À la découverte des congshu et des leishu de la bibliothèque d’études chinoises : une autre histoire des cultures imprimées (épisode 2)

Les grandes collections de la bibliothèque d’études chinoises : les congshu ou « collections d’œuvres diverses »

Comment naquirent ces congshu 叢書 « à l’ancienne » qui jouèrent un si grand rôle dans la formation des lettrés chinois et la transmission des savoirs ? Plusieurs facteurs, historique, social, technique, expliquent leur apparition, tels que l’essor de l’imprimerie sous les Song (cf. le tableau chronologique donné au 1er épisode), la disparition d’ouvrages lors de rébellions ou de guerres, ou la nécessité de s’imprégner d’un grand nombre de textes avant de se présenter aux concours mandarinaux ; ils amenèrent des éditeurs à réunir des œuvres diverses et à les publier en une seule et même collection (voir A. W. Hummel, B. Elman, entre autres). La xylographie, procédé de reproduction d’une image ou d’un texte sur un papier ou tissu en utilisant la technique de la gravure sur bois, a en effet permis à ces vastes ensembles de toucher un public toujours plus nombreux, conduisant à un abandon progressif de l’usage du manuscrit, sans pour autant entraîner sa disparition : il subsista dans les bibliothèques impériales longtemps après le succès de la xylographie (J.-P. Drège).     

La raison d’être des congshu a évolué avec le temps. Sous les Song, les Yuan et les Ming (soit du Xe au milieu du XVIIe s.), ces collections servirent essentiellement à préserver des bibliothèques, dont les ouvrages étaient le plus souvent classés en quatre catégories distinctes : « classiques », jing 經 ; « histoires », shi 史 ; « maîtres », zi 子 ; « recueils » ou « belles-lettres », ji 集.

Les savoirs classiques chinois ont été répartis à partir du VIIe et jusqu’au XXe siècle en quatre branches (ou sibu 四部). Jinbu 經部 les classiques confucéens : les canons confucéens ainsi que leurs critiques textuelles et philologiques ; Shibu 史部 les histoires : les histoires dynasties, les ouvrages sur l’histoire, ainsi que ceux portant sur la géographie et la topographie ; Zibu 子部 les philosophes : littéralement les œuvres des maîtres (zi子), les penseurs et les philosophes ainsi que ce qui se rapporte aux sciences et techniques (astronomie, mathématiques, médecine, etc.) ; Jibu 集部 les belles lettres : les ouvrages littéraires au sens large, incluant les œuvres complètes de lettrés, les anthologies, les mémoires au trône, les biji (notes au fil du pinceau), etc. Cette classification reproduit l’organisation des quatre écoles impériales de la capitale au Ve siècle sous le règne de Song wendi 宋文帝 (r. 424-453) : ruxue 儒學 (pour l’étude des classiques confucéens), xuanxue 玄學 (pour l’étude des écrits mystiques), shixue 史學 (l’étude de l’histoire), wenxue 文學 (l’étude de la littérature).

Sous les Qing (soit à partir du milieu du XVIIe s.), elles furent surtout utilisées par le pouvoir impérial pour s’approprier l’ensemble des savoirs textuels, même si des congshu imprimés par des particuliers continuèrent de circuler en dehors de la cour, avec l’ambition de favoriser un meilleur accès au savoir. En voici trois exemples.

Publié en 1273, alors que s’effondrait la dynastie des Song, le Baichuan xuehai (百川學海), ou Cent fleuves pour un océan, est tenu pour le premier véritable congshu. Compilé par un certain Zuo Gui 左圭, il renferme cent titres traitant de divers sujets par des auteurs des Tang (618-907) et des Song, mais aussi par quelques lettrés des Jin (265-420) et des Six Dynasties (420-589), formant un ensemble de 177 juan 卷, ou chapitres, divisé en dix parties et couvrant donc environ dix siècles. La bibliothèque d’études chinoises possède trois éditions tardives des Cent fleuves pour un océan. Parues entre 1921 et 1930, elles consistent en fac-similés de rééditions du début des Ming, ainsi que de fragments subsistants de l’édition originale des Song. Cette collection a fait l’objet, au fil des siècles, de plusieurs suites, apportant leur lot d’œuvres variées ; la bibliothèque possède l’une d’elles, dans son édition d’époque, gravée à la fin des Ming, le Guang Baichuan xuehai 廣百川學海 ou Suite élargie aux Cent fleuves pour un océan, dont les 127 chapitres rassemblent des opuscules d’auteurs ayant vécu, pour la plupart, sous les Ming.

Édité et publié par Zhang Chao 張潮 (1650-1707), le Zhaodai congshu (昭代叢書), ou Collection de l’époque lumineuse, est un « recueil de petites œuvres touchant aux sujets les plus divers, toutes écrites par des lettrés du temps » (P.-H. Durand). La bibliothèque d’études chinoises conserve les cent soixante fascicules, répartis en onze étuis ou coffrets, de la réimpression de 1876 de l’édition de L’époque lumineuse gravée entre 1833 et 1849. Cette édition est une version augmentée de l’ouvrage original, dont le nombre initial de titres se trouva multiplié par quatre, faisant d’elle l’une des plus riches collections que des particuliers aient publiées sous la dynastie mandchoue des Qing. Elle s’inscrivait dans le droit fil de la volonté de son créateur de mettre en valeur un choix d’écrits « mineurs » reflétant l’esprit des lettrés de son époque.

Zhaodai congshu (Collection de l’époque lumineuse) : fascicules et leur étui. Reliure traditionnelle chinoise
Page avant titre (Zhaodai congshu) avec un sceau dit yangyin, ex-libris d’un collectionneur : Yongli Fang shi zhengcang (“Collection précieuse de la famille de Fang de Yongli”)
Au centre, quatre grands caractères tracés verticalement : Zhaodai congshu (Collection de l’époque lumineuse) ; six caractères placés verticalement à droite : “Zhenze Yang Lie’ou ji” (“Édité par Yang Lie’ou de Zhenze”) ; deux caractères placés verticalement en haut à gauche : jia ji (Première partie) ; cinq caractères en bas à gauche : “Shijietang cangban” (“Fonds de la Salle de Shijie”) ; six caractères placés horizontalement en haut se lisant de droite à gauche : “Daoguang guisi nian jun” (“Gravé en l’année de guisi de l’ère Daoguang [1833]”)
Début de la Préface de Yu Yue, datée de 1876, à la Collection de l’époque lumineuse
Page droite : la fin de la préface de Yu Yue (1821-1907) avec ses deux sceaux dont celui du haut est dit « yinyin » (les caractères gravés en creux apparaissant en blanc sur fond noir) et celui du bas « yangyin » (les caractères saillants en noir sur fond blanc). On lit sur le premier sceau « Yu Yue zhi yin » ou « Sceau de Yu Yue » ; et sur le second sceau « Yinfu » (prénom public de Yu Yue).
Page de gauche : Préface de la première partie (jia ji) de la Collection d’une époque lumineuse

L’apogée des congshu fut atteinte sous les Qing avec notamment le fameux monument, voulu par l’empereur Qianlong, du Siku quanshu (四庫全書) ou Bibliothèque complète des quatre trésors, dont chaque trésor faisait écho aux quatre catégories traditionnelles des « classiques », des « histoires », des « maîtres ou philosophes », et des « recueils ou belle lettres ». Sa compilation mobilisa, pendant neuf années, de 1773 à 1782, les efforts de plusieurs centaines de fonctionnaires et de lettrés, mais aussi de plusieurs milliers de copistes qui eurent la charge de recopier, en sept exemplaires, les 3 461 ouvrages retenus (dont quelques-uns écrits avec la collaboration de missionnaires européens), allant de la période antique jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, formant un ensemble riche de pas moins 79 337 chapitres, occupant 36 304 volumes ou fascicules (ce 册). Un catalogue général fut établi dans le même temps, livrant un aperçu des trois milliers d’ouvrages choisis, mais aussi des près de sept mille autres, non retenus, dont les compilateurs jugèrent néanmoins que leur souvenir méritait d’être conservé. Le monarque mandchou voulut apparaître ainsi en souverain absolu, maître de tous les savoirs, qu’ils soient de Chine ou d’ailleurs. Les éditions impériales constituent un champ de recherche en soi, comme l’illustrent le classique The Emperor’s Four Treasuries de Kent Guy et l’étude plus récente de Nathalie Monnet, « Le livre impérial de la dynastie des Qing ». Il serait intéressant de réfléchir, non seulement sur la manière dont cette très grande collection était explorée et utilisée à la manière de bibliothèques, mais aussi sur la façon dont la Chine traditionnelle classait les savoirs récoltés puis rassemblés en des livres, parfois assortis d’illustrations. La bibliothèque d’études chinoises a dans ses collections un exemplaire de l’édition en fac-similé de Taïwan, ainsi qu’une édition d’époque Tongzhi 同治 (1862-1875) du Catalogue général de la Bibliothèque complète des quatre trésors (四庫全書總目).

Bibliographie

  • Arthur W. Hummel, « Ts’ung shu », dans Journal of the American Oriental Society, Vol. 51, No. 1, 1931, p. 40-46.

  • Benjamin Elman, « Collecting and Classifying: Ming Dynasty Compendia and Encyclopedias (Leishu) », dans Extrême-Orient, Extrême-Occident, hors-série. Paris, 2007, p. 131-157.

  • Jean-Pierre Drège, « Des ouvrages classés par catégories : les encyclopédies chinoises », dans Extrême-Orient, Extrême-Occident, hors-série. Paris, 2007, p. 19-38.

  • Pierre-Henri Durand, « Zhang Chao ou l’amour bien compris des belles-lettres. Un lettré éditeur de Yangzhou à la fin du xviiᵉ siècle », dans Imprimer sans profit ? Le livre non commercial dans la Chine impériale. Genève, 2015, p. 415-423.

  • Kent Guy, The Emperor’s Four Treasuries. Scholars and the State in the Late Ch’ien-lung Era, Harvard university press, 1987.

  • Nathalie Monnet, « Le livre impérial de la dynastie des Qing : quelques éléments d’appréciation », dans Imprimer sans profit ? Le livre non commercial dans la Chine impériale. Genève, 2015, p. 425-530.

Pour citer cet article : Esther Lin, "À la découverte des congshu et des leishu de la bibliothèque d’études chinoises : une autre histoire des cultures imprimées (épisode 2)," in Colligere, 14/04/2022, https://archibibscdf.hypotheses.org/11131. Consulté le 26/05/2022.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search