Don des archives d’Isidore Lévy : entretien avec Nicolas Offenstadt

En 2020, le Collège de France a accueilli le fonds d’Isidore Lévy (1871-1959), titulaire de la chaire d’Histoire ancienne de l’Orient sémitique de 1932 à 1945. Ce don a été réalisé à l’initiative de son arrière-petit-fils, Nicolas Offenstadt, lui-même historien à l’Université Panthéon-Sorbonne. L’occasion de revenir sur le rapport de l’historien avec les archives et les traces du passé en général, et entre mémoire personnelle et institutionnelle grâce à un entretien qu’a bien voulu nous accorder M. Offenstadt.

Madeleine et Isidore Lévy. Collection privée. © Nicolas Offenstadt

  • Pourriez-vous nous préciser ce qui a motivé votre don ?

Le sentiment de ne pas être immortel, qui se traduit par l’idée que je n’aurai sans doute jamais l’occasion de faire un usage utile de ces archives et que le mieux est donc de leur assurer une pérennité maîtrisée.

  • En tant qu’historien, comment avez-vous abordé les archives de votre bisaïeul ? Avez-vous imaginé en faire un objet d’étude, y compris dans un cadre non-universitaire ?

Comme dans beaucoup de familles, ces documents avaient pour moi une dimension de reliques, j’ai toujours eu du mal à jeter dessus un regard proprement savant car elles sont chargées de bien d’autres choses, notamment des innombrables conversations avec mon grand-père à ce sujet, quand j’ai commencé à les regarder, à ébaucher un petit classement. Leur matérialité était pour moi un lien intime, non pas seulement avec un Monsieur que je n’ai pas connu directement, mais aussi avec des lieux (où elles furent conservées), avec des cheminements de conservation, avec une époque pour tout dire, sur laquelle j’ai travaillé aussi comme historien. Il s’agissait autant d’un objet que d’une archive.

  • Avez-vous trié certains documents ?

Oui j’ai gardé ceux qui me paraissaient relever avant tout de la sphère familiale et un certain nombre sur la période de Vichy, qui touchent donc à la situation des Juifs alors car les Lévy étaient Juifs. Mais il y a bien sûr un certain arbitraire dans ce choix, et on peut le discuter, vraiment. Je pense que s’il n’y avait pas cette dimension d’inscription dans les persécutions, je n’aurais pas fait ce tri.

  • Quels sont ceux que vous auriez aimé garder ?

Comme historien, le souci documentaire l’emporte cependant sur la mémoire émotionnelle, donc même si l’histoire de certaines lettres (professionnelles ou amicales) touche à des souvenirs, à des récits familiaux, je ne pouvais m’imaginer les conserver. Il ne m’a pas coûté de les laisser. Pour être franc, j’ai juste gardé une carte de visite de Gabriel Monod (sans contenu significatif, avec un « bien cordialement » manuscrit) car je parle tous les ans de lui dans mon cours d’historiographie sur les méthodiques, sans aucun lien bien sûr avec Isidore, et du coup, cette carte produit un étrange effet de (fausse) proximité, une forme de court-circuit entre ce grand personnage de l’histoire dont je parle froidement ou savamment aux étudiants et cet objet si familier, alors si banal, qu’est une carte de visite, et avec ces mots simples.

  • Quelles sont les recherches que vous avez entreprises sur Isidore Lévy ?

En fait aucune, je laisse cela aux spécialistes des historiens de l’époque ou d’autres sujets liés. Les Offenstadt, de l’autre côté sont une famille connue d’éditeurs de BD, mais là non plus, malgré plusieurs sollicitations, je n’ai pas eu envie d’écrire à leur sujet. D’une certaine manière l’histoire de ma famille, au sens d’écriture de l’histoire, ne m’intéresse pas foncièrement comme historien. Je crois toujours, même si on a des excellents exemples contraires, que la distance est un des outils de l’historien, que l’on peut manier avec ruse et souplesse, mais dont il faut garder l’usage, au moins.

  • Avez-vous cherché de nouveaux documents d’Isidore Lévy, dans votre famille et au-delà ? Cela vous a-t-il amené à vous intéresser aux archives d’autres membres de votre famille ?

En fait, j’ai toujours continué à fouiller dans le grenier dans la maison familiale où les documents que vous avez reçus se trouvaient. Je vous en remettrai peut-être si j’en retrouve de significatifs. C’est là sans doute une spécificité des historiens – pas seulement certes – un rapport permanent, toujours actualisé, feuilleté, multiple aux documents, aux vieux papiers, à l’archive, même pour ne rien en faire directement.

  • Le don d’archives est souvent un acte lié à une mémoire. Était-ce le cas pour vous ? Quelle est la mémoire d’Isidore Lévy dans votre famille (souvenirs, évocations) ?

À vrai dire, pour la première partie de votre question, je répondrai non, pas en priorité. Comme historien, la conservation des archives est une question à la fois pratique, professionnelle et épistémologique. J’ai raisonné selon ces logiques pour celles dont je disposais : est-ce un versement utile au travail scientifique à venir, cohérent, comment le constituer au mieux etc. Pour la seconde, il y a d’abord la mémoire du « grand homme », du savant dont l’œuvre a l’objet d’une grande vénération, d’un historien méticuleux et intègre, mais aussi engagé dans une histoire positive, désacralisante des religions. Il y a aussi, pour les plus jeunes générations, celle d’un Professeur Nimbus, tout absorbé dans ses recherches. J’ai le souvenir qu’on disait que sous l’Occupation, au mépris du contexte, il entendait continuer ses recherches comme si de rien n’était ou presque (il était déjà âgé), un peu bravache ou inconscient.

  • Vous avez, en tant qu’historien, des sujets d’études variés. Vous exploitez notamment des traces peu ordinaires : « ruines » contemporaines via l’urbex (exploration urbaine), archives abandonnées, mais aussi de périodes différentes, du Moyen-Âge à l’époque contemporaine. En quoi cela a-t-il modifié votre rapport aux sources, et en particulier, cela a-t-il influencé votre rapport aux archives de votre arrière-grand-père ?

Disons plus généralement que comme historien, j’ai vite été convaincu que « tout est document » pour reprendre une formule et un point de vue de médiévistes que j’aime beaucoup (Toubert et Le Goff), et du coup, j’ai prêté attention à chaque petite coupure ou document des archives familiales, je n’ai rien jeté ni négligé. Une facture anodine peut mériter autant d’attention que la lettre d’une figure connue. Tout dépend de la démarche, tout dépend de la question et in fine, seul ce que l’on arrive à dire compte vraiment. Quand je trouve une circulaire ou un document abandonné en Urbex, je me demande quelle restitution est pertinente, comme pour un précieux compte médiéval.

Ce qui semble important, aujourd’hui, c’est de s’interroger sur ce que l’on est en train de faire, sur ce à quoi conduisent les choix documentaires que l’on fait, ce que l’on écarte. Nous évoquions plus haut le tri opéré dans ce que je vous ai donné, j’ai là aussi raisonné en me demandant si l’opération que je menais en faisant cela aurait des conséquences éventuelles sur les chercheurs intéressés, et sur ce qu’elle disait de moi.

  • En quoi le don que vous avez effectué vous amené à réfléchir au sort de vos propres archives ?

Votre question est bien vue… En fait j’ai fait suivre le don au Collège d’un don d’une partie de mes archives de recherches à La Contemporaine, à vrai dire surtout des choses recueillies (fonds de militants, entretiens oraux). D’une certaine manière c’est l’idée qu’il est utile de faire cela en construisant un objet « fonds » à partir d’une réflexion, plus que de laisser cela en vrac pour un jour lointain, pour la posterité ou la poubelle. Ceci dit, il y a une différence fondamentale, outre nos positions, c’est qu’à l’époque d’Isidore beaucoup de questions, y compris délicates, voire chaudes, personnelles (voyez la correspondance de Bloch et Febvre) se discutaient et se disaient dans les lettres. On peut donc faire une histoire dense du milieu de l’époque. Pour le nôtre, les mails ne sont pas conservés ou seulement très partiellement donc les historiens du futur n’auront jamais ou peu accès au même type d’informations intimes, aux batailles d’arrières-cours, aux stratégies les plus indicibles, comme dans les correspondances. Cette question me taraude souvent en matière d’archives, et j’ai fait il y a peu un article sur un engagement d’historiens en reprenant autant que possible les mails conservés, mais je les avais imprimés, ce que sans doute on fait de moins en moins1. L’écriture de l’histoire (intellectuelle au moins) en sera profondément affectée, même si les historiens savent toujours faire avec ce qu’ils ont.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. « Le Comité de Vigilance face aux usages publics de l’histoire. Courte histoire contemporaine d’une pratique d’engagement (2005-2007) », in L. Colantonio, C. Fayolle (dir.), Genre et utopie. Avec Michèle Riot-Sarcey, Saint-Denis, Presses de l’Université de Vincennes, 2014, p. 333-347. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.