L’intégrité scientifique selon Pierre Corvol : épisode 3

Retranscription de l’entretien réalisé le 24 février 2021.

Ce 3e et dernier épisode fait suite à ceux que vous pouvez lire ou relire ici : épisode 1 et épisode 2.

Il comprend à la fois la dernière partie des réponses de Pierre Corvol lors de l’entretien réalisé en février 2021 et des éléments sur les jalons parcourus depuis, au premier chef le décret en date du 3 décembre 2021 qui constitue le texte structurant en vigueur désormais.


Décret n° 2021-1572 du 3 décembre 2021 relatif au respect des exigences de l’intégrité scientifique par les établissements publics contribuant au service public de la recherche et les fondations reconnues d’utilité publique ayant pour activité principale la recherche publique

ELI : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2021/12/3/ESRR2133294D/jo/texte
Alias : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2021/12/3/2021-1572/jo/texte
JORF n°0283 du 5 décembre 2021
Texte n° 63

Le décret lie explicitement et expressément la question de l’intégrité scientifique à celle de « la conservation des résultats bruts des travaux scientifiques ». Cette conjonction ou conjugaison nous conforte dans le souhait que nous avons eu, dès fin 2020, d’aborder ces problématiques dans notre carnet des bibliothèques et archives du Collège de France et nous espérons ainsi contribuer un tant soit peu aux travaux qui vont suivre. De ce point de vue, recueillir – et archiver ! – les propos d’un des pionniers et artisans de la réflexion sur l’intégrité scientifique se révèle un privilège que nous mesurons à sa juste valeur.

Dans les mois qui viennent, en effet, toutes les institutions concernées vont être appelées à mettre en œuvre, concrètement, les actions prévues au décret, en particulier la nomination d’un référent intégrité scientifique qui devient la clé de voûte du dispositif ainsi encadré : en plus des actions de coordination, sensibilisation, participation aux définition et conduite des politiques de l’établissement dans ce domaine, c’est lui qui a en charge l’instruction des cas de manquement, instruction qui doit ensuite permettre à « l’organe compétent » de l’institution ou fondation, de décider des suites à donner, le tout dans un délai dit « raisonnable ».


Dans cette période de découverte des problématiques liées à l’intégrité scientifique, le processus de Bologne, qui a promu l’harmonisation des cursus en Europe et entraîné l’autonomie des universités, a aussi beaucoup accru la compétition et la concurrence à plusieurs échelles, entre nations, entre établissements, entre laboratoires et entre chercheurs. Or votre rapport de 2016 constate qu’au-delà de la saine émulation qui existe depuis toujours, cette compétition accrue a contribué à accentuer la course à la publication et aux citations, ce qui a amplifié à son tour des pratiques telles que le plagiat et l’auto-plagiat, des problèmes de respect des signatures, etc. Sont-ce là des effets pervers ou bien y aurait-il plutôt un effet d’optique ? Le climat compétitif sur fond d’évaluation individuelle de la performance scientifique et de classements des établissements (type classement de Shanghai) aurait-il fait éclater au grand jour des méconduites déjà présentes mais moins repérées ou moins signalées ? Peut-on confirmer un lien de cause à effet entre cette forme de compétition mondialisée et l’accroissement des méconduites ou bien a-t-on seulement levé le voile sur des pratiques méconnues ou sous-estimées en nombre ?

Pierre Corvol : Il est difficile de répondre en l’absence d’étude précise consacrée au sujet (en tout cas en France, à ma connaissance) ; on ne peut donc qu’avoir des impressions. La seule certitude aujourd’hui c’est qu’il y a beaucoup plus de chercheurs dans le monde qu’il y a vingt ans, environ trois fois plus, c’est un point fondamental, or la part du gâteau n’a pas été multipliée par trois… Le processus de Bologne préconisait 3% du budget du pays consacré à la recherche publique ou privée. Or en France, nous plafonnons à 2,2 % et on ne peut guère escompter plus que 2,3 % à l’horizon 2030.

En termes d’équilibres continentaux, il y a de nos jours de plus en plus de chercheurs chinois et asiatiques en général qui s’avèrent de grands compétiteurs : le cas du covid-19 a montré l’apport extraordinaire de la science chinoise à la connaissance du virus. Auparavant, on avait tendance à regarder cela d’un peu haut, on se souvenait tous de l’arrivée d’un premier chercheur chinois venu se former dans son labo, désormais l’ampleur du phénomène est incomparable et c’est l’inverse.  Il faudra songer à envoyer beaucoup plus de chercheurs en Asie à l’avenir.

Or la compétition entre chercheurs chinois est encore plus féroce qu’entre Chinois et occidentaux, ce qui amène parfois, pour pouvoir percer et subsister, à toutes les dérives : publications factices, journaux prédateurs, etc. Ce sont hélas souvent, largement, des productions asiatiques, à la mesure de la pression qui s’exerce sur les chercheurs de cette partie du monde. Il ne s’agit pas de montrer du doigt ces collègues asiatiques – la Chine produit aussi une recherche d’excellence ! – mais de dénoncer les effets de la compétition intense qu’ils subissent particulièrement. Les lieux de publication, de valorisation de la science peuvent être pervertis par la pression qui pèse sur les épaules des acteurs. Et il faut avoir conscience que l’écosystème de la recherche mondiale est totalement bouleversé, non seulement depuis Henri Poincaré1 mais même depuis seulement vingt ans.

Revenons, si vous le voulez bien, sur un aspect seulement entraperçu et qui intéresse particulièrement notre carnet de recherche Colligere et les métiers de bibliothèque et archives dont il témoigne : la question de la conservation pérenne des données de la recherche et de leur accessibilité publique. Ces données doivent en effet pouvoir être ré-exploitées, ce qui n’est pas sans lien avec la reproductibilité (de l’expérience) déjà évoquée. L’accès aux données primaires garantit en outre les conditions de possibilité d’une évolution de la science par rebond. Quant à la science ouverte, elle garantit l’accès de tous aux travaux de recherche : l’accès des chercheurs eux-mêmes, des futurs chercheurs ou apprentis chercheurs que sont les étudiants, des bibliothèques et services d’archives auxquels ils ont accès, du public et des citoyens contribuables qui participent au financement de la recherche publique, de la communauté de recherche internationale et du public mondialisé des ressources d’Internet.

Un citoyen peut vouloir se pencher sur les actualités de la recherche comme sur les archives scientifiques à titre d’information, même sans détenir toutes les compétences requises. L’archivage pérenne des données et des résultats est une garantie que les producteurs de science, conscients de laisser des traces concrètes de leur travail, traces publiques et transparentes, endossent pleinement les responsabilités afférentes et agissent selon les codes de l’intégrité scientifique. Toute trace laissée, consultable de manière durable, peut servir de « garde-fou », comme dans tout autre domaine, tel celui de l’action publique et politique pour ne citer qu’un des plus évidents. Dans la communauté scientifique, qui a fait ces deux dernières décennies un virage plus net en faveur de la science ouverte et de la préservation durable des données, comment avez-vous travaillé l’articulation entre ces exigences et celles de l’intégrité scientifique ?

Pierre Corvol : J’ai souhaité mettre la question de la science ouverte en avant dans ce rapport consacré à l’intégrité scientifique car je trouvais qu’on n’en parlait pas suffisamment alors même que la loi pour une république numérique était déjà promulguée. Nous avions travaillé, avec Marin Dacos et le Centre pour l’édition électronique ouverte (CLÉO) autour des collections du Collège de France2. Il m’a demandé de participer ensuite au comité de pilotage de la science ouverte créé par le ministère [de l’Enseignement supérieur et de la Recherche]. On y travaille surtout sur les prépublications et publications scientifiques, les différents types de dépôts, les archives pérennes, comment les classer, les indexer, les protéger par des clauses de confidentialités le cas échéant, etc. Quelles sont les limites d’utilisation des données archivées, en termes de confidentialité, en termes de brevet ? À ma connaissance, les organismes de recherche travaillent sur ces sujets.

Je pense qu’il faut, au même titre que lorsqu’un chercheur commence à travailler il  entreprend de collecter et traiter ses données et ses sources, qu’il réfléchisse aussi, dès l’abord, à cet enjeu de dépôt et conservation des données de la recherche au sein de son institution d’abord, et parfois dans le cadre de partenariats.

Ceci est d’autant plus crucial dans la discipline que je connais, la médecine : en matière de données médicales, c’est une question-clé dont les enjeux sont complexes – je ne suis pas compétent en informatique, en gestion de données numériques à ce niveau pour vous les exposer ici. Mais il me semble que ces enjeux ne sont pas encore suffisamment mis en avant à l’échelle des groupes et équipes de recherche. Le chercheur en biologie ou en médecine n’a souvent pas vraiment connaissance de ces enjeux. On observe encore des réflexes archaïques, hélas, comme celui de vouloir garder ses données pour soi et par devers soi. Toujours dans la crise pandémique qui frappe le monde aujourd’hui, on vit un temps qui ne devrait plus être : certains pays, comme la Grande-Bretagne, la Corée ou la Chine, mettent à disposition des chercheurs internationaux les séquences d’ARN qui permettent d’identifier des variants du virus, de tracer les endroits où ils se manifestent et les conséquences cliniques observées, alors que la France, en comparaison des quelque 450 000 données de séquences dans des grandes bases de données étrangères n’en a que 3 ou 4000 environ. L’Académie des Sciences a alerté le gouvernement là-dessus. Mais alors se pose le problème des interlocuteurs : à qui s’adresser ? Au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche bien sûr – c’est ce que nous avons fait – mais cela doit se faire aussi au niveau des hôpitaux, du ministère de la Santé. Or le lien ne se fait pas facilement. On voit que ce sont des sujets difficiles, techniquement ou pratiquement, la question est posée, elle est d’une importance clé pour pouvoir suivre l’évolution des variants du virus mais il n’y a pas assez de réflexion en amont, pas de coordination, ni d’identification aisée des responsables à approcher.

D’où le rôle majeur de personnalités telles que la vôtre qui ont à la fois un ancrage dans la recherche et dans la clinique, et une action dans le travail prospectif et réflexif sur l’intégrité scientifique et la science ouverte.

Pierre Corvol : On a créé un comité à l’Académie [des Sciences] même, sur la science ouverte : à la fois je suis au comité de pilotage du Ministère et au sein de ce comité académique, qui marche bien et œuvre pour sensibiliser la communauté scientifique. Mais je fais attention à ce qu’il n’y ait pas conflit d’intérêt à me trouver dans ces deux positions !

 


Puisque l’archivage des données est si crucial, les métiers des bibliothèques et des archives ne doivent-ils pas eux aussi se poser la question de l’intégrité ? On pourrait avoir tendance à la même naïveté que celle que vous évoquiez à propos des réactions premières de vos collègues scientifiques : comment un archiviste aurait-il l’intention de fabriquer, falsifier ou faire de la rétention, distraire des sources qui sont confiées à ses compétences de sauvegarde et de communication ? Mais cela devient un tel enjeu que de conserver des jeux de données, en plus de toute la production papier et des publications électroniques, en quantité et en qualité, que l’on peut hélas se poser la question.

Pierre Corvol : Évidemment, le rôle de supervision par des professionnels de l’archivage, notamment numérique, est fondamental. On sait bien qu’en matière de science, ce n’est pas la même chose de déposer sur des plateformes privées ou sur celles hébergées et gérées par l’État. Quant à la question que vous posez sur les potentielles méconduites des archivistes : jamais, je ne me l’étais posée, vous voyez, c’est la même naïveté, cette fois à l’égard d’un métier que j’admire et n’imagine pas soumis à de semblables dérives…


L’intégrité scientifique dans le monde des archives

La locution et la dimension « Intégrité scientifique » sont convoquées dans la réflexion des archivistes sur leurs propres pratiques et déontologie : on en trouve trace notamment dans la Gazette des archives au tout début du XXIe siècle par la voix de Jean Le Pottier qui décline les principaux aspects déontologiques : égalité (de traitement des publics), proportionnalité (répartition du temps consacrés aux différents publics selon les situations objectives), intégrité, transparence et confidentialité. Et il écrit pour développer le point « intégrité » :

« ce principe peut s’entendre à deux points de vue :

– Intégrité scientifique : tout doit être fait pour que les renseignements donnés soient conformes aux standards de la recherche, c’est-à-dire autant que possibles vrais et dans tous les cas vérifiables ;

– Honnêteté, aussi bien négative (ne pas porter préjudice à autrui, ne pas faire une concurrence déloyale) que positive (ne pas tirer d’avantage personnel). Au passage, il faut remarquer qu’il a fallu du temps pour proscrire formellement une pratique qui nous paraît aujourd’hui choquante, mais qui était fréquente et normale jusqu’il y a peu : que les agents du service se livrent eux-mêmes (en dehors du service, voire pendant) à des recherches rémunérées ».

Extrait de : Le Pottier, Jean « La recherche est-elle une prestation ? Dispositions réglementaires et déontologie professionnelle » dans La Gazette des archives, n°192, 2001. pp. 93-104, p. 100.
DOI : https://doi.org/10.3406/gazar.2001.4298

Et dans le monde des bibliothèques de recherche ?

A l’heure où nous mettons en page le présent billet, nous apprenons, par nos réseaux professionnels, qu’un webinaire est organisé le vendredi 18 mars 2022 par Datactivist (« société coopérative et participative qui se donne pour mission d’ouvrir les données et de les rendre utiles et utilisées ») et Couperin (Consortium unifié des établissements universitaires et de recherche pour l’accès aux publications numériques) sur le décret n° 2021-1572 du 3 décembre 2021 relatif au respect des exigences de l’intégrité scientifique par les établissements publics contribuant au service public de la recherche.

Texte du décret : décret n° 2021-1572 du 3 décembre 2021 relatif au respect des exigences de l’intégrité scientifique par les établissements publics contribuant au service public de la recherche

Informations sur le webinaire : https://je-integrite.sciencesconf.org/


En ce qui concerne les archives propres aux affaires de méconduites scientifiques, y a-t-il l’équivalent d’un « enfer » des publications incriminées, conservant les textes qui ont fait l’objet de rétractation par exemple ? Ne serait-il pas utile d’archiver systématiquement ces documents, non pour leur faire une trop grande publicité, mais pour faire un jour l’histoire et l’analyse sociologique, entre autres, que vous appelez de vos vœux ?

Pierre Corvol : Il existe des sites spécialisés de collecte d’informations fausses et erronées. Ce sont les sites de rétractations d’articles ainsi que des sites spécialisés de stockage des données erronées. Mais je pense qu’il ne faut pas exagérer cet aspect « infernal » et plutôt se livrer à une analyse fine des tenants et aboutissants.


Nous invitons nos lecteurs à parcourir le site de rétractation parmi les plus connus à ce jour et attirons leur attention sur les articles que le site recense sous l’onglet « Papers that cite Retraction watch ». La liste, qui ne se prétend pas exhaustive et ne se confond pas avec une bibliographie sur le sujet, comprend plus de 80 références actuellement et les titres témoignent de quelques points saillants :

la prépondérance des études concernant la médecine et la biologie (même si un article traite de la question dans le domaine des revues juridiques) ; l’entreprise d’études statistiques pour établir d’éventuelles corrélations entre le nombre d’articles retirés et le nombre d’articles publiés dans une même revue ou bien le nombre de citations ; la réflexion sur les limites de la rétractation (articles continuant d’être cités alors qu’ils ont été retirés, par exemple) ; la réflexion générale à conduire pour faire évoluer les processus de validation des articles ou encore pour faire collaborer éditeurs et chercheurs en faveur de l’intégrité scientifique ; des articles plus spécifiques sur les phénomènes de rétractation d’articles sur le covid-19 et la relation entre rétractation et science dans l’urgence, entre autres nombreux angles d’attaque.

https://retractionwatch.com/


Pour préparer cet entretien, vous m’aviez suggéré de relire ce numéro spécial de la Lettre du Collège de France consacrée au tabac et parue en 2010, un sujet qui vous tenait à cœur en tant que praticien et en tant qu’administrateur du Collège ; rappelons que le service de médecine de prévention de l’établissement a toujours largement relayé les campagnes de santé publique anti-tabagisme. 


La Lettre du Collège de France, Hors-série, n°3, Le tabac, février 2010

Pierre Corvol, alors titulaire de la chaire de Médecine expérimentale, c’est-à-dire aussi successeur de Claude Bernard, et Administrateur du Collège de France, en avait rédigé l’éditorial ainsi que l’article intitulé « Risques cardiovasculaires du tabagisme : reconnaissance tardive d’une épidémie non jugulée » en collaboration avec Nicolas Postel-Vinay.

Les « Aspects éthiques et socioculturels » y sont abordés au travers d’entretiens conduit par Marc Kirsch, grand artisan de ce hors-série, avec les professeurs Anne Fagot-Largeau et Philippe Descola. La conclusion, élaborée par Marc Kirsch, est une analyse fouillée des manipulations à l’œuvre dans la science consacrée au domaine du tabac, sous le titre :

« La lutte contre le tabagisme : un cas d’école de la relation entre l’industrie, la science et l’État. »

Cliquer pour accéder à la revue

Or cet événement tristement inaugural des méthodes déployées à grande échelle par le lobby des cigarettiers aux États-Unis dans les années 1950 a généré des quantités phénoménales d’archives, quelque 70 millions de papiers, en particulier pour les procès de l’État du Minesota. Les auteurs précisaient, en 2010, qu’il n’y avait pas de gisement d’archives plus volumineux connu au monde à cette date que ce dernier. Au point que ce sombre dossier apparaît rétrospectivement comme l’événement inaugural des « fake news » [fausses nouvelles] en science. Que cela vous inspire-t-il pour contrer ce type de procédés à l’avenir ?

Pierre Corvol : Malheureusement, l’enquête parue dans le journal Le Monde sur le glyphosate3 révèle l’usage des mêmes méthodes : on enjolive, on cageole, on biaise, on joue du multifactoriel pour semer le doute et noyer les preuves de dangerosité dans un réseau touffu d’enquêtes et de rapports. La « fausse science » autour du tabac a été le « modèle » funeste de toutes les grandes manipulations scientifiques ultérieures. Les études multipliées ne sont pas fausses en elles-mêmes mais elles égarent la réflexion, l’analyse et la synthèse du problème, par leur multiplicité même et le biais qu’introduit cette production tous azimuts.

Pour finir sur une note plus positive : on peut former l’espoir que deux des créations issues de votre rapport, le nouvel office français de l’intégrité scientifique et son observatoire dédié, permettront de promouvoir durablement des pratiques intègres en science et de nourrir l’analyse de ces pratiques de recherche par les disciplines des sciences humaines et sociales.

Il est précieux que d’éminents scientifiques acceptent de prendre le temps d’un travail de ce type, pour la communauté scientifique et la communauté tout court, alors merci de votre temps et de votre disponibilité sur ces sujets.

Pierre Corvol : Je vous en prie, merci à vous.

À la relecture de cet entretien, Pierre Corvol a souhaité ajouter ceci :

Et en effet, il est bon de terminer sur des notes d’espoir pour la recherche en toute intégrité. Je soulignerai volontiers les efforts déployés pour promouvoir une évaluation plus qualitative que quantitative, ce qui sans doute réduira les effets pervers de la compétition déjà évoquée. J’invite vos lecteurs à découvrir l’état de la réflexion en cours au sein de la DORA (Declaration on research assessment/Déclaration sur l’évaluation de la recherche) :

https://sfdora.org/read/read-the-declaration-french/

Sur le devenir de la réflexion depuis 2016 et sa prise en charge par les élus de la République française

Voir le Rapport au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) sur Promouvoir et protéger une culture partagée de l’intégrité scientifique par Pierre Henriet, député et Pierre Ouzoulias, sénateur. Mars 2021. Rapport déposé sur le Bureau de l’Assemblée nationale par Cédric Villani, Président de l’Office et sur le bureau du Sénat par Gérard Longuet, vice-président. (134 pages)

http://www.senat.fr/notice-rapport/2020/r20-428-notice.html

Notons que le rapport de 2016 dû au Professeur Corvol y est d’emblée salué comme « remarqué » : il est permis d’y voir ainsi, rétrospectivement, le prélude à une réflexion étendue au monde politique des élus ainsi qu’une base de travail pour répondre à la saisine des parlementaires à partir de 2019, autour de cas de méconduites rendues publiques par les médias.

Sur la réflexion propre aux métiers d’archivage et de gestion des données

La nature et l’objet de cet entretien n’ont pas permis d’aller plus avant du côté des recherches et pratiques actuelles des métiers d’archives et de gestion des données numériques. Or c’est un champ de réflexion en plein essor depuis quelques années qui mériterait d’être analysé à son tour, dans un ou plusieurs billets spécifiques. En effet, ne se pose pas seulement la question de l’intégrité dans la collecte des données d’expérience ou des archives scientifiques mais aussi lors du tri, de l’indexation des documents ainsi que dans les modalités offertes de leurs consultations.

Or les initiatives bouillonnent en ce moment, ne serait-ce qu’autour des appels à projets “ateliers de la données” ou des enjeux des cahiers de laboratoires numériques. Il existe déjà des programmes et des outils très normés pour cadrer le dépôt des données d’expérience, lequel se fait souvent avec la collaboration des documentalistes de ces laboratoires.

Pour approfondir les questions évoquées dans cet entretien :

Sur les travaux en cours pour promouvoir de nouvelles manières d’évaluer la science, mais aussi sur les questions de la science ouverte, voir :

https://scienceeurope.org/what-s-going-on/

Et en particulier le guide programmatique :

https://scienceeurope.org/media/vieicpwp/202111-statement-research-culture_v6.pdf

Des références bibliographiques antérieures au rapport de Pierre Corvol :

Lecointre Guillaume, « Les sciences face aux créationnismes. Ré-expliciter le contrat méthodologique des chercheurs », dans Les sciences face aux créationnismes. Ré-expliciter le contrat méthodologique des chercheurs, sous la direction de Lecointre Guillaume. Versailles, Éditions Quæ, « Sciences en questions », 2012, p. 11-135. URL : https://www.cairn.info/—page-11.htm :

Nous citons notamment cet extrait qui convoque la notion de « contrat de méthode » entre scientifiques d’une part, entre science et société d’autre part :

Bien évidemment, ces contraintes économiques et sociales existent, mais ce n’est pas parce qu’elles existent qu’il n’y a pas de méthode scientifique, au moins sous son aspect contractuel. Le terme approprié est qu’il existe un contrat de méthode. Quand on entre dans un laboratoire pour y mener une investigation, il y a des attendus méthodologiques auxquels chacun doit se plier, sous peine de ne pouvoir publier une seule ligne sur les découvertes. Plutôt que de dire ce qu’est la science sous forme de description exacte de la réalité matérielle et humaine dans laquelle la science se produit, ce qui serait quasiment impossible, plutôt que d’ériger une norme idéale tenue pour absolument respectée dans cette réalité, ce qui serait faux, il est préférable de parler de contrat. Cette notion est féconde :

– Un contrat établit un minimum que nous sommes obligés de respecter sous peine de ne pouvoir publier nos résultats. Nous enseignons bien un certain nombre de règles du métier à nos doctorants, implicites ou explicites, parmi lesquelles une attitude intellectuelle que nous appelons une démarche scientifique.

– Un contrat n’est pas figé ; il est améliorable.

– Un contrat ne prétend pas décrire nécessairement la réalité de ce qui se fait, car comme pour tout contrat collectivement accepté, des individus commettront des entorses. Des lois existent ; nous ne les jugeons pas mauvaises ou ne les qualifions pas de mythe au motif que des individus y contreviennent chaque jour. Un contrat décrit ce qu’il est souhaitable de faire, ce qui est attendu.

– Ce contrat est tacitement passé entre scientifiques, d’abord. Si nous prenons au sérieux l’enseignement des sciences à l’école, il ne faut pas enseigner que des résultats, il faut aussi initier à la démarche. Le contrat est alors également actif entre les scientifiques professionnels et leurs concitoyens (à travers, notamment, le corps enseignant, les organes de diffusion des connaissances).

Si le relativisme le plus échevelé a raison, c’est-à-dire si ce contrat est un mythe, alors beaucoup de choses sont des mythes. En fait, le qualifier de mythe ne mène à rien. Un contrat est l’expression d’attendus qui permettent de comprendre quelles sont les règles auxquelles ont implicitement adhéré les membres d’une communauté (que cette communauté soit morale, politique ou scientifique). Le contrat contient les présupposés implicites qui définissent la communauté en question et règlent le comportement de ses membres. »

Voir aussi les ouvrages de Gérald Bronner sur les avatars modernes du complotisme et sur le phénomène des « fake news » :

  • L’Empire des croyances, Paris, Puf, 2006. DOI : 10.3917/puf.bronn.2003.01
  • Vie et mort des croyances collectives, Paris, Hermann, 2006.
  • La Pensée extrême. Comment des hommes ordinaires deviennent des fanatiques, Paris, Denoël, 2009.
  • La Démocratie des crédules, Paris, Puf, 2013, DOI : 10.3917/puf.bron.2013.01
  • La Planète des hommes. Réenchanter le risque, Paris, Puf, 2014.

Et sa contribution à l’ouvrage collectif Sciences et pseudo-sciences :

 

Les travaux du philosophe Mathias Girel, à suivre sur sa page :

https://mathiasgirel.com/

où l’on trouve les billets suivants, autour de la pandémie de Covid-19 :

  • « Faire face à ce qu’on ne sait pas sur la pandémie », billet du 23 mai 2020.
  • « Défiance, pandémie et Hold-up », billet du 30 novembre 2020, reproduisant un article-entretien du 20 novembre 2020 dans la Semaine.
  • Girel Mathias, Dessendier Emmanuel, « Réseaux, médias et science au risque de l’ignorance », EcoRev’, 2021/1 (N° 50), p. 93-108. DOI : 10.3917/ecorev.050.0093. URL : https://www.cairn.info/revue-ecorev-2021-1-page-93.htm

Voir aussi son récent ouvrage intitulé : Science et territoires de l’ignorance Paris, Quae, Coll. Sciences en questions, Décembre 2017, ISBN: 978-2759225910, 168p. Lien éditeur.

On notera ces quelques lignes de la présentation (sur le site de l’éditeur ci-dessus) pour rejoindre la problématique de la fabrication d’une « fausse science » :

L’ignorance peut être autre chose que la pure absence de savoir ou que le simple fait d’être privé de connaissances possédées par d’autres : elle peut être surmontée, elle peut aussi être produite. Quels sont les variétés et les modes de l’ignorance, et pourquoi est-il essentiel d’en tenir compte dans les débats environnementaux et sanitaires ? Lorsqu’elle est « produite », comme l’estiment certains, comment l’est-elle ? »

Tout un courant de recherche s’y attache, sous le nom d’agnotologie. Voir pour éclairer ceci :

Mathias Girel la définit ainsi : 

 

(…) discipline qui se propose d’éclairer la  ̎production culturelle de l’ignorance ̎ et dont le nom étrange a été introduit par Robert Proctor – l’un des historiens de l’industrie du tabac dont il a analysé dans Cancer Wars les stratégies de communications » (p. 1, §2)

NB : les notes associées à ce paragraphe fournissent les références suivantes :

  • R. N. Proctor, Cancer Wars. How Politics Shapes What We Know and Don’t Know About Cancer, New York, Basic Books, 1995.
  • A. M. Brandt, The Cigarette Century. The Rise, Fall, and Deadly Persistence of the Product That Defined America, New York, Basic Books, 2007.
  • Voir dans ce numéro l’entretien avec R. Proctor. J’ai présenté une partie des arguments qui suivent dans « Le doute à l’égard des sciences : l’ignorance produite et instrumentalisée », dans Partager la science, Arles, Actes sud, 2013.

Éléments bibliographiques complémentaires, parus après le rapport de 2016 :

Des carnets spécialisés, sur Hypothèse.org :

Des colloques :

  • Colloque au Collège de France : « La démocratie à l’âge de la post-vérité », 27 février 2018. Voir notamment la contribution d’Alain Fischer et de Serge Haroche : « La science confrontée au relativisme » : https://www.college-de-france.fr/site/pierre-rosanvallon/p645449710788272_content.htm
  • Colloque interdisciplinaire : « L’intégrité scientifique à l’aune du droit », 12 et 13 mars 2019, Université Paris II Panthéon-Assas, Institut d’histoire du droit, CNRS UMR 7184
Pour citer cet article : Pierre Corvol, Laure Léveillé, "L’intégrité scientifique selon Pierre Corvol : épisode 3," in Colligere, 07/02/2022, https://archibibscdf.hypotheses.org/10315. Consulté le 26/05/2022.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Voir le 1er épisode de ce feuilleton. []
  2. Pour information de nos lecteurs, le CLÉO est à l’origine de la plateforme Hypothèses qui leur permet d’accéder à ce carnet ou blog de recherche, entre autres carnets européens dévolus aux sciences humaines et sociales. Le CLÉO anime et maintient en outre les initiatives de sciences et éditions ouvertes Revues.org et OpenEdition. Les publications du Collège de France accessibles sur le site de l’institution le sont grâce à un partenariat entre les Éditions du Collège et le CLÉO. Voir : https://www.ehess.fr/fr/centre-pour-l%C3%A9dition-%C3%A9lectronique-ouverte-cleo []
  3. Voir entre autres articles publiés en 2021 sur le sujet depuis cet entretien : https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/02/glyphosate-la-qualite-des-etudes-reglementaires-mise-en-cause_6086733_3244.html

    Enfin tout récemment : https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/01/10/glyphosate-une-expertise-independante-de-l-evaluation-europeenne-en-cours-reclamee_6108923_3244.html []


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search