À la découverte des congshu et des leishu de la bibliothèque d’études chinoises : une autre histoire des cultures imprimées (épisode 3)

Les grandes collections de la bibliothèque d’études chinoises : les leishu ou « encyclopédies »

Parmi les grandes collections du fonds de la bibliothèque d’études chinoises figurent, aux côtés des congshu présentés en épisode 2, un grand nombre de leishu (類書) ou « encyclopédies ». Il s’agit d’anthologies faites de citations proposant au lecteur le meilleur d’un livre, d’un auteur ou d’une série de livres. Signifiant littéralement « ouvrage [classé] par catégories », le terme de leishu est généralement rendu par « encyclopédie », pour la simple et mince raison que de tels ouvrages touchent à une très grande diversité de savoirs.

Les premiers leishu avaient pour objet d’offrir à l’empereur et à ses ministres un aperçu des textes les plus connus de l’époque. Ils servaient aussi aux candidats des concours mandarinaux à s’entraîner à rédiger essais et poèmes. De l’avis général, les toutes premières encyclopédies chinoises sont le Huang lan (皇覧) ou Augustes lectures, compilé autour de l’an 220 de notre ère, le Hualin bianluë (華林遍略) ou Précis général du Bouquet fleuri, le Xiuwendian yulan (修文殿御覧) ou Impériales lectures du palais de la Culture des lettres, et quelques autres encore, tous compilés au temps mouvementé des Six dynasties (220-589). Aucun d’entre eux n’est parvenu jusqu’à nous. Le plus ancien exemplaire connu de leishu est une édition du Bian zhu (編珠) ou Perles enfilées, dont seulement une partie proviendrait de la compilation originale ; il fut édité sous la dynastie des Sui (581-618), afin de fournir des matériaux susceptibles d’aider, là encore, à la rédaction d’essais et de poèmes. Si la plupart des encyclopédies des dynasties des Tang et des Song (VIIe-XIIIes.) continuèrent à répondre aux mêmes fins pratiques, celles datant des Ming et des Qing (mi XVIIe-début XXe s.), comme le Yongle dadian (永樂大典), ou Grand corpus de l’ère Yongle (v. 1402-1424), et le Gujin tushu jicheng (古今圖書集成), ou Collection de livres et d’illustrations d’hier et d’aujourd’hui, furent compilées initialement pour sauvegarder autant que possible d’anciens écrits. 

Bien qu’aux yeux des savants chinois les encyclopédies n’aient jamais joui d’un grand prestige parce qu’ils les tiennent pour des sources secondaires n’offrant qu’un savoir parcellaire, les citations qu’elles renferment se révèlent souvent plus exactes que les passages correspondants dans les éditions modernes de sources originales (Teng et Biggerstaff). Beaucoup d’œuvres citées dans les plus anciennes encyclopédies ont aujourd’hui disparu (Diény, Drège), et il faut rendre grâce à ces dernières d’en avoir préservé des passages, si courts et fragmentaires soient-ils.

Les leishu généraux

Si un certain nombre de leishu se concentrent sur des domaines particuliers (arts et sciences, art de gouverner, allusions littéraires [en Chine, notamment avant l’époque contemporaine, les lettrés chinois s’exprimaient à l’aide de formules proverbiales qui sont essentiellement des références littéraires et historiques ; on les rend généralement en français par les « allusions littéraires »], etc.), la plupart d’entre eux maintiennent un équilibre entre les divers domaines du savoir. Deux encyclopédies générales en offrent une illustration.

Le Beitang shuchao (北堂書鈔), 160 juan ou chapitres.

Recopies de la salle du Nord (北堂書鈔, Beitang shuchao)

Compilé par Yu Shinan 虞世南 (558-648), collecté et annoté par Kong Guangtao孔廣陶 (1832-1890), qui le publia en 1888, en 20 ce ou fascicules, la bibliothèque possède un fac-similé de l’ouvrage en deux volumes, édité en 1962. Réalisé par Yu Shinan pour aider les candidats à se préparer aux concours, le Beitang shuchao ou Recopies de la salle du Nord comprend dix-neuf sections entre lesquelles se répartissent ses 160 chapitres aux nombreuses entrées dont une table des matières permet de connaître le détail ; les citations proposées, tirées d’une grande variété d’écrits, dont les sources sont indiquées soit par titre soit par nom d’auteur, concernent aussi bien le pouvoir politique (juan 1 à 79) que des sujets très divers tels que les rites, la littérature, la musique, les armes, l’habillement, la nourriture, les moyens de transport, les fêtes et les saisons (juan 80 à 160). Étant donné que ces citations proviennent essentiellement d’ouvrages d’avant la fin du VIe siècle et que la plupart de ceux-ci n’existent plus, l’encyclopédie du Beitang shuchao a largement contribué à recouvrer une partie des œuvres perdues datant d’avant la dynastie des Tang (618-907). Elle est une source importante pour l’étude, mal documentée, du système social et politique de la Chine ancienne.

Le Gujin tushu jicheng (古今圖書集成), 10 000 juan ; table des matières, 40 juan ; liste des errata, 44 juan.

Compilé sur ordre impérial, sous la direction de Chen Menglei 陳夢雷 (1650-1741) et Jiang Tingxi 蔣廷錫 (1669-1732), il fut présenté à l’empereur en 1725. La bibliothèque conserve une reproduction photographique en 808 ce de l’édition du Palais de l’ère Yongzheng 雍正 (1722-1735), publiée en 1934 par la Zhonghua shuju, ainsi qu’une édition en facsimilé de 2009 en 3 volumes. 

La Collection de livres et d’illustrations d’hier et d’aujourd’hui, imprimée en 1728 avec des caractères mobiles métalliques, est l’encyclopédie la plus utile, en dehors du Grand canon de l’ère Yongle (première édition : 1408, 22 877 juan), dont seules ont survécu quelques centaines de fascicules, dispersés dans le monde. Comme son titre l’indique, il s’agit d’une somme qui se veut exhaustive. Elle comprend 6 109 entrées réparties en 32 sections, regroupées elles-mêmes en trois catégories principales, selon la division traditionnelle inspirée des « Trois puissances agissantes » (sancai 三才) : le ciel et les éléments célestes, la terre et les notions géographiques, l’homme et les activités humaines. Les textes ou extraits de texte proposés dans chacune des entrées sont classés sous huit rubriques différentes :

  • la première, nommée huikao (彙考), est pour les citations importantes provenant de sources classiques, chaque citation étant introduite par un chapeau dégageant l’idée centrale, et est souvent assortie d’illustrations, de cartes, etc. ;
  • la seconde, appelée zonglun (總論), va aux idées et discussions générales de nature orthodoxe, provenant des quatre grandes branches traditionnelles du savoir, « classiques », « histoires », « maîtres » et « belles-lettres » ;
  • la troisième, dite liezhuan (列傳), est pour l’essentiel dédiée aux vies de personnes illustres ou remarquables ;
  • la quatrième, dite yiwen (藝文), s’attache aux compositions littéraires, mettant l’accent sur le style plus que sur le contenu ;
  • la cinquième, dite xuanju (選句), est un florilège de phrases ou de vers retenues pour leur qualité littéraire ;
  • la sixième, dite jishi (紀事), est réservée aux documents touchant à des faits moins importants que ceux de la première rubrique, mais méritant néanmoins d’être conservés ;
  • la septième, dite zalu (雜錄) ou « mélanges » ;
  • la dernière, dite waibian (外編), regroupe des textes fabuleux, ne relevant pas de l’orthodoxie, et provenant d’écrits bouddhistes ou taoïstes.

Si les documents jadis jugés les plus importants se trouvent dans les deux premières rubriques, les savants d’aujourd’hui n’en accordent pas moins beaucoup d’intérêt aux autres rubriques en ce qu’elles documentent des pans moins connus de l’histoire littéraire et culturelle chinoise.

Encyclopédies concernant le gouvernement

Un autre type de leishu se répand à partir des Tang (VIIe-Xe s.), se concentrant sur les questions politiques et administratives. Ce sont d’une part les recueils de « documents essentiels » ou huiyao (會要), réunissant les édits impériaux et les pièces les plus importantes d’une dynastie donnée (comme le Tang huiyao 唐會要 ou Documents essentiels des Tang) ; d’autre part les ouvrages « généraux » ou tong (通), rassemblant toutes sortes de textes touchant au système politique sous ses multiples aspects. Ainsi le Corpus général (通典Tongdian) de Du You 杜佑 (734-812), qui compte neuf sections : économie, examens, services administratifs, rites, musique, armée, lois pénales, préfectures et commanderies, frontières1.

Collections d’anecdotes et d’histoires

À l’ère de l’imprimé au temps des Song (Xe-XIIIe s.), sous l’impulsion des autorités impériales, l’essentiel de la panoplie encyclopédique est constitué. Quatre grandes compilations sont lancées, tour à tour : les Vastes récits de la Grande Paix (太平廣記Taiping guangji), du nom de l’ère où elles furent compilées (976-983), les Lectures impériales de la Grande Paix (太平御覧Taiping yulan) en 977, la Quintessence du jardin des lettres (文苑英華Wenyuan yinghua) en 982, et enfin les Leçons édifiantes tirées des Archives impériales (册府元龜Cefu yuangui) en 1005. Nous nous arrêterons sur le premier ouvrage.

Les 500 chapitres des Vastes récits de la Grande Paix furent compilés, sous l’égide de l’empereur, par Li Fang (李昉, 925-996), entre 977 et 978. Cette encyclopédie a pour but de faciliter l’accès à un grand nombre d’informations qu’on ne trouve pas d’ordinaire dans les écrits orthodoxes. Elle comprend beaucoup de citations tirées d’histoires étranges et de récits surnaturels, même si y figurent également de nombreux documents sur les institutions politiques, les coutumes, les noms des choses, etc. Elle compte 92 sections qui se ramifient en de multiples entrées. Les citations proviennent essentiellement de fictions historiques, de nouvelles et de miscellanées, même si certaines d’entre elles sont empruntées aux histoires dynastiques. L’encyclopédie des Vastes récits de la Grande Paix a ainsi une valeur de répertoire d’un certain nombre d’œuvres importantes qui, sans elle, auraient été à jamais perdues (la table des matières compte 343 titres, mais en réalité les citations sont tirées de 475 livres différents, dont 240 ont disparu, cf. Teng et Biggerstaff). Elle est aussi une source essentielle sur l’histoire sociale antérieure aux Song, complétant les histoires dynastiques officielles depuis les Jin (265-420) jusqu’aux Song (960-1279). Des diverses éditions que détient la bibliothèque d’études chinoises, celle de 1846, en 64 ce, est la reproduction d’une réédition datant de 1753.

Vastes récits de la Grande Paix (太平廣記Taiping guangji). Extrait

Encyclopédies des arts et des sciences

Si l’illustration d’ouvrages commença dès le début de la production du livre manuscrit, les encyclopédies n’y recoururent que rarement. Les Dessins des Trois puissances de l’univers (三才圖會 Sancai tuhui) restent un exemple singulier. Compilé par Wang Qi (王圻, 1530-1615) et son fils Wang Siyi (王思義), cet ouvrage en 106 juan, achevé en 1607 et publié en 1609, offre un texte très largement illustré, qu’il s’agisse de cartes, de portraits, de dessins, de diagrammes et de schémas concernant tous les sujets traités. Les images qui s’y trouvent ne présentent cependant pas la fiabilité que l’on pourrait attendre d’une encyclopédie moderne de type occidental ; elles puisent souvent dans les fonds de l’imagerie qui circulait dans des ouvrages spécialisés sans autre souci que de proposer des représentations ouvertes à l’imaginaire autant qu’à la réalité. La bibliothèque en possède plusieurs éditions modernes, dont l’une, de 1970, est un facsimilé de l’édition de 1609.

Parallèlement à ces encyclopédies officielles destinées aux lettrés de l’empire, se développent d’autres sortes de leishu visant un public plus large, dont certains prennent une forme très élémentaire. Tel est le cas des Notes diverses (雜抄Zachao), qui évoquent davantage un mémento qu’une encyclopédie, et s’en tiennent à des connaissances de base sous forme de simples questions et réponses.

Réflexions sur les leishu

Les travaux consacrés aux recueils, anthologies et encyclopédies font émerger une figure d’« auteur » : celle du compilateur. L’identité d’auteur se dissémine entre de multiples individus – par exemple, dans le cas des encyclopédies officielles chinoises, entre l’Empereur qui a ordonné l’entreprise, les fonctionnaires qui ont pris en charge le projet, les compilateurs qui ont rassemblé les textes et les scribes qui les ont copiés –, les genres encyclopédiques obligent à réévaluer toutes les formes de l’écriture, et pas seulement les modalités de la publication, qui supposent la collaboration entre de multiples acteurs. »

La hantise de l’oubli et la crainte de la disparition consistent à rassembler les textes pour les préserver de l’effacement. De là, les inventaires de titres, les listes d’auteurs, la publication de plusieurs œuvres dans un même ouvrage ou dans une même collection ; c’est le cas des congshu. La peur inverse n’est toutefois pas moins forte : celle de la prolifération incontrôlée des textes, de l’excès de l’information, de la multiplication sans ordre ni raison de l’écrit. De là, l’invention de techniques de lecture capables de maîtriser les discours, la production de genres textuels destinés à en garantir le contrôle ou, plus radicalement, la destruction des livres rendus inutiles par une nouvelle technique ou une nouvelle autorité – ainsi que souligne J.-P. Drège à propos de la quasi-disparition de toutes les encyclopédies compilées avant la dynastie Song et l’apparition de l’imprimerie. Les diverses modalités encyclopédiques, toujours situées entre le désir d’une exhaustivité sans manque et la nécessité d’une sélection ordonnée, manifestent cette double inquiétude des sociétés qui, tout à la fois, redoutent la perte de l’écrit et sa prolifération. »

Trois branches maîtresses : la mémoire, la raison et l’imagination. L’inventaire des choses et l’ordre des mots. Le croisement entre classements thématiques et savoir des noms n’efface pas les traits fondamentaux d’une démarche qui connaît les choses grâce à l’analyse lexicographique et étymologique des mots » (avis partagé par J.-P. Diény et B. Elman.)

Roger Chartier, « La muraille et les livres », dans Extrême-Orient, Extrême-Occident, hors-série, 2007, p. 205-216.

Bibliographie

  • Roger Chartier, « La muraille et les livres », Extrême-Orient, Extrême-Occident, hors-série, 2007, p. 205-216.

  • Jean-Pierre Diény, « Des encyclopédies aux concordances », Cahiers de linguistique, d’orientalisme et de slavistique, 10 janvier 1978 ; « Les encyclopédies chinoises », L’encyclopédisme. Actes du Colloque de Caen, 12-16 janvier 1987, Paris, Klincksieck, 1991.

  • Jean-Pierre Drège, « Des ouvrages classés par catégories : les encyclopédies chinoises », Extrême-Orient, Extrême-Occident, hors-série, 2007, p. 19-38.

  • Benjamin, Elman, « Collecting and Classifying : Ming Dynasty Compendia and Encyclopedias (Leishu)», Extrême-Orient, Extrême-Occident, hors-série, 2007, p. 131-157.

  • Ssu-yu Teng et Knight Biggerstaff, An annotated bibliography of selected Chinese reference works, “Encyclopedias”, Harvard University Press, 1971, p. 83-128.

  • Endymion Wilkinson, Chinese history, a new manual, Harvard University, Asia Center, 2012.

Pour citer cet article : Esther Lin, "À la découverte des congshu et des leishu de la bibliothèque d’études chinoises : une autre histoire des cultures imprimées (épisode 3)," in Colligere, 12/05/2022, https://archibibscdf.hypotheses.org/11300. Consulté le 26/05/2022.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Ce type d’encyclopédies compte de nombreux titres ; pour une description synthétique des principaux d’entre eux, voir Endymion Wilkinson, Chinese history, a new manual, Harvard University, Asia Center, 2012, p. 645-648. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search