À la découverte des congshu et des leishu de la bibliothèque d’études chinoises : une autre histoire des cultures imprimées (épisode 1)

Colligere souhaitant contribuer à susciter des vocations de chercheurs dans des domaines de spécialité parfois méconnus, entreprend, avec ce nouveau feuilleton, de faire connaître de grands corpus imprimés présents dans les fonds de la bibliothèque des études chinoises, sur le site récemment rénové de l’Institut des Civilisations rue du Cardinal-Lemoine.

Pour ce faire, notre collègue Esther Lin, bibliothécaire, a bien voulu se prêter aux attendus éditoriaux de notre carnet : offrir un aperçu de ces collections déjà bien connues des sinologues qui fréquentent cette bibliothèque, à l’intention des publics intéressés, soit parce qu’ils suivent les cours du Collège de France sans être spécialistes – ceux du Professeur Anne Cheng aujourd’hui, ceux du Professeur Pierre-Étienne Will dans le passé récent – soit parce qu’ils s’engagent dans des études d’histoire de la Chine et souhaitent s’initier aux corpus de recherche disponibles pour leurs futurs travaux.

Aussi remercions-nous Esther Lin d’avoir accepté, dans ce premier épisode et avant de présenter plus en détail les collections en question, de fournir quelques éléments succincts et jalons historiques permettant aux non-initiés (dont nous sommes) de situer son futur propos dans une histoire plus générale de la Chine, sur la très longue durée, avec une attention particulière aux grands traits politico-culturels de chaque grande dynastie. Ce ne sont nécessairement que de grands traits, en outre situés, au moyen de codes de couleurs, en regard des grandes périodes historiques traditionnellement adoptées pour la discipline en Occident.

Avec les grands corpus imprimés que sont les congshu (collections d’œuvres diverses) et les leishu (encyclopédies), nous allons découvrir différents modes de recueil, de classification et de transmission des savoirs – d’un état des savoirs ou de savoirs cumulés sur de longues durées –, tendant plus ou moins à l’exhaustivité, ou choisissant plutôt le mode du florilège et des compilations. Ayons conscience que choisir ces catégories occidentales de l’histoire de l’imprimé introduit nécessairement un biais, même si les études comparatistes révèlent des affinités, si ce n’est certains transferts. À cet égard, on lira avec profit la synthèse réalisée par le Professeur honoraire Roger Chartier, grand spécialiste de la culture imprimée à l’époque moderne : « La muraille et les livres », dans Extrême-Orient, Extrême-Occident, hors-série, 2007, p. 205-216. Cet ouvrage offre, en langue française, un état de l’art historiographique et dégage les principaux axes problématiques et comparatistes utiles pour aborder cet autre immense continent de l’imprimé, et, en son sein, la spécificité des grandes éditions impériales.

Certains des corpus présentés sont nés en effet de la volonté et de commandes impériales et ont été conçus et fabriqués au sein du Palais, mobilisant de nombreux acteurs et savoir-faire, engageant de ce fait à questionner la notion d’auteur, même au pluriel. D’autres collections ont été rassemblées par des lettrés, à titre privé.

Notons d’ores et déjà que ces grandes entreprises imprimées ont connu des rééditions successives volumineuses et, plus récemment, un engouement pour la republication sous forme de facsimilé. Tous les éléments de date dans les notices bibliographiques sont donc à regarder avec soin et détail. Tout est fait pour surprendre le lecteur occidental non spécialiste, même le plus ouvert à l’histoire du livre et de l’édition : la précocité et l’ambition des missions systématiques de recueil, conservation, transmission sur la longue durée ; la volumétrie et le volume tout court de ces entreprises gigantesques ; le nombre des acteurs impliqués ; la forme matérielle des recueils, même si certains dispositifs du type table des matières sont parfois intuitivement repérables en dépit de la méconnaissance des idéogrammes.

Vues de nos métiers, ceux de bibliothécaires et archivistes réunis, certaines de ces grandes collections ressemblent à de véritables « ouvrages-bibliothèques ». Autant l’édition de catalogues de bibliothèques privées puis publiques ne nous est pas inconnue dans l’histoire de l’Europe occidentale, autant cette ambition de conserver non seulement les titres et les descriptions bibliographiques mais encore, en une sorte de gigantesque « recueil factice » (terme bibliothéconomique désignant généralement l’assemblage de plusieurs unités bibliographiques distinctes en un seul objet relié), les contenus textuels complets d’une bibliothèque constituée peut nous apparaître comme incommensurable aux catégories qui nous sont plus familières (les anthologies, les recueils de textes choisis et autres florilèges).

Pour les artisans de Colligere, ces entreprises gigantesques sont donc aussi aux confins de deux missions qui traversent et animent nos métiers : il s’agissait pour les dynasties de recueillir et fabriquer des collections papier, imprimées, appelées à constituer, durablement, les archives du Palais. De là surgissent plusieurs interrogations professionnelles : où les classer exactement ces grandes collections ? Comment la question – si elle se pose – se pose-t-elle dans la bibliothéconomie chinoise et dans celle des bibliothèques d’autres cultures amenées à les acquérir et conserver ?

Le comité éditorial de Colligere.

Époques et dynasties : repères pour les non-initiés à l’histoire de Chine

Cinq SouverainsTemps légendaire
Trois DynastiesXia
Shang
Zhou
XXIe-XVIe s. av. notre ère
XVIe-XIe s. av. notre ère
XIes-256 av. notre ère




Printemps et Automnes, 770-476
Royaumes combattants, 475-221
Qin début de l’Empire de Chine221-206 av. notre ère
HanHan antérieurs
Wang Mang
Han postérieurs
202-8 av. notre ère
2-23
25-220
Trois RoyaumesWei
Shu-Han
220-265
221-263
JinJin antérieurs
Jin postérieurs
265-316
317-420
Seize Royaumes des Cinq Barbares,
305-439
Sui581-618
Tang618-907
Cinq Dynasties
Dix Royaumes
937-975
SongSong du Nord
Song du Sud
960-1126
1127-1279
Xia occidentaux (Tanguts), 1038-1227
Jin (Jürchens), 1115-1234
Yuan (Mongols)1271-1368
Ming1368-1644
Qing (Mandchous)1644-1912

Les dynasties chinoises et les principaux jalons à connaître pour situer les collections présentées dans l’histoire politico-culturelle de la Chine

  1. Qin Shi-huang, ou le premier empereur de la dynastie des Qin, a fondé, en 221 avant notre ère, l’empire de Chine, en réunifiant de petits royaumes. Il a aussi homogénéisé l’écriture chinoise et les mesures, et développé un important corpus de lois. (Cf. par exemple, La civilisation chinoise. La vie publique et la vie privée de Marcel Granet, 1994, p. 109-124.)
  2. La dynastie des deux Han, Han antérieurs (ou Han de l’Ouest) et Han postérieurs (ou Han de l’Est), est considérée comme la première grande époque de Chine. Un général nommé Zhang Qian a réussi des campagnes militaires à l’ouest de l’Empire. C’est l’époque où le confucianisme a trouvé la faveur impériale. Aujourd’hui, c’est officiellement ainsi que l’on désigne les Chinois de l’ethnie majoritaire, les Han, en référence à cette ancienne dynastie.
  3. Durant la période entre les Han et les Sui, le territoire chinois fut de nouveau morcelé en plusieurs royaumes, allant des Trois royaumes aux Seize royaumes, période également appelée « Wei Jin Nan Bei chao », ou les « dynasties des Wei, des Jin ainsi que du Sud et du Nord ». Politiquement et socialement très mouvementée, cette période fut propice à la création artistique et littéraire ainsi qu’à la spéculation philosophique. Ont vu le jour un grand nombre de traités sur la peinture chinoise. NB : cette période est appelée « période médiévale » en Chine, alors qu’elle correspond à l’antiquité dans le découpage occidental.
  4. Sous la dynastie des Sui, la Chine est à nouveau réunifiée et en voie vers la glorieuse dynastie des Tang, la deuxième grande époque de Chine, notamment pour la poésie classique chinoise dont les noms reconnus tels que Li Bo (Li Bai), Du Fu, Wang Wei, entre autres. Les examens mandarinaux furent mis en œuvre sous les Tang (alors réservés à la noblesse et pas encore systématiques ; ils deviendront la norme sous les Song) et ont perduré jusque vers la fin de l’Empire de Chine (au début du XXe siècle). Les Tang furent très ouverts à d’autres cultures, notamment celles de l’Asie centrale. Depuis début du XXe siècle, les quartiers chinois d’outre-mer s’appellent les « Tangren jie », ou « Rues des hommes des Tang ».
  5. Après les Tang et avant les Song, une autre époque mouvementée sur l’échiquier politique de la Chine est celle des Cinq dynasties et des Dix royaumes, qui dure une quarantaine d’années. On y voit le regain en force des tribus non-han et un brassage des populations multi-ethniques.
  6. Tout le long de la dynastie des Song du Nord et des Song du Sud, qui est également considérée comme une grande époque chinoise, existaient principalement deux puissances politiques : XiXia (Tanguts), ou les Xia occidentaux, au nord-ouest, et les Jin (Jürchens), au nord-est. Le confucianisme a connu une renaissance significative sous les Song, avec d’illustres penseurs tels que Zhu Xi, Zhou Dunyi, Zhang Zai, entre autres. Les débats philosophiques étaient en essor, ainsi que les belles-lettres dont les représentants Ouyang Xiu, Li Qingzhao (poétesse), entre autres, ont laissé à jamais leur renom. Les éditions imprimées, en pleine croissance, ont contribué à la promotion des savoirs. Menacés de toutes parts par des populations non Han, l’espace et la culture chinois se sont recentrés sur cette relecture des valeurs confucéennes ou néoconfucianisme, ce dernier étant favorisé par le bouddhisme devenu dominant depuis les Tang.
  7. Malgré leurs qualités lettrées et les innovations en technique (l’imprimerie notamment) comme dans l’administration gouvernementale, les Song furent vaincus par les Mongols qui, à leur tour, ont fondé la dynastie des Yuan. Kubilai Khan a non seulement fondé, en 1271, une dynastie sur le territoire chinois, mais aussi poussé les Turcs vers l’Ouest, qui ont conquis à leur tour la Turquie et y ont fondé l’Empire ottoman.
  8. Presque cent ans après, un Chinois d’origine très modeste, Zhu Yuanzhang, parvint à renverser le pouvoir mongole pour fonder la dynastie des Ming. Les missionnaires européens s’embarquèrent pour la Chine, sous les Ming, ce qui ouvrit une période d’échanges au-delà du seul commerce. Les Ming, comme déjà les Song, sont connus pour la fabrication des livres imprimés (les congshu, ou « collections » et les leishu, ou « encyclopédies »), ainsi que pour les porcelaines. Les Ming sont connus en outre pour avoir réunifié l’espace chinois et chassé les barbares de Chine du Nord (région de Pékin) ; ce fut aussi le début de grandes expéditions maritimes jusque vers les côtes africaines, menées par Zheng He.
  9. Vers le milieu du XVIIe siècle, le pouvoir politique tomba dans les mains mandchoues (une ethnie du nord-est descendant des Jürchens). L’empereur Kangxi (r. 1661-1722), le répondant chinois du roi Louis XIV, a su intégrer dans sa cour d’éminents missionnaires européens, réputés pour leurs savoirs en science. La première guerre de l’opium s’est déroulée de 1839 à 1842, entre la Chine et la Grande-Bretagne, puis la seconde guerre de l’Opium (incluant la France) a éclaté, sous le règne de l’empereur Xianfeng, de 1856 à 1860 ; l’empereur Guangxu (r. 1875-1908) a lancé des réformes dites des « Cent jours » qui se sont soldées par un échec. Les examens mandarinaux ont été abolis en 1905. En 1911, les Chinois d’ethnie han ont réussi à renverser la cour mandchoue et fondé, dès 1912, la République de Chine.

L’Institut des hautes études chinoises (IHEC) a publié en 1991, au temps du professorat de M. Jacques Gernet, un catalogue de son fonds de collections d’œuvres diverses rassemblées sous un même titre, que la bibliographie chinoise traditionnelle appelle des congshu 叢書 ou « livres assemblés » ou encore collectanea. Ce Guancang congshu mulu (館藏叢書目錄), ou Catalogue des congshu du fonds de la Bibliothèque de l’Institut des hautes études chinoises, est l’œuvre de Mme Françoise Wang, alors responsable de la bibliothèque, assistée de Mme Chia-Chian Robez. Dans son « Introduction », Mme Wang insiste sur l’importance de ces ouvrages, sur les principes suivis pour leur catalogage, sur l’utilité d’un tel travail pour les chercheurs, et note qu’il complète à l’occasion quelques lacunes du catalogue de référence en la matière, le Zhongguo congshu zonglu (中國叢書綜錄) ou Catalogue général des congshu de Chine (1959). Fruit d’un travail de plusieurs années, ce livre est en vérité destiné aux savants sinologues. Il nous paraît souhaitable aujourd’hui de présenter au grand public, de façon moins académique, ces congshu qui jouèrent un rôle essentiel dans la formation des lettrés chinois et la transmission des savoirs. D’autant plus que ces derniers temps un nombre croissant de congshu –  reprenant parfois tout ou partie d’anciennes éditions –, mais aussi de volumineuses collections modernes de documents, que ce soit en Chine, à Hong Kong ou à Taïwan, sont venus enrichir régulièrement notre bibliothèque.

Le terme de congshu apparaît pour la première fois dans un poème de Han Yu 韓愈 (768-824), puis dans le titre d’un ouvrage du lettré Lu Guimeng 陸龜蒙 (?-881), le Lize congshu (笠澤叢書) ou Collection du lac Lize. Mais ce terme ne prit le sens qu’on lui connaît aujourd’hui que dans les toutes dernières années des Song (960-1279) avec la parution du Baichuan xuehai (百川學海), ou Cent fleuves pour un océan. D’autres congshu furent publiés sous les Yuan (1271-1368) et les Ming (1368-1644), avant de connaître un dernier et remarquable essor sous les Qing (1644-1911) avec la compilation du plus fameux d’entre eux, le Siku quanshu (四庫全書) ou Bibliothèque complète des quatre trésors.

Nous nous proposons de donner, sous forme de notices, un aperçu des plus remarquables ensembles conservés, de fraîche ou de longue date, dans les fonds de l’IHEC, qu’il s’agisse de congshu « à l’ancienne » ou de collections nouvellement éditées qui, à défaut d’offrir la même diversité que les congshu, proposent une foison de matériaux pour les chercheurs : archives du Palais (dang’an 檔案), mémoires au trône (zouzhe 奏摺), textes religieux, rouleaux de Dunhuang, catalogues de bibliothèques privées ou institutionnelles, etc. Un autre type de publications, les leishu 類書, ou « encyclopédies », faites de citations soigneusement classées sous diverses rubriques, fera l’objet de notices particulières

*Cette notice a bénéficié des relectures de M. Pierre-Henri Durand, directeur d’études au CNRS.

Bibliographie

  • Françoise Wang, Chia-Chian Robez, Guancang congshu mulu, préface de Jacques Gernet, IHEC, 1991 (cote : BIB 5114)
Pour citer cet article : Esther Lin, "À la découverte des congshu et des leishu de la bibliothèque d’études chinoises : une autre histoire des cultures imprimées (épisode 1)," in Colligere, 05/04/2022, https://archibibscdf.hypotheses.org/10588. Consulté le 26/05/2022.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search