Aux archives : un don bienvenu vient enrichir le fonds du géographe Roger Dion

Un précédent billet avait été consacré à ce fonds scientifique en cours d’inventaire, celui de Roger Dion (1896-1981) qui occupa la chaire de Géographie historique de la France de 1948 à 1968. Voir : https://archibibscdf.hypotheses.org/4299

En décembre 2021, Jean-Robert Pitte, membre de l’Institut, ancien président de l’Université de Paris-Sorbonne, a remis au Collège de France un lot de manuscrits qui vient compléter les quelque 80 boîtes d’archives scientifiques déjà constituées. En 2010 était parus, sous la direction du donateur, les Actes d’un colloque de 2008 en hommage à l’œuvre de Roger Dion, cinquante ans après la publication de son Histoire de la vigne et du vin en France1. Tout récemment, c’est un nouvel article, destiné aux Mélanges en l’honneur de l’historien Jean-Marc Moriceau, que rédige Jean-Robert Pitte à partir d’un des manuscrits de ce lot. Sous le titre « Un texte inédit en français de Roger Dion » sont cités, présentés et commentés au regard de la discipline enseignée par Roger Dion – la géographie historique de la France – de larges extraits d’une conférence identifiée par Jean-Robert Pitte comme celle prononcée au Brésil, à São Paulo, durant l’année universitaire 1947-1948. À cette date, Roger Dion n’occupe pas encore la chaire de Géographie historique de la France au Collège de France ; son élection est toutefois en cours et il prononcera bientôt, en date du 4 décembre 1948, ce que l’on appelle aujourd’hui sa « leçon inaugurale ».

Heureuse découverte que celle du manuscrit original de cette leçon dans la liasse offerte ! Notons d’ailleurs que le titre au crayon est exactement : « Manuscrit original de la leçon d’ouverture du cours au Collège de France – 4 déc[embre] 1948 ».

Premier feuillet de la leçon inaugurale de Roger Dion

Le précédent billet de 2019 avait en effet décrit un lot de papiers préparatoires à cet exercice solennel ; on avait pu repérer les sources exploitées par l’impétrant, au sein même de la bibliothèque et des archives du Collège, pour situer son futur enseignement dans la généalogie des chaires, en particulier celles de Jules Michelet et d’Albert Grenier, du côté de l’histoire plus encore que de celui des géographes. La bibliothèque patrimoniale disposait en outre d’un tire-à-part2 de cette leçon d’ouverture prononcée juste avant que ne soient recueillies et reliées systématiquement, en versions imprimées, les leçons inaugurales de tous les professeurs entrés à partir de 1949 (ces volumes bien connus de nos lecteurs, reliés en toile bleue, devenus annuels à partir de 1975 et de format in 8° puis in 12°). Désormais, la leçon inaugurale du professeur Dion est ainsi documentée dans toutes les étapes de sa réalisation – en tout cas les principales étapes intellectuelles matérialisées. Cette version rédigée à la main, raturée en certains endroits (d’autres passages sont corrigés au moyen de collages) mais globalement fluide, comportait 82 feuillets selon la pagination dont manquent ici les feuillets 18, 23, 40 et 78-79. Une comparaison, seulement esquissée par curiosité, avec la version définitive imprimée, révèle qu’un des feuillets manquants, le n° 28, correspond au développement de la critique d’une tendance explicative ayant eu jusqu’alors « un extraordinaire succès » (sic, feuillet 27) ; Dion rappelle qu’on a pu vouloir corréler systématiquement des caractéristiques d’habitat rural (groupé ou dispersé) avec des conditions géologiques ou géomorphologiques. Il poursuit :

On est allé plus loin, et on a voulu que la psychologie même des populations rurales, et leurs opinions politiques qui reflètent, dans une certaine mesure, cette psychologie, fussent en rapport avec les propriétés physiques du terrain la géologie locale. Dans les vingt-cinq premières années de notre siècle surtout, ces sortes d’explications ont eu, en France, un extraordinaire succès, que montre bien cette sentence recueillie par M. André Siegfried sur les confins de la Gâtine vendéenne conserva- /[-trice] [ici s’achève le feuillet 27 et nous complétons à partir de la version imprimée =>] et de la Plaine poitevine radicale : « Le granit produit le curé et le calcaire l’instituteur. » Formule qui porte bien sa date, l’antagonisme de l’instituteur et du curé étant, chez nous, un phénomène qui se laisse assez aisément circonscrire dans le temps. »

(cf. p. 7 de la version imprimée].

Notons que les feuillets manquants ne correspondent cependant à aucune sorte d’autocensure – c’est même le texte définitivement prononcé qui permet d’en reconstituer la teneur. Il paraît plus probable qu’ils aient été réutilisés dans d’autres circonstances, des conférences ou cours ultérieurs, un procédé constaté dans d’autres liasses du fonds.

Et Roger Dion de promouvoir ensuite une lecture complète du paysage, dans toutes ses strates historiques et culturelles, soit le cœur de la méthodologie qui fut le programme de sa chaire. Quelle plus belle illustration que sa description des traces de la romanité dans Paris et sa banlieue où furent importés ensemble la vigne et le figuier, contre toute logique climatique, par goût et par culture ?

À Paris même, les pierres gallo-romaines, interrogées avec une attention passionnée3 n’ont livré aucune trace du séjour que l’empereur Julien fit dans cette ville. C’est pure fantaisie que de lui attribuer la construction du monument dont les ruines se voient à deux pas d’ici, dans l’enceinte de l’Hôtel de Cluny. L’archéologie a établi que ces murailles sont antérieures à son temps. Lui-même, dans le petit poème pamphlet bien connu où il parle fami– avec bonhomie de son séjour à Lutèce ne signale d’autres monuments que les deux ponts de bois par lesquels on accède à l’île. Mais il retient, parmi les souvenirs que lui laisse ce séjour, le plaisir qu’il a eu de retrouver aux environs de cette petite ville si éloignée de l’Italie, des plantations familières aux habitants des rivages méditerranéens : des vignes produisant un donnant  de [sic] bon vin qui ne manquait pas d’agrément et des figuiers qu’on enveloppait il fallait, il est vrai, envelopper de paillassons pour les préserver des rigueurs de pendant l’hiver. Quatorze siècles plus tard, l’association de la vigne et du figuier était encore ce que l’arboriculture offrait de plus original sur les côteaux de la Seine parisienne. (…) Une seule géné Sous le climat de Paris ces cultures exotiques et fragiles eussent-elles cessé d’être entretenues pendant une seule génération qu’on eût perdu jusqu’à l’idée de leur possibilité. »

(ff. 20 et 21)

Dans ce lot complémentaire bienvenu, le manuscrit inaugural de la carrière du Professeur au Collège est le premier d’un total de 11, regroupés dans une chemise de carton bleu foncé, au titre laconique écrit de la main de Dion : « Conférences ».

Ces rédactions de conférences comptent en moyenne une cinquantaine de feuillets de format unifié (16×21,7 cm). Ces caractéristiques matérielles ne sont pas sans rappeler celles déjà abondamment observées dans les fonds de cours et conférences déjà décrits. Comme nous avions pu le signaler dans le billet de 2019 et comme l’écrit Jean-Robert Pitte dans son article, les papiers recyclés ne sont pas absents du lot – immédiat après-guerre oblige – mais  ici, ce ne sont pas de plus anciennes notes de cours ou de réunions réutilisées sur leur verso demeuré vierge mais des cartes topographiques découpées au format idoine, qui offrent d’ailleurs un support beaucoup plus robuste que celui du fin papier des autres manuscrits. Les titres respectifs sont notés simplement sur des feuilles 32×21,7 cm pliées en deux pour faire office de chemise.

On y lit des sujets de conférences variées pouvant être réunis selon 4 axes majeurs :

  • une conférence consacrée aux « Problèmes concernant l’habitat rural en France »
  • deux conférences à l’échelle de l’Europe (« Rapports entre géographie de la circulation et l’histoire de l’Europe », « Influence de la géographie physique sur l’évolution historique de l’Europe »
  • deux dossiers portant le même titre « Survivances de l’Antiquité dans la géographie humaine de la France » – ce sont ceux que Jean-Robert Pitte a choisis de mettre en valeur dans son article.
  • Tous les autres dossiers (sauf un) soit cinq au total, se rapportent davantage à la géographie urbaine, avec les « Sites de ville » (Tours, Dunkerque, Lille, etc.)

Aux côtés de ces 11 manuscrits sont conservées des photographies en noir et blanc de tout petit format carré et leurs négatifs. Ces prises de vue ont été réalisées en 1937 (d’après une des légendes manuscrites au dos des tirages) dans le pays Basque et dans les Landes. Ce sont majoritairement des photos de paysages et reliefs montagnards, d’habitat rural et de forêt landaise. La pochette commerciale du lieu de développement (Lille-Roubaix) porte le titre manuscrit « LOIRE et SUD-OUEST » à l’encre noire.

Lot d’archives provenant du don

Reste à déterminer si cette chemise bleue réunit ces 11 manuscrits pour un motif précis : peut-être en lien avec la publication d’un recueil de conférences diverses ? Ou bien simplement en raison de convergences chronologiques ? (Toutes les liasses ne sont pas datées mais celles qui le sont concernent les années 1946-1950). Ou encore parce que de précédentes conférences auraient été relues par Roger Dion en vue de préparer sa leçon d’ouverture du cours au Collège de France ?

L’enquête reste ouverte à qui souhaite l’entreprendre.

Pour citer cet article : Laure Léveillé, "Aux archives : un don bienvenu vient enrichir le fonds du géographe Roger Dion," in Colligere, 23/02/2022, https://archibibscdf.hypotheses.org/10493. Consulté le 26/05/2022.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Le bon vin entre terroir, savoirfaire et savoirboire : actualité de la pensée de Roger Dion, sous la direction de Jean‐Robert Pitte, Paris, CNRS éd., impr. 2010, 363 p. Actes du colloque organisé par la Société de Géographie, à Paris les 29, 30 et 31 janvier 2008, à l’occasion du cinquantenaire de la publication de L’histoire de la vigne et du vin de Roger Dion. ‐ Bibliogr. p. 345‐360. Voir aussi : https://www.lhistoire.fr/classique/%C2%AB-histoire-de-la-vigne-et-du-vin-en-france-%C2%BB-de-roger-dion []
  2. Cf. Publications de la Société de Géographie de Lille, 1947-1948, p. 9-27. []
  3. Il faut remettre dans le contexte de cette leçon qui rend hommage à Camille Jullian et Albert Grenier, c’est-à-dire aussi à l’intérêt progressivement porté aux « Antiquités nationales » après l’engouement pour la Grèce et la Rome antiques. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search