Dans les coulisses d’une exposition : les prêts d’œuvres

Outre leurs collections d’ouvrages anciens et leurs fonds d’archives, les bibliothèques et archives du Collège de France conservent aussi une collection muséale importante, composée de nombreux instruments scientifiques mais aussi de tableaux, sculptures, globe, moulages, etc., de différentes époques et de différentes aires géographiques.

Ces objets ont été acquis par les chaires successives voire, en ce qui concerne les instruments, ont été fabriqués à la demande de certains professeurs pour mener à bien leurs recherches : on pense dans ce dernier cas à la patte de cheval ou au fusil photographique inventés par Etienne Jules Marey, ou au galvanomètre de d’Arsonval et Deprez.

Fusil photographique, album 13 Fi 6, 1886

Fusil photographique

Les collections muséales du Collège de France sont régulièrement prêtées à des musées pour des expositions temporaires, en France comme à l’étranger, comme il en a été fait état à plusieurs reprises dans ce carnet : https://archibibscdf.hypotheses.org/8812 ou https://archibibscdf.hypotheses.org/6980.

En ce qui concerne l’année 2023, le Collège de France a déjà été sollicité pour des prêts au Musée de la Marine dans le cadre de son exposition inaugurale, au Musée Guimet pour une exposition à venir consacrée à l’Afghanistan et au Palazzo del Monte di Pieta de Padoue, qui prépare une exposition sur la vision. Il faut un à deux ans suivant l’ampleur du projet pour préparer une exposition, en construire le propos scientifique, solliciter les prêts complémentaires et créer une scénographie, sans parler de la rédaction des textes de présentation, des cartels d’œuvres et du catalogue.

“Art de la vallée de Katmandou”, Musée Guimet, 20 octobre 2021-10 janvier 2022

L’emprunt d’une œuvre comporte elle-même de nombreuses étapes.

Une fois la demande d’emprunt reçue, le Collège de France décide s’il veut participer au projet proposé. Dans le cas d’une réponse positive, le ou la responsable du fonds étudie si l’état de l’objet autorise sa sortie des collections, après discussion avec l’assistante à la régie des œuvres et à la conservation. Parfois, une restauration préalable de l’objet est nécessaire, généralement financée par le musée qui va l’exposer. Si l’œuvre peut être prêtée, il convient de voir si les conditions d’exposition les meilleures sont réunies.

Pour faire connaître les conditions matérielles de l’exposition, chaque musée ou galerie fournit un rapport sur les conditions d’exposition qui détaille les mesures prises en faveur de la sauvegarde des œuvres : les dispositifs de contrôle de la température, du niveau lumineux et de l’hygrométrie y tiennent une place aussi importante que la surveillance des espaces eux-mêmes. L’examen de ce document est de la responsabilité de la régie des œuvres, qui veille aussi à ce qu’une assurance ait été prévue.

Ensuite, une convention de prêt est signée par le prêteur puis l’emprunteur pour définir les conditions de ce prêt, les dates, les informations à faire figurer sur le cartel et au catalogue, les droits de photographie laissés aux visiteurs, les droits de reproduction sur Internet ou sur affiche imprimée, etc. Le service juridique du Collège relit systématiquement les conventions de prêt afin de valider les conditions d’engagement de l’institution.

Avant le départ de l’œuvre, dont le transport est toujours confiée à une entreprise spécialisée, un transporteur effectue l’aller-voir,  c’est-à-dire qu’il se rend au Collège de France pour repérer le trajet à suivre, se rendre compte des difficultés éventuelles d’acheminement de l’œuvre depuis les magasins (escalier, ascenseur ou pas, dimensions des portes, possibilité ou non de stationnement pour le camion) et pour déterminer s’il doit faire fabriquer une caisse de transport idoine ou si un emballage très soigné dans du papier de soie et du papier bulle peut suffire.

Le jour du départ, l’œuvre prêtée fait l’objet d’un constat d’état avant d’être emballée et d’être disposée dans le camion, fermement assujettie par des sangles et autres dispositifs qui vont l’immobiliser complètement afin d’assurer sa sécurité. Le constat d’état comporte une photo de l’œuvre ainsi qu’une description détaillée de ses caractéristiques ; il est destiné à attester de l’état exact au moment de l’emballage, de façon à permettre de constater ensuite qu’elle n’a pas souffert du transport ni des manipulations afférentes, ou, si c’est le cas, d’engager une procédure contradictoire.

La régisseuse des œuvres ou un personnel scientifique en charge de l’objet convoient parfois l’objet dans le camion ou le rejoignent au musée afin de superviser son déballage, signer le constat d’état et effectuer la mise sous vitrine avec le scénographe ou le commissaire de l’exposition.

Une fois l’exposition terminée, le transporteur et l’assistante à la régie des œuvres sont à nouveau mobilisés pour organiser le retour des prêts au Collège de France. Une fois le constat d’état signé, l’œuvre reprend sa place en magasin et n’en sortira plus avant un certain nombre de mois, pour ne pas avoir à subir à nouveau manipulations et changements de température.

Les caisses de transport qui ont pu être réalisées par le transporteur restent propriété du Collège et peuvent resservir éventuellement si l’objet est à nouveau prêté.

Du fait du nombre important des prêts qu’il concède et des expositions qu’il organise en ses murs, le Collège de France dispose donc de tout le matériel nécessaire au transport des œuvres. C’est pourquoi, lorsque l’ICOM (International Council of Museums) France, principal réseau français des professionnels des musées1, a lancé un appel avec le Bouclier bleu2 pour aider à la sauvegarde des œuvres muséales en Ukraine, le Collège a pu faire partie des premiers établissements à envoyer caisses de transports, rouleaux de papier bulle et caisses en plastique3.

Pour citer cet article : Anne Chatellier, "Dans les coulisses d’une exposition : les prêts d’œuvres," in Colligere, 06/07/2022, https://archibibscdf.hypotheses.org/11854. Consulté le 19/08/2022.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Le Conseil international des musées, créé en 1946, est la seule organisation de musées et de professionnels de musées à l’échelle mondial. Elle a pour mission de promouvoir et protéger le patrimoine culturel et naturel, présent et futur, tangible et intangible. []
  2. Le Comité international du Bouclier bleu ou CIBB est un organisme fondé en 1996 afin de travailler à la protection du patrimoine culturel du monde menacé par les guerres et les catastrophes naturelles. Il se décrit comme étant une sorte d’équivalent de la « Croix-Rouge pour le domaine culturel ». []
  3. https://www.icom-musees.fr/actualites/mobilisation-des-musees-francais-pour-la-sauvegarde-des-collections-des-musees-dukraine []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search