Focus sur un document des archives d’Étienne Drioton à Montgeron : un directeur du service des Antiquités de l’Égypte honoré par la cour Pahlavi d’Iran

Archives d’Étienne Drioton

Le musée Josèphe Jacquiot de la ville de Montgeron est dépositaire des archives scientifiques de l’éminent égyptologue français Étienne Drioton (1889-1961), professeur au Collège de France de 1957 à 19601. La bibliothèque d’égyptologie du Collège de France a signé en 2019 une convention de collaboration avec le musée de Montgeron pour le traitement et la mise en ligne, sur Salamandre, de l’ensemble des archives (manuscrites et photographiques) de ce savant. Une première partie de la documentation, composée de près de 5400 photographies sur plaques de verre et films numérisés, est actuellement en cours de contrôle et d’identification par l’équipe de la bibliothèque d’égyptologie2.

La collection photographique en cours de traitement comporte majoritairement les vues de sites et de monuments anciens de l’Égypte et de la Nubie prises pour la plupart par Étienne Drioton lui-même entre 1924 et 19523. En dehors de ces clichés, le fonds contient également un lot de photos rappelant les activités de ce grand égyptologue dans sa position de directeur général du service des Antiquités de l’Égypte, haute fonction à la fois scientifique et politique qu’il assume pendant de longues années de 1936 à 1952 par la volonté du roi Farouk Ier4. Ces images témoignent principalement des tournées d’inspection de Drioton sur les chantiers archéologiques mais aussi de ses déplacements à travers le pays en compagnie de la famille royale égyptienne et d’autres personnalités, égyptiennes ou étrangères.

Au sein de ces documents, un cliché mérite une attention toute particulière compte tenu de son intérêt historique et des informations qu’il fournit sur le parcours professionnel de Drioton en Égypte. Il s’agit d’un document officiel signalant sa nomination à l’une des plus hautes distinctions honorifiques de l’Iran d’époque Pahlavi5 (1925-1979). L’examen de ce document offre également l’occasion de faire une brève mise au point sur l’ensemble des décorations reçues par Drioton et leurs dates d’attribution.

Décorations d’Étienne Drioton

Les décorations décernées à Drioton tout au long de sa carrière d’égyptologue sont connues notamment grâce à un portrait officiel conservé au musée de Montgeron (Fig. 2). D’après une lettre privée manuscrite présente dans les archives, le portrait a été réalisé en 1947 au Caire (Fig. 1). Dans cette lettre adressée à sa mère et datée du 11 janvier 1947, Drioton précise que la photo a été prise au studio du célèbre photographe arménien Aram Alban qui a d’ailleurs colorisé et signé le cliché d’origine de sa main6. On lit ainsi :

Comme je vous l’avais écrit dans ma dernière lettre, – et c’est fait maintenant- je suis allé lundi soir poser chez Alban avec toutes mes décorations. Ce matin, au retour de Sakkarah, je suis allé choisir la meilleure pose : du reste elle s’imposait et il y en avait une bien meilleure que les autres. J’ai commandé l’exemplaire peint suivant le format que vous m’avez indiqué. Pour les rubans des décorations, Alban m’a dit d’abord qu’il n’avait pas besoin que je lui envoie les pièces : il mettrait les couleurs d’inspiration. Ah mais alors je me suis rebiffé : je lui ai dit que vous connaissiez parfaitement les couleurs et que vous vouliez les nuances absolument exactes. C’était du reste pour cela qu’on faisait la photographie en couleurs. Aussi ce soir je lui ai porté le paquet de décorations »7

Fig. 1. Lettre du 11 janvier 1947, extrait du paragraphe relatif au portrait officiel © Musée Josèphe Jacquiot, Montgeron

En dehors de ce portrait en couleurs de grand format (17×24,5 cm) et visiblement souhaité par la mère de Drioton, le musée de Montgeron possède deux épreuves de la pose, de plus petite taille (9×14 cm) en noir et blanc, montrant l’état initial de la photographie monochrome avant sa colorisation (Fig. 2). 

Sur ce portrait officiel, Drioton est représenté debout, coiffé du tarbouche rouge des hauts fonctionnaires égyptiens8 et décoré de cinq distinctions honorifiques dont quatre sont épinglées sur son costume : les médailles de Chevalier de la Légion d’Honneur, Officier de l’Ordre de la Culture/Éducation (Ma’araf) d’Égypte (Fig. 3,2), Officier de l’Ordre grand-ducal de la Couronne de chêne de Luxembourg (Fig. 3,1) et celle de Membre de l’Institut d’Égypte (Fig. 3,4)9. Les brevets de ces décorations ainsi qu’un groupe de lettres officielles dans les archives de Montgeron attestent que les médailles en question ont été attribuées entre 1935 et 194010.

Fig. 3. Ensemble des insignes conservés de Drioton
© Musée Josèphe Jacquiot, Montgeron

L’insigne qu’il porte autour du cou est celui de l’Ordre Tadj (couronne) d’Iran (Fig. 2). Cette médaille en forme d’étoile montée sur un large ruban se trouve actuellement dans les réserves du musée de Montgeron, où elle est présentée dans un cadre avec les autres décorations de Drioton (Fig. 3,3). Parmi celles-ci, seules trois apparaissent sur le portrait colorisé de 1947 (Fig. 2 et Fig. 3,1, 3,2 et 3,4). Les deux autres décorations lui ont en effet été décernées postérieurement, l’une en 1949 en tant que Président de l’Institut d’Égypte (Fig. 3,5) et l’autre en 1950 suite à sa promotion au grade d’Officier de la Légion d’Honneur (Fig. 3,6)11.

Nomination à l’Ordre Tadj d’Iran

Si le portrait et la médaille du musée de Montgeron renseignent sur la distinction de Drioton dans l’Ordre Tadj, une photographie sur plaque de verre conservée dans les archives (Neg E115-09) en précise les détails d’attribution. Cette photo reproduite en négatif sur une plaque au format 17 x 12,5 cm présente le brevet en persan de sa nomination (Fig. 4).

Contrairement aux autres décorations dont les brevets nous sont parvenus12, ni la version originale papier de ce brevet, ni aucun autre document associé, n’ont été repérés à ce jour dans les archives de Montgeron. Cette photo expose la date et les termes du décret pris par la cour Pahlavi en faveur de Drioton en sa qualité de directeur général du service des Antiquités de l’Égypte :

Par la grâce de Dieu, le Tout Puissant
Nous 
Pahlavi, Chahanchah13 d'Iran

En signe de la haute estime royale à l’égard d’Étienne Drioton, directeur des Antiquités

Avons décerné par ce décret au susmentionné, la distinction de l’Ordre Tadj, troisième classe.

En date du 22 avril 1939. 

Fig. 4. Photo du brevet de nomination de Drioton dans l’Ordre Tadj d’Iran. © Musée Josèphe Jacquiot, Montgeron

Caractéristiques du brevet manuscrit

Fig. 5. Signature royale apposée sur le brevet de nomination de Drioton © Musée Josèphe Jacquiot, Montgeron

Conformément aux usages de l’époque, le texte du brevet de Drioton a été rédigé par le calligraphe de la Cour et signé de la main du souverain régnant juste en-dessous de son titre royal. Bien que peu visible, la signature sobre de Reza Chah (Fig. 5), le premier roi Pahlavi, peut être facilement identifiée sur la photo14.

Fig. 6. Sceau d’époque Reza Chah pour les décrets de distinction © Photo d’après M. Moshiri, 1971, p. 41.

Comme dans notre exemple, les brevets Pahlavi établis pour ce type de distinction portent en général le nom de la personne honorée suivi de son titre ou statut professionnel et sont datés à la fin en toutes lettres sans précision sur le lieu de la remise de décoration15. La date mentionnée sur les brevets est celle du calendrier solaire persan. L’insigne de la décoration étant toujours marqué par la date de création de l’Ordre16, la date exacte de nomination ne peut être connue que par le texte du brevet17. Ainsi, la photo E115-09 constitue le seul document pouvant informer sur la date d’attribution de la médaille Tadj à Drioton, à savoir le 1er ordibehecht 1318, soit le 22 avril 1939.

Les brevets de nomination Pahlavi sont habituellement ornés dans leur en-tête d’une estampille sèche du sceau de la Cour royale18. Non reproduite sur la photographie actuelle, l’empreinte du sceau d’époque Reza Chah devait sans doute figurer sur le brevet d’origine adressé à Drioton (Fig. 6)19.

Historique et règlementation de l’Ordre Tadj

Les origines de l’Ordre Tadj remontent à la fin de l’époque Qadjar20. Inspiré de la Légion d’Honneur française, il a été fondé en 1913 par Ahmad Chah comme un ordre dynastique d’une seule classe, celle du Grand collier (Fig. 7)21.

L’Ordre a été modifié en février 1939 sous les Pahlavi22. Il devient alors l’Ordre national le plus élevé d’Iran après l’Ordre dynastique Pahlavi. Nommé désormais « Ordre Tadj d’Iran », il était destiné à récompenser les civils et militaires iraniens pour leurs qualités et leurs services marquants en faveur de la nation. Les étrangers œuvrant pour le bien de l’Iran ou ceux reconnus pour leurs mérites pouvaient être également distingués dans l’Ordre23.

L’Ordre Tadj à cette période comprenait cinq classes avec un nombre réglementé pour les récipiendaires iraniens24. Toutes les procédures de nomination à l’Ordre relevaient du service des Ordres rattaché au bureau du protocole impérial Pahlavi en Iran et placé sous l’autorité directe du souverain25.

Fig. 7. Ahmad Chah Qadjar portant le Grand collier Tadj
© Collection George G. Bain (Library of Congress, Washington, D.C.)

L’Ordre Tadj pouvait être attribué par simple volonté royale ou suite à une recommandation ministérielle. Le choix des candidats étrangers appartenait au Ministère des Affaires étrangères26.

Une fois l’attribution validée par le service des Ordres et le décret de nomination promulgué, la décoration pouvait être adressée au bénéficiaire par l’intermédiaire des institutions compétentes27, d’où l’absence de mention d’un lieu défini d’attribution sur les brevets28. Précisément pour les étrangers distingués dans l’Ordre en dehors d’Iran, la remise devait s’effectuer par les autorités consulaires dans les pays concernés. Ainsi, on peut penser que la décoration de Drioton lui a été remise par l’ambassade d’Iran au Caire à une date postérieure à la prise du décret de nomination d’avril 1939.       

Le type de services loués ou les raisons de distinction étaient en règle générale mentionnés dans le texte du brevet29. Dans celui de Drioton, la seule « estime royale » est indiquée comme motif de décoration : une formule simple sans spécification attestée par d’autres exemples et qui peut renvoyer à une nomination venant du choix direct du souverain30.

Insigne de l’Ordre Tadj – troisième classe

La décoration reçue par Drioton appartient à la troisième classe de l’Ordre Tadj, celle de Commandeur. Comme dans toutes les classes de cet Ordre, le symbole de l’insigne est composé d’une étoile à cinq branches doubles à pointes en forme de boule. Les branches de l’étoile sont bordées d’or, émaillées de blanc au centre et de vert en bordure et sont reliées en leur milieu par des rayons dorés (Fig. 8)31. La médaille est biface et présente, sur l’avers, la couronne kiani d’époque Qadjar sur un fond bleu émaillé dans un cercle surmonté de la date de la création de l’Ordre32 : 1332 dans le calendrier lunaire hégirien, soit 1913 dans le calendrier grégorien (Fig. 8). Le revers est décoré au centre d’un motif du soleil rayonnant perse doré sur un fond également bleu (Fig. 9)33. La plupart des insignes de l’Ordre Tadj sont en vermeil et confectionnés par la maison Arthus-Bertrand à Paris34.

L’insigne étoilé de la troisième classe mesure 7 x 6 cm et se porte au tour du cou au moyen d’un ruban. À l’époque Qadjar, le ruban de l’Ordre était bleu pourvu de doubles marges vert‑blanc. Après la réforme de 1939, la couleur est modifiée et devient jaune pâle avec des bordures bleu ciel35. On retrouve cette même couleur sur le ruban bien conservé du musée de Montgeron (Fig. 3,3).

Circonstances de la nomination à l’Ordre Tadj

Le texte du brevet persan et notamment sa date permettent de déceler les motifs et circonstances de la distinction de Drioton dans l’Ordre Tadj. En fait, la date mentionnée sur le brevet situe cette nomination dans le contexte du voyage en Égypte du prince héritier d’Iran, Mohamad‑Reza Pahlavi, à l’occasion de la célébration de son mariage avec la sœur du roi Farouk Ier, la princesse Fouzia, devenue reine d’Iran en 194136.

Les fiançailles du couple royal sont annoncées en mai 193837 et quelques mois plus tard, dans le climat tendu précédant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le prince héritier quitte l’Iran afin de présider les festivités nuptiales programmées pour le 15 mars 1939 au palais Abdin au Caire38.

Arrivé le 3 mars 1939 au Caire, le jeune prince passe ainsi quelques semaines en Égypte et effectue une tournée de visites dans les musées et sites historiques du pays39. Lors de ses visites officielles, il est accompagné d’un nombre de hauts fonctionnaires égyptiens dont Étienne Drioton, alors directeur du service des Antiquités de l’Égypte. Une photo récemment acquise par le musée de Montgeron garde parfaitement le souvenir de cette excursion royale. Sur cette image rare repérée auprès d’un antiquaire de Louxor40, Drioton présente les antiquités du musée du Caire au prince Mohamad-Reza (Fig. 10).

Fig. 10. Cliché montrant Mohamad-Réza Pahlavi (à g.) et Étienne Drioton (à dr.) au Musée du Caire. © Musée Josèphe Jacquiot, Montgeron

En parallèle à ce cliché, trois guides bilingues (français-arabe) édités par Étienne Drioton en 1939 rendent hommage au séjour du jeune prince en Égypte et retracent les étapes mais aussi le calendrier de ses visites41. Le premier volume, dont la bibliothèque d’égyptologie du Collège de France conserve un exemplaire (Fig. 11) signé de la main de Drioton, concerne précisément la visite du prince au musée égyptien du Caire en date du 6 mars 1939, quelques jours seulement après son arrivée en Égypte42.

L’événement est également évoqué dans un courrier administratif conservé dans les archives de Montgeron. Dans cette lettre adressée le 3 mars 1939 à Drioton, le conservateur du Musée égyptien Reginald Engelbach43 l’informe sur les mesures à adopter lors de la visite attendue du prince Pahlavi :

« Me référant à la visite attendue de Son Altesse Impériale le Prince Héritier d’Iran au Musée, Monsieur Darwiche Bey me propose de faire stationner les conservateurs auprès des différentes sections qui les intéressent, et qu’ils soient présentés séparément (…) Après mûre réflection (sic), je suis d’avis qu’il serait préférable de présenter les conservateurs et le nazir à l’entrée, comme nous l’avons toujours fait au cours des visites royales, et que vous conduisiez vous-même le Prince, il ne pourrait jamais avoir de meilleur guide »44.

Le deuxième guide se rapporte au site de Giza et à la visite du Sphinx et des grandes pyramides le 14 mars 1939, la veille de la cérémonie de mariage au Caire45. Enfin, le troisième fascicule évoque la visite de la région thébaine en Haute Égypte46. Le sous-titre de ce volume indique d’autre part la période globale de la tournée égyptienne du prince qui s’est étalée sur un mois entier entre le 3 mars et le 3 avril 1939.

Fig. 12. Médaillon de mariage royal portant la date ordibehesht 1318 / avril 1939. © Complexe Niavaran, Musée Saheb-Qaranieh (inv. 12813), Téhéran

Une fois les célébrations en Égypte terminées, le couple royal doit se rendre en Iran dès le 14 avril 1939 pour les préparatifs de la cérémonie organisée en leur honneur à Téhéran47. Ainsi, la date de prise du décret de nomination de Drioton dans l’Ordre Tadj se place après le retour du prince héritier et sa suite en Iran. La date du brevet s’accorde d’ailleurs avec le premier jour des festivités à Téhéran au 1er ordibehecht 1318 / 22 avril 1939, date enregistrée sur les médaillons commémoratifs frappés à l’occasion (Fig. 12).

Il paraît donc évident que la décoration de Drioton par le gouvernement iranien est étroitement liée aux rencontres du savant français avec le prince Mohamad-Reza pendant son séjour de 1939 en Égypte. Étant donné l’engouement des rois Pahlavi pour l’histoire et la préservation des monuments du passé (Fig. 13)48, il est permis de penser qu’au-delà du rôle important de Drioton lors des visites officielles du futur Chah d’Iran, une considération particulière à son égard, compte tenu notamment de son remarquable parcours d’égyptologue, avait motivé la distinction. Cette considération royale peut être également déduite du motif exprimé sur son brevet de nomination voulue très probablement par le prince héritier en personne49.

Fig. 13. Reza Chah accompagné du prince héritier lors de
sa dernière visite à Persépolis en mars 1937
© Archives de la Bibliothèque Nationale d’Iran (inv. 998/25/974), Téhéran

Le document présenté dans cet article fait ainsi connaître l’origine de l’obtention de la décoration iranienne d’Étienne Drioton. Il éclaire en outre la diversité des activités de cet égyptologue en tant que directeur du service des Antiquités de l’Égypte et, à ce titre, l’étendue de ses relations avec les personnalités de son époque. 

Au-delà de son intérêt pour l’étude des archives de Drioton, cette pièce contribue également à l’histoire contemporaine de l’Iran, plus précisément à celle de la fin de l’époque Qadjar et du début de l’ère Pahlavi. En effet, très peu de documents signés par le premier souverain Pahlavi ont survécu à la chute de la monarchie iranienne en 1979 et les exemples connus, dont le présent brevet, sont exceptionnels et précieux50. Ce document apporte en somme un nouveau témoignage intéressant sur le fonctionnement de l’Ordre Tadj d’Iran peu après sa réforme par Reza Chah.

*Je tiens à remercier vivement la Municipalité de Montgeron ainsi que le complexe Niavaran à Téhéran et la Bibliothèque Nationale d’Iran de m’avoir autorisée à publier les éléments présentés dans cet article. Mes remerciements vont aussi à Michèle Juret (musée Josèphe Jacquiot, Montgeron) et Soheil Mokhberi (musée Saheb-Qaranieh, Téhéran) pour les informations et les documents qu’ils ont bien voulu me transmettre sur le sujet. Je remercie également Elsa Rickal et Dominique Lefèvre pour leurs conseils et la relecture du texte.

Références

  • Iranian Official Decorations [en persan avec titre et extraits en anglais], Téhéran, Iranmehr, 1968.
  • Le Mondain égyptien. The Egyptian who’s who 1939. L’annuaire de l’Élite d’Égypte, Le Caire, Noury et Fils, 1939.
  • Abdi K., « Nationalism, Politics and the Development of Archaeology in Iran », American Journal of Archaeology 105/1, 2001, p. 51-76.
  • Capart, J., Compte rendu des ouvrages d’Étienne Drioton, Le Musée égyptien ; Le Sphinx et les Pyramides de Giza ; Visite à Thèbes, Le Caire, Service des Antiquités d’Égypte, 1939, Chronique d’Égypte 15, 1940, p. 94.
  • Chatellier A., « Exposition “Étienne Drioton, un égyptologue au fil du Nil”. 12 janvier-2 février 2019, à Montgeron », Colligere, 22/01/2019, https://archibibscdf.hypotheses.org/3378. Consulté le 11/01/2022.
  • Cronin, S. (éd.), The making of modern Iran. State and society under Riza Shah, 1921-1941, Londres, RoutledgeCurzon, 2003.
  • Daryaee T., « Persianate Contribution to the Study of Antiquity: Eʿtemad Al-Sataneh’s Nativisation of the Qajars », Journal of the British Institute of Persian Studies 54/1, 2016, p. 39‑45.
  • Doka, Y., « Crown. V. In the Qajar and Pahlavi periods », Encyclopaedia Iranica, 15/01/1993, https://iranicaonline.org/articles/crown-v. Consulté le 11/01/2022.
  • Drioton É., Le Musée égyptien. Souvenir de la visite de son altesse impériale le prince héritier d’Iran. Le 6 mars 1939, Le Caire, Service des Antiquités d’Égypte, Institut français d’archéologie orientale, 1939a.
  • Drioton É., Le Sphinx et les Pyramides de Giza. Souvenir de la visite de son altesse impériale le prince héritier d’Iran. Le 14 mars 1939, Le Caire, Service des Antiquités d’Égypte, Institut français d’archéologie orientale, 1939b.
  • Drioton É., Visite à Thèbes. En souvenir de la visite en Égypte de son altesse impériale le prince héritier de l’Iran. 3 mars – 3 avril 1939, Le Caire, Service des Antiquités d’Égypte, Institut français d’archéologie orientale, 1939c.
  • Ettehadieh Nazem-Mafi M., « Qajar Iran (1795-1921) », dans T. Daryaee (éd.), The Oxford Handbook of Iranian History, Oxford, New York, 2012, p. 319-345.
  • Gérard-Plasmans D., La présence française en Égypte entre 1914 et 1936. De l’impérialisme à l’influence et de l’influence à la coopération, Darnétal, Éditions Darnétalaises, 2005.
  • Golia M., Photography and Egypt, Londres, Reaktion, 2010.
  • Juret M., Étienne Drioton et l’Égypte. Parcours d’un éminent égyptologue passionné de photographie, Bruxelles, Éditions Safran, 2019. 
  • Juret M., Étienne Drioton. L’Égypte, une passion. Dans les pas de Auguste Mariette Pacha et Gaston Maspero, Haroué Meurthe-et-Moselle, Gérard Louis, 2013. 
  • Madelung W., « The Assumption of the Title Shāhānshāh by Būyids and “The Reign of Daylam (Dawlat Al-Daylam)” », Journal of Near Eastern Studies 28/3, 1969, p. 168-183.
  • Matin-Asgari A., « The Pahlavi Era. Iranian Modernity in Global Context », dans T. Daryaee (éd.), The Oxford Handbook of Iranian History, Oxford, New York, 2012, p. 346-364.
  • Milani A., The Shah, New York, Palgrave Macmillan, 2011.
  • Moshiri M., Monnaies et décorations à l’époque Pahlavi [en persan], Téhéran, Farhanguestan Adab va Honar, 1971.
  • Mousavi A., Persepolis. Discovery and afterlife of a world wonder, Boston, Berlin, De Gruyter, 2012.
  • Quaegebeur J., Delvaux L., Preys R., Naster P., « Égypte. À la mémoire du Chanoine Étienne Drioton, Docteur Honoris causa de l’Université Catholique de Louvain, 10 octobre 1948. Professeur Honoraire du Collège de France 1957-1961 », dans Musée municipal Josèphe Jacquiot. Ville de Montgeron. Vol. I. Chine-Japon-Égypte-Histoire locale, Amboise, Éditions du Cygne, 1993, p. 51-94.
  • Siebertz R., « Depicting power: Reza Shah’s rule, cabinet politics and the commemorative stamp set of 1935 », dans B. Devos et Chr. Werner (éd.), Culture and Cultural Politics Under Reza Shah. The Pahlavi State, New Bourgeoisie and the Creation of a Modern Society in Iran, Londres, Routledge, 2014, p. 149-180.
  • Younessi O.J., Orders, Decorations, and Medals of the Empire of Iran – The Pahlavi Era, College Station (TX), Virtualbookworm, 2016.

Blogs et sites en ligne

Pour citer cet article : Sépideh Paquette, "Focus sur un document des archives d’Étienne Drioton à Montgeron : un directeur du service des Antiquités de l’Égypte honoré par la cour Pahlavi d’Iran," in Colligere, 23/05/2022, https://archibibscdf.hypotheses.org/10709. Consulté le 25/06/2022.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. A. Chatellier, 2019. []
  2. Ces photos correspondent en partie aux clichés réalisés par Drioton, puis inventoriés dans deux cahiers répertoire « plaques de verre » conservés dans le fonds de Montgeron (nos 55 et 56). Les données de ces cahiers ont été entièrement traitées par la bibliothèque d’égyptologie en vue de leur mise en ligne. Le travail en cours sur la collection s’inscrit dans la suite des opérations de numérisation et d’inventaire des archives photographiques réalisées en 2017-2018 par Michèle Juret et Patrice Le Guilloux au musée de Montgeron. D’après un courrier du dossier no 13 des archives Drioton, un lot de 2500 plaques de verre issues de ce fonds a été offert en 1981 par Josèphe Jacquiot à l’Université Catholique de Louvain afin de perpétuer le souvenir du savant dans cette université, où il avait été promu docteur honoris causa en 1949. Les photos conservées à Louvain sont partiellement numérisées et mises en ligne sur le portail Europeana Collections sans métadonnées descriptives complètes. []
  3. Pour un aperçu général du fonds photographique de Drioton, voir M. Juret, 2019. []
  4. Étienne Drioton est nommé le 8 juin 1936 par décret du roi Farouk Ier à la tête du services des Antiquités de l’Égypte (Archives Drioton, dossier no 1, État civil – Titres et distinctions). Succédant à l’égyptologue Pierre Lacau, il occupe ce poste prestigieux jusqu’à la révolution égyptienne de 1952. Il a été le dernier responsable français à avoir dirigé le service des Antiquités et le musée égyptien du Caire. Sur ces étapes importantes de la carrière de Drioton, voir M. Juret, 2013. []
  5. Sur l’époque Pahlavi (1925-1979) en Iran, voir S. Cronin, 2003 et A. Matin-Asgari, 2012. []
  6. Signature visible sur l’angle supérieur droit de la photo : « Alban. Cairo » (Fig. 2). Sur le photographe portraitiste Aram Arnavoudian (Alban) actif en Égypte entre 1880 et 1950 et réalisant également les commandes de la famille royale égyptienne, voir M. Golia, 2010, p. 95-103 et le site web de la fondation Lusadaran dédié aux photographes arméniens. []
  7. Archives Drioton, dossier no 8, Correspondance 1947. []
  8. Sur le port du tarbouche par les étrangers affectés au service de l’État égyptien jusqu’à la révolution de 1952, voir D. Gérard-Plasmans, 2005, p. 426. []
  9. Voir M. Juret, 2013, p. 215 ; J. Quaegebeur, L. Delvaux, R. Preys, P. Naster, 1993, p. 53 (brève présentation des distinctions sans dates). Michèle Juret signale également que sur cette photo, les décorations sont inhabituellement épinglées sur le côté droit du costume, alors qu’elles sont en général portées sur le côté gauche. []
  10. Voir le dossier no 1 (État civil – Titres et distinctions) et dans la collection de plaques de verre, le Neg E115‑08. Ces médailles peuvent ainsi être citées dans l’ordre chronologique suivant : Ordre de la Couronne de chêne de Luxembourg (1935), l’Ordre Ma’araf d’Égypte (1937), Chevalier de la Légion d’Honneur (1938), Membre de l’Institut d’Égypte (1940). []
  11. Informations tirées de la date mentionnée sur la médaille du Président de l’Institut d’Égypte et d’une lettre officielle renseignant sur sa promotion au grade d’Officier dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur. En plus de ces deux nouvelles distinctions, Drioton avait été nommé Commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres en 1957, soit l’année même de sa nomination comme professeur au Collège de France (Archives Drioton, dossier no 1, État civil – Titres et distinctions). []
  12. Voir ci-dessus, n. 10-11. []
  13. « Roi des rois », titre honorifique ancien repris par les souverains de la dynastie Pahlavi. Cf. W. Madelung, 1969 et sur Encyclopedia Britannica : shāhanshāh. []
  14. Cette identification a pu se faire grâce à des comparaisons avec de rares documents officiels circulant dans le marché de l’art, sur le site de Liveauctioneers ainsi qu’un exemple de décret signé datant du début de l’époque Pahlavi dans M. Moshiri, 1971, p. 385. []
  15. Sur les caractéristiques de ces décrets, voir ibid., p. 56. []
  16. Voir infra, n. 32. []
  17. Notamment en l’absence de registres de nomination accessibles pour les Ordres d’époque Pahlavi en Iran. []
  18. Pour un exemple en ligne d’estampille datant du deuxième règne Pahlavi, consulter le blog de Vazirifamily. []
  19. Voir M. Moshiri, 1971, p. 41-42 (sceaux d’époque Reza Chah). []
  20. Pour la période Qadjar en Iran (1795-1921), voir M. Ettehadieh Nazem-Mafi, 2012. []
  21. O.J. Younessi, 2016, p. 178. Pour le règne d’Ahmad Chah, le dernier roi Qadjar, voir M. Ettehadieh Nazem-Mafi, 2012, p. 338-345. []
  22. M. Moshiri, 1971, p. 47 (arrêté du 15 février 1939 de Reza Chah pour la mise en place des Ordres Pahlavi, Tadj et Homayoun). []
  23. Ibid., p. 48. []
  24. Ibid., p. 53 ; O.J. Younessi, 2016, p. 178. []
  25. Voir le code 10 de la législation des prix et décorations d’époque Pahlavi dans M. Moshiri, 1971, p. 49. []
  26. Ibid., p. 56. []
  27. Iranian Official Decorations 1968, p. 15-16 ; M. Moshiri, 1971, p. 64-65. []
  28. À l’opposé des brevets relatifs à l’Ordre Pahlavi sur lesquels le lieu d’attribution est normalement précisé, voir les exemples dans Iranian Official Decorations 1968, p. 86-91. []
  29. M. Moshiri, 1971, p. 56, article 16. []
  30. Voir par exemple, le brevet de nomination dans l’Odre Tadj – quatrième classe sur le blog de Vazirifamily. []
  31. M. Moshiri, 1971, p. 53-54. []
  32. Voir O.J. Younessi, 2016, p. 179. Sur la préservation à l’époque Pahlavi de la couronne kiani comme emblème de la monarchie iranienne, consulter R. Siebertz, 2014, p. 153 et 172 et T. Daryaee, 2016, p. 40 ; Y. Doka, 1993 (époque Qadjar). Si les insignes sont ornés de cette couronne traditionnelle, l’écrin de protection des médailles porte le motif de la couronne royale Pahlavi ; pour un exemple mis en vente, voir sur le site LotSearch. []
  33. O.J. Younessi, 2016, p. 181. Le revers de la médaille de Drioton n’a pu être examiné que sur une photographie noir et blanc conservée dans ses archives (détails Fig. 9) []
  34. Ibid., p. 188. La médaille de Montgeron ayant été encadrée sous verre, la marque du fabricant n’a pas pu être vérifiée pour cette pièce. []
  35. Ibid., p. 186-188. []
  36. Le mariage royal n’a duré que quelques années et il a été dissous par divorce en 1947, voir A. Milani, 2011, p. 139-140. []
  37. Ibid., p. 62-63. []
  38. Ibid., p. 63-64. []
  39. Ibid., p. 64 et M. Juret, 2013, p. 92-93. Voir également les dates et étapes du séjour égyptien du prince Pahlavi dans le journal quotidien The Meridian Daily Journal de 13 mars 1939. []
  40. Informations aimablement communiquées par Michèle Juret. L’acquisition de cette photographie est signalée dans le rapport d’activités 2015-2016 du musée de Montgeron : blog Société des Amis du musée de Montgeron. Voir également M. Juret, 2019, p. 224. []
  41. Sur ces trois livrets de circonstance publiés par le service des Antiquités de l’Égypte et l’Institut français d’archéologie orientale au Caire, voir J. Capart, 1940. []
  42. É. Drioton, 1939a. []
  43. Sur la composition de l’équipe de direction du Musée égyptien en 1939, voir l’annuaire Le Mondain égyptien de janvier 1939, p. 38 (service des Antiquités). []
  44. Extrait de la lettre du 3 mars 1939 : Archives Drioton, dossier no 20, Courrier administratif – Le Caire (document aimablement communiqué par Michèle Juret). []
  45. É. Drioton, 1939b. []
  46. É. Drioton, 1939c. []
  47. The Meridian Daily Journal de 13 mars 1939. []
  48. Sur le développement des travaux archéologiques en Iran à l’époque Pahlavi, voir K. Abdi, 2001, p. 57-69 ; A. Mousavi, 2012, p. 156-157 ; 172 et 188-189. []
  49. Voir supra, sous « Historique et règlementation de l’Ordre Tadj ». []
  50. Voir supra, n. 14. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.