Alep, en occupant la moitié ouest de la branche occidentale du martyrion et la terrasse ouest.

Peu après la prise d’Antioche (969) par les troupes byzantines, le site a été fortifié avec le remploi des blocs provenant de la démolition de certains bâtiments abandonnés.

Au XIe siècle le site de Saint-Syméon n’était plus occupé que par une poignée de moines.

La maquette du martyrion

La maquette elle-même reproduit à l’échelle 1/100 le martyrion cruciforme de Saint-Syméon-le-Stylite dans son état de 2004.

Cette maquette a été obtenue par la re-matérialisation d’une partie du modèle numérique qui a été réalisé dans le cadre de la mission archéologique française de Deir Sem‘an et Qal‘at Sem‘an dirigée par Jean-Luc Biscop. La construction du modèle et la réalisation de la maquette ont nécessité les opérations suivantes :

  1. scan 3D du monument, à la résolution moyenne de 7 mm, réalisé du 13 au 27 avril 2004 par Yves Egels, professeur à l’École nationale des sciences géographiques ;
  2. géoréférencement des nuages de points et positionnement de l’ensemble dans le système géodésique mondial WGS84, réalisé par Yves Egels et Daniel Schelstraete (ENSG) ;
  3. modélisation et transformation des nuages en volumes et surfaces par Julie Deléglise, UMR 3495 (Modèles et simulations pour l’architecture et le patrimoine) ;
  4. impression 3D, assemblage des éléments et touche finale de la maquette par Micheline Kurdy, UMR 3495.
Vue de la maquette. Le point rouge au centre correspond à l’emplacement de la colonne.

La mission archéologique française de Saint-Syméon

Les travaux de terrain de la mission ont été suspendus en 2010 à cause de la guerre pendant laquelle le site a été tour à tour pillé par les forces d’occupation et dévasté par des bombardements.

Un projet intitulé « Numérisation et accès aux archives du site de Saint-Syméon » porté par le labex Les passés dans le présent, université Paris-Nanterre, et co-porté scientifiquement par l’Ifpo (Institut français du Proche-Orient) a été lancé en 2021 en bénéficiant d’une subvention de ALIPH (Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit) étalée sur les années 2021 à 2023.

Le projet comprend plusieurs volets :

  1. carte interactive ;
  2. visite virtuelle du site ;
  3. portail du projet / site web ;
  4. exposition virtuelle ;
  5. publication de l’analyse architecturale de Saint-Syméon et du guide en trois langues ;
  6. traitement des archives déposées au Collège de France.

Cette opération devrait assurer la pérennité des données brutes ou interprétées concernant le site de Saint-Syméon et permettre aux générations suivantes de chercheurs de pousser plus loin l’anastylose (recontruction d’un bâtiment en ruine à parti des éléments d’origine) du monument et l’étude de la culture matérielle caractéristique d’un grand centre de pèlerinage.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International



Citer ce billet
Jean-Luc Biscop (2022, 29 septembre). La maquette du martyrion de Saint-Syméon-le-stylite exposée à la bibliothèque byzantine. Colligere. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bde4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search