L’intégrité scientifique selon Pierre Corvol : épisode 2

Retrouvez le premier épisode en cliquant ici.

Reprenons le fil de l’entretien sur cette dimension réflexive d’une recherche multidisciplinaire autour de cet objet « Intégrité scientifique » que vous appelez de vos vœux afin de compléter et prolonger votre enquête et vos propositions. Avant d’aborder ces propositions concrètes de votre rapport, qui se veut résolument pragmatique, pouvez-vous juste nous rappeler pourquoi il importe de distinguer l’intégrité scientifique de l’éthique scientifique ? Vous rappelez en effet l’antériorité de la réflexion sur l’éthique scientifique mais insistez sur l’importance de ne pas confondre ces deux notions.

Le professeur et administrateur Pierre Corvol dans son bureau.

Pierre Corvol : Les réflexions éthiques existent de longue date ; des comités d’éthique ont vu le jour depuis longtemps dans les organismes de recherche, soit sur les questions de protection des espèces animales dans les pratiques de laboratoire, soit sur des questions sociétales, d’intérêt général, qui nécessitent des débats toujours renouvelés parce que les questions ne sont jamais résolues définitivement ; l’éthique évolue selon les époques, les apports de la recherche qui font bouger les lignes. Les lois éthiques sont à réviser régulièrement, tous les sept ans en France, si je ne m’abuse : l’éthique, ça évolue et ça se discute. Tandis que l’intégrité scientifique, la conduite intègre de la recherche, pour aller vite, ça ne se discute pas : c’est une manière claire et nette de procéder.  On n’est pas loin de la déontologie : tu dois agir comme ceci ou comme cela lorsque tu travailles sur tel sujet ou appartiens à telle catégorie professionnelle. Donc la distinction est très importante à faire. D’où la terminologie adoptée dans le titre de la charte nationale en 2015, sur « les métiers de la recherche »1.

Or quand j’ai commencé à travailler sur ce rapport, il existait déjà une formation à l’éthique pour les étudiants en thèse mais rien sur l’intégrité de la recherche. N’en déplaise à l’optimisme de Poincaré2, il faut former les scientifiques à ces exigences et à ces problématiques.  Il s’agit ni plus ni moins de respecter son travail, de reconnaître la réalité des résultats sans être tenté de les embellir, de les travestir au profit d’une amélioration qu’on aimerait obtenir. Il y a une part non négligeable de chercheurs un peu perfectionnistes qui ont du mal à accepter qu’une courbe n’est pas nécessairement une droite ou une courbe lisse mais qu’elle peut avoir de petits soubresauts liés à des phénomènes qu’ils ne peuvent pas maîtriser.

Ce que vous appelez  la « tentation de l’embellissement » ?

Pierre Corvol : Oui, il existe même des programmes informatiques de lissage de courbes qui permettent soit de tracer des segments de droite entre les points, soit même de lisser les points pour un résultat plus agréable à regarder aux yeux du lecteur.

Pour en revenir aux textes qui ont précédé votre rapport, le fameux « code » européen des métiers de la recherche se définit lui-même comme un « ensemble de règles communes et acceptées » ; ce n’est donc pas un code au sens juridique mais un code de conduite, qui fonde le contrat de confiance entre pairs et avec la société. On se situe aux confins du moral et du juridique, de l’axiologique aussi puisqu’il s’agit d’un corpus de valeurs communes à défendre et respecter. Avez-vous pu constater la réalité du consensus autour de ces valeurs ou bien est-ce que ce code de conduite fait débat au sein de la communauté scientifique ? Ou bien encore, n’est-il pas un peu « naïvement » postulé que ce consensus existe ?

Pierre Corvol : Je pense que les choses ont beaucoup évolué dans les années récentes, je dirais depuis cinq ou six ans. Ce rapport m’a donné l’occasion d’interroger des présidents d’Université ou des directeurs de grands organismes de recherche : pour eux, de prime abord, il n’y avait pas de débat, j’étais comme un intrus qui posait des questions qui n’avaient pas lieu d’être, qu’ils ne s’étaient jamais posées car ils n’avaient jamais été confrontés à cela. Or aujourd’hui, cette réalité est plus présente, pour eux comme pour les chercheurs eux-mêmes et de ce fait un certain consensus se fait qui n’existait pas du tout au départ. Il y avait évidemment, de la part des responsables des organismes de recherche et des universités, la tentation de se mettre à tout prix à l’abri de toute suspicion de fraude, plagiat, etc., que leur réputation n’en pâtisse pas, donc de ne pas mettre en lumière ni regarder de trop près ce qui pouvait se passer au sein de leurs établissements. Il y avait cette tendance, au départ, sinon à la dénégation, en tout cas à éviter des investigations qui pourraient aboutir sinon à un jugement en tout cas à des avis défavorables quant à la manière de conduire les recherches. Cette tentation n’a certes pas du tout disparu : la première tendance est souvent de minimiser.

À plusieurs reprises, vous avez eu l’occasion de souligner une prise de conscience relativement tardive en France. Est-ce le constat, par les chercheurs, d’une perte de confiance de la société dans sa science, au-delà donc de l’évaluation par les pairs et des diagnostics internes au monde scientifique, qui a enclenché la réflexion ? (Bien sûr, c’est toujours délicat de mettre en face à face la science et la société, comme si les acteurs de la science n’étaient pas parties prenantes de cette société mais c’est un couple fréquemment explicité, par convention).

Pierre Corvol : Peut-être que ce qui a déclenché cette nécessité d’être à la fois plus lucide et plus proactif en matière d’intégrité scientifique, c’est cette demande sociale, cette attente sociale. Que cet enjeu ne reste pas « un entre soi de la recherche » comme il est dit dans le rapport, que certains chercheurs puissent être lanceurs d’alerte, certes, mais plus encore, que puissent exister une attente et un droit de regard de la société sur la science. Il y a toute une culture scientifique à développer pour que ce regard puisse s’exercer en étant suffisamment éclairé : d’où le besoin de rouages, de quoi garantir l’intégrité scientifique au regard de la société, des concitoyens.

Afin de restaurer ce contrat de confiance quelque peu mis à mal, encore davantage depuis la crise du Covid, comment envisagez-vous les choses ? Comment procéder ne serait-ce que pour faire connaître les enjeux et dimensions de l’intégrité scientifique, en profondeur, parmi les acteurs de la science au premier chef, bien sûr, mais aussi dans toute la société, dans la culture scientifique en son ensemble, à promouvoir, et pas seulement lorsque des affaires font scandale ?

Pierre Corvol : L’histoire récente de l’intégrité scientifique nous ramène une fois encore aux États-Unis et au souci de pouvoir répondre à des citoyens américains qui s’inquiètent de voir leurs impôts financer des recherches non-intègres, soit un point de vue très pragmatique, qui arrive chez nous désormais : après tout, je paie des impôts, je demande des lits de réanimation, je demande que les résultats soient fiables quant au traitement de telle maladie, j’ai le droit d’être assuré de la validité des recherches menées… C’est une sorte de contrat financier qui est établi et il est d’autant plus fort que, s’il est rompu, la personne incriminée peut faire aux États-Unis l’objet d’un traitement pénal et pas seulement civil, ce qui n’est pas le cas en France.  Aux États-Unis, dans les vidéos de formation des formateurs à l’intégrité scientifique, on peut voir un chercheur qui a volé des résultats et produit une recherche délibérément fausse sur le cancer de la prostate, être emmené, encadré par des agents du FBI, traduit en justice et passible de prison. À l’inverse, en France, nous ne sommes pas assez clairs sur les sanctions possibles. Actuellement, elles sont prises par les chefs d’établissement et les présidents d’université, après avis des commissions paritaires ou du CNESR (Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche). Elles sont d’ordre administratif et peuvent aller du blâme jusqu’à l’exclusion temporaire ou non de l’établissement. Je ne suis pas en faveur d’une judiciarisation des méconduites scientifiques mais je pense qu’il faut poursuivre la réflexion déjà engagée sur les types de sanctions en cas de faute grave qui manifeste la forme extrême du contrat dénoncé.

On progressera d’autant mieux sur l’intégrité scientifique que l’on s’adressera aux plus jeunes, dès que possible. Il me semble nécessaire d’apprendre précocement aux jeunes générations qu’on n’est presque jamais les premiers à écrire sur un sujet scientifique, et que, par conséquent, on doit se référer aux autres, à des travaux déjà validés : c’est là que commence l’intégrité scientifique. Il y a là un gros travail à faire. Même au niveau des études doctorales, on pourrait  croire que les cours de sensibilisation à l’intégrité scientifique encombrent le cursus, ne sont pas bien acceptés par les étudiants ; or au contraire de jeunes thésards sont rassurés par les cours sur l’intégrité scientifique, cela leur permet de poser des questions à leurs directeurs.

Le sentiment « d’insécurité » en la matière est tel que parfois les chercheurs entre eux en viennent à douter des résultats proposés par leurs pairs. Une enquête dans Nature, que je cite dans le rapport, révèle que certains doutent en particulier que les expériences des autres soient réellement reproductibles. On n’est pas dans la problématique de l’intégrité scientifique à proprement parler, mais on est dans la science hâtive, mal faite et en tout cas peu reproductible, et cela peut être incompatible avec l’exigence de reproductibilité. Paul Hudson, le directeur du Lancet s’est intéressé à cette dernière question en particulier et a constaté lui aussi que le doute gagnait les chercheurs eux-mêmes. Au bout du compte, tout le monde pâtit de l’absence de reproductibilité et le doute s’insinue, au sein des communautés scientifiques comme au sein du public.

C’est pourquoi votre rapport visait avant tout à donner un cadre et des outils à la communauté de recherche.

Le premier point concerne la nécessité d’une nomenclature des manquements ; vous avez expérimenté la difficulté des acteurs à s’accorder sur une typologie commune, univoque sur ce que sont les manquements possibles à l’intégrité scientifique. Mais passé ce premier point, les 15 autres points sont presque tous consacrés à prévenir : face aux méconduites avérées, il faut guérir certes mais aussi, sur le plus long terme, œuvrer ensemble à sensibiliser, former, encadrer, appeler à un texte structurant, irriguer la pratique de la recherche, dès l’apprentissage et à toutes ses étapes, par cette dimension d’intégrité scientifique.

Vous appelez de vos vœux une typologie partagée, plus détaillée que le fameux FFP – Falsification, fabrication, plagiat. Dans les premières enquêtes que vous avez conduites et qui préfigurent l’observatoire préconisé par votre rapport, vous avez en effet identifié d’autres pratiques, relativement moins scandaleuses mais tout de même contestables : lesquelles distingueriez-vous ici ?

Pierre Corvol : Cela dépend des disciplines. La fabrication de faux résultats, le mauvais traitement des données, concernent moins certaines disciplines qui en revanche sont plus touchées par le plagiat, comme le sont par exemple les sciences humaines et sociales. Il y a l’embellissement des résultats, déjà évoqué, qui touche donc toutes les matières ayant recours à la modélisation et aux données statistiques. Même au sein d’un même type général de manquement, des nuances existent : ainsi existe-t-il plusieurs formes de plagiat – il faudrait rentrer dans le détail.




Il y a ce qu’on appelle familièrement le « salami slicing » [trancher le saucisson] qui consiste à diviser un article en plusieurs morceaux et à produire ainsi autant de publications dénombrées comme différentes ; il y a aussi le « cherry picking » [cueillir les cerises] qui est le fait de privilégier les données et/ou les résultats qui tendent à corroborer l’hypothèse initiale.

Il me semble opportun de souligner l’importance d’un traitement correct de la littérature, ce qui est difficile à réaliser et à garantir. La littérature est devenue tellement abondante qu’il est aisé de biaiser, d’oublier ou plutôt d’omettre la contribution des autres, de sélectionner. La manière de présenter les résultats est essentielle, leur analyse aussi. Il est très difficile aujourd’hui de prétendre faire droit à toute la littérature produite, sans préjugé à l’égard de certaines équipes ou publications. Il y a en effet manière et manière de sélectionner dans cette abondance de productions.

Après, il y a ce qu’on appelle « la zone grise », les petits « traficotages », qu’on ne sait plus trop comment définir : ce sont les pratiques dites « discutables » ou « questionnables » de la recherche, plus ou moins répréhensibles sinon condamnables.

L’inflation éditoriale en recherche est sans doute, du moins en partie, induite par les modalités d’évaluation (le fameux facteur H concernant les citations) et la pression à la publication (le non moins fameux publish or perish !) – N’est-ce pas mission impossible de faire l’état de l’art à la fois objectif et exhaustif ? On se met à la place de jeunes chercheurs recevant la formation de sensibilisation à l’intégrité scientifique : comment vais-je oser prétendre connaître l’état de l’art de ma spécialité ? Comment éviter une sélection, une vision partielle sinon partiale, comment sélectionner selon des critères transparents et validés par les pairs ?

Pierre Corvol : Tout à fait. Si on regarde le nombre d’articles publiés depuis un an sur la Covid (ndlr : depuis février 2020 à la date de l’entretien], on en dénombre plus de 80 000 ! Autant dire qu’il n’est humainement plus possible de tout lire. Donc que se passe-t-il ? On demande à des spécialistes de produire des synthèses, notamment en médecine et biologie. Or ces articles de synthèse paraissent dans des revues du type « Progress in… », « Research in… » qui, d’une certaine façon, propulsent une littérature avec une vue biaisée. Les grands spécialistes, les scientifiques célèbres, sollicités par ces revues, engagent eux-mêmes parfois des fellows pour les faire, dans leur entourage professionnel, ce qui crée là encore des biais, tout peut arriver3. Mais comment avoir une vue d’ensemble d’un sujet sans recourir à ce type de synthèses ?

Une fois qu’on a repéré et su qualifier une méconduite, viennent les étapes délicates de l’instruction : qui peut saisir ? Et quelle autorité saisir ? Qui instruit ensuite ? À la date du rapport vous souligniez un certain vide juridique en France dans ce domaine et aussi le poids de la responsabilité sur le chef d’établissement qui se trouve à la fois garant de l’intégrité scientifique au sein de l’institution, qui est la personne saisie et qui ensuite sera responsable de l’enquête. N’est-ce pas là une gageure pour les chefs d’établissement ?

Pierre Corvol : Oui, en effet, un chef d’établissement, même avec la meilleure volonté possible, doit pouvoir s’appuyer sur une cellule à la fois bénévole et instruite. Les « lanceurs d’alerte » doivent avoir la liberté de s’exprimer, pouvoir être reçus par une telle cellule, de manière aussi cordiale que possible afin qu’ils puissent exposer les faits, de manière non anonyme – c’est un aspect primordial selon nous – donc avec beaucoup de confiance de part et d’autre, toutes les garanties de confidentialité des éléments exposés et partagés avec le référent Intégrité scientifique d’abord. Après une brève enquête préliminaire, la décision est prise d’avertir ou non le chef d’établissement qui lui seul peut déclencher l’enquête complète. Celle-ci est menée par un comité ad hoc non recruté à l’intérieur de l’établissement – principe fondamental selon moi – et qui aura toute latitude de conduire les investigations, dans toute la mesure du possible, de recourir aux données sources, pour instruire le dossier. Une fois le dossier instruit, rien n’est terminé car les pièces sont remises au même chef d’établissement qui alors a une responsabilité encore plus forte : celle de statuer sur les suites à donner. Il sollicite alors l’avis des instances, un comité paritaire, le CNESER (Conseil national de l’Enseignement supérieur et de la Recherche) qui peut être consulté, et décider ensuite d’une éventuelle sanction ou, au contraire, de clore un dossier, d’accorder un « non-lieu » – on utilise les mêmes termes qu’en justice bien qu’il ne s’agisse pas d’une procédure judiciaire. Or c’est difficile pour un chef d’établissement, en l’absence de cadre juridique clair et fort, de prendre de telles décisions, surtout qu’intervient presque toujours l’exposition aux médias, en tout cas sur certains sujets. On a eu en France quelques affaires délicates qui ont défrayé la presse, les médias, et ont révélé la difficulté pour les chefs d’établissement. Par ailleurs reste la question pendante d’avoir la possibilité pour la personne incriminée d’avoir un recours possible organisé ? A priori tout accusé a le droit de se défendre, de s’entourer d’avis, de solliciter un avocat, de tenter de justifier sa conduite, de prouver par exemple qu’il ou elle a agi sans intention de nuire, or rien n’est prévu pour l’instant à cet égard.

On pressent cette difficulté dans la littérature sur le sujet : vous avez pu bénéficier de la collaboration de Rémi Gicquel, pour ce rapport, notamment de ses compétences juridiques. Or il demeure, dans la manière française de traiter le sujet, un hiatus entre le code de conduite, instaurant une autorégulation au sein de l’établissement concerné, et un traitement proprement juridique des méconduites attestées – mettons à part le plagiat qui ressortit du code de la propriété intellectuelle, ou encore le conflit d’intérêts, où il y a une jurisprudence.

Pierre Corvol : Je vous interromps, ce dernier type de méconduite n’est pas développé dans le rapport : il peut en effet y avoir un conflit d’intérêt pour un chercheur qui se révèle par ailleurs très scrupuleux sur la méthode et les données scientifiques – cela ajoute encore à la complexité du sujet !

Un des derniers jalons majeurs en date est le document issu de l’ALLEA (All European Academies) à Berlin en 2018, document évolutif. Et, il rappelle, en ce qui concerne la dimension juridique, l’article 40 du code de procédure pénale sur les lanceurs d’alerte. Tout fonctionnaire est tenu de signaler un manquement grave dont il aurait connaissance – mais combien de fonctionnaires de la recherche publique sont au courant de cette disposition ?

Comment, selon vous, développer la réflexion sur la manière d’associer les citoyens à l’instruction des dossiers et/ou aux décisions de sanctions éventuelles ? Cela ne doit-il relever, comme pour l’évaluation, que des pairs, qui connaissent la discipline, la spécialité et la méthodologie, etc. ? Ou bien peut-on envisager d’associer davantage la société civile, jusqu’à un certain point, par exemple au sein d’instances dédiées, si l’on souhaite qu’elle soit sensibilisée en profondeur ?

Pierre Corvol : Là, je n’irai pas jusque-là car on rentre très vite dans des questions techniques déjà difficiles à discerner pour des experts dans le domaine de recherche. Cela me semble vraiment aller au-delà des compétences du public. Il faut en effet aller au fond de la méthodologie, de l’analyse de la littérature, etc. Comment quelqu’un qui n’est pas du domaine pourrait-il aider à l’instruction ? La complexité lui échapperait nécessairement. L’exemple récent de Volkswagen et les normes de pollution nous a montré qu’il faut d’abord être en mesure d’établir la réalité des faits puis d’évaluer l’impact réel sur la société. C’est une démarche ardue et il n’est pas aisé, en plus de l’expertise scientifique requise, de statuer sur la nature précise du grief, ni non plus d’identifier les victimes du préjudice qui sont aussi les potentiels porteurs de la plainte. De même, si en biologie par exemple, vous rapportez en exploitant une cellule qui se comporte comme vous le souhaitez et en négligeant les 99 autres, à qui faites-vous tort ? La cellule ne va pas se plaindre : qui sera le plaignant ? On est là un peu loin du procès classique où il faut donner tort ou raison en fonction du plaignant.

Si l’instruction des dossiers de méconduite ne me semble pas pouvoir sortir du cadre de l’expertise scientifique, en revanche, il est indispensable que les chercheurs promeuvent la recherche participative et la science ouverte, toutes deux en appui de l’intégrité scientifique.

Comment articuler responsabilité individuelle du chercheur et responsabilité collective, du laboratoire, de l’équipe, de l’institution ? On a vu déjà que le chef d’établissement est garant de l’intégrité scientifique et responsable d’un bout à l’autre des démarches éventuelles à conduire. A-t-on pu réfléchir à d’autres échelles, à un partage des responsabilités au sein du collectif qu’est le laboratoire ou l’unité de recherche, en particulier au moment de déterminer une responsabilité ?

Pierre Corvol : Il est vrai que ce n’est pas toujours simple à discerner. Certes, par exemple, l’étudiant a pu gauchir ses résultats mais c’est parfois à l’incitation de son directeur de thèse ou des proches collègues de ce dernier… Un laboratoire c’est une collectivité qui vit des fonds collectés par l’investigateur principal. Les plus jeunes, si leur thèse est rapidement soumise, alors le directeur et l’équipe en tirent des bénéfices en termes de continuité et financement de la recherche collective. C’est comme un lego de pièces qui s’imbriquent et qui est collectivement responsable du maintien de l’intégrité scientifique. Les acteurs se « tiennent » les uns les autres en quelque sorte.




On en revient à ce besoin de sensibiliser dès le jeune âge scientifique puis, tout au long de la carrière, par la formation continue, notamment lors de l’habilitation à diriger des recherches ou HDR. Enfin, vous insistez sur l’indispensable exemplarité des seniors, de ceux qui dirigent les recherches et les laboratoires.

Pierre Corvol : Oui, le rapport insiste sur fait que l’HDR devrait comporter la dimension de mentor en intégrité scientifique pour les futurs professeurs directeurs de recherche qui doivent devenir des modèles de recherche intègre, soucieuse de la vérité. Or cela n’est jamais vraiment mis en avant parmi les qualités requises pour l’HDR.

Je crois même que vous préconisiez que les financements des projets de recherche soient conditionnés à des garanties en matière de sensibilisation à l’intégrité scientifique ?

Pierre Corvol : Oui, en effet.

À votre connaissance, cela se confirme-t-il ?

Pierre Corvol : Il reste encore beaucoup à faire car on est parti de tellement bas. Je crois que c’est déjà bien ancré dans les pratiques et relations courantes entre directeur de thèse et doctorants ; puis peu à peu les progrès gagnent toute la hiérarchie des recherches… J’ai eu à donner deux ou trois conférences sur le sujet récemment, la sensibilisation progresse.

Comme il n’existe pas encore de cursus d’enseignement en intégrité scientifique, les actuels formateurs doivent veiller à se former eux-mêmes avant de pouvoir sensibiliser les plus jeunes chercheurs.





Retrouvez bientôt le 3e et dernier épisode de cet entretien, où il sera question de compétition scientifique, de science ouverte et de conservation pérenne des données, toujours en lien avec la problématique de l’intégrité scientifique. Une bibliographie sélective complètera ce dernier billet.

Pour citer cet article : Pierre Corvol, Laure Léveillé, "L’intégrité scientifique selon Pierre Corvol : épisode 2," in Colligere, 24/01/2022, https://archibibscdf.hypotheses.org/10191. Consulté le 26/05/2022.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Voir épisode 1 publié le 12 janvier 2022 pour toutes les références aux différents textes produits en matière d’intégrité scientifique. []
  2. Idem, pour la citation issue du mot célèbre du mathématicien Henri Poincaré, sur la science et la morale en 1925. []
  3. Parmi les exemples de réflexion actuelle sur ces sujets, voir le rapport issu de l’Institut national de santé publique du Québec, publié au 2e trimestre de 2021 : https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/publications/2780_revues_narratives_fondements_scientifiques_0.pdf []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search