L’intégrité scientifique selon Pierre Corvol : de la « fausse science » d’hier aux « PQR et FFP* » d’aujourd’hui, comment garantir une recherche robuste et libre ?

Retranscription de l’entretien réalisé le 24 février 2021.


* PQR pour pratiques questionnables ou répréhensibles

« Parmi elles, la littérature officielle liste les inconduites suivantes : le découpage de ses travaux ou résultats de recherche, l’auto-plagiat, l’autocitation, l’erreur de citation, la citation biaisée, la citation secondaire sans lecture du texte original, l’emprunt substantiel à d’autres publications, même en en citant les auteurs, l’appropriation de contenus par la paraphrase sans faire référence aux auteurs, l’omission de références aux résultats contradictoires, l’ajout ou l’omission délibérée d’auteurs (Agence nationale de la recherche, 2014 ; Errami et Garner, 2008 ; Tenopir, Allard, et Christian, 2015). » Nous citons ici l’article de Sophie Kennel et Elsa Poupardin paru en 20181.

* FFP pour Fabrication, falsification et plagiat, liste significative mais non exhaustive des manquements à l’intégrité scientifique.

** Pour ce titre, nous empruntons l’épithète « robuste » trouvée dans plusieurs articles concernant la fiabilité des recherches scientifiques. Le Professeur Corvol nous précise que « dans les publications scientifiques anglo-saxonnes, l’adjectif ” robust ” est utilisé lorsque les données sont validées autant que possible par leur réplication, leur cohérence avec les résultats de la littérature, et leur intégrité ».


Lorsque Pierre Corvol a bien voulu nous accorder cet entretien, il venait d’achever, au 31 décembre 2020, son année de présidence à l’Académie des sciences, académie où il siège depuis 1995. Professeur honoraire au Collège de France, il y a occupé la chaire de Médecine expérimentale de 1989 à 2012, tout en y exerçant le mandat d’administrateur, président de l’assemblée des professeurs à partir de 20062. C’est le 29 juin 2016, qu’il a remis, à Thierry Mandon secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche, son rapport sur l’intégrité scientifique.

Ce rapport, dont le titre complet est Bilan et propositions de mise en œuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique, a été rédigé avec la contribution de Rémy Gicquel, Inspecteur général de l’Administration et de l’Éducation nationale, pour la dimension juridique notamment.

Une version du rapport en format pdf est disponible sur le site du ministère de tutelle3.

Il est en outre consultable sur le site de l’Académie des sciences, avec une vidéo de la présentation aux académiciens4.

Il comporte une bibliographie qui sera complétée, dans le dernier épisode du feuilleton qu’inaugure le présent billet, par quelques références survenues depuis lors, ainsi que par les liens vers d’autres carnets de recherche traitant de ces questions ou sujets voisins.



Avant de vous interroger, cher Pierre Corvol, Monsieur l’Administrateur, il paraît utile de développer le pourquoi de cet entretien dans le cadre de Colligere alors même que, depuis juin 2016 et la remise du rapport, vous êtes bien sûr déjà intervenu à d’autres tribunes plus directement indiquées pour en présenter les enjeux et conclusions.

Colligere est un carnet de recherche qui souhaite ouvrir une fenêtre sur les bibliothèques et archives du Collège de France à tous les publics, sur le modèle d’ouverture qui anime l’institution et, au premier chef, les cours des Professeurs dans toutes les disciplines. Cette qualité d’ouverture de la science prise au sens large, constitue en effet la mission propre et continue du Collège depuis sa fondation par François 1er en 1530. L’accès aux savoirs y est libre et gratuit, dans tous les sens du terme : aucune inscription requise, aucun prérequis scientifique non plus qu’aucune assiduité, aucun frais d’aucune sorte, mais pas non plus de diplôme à la fin du parcours, seul l’enrichissement personnel et collectif des connaissances.

Colligere espère en outre susciter des recherches dans les collections et les fonds d’archives, en particulier dans les archives scientifiques des anciens professeurs, archives de statut privé à distinguer des archives de l’institution proprement dite, politiques ou administratives. Les dossiers administratifs des professeurs, nominatifs et individuels, font partie de ce dernier groupe ; ils sont conservés, à la cote 16 CDF, et complètent utilement les éventuels papiers scientifiques, dont la collecte dépend du souhait des producteurs propriétaires ou de leurs ayants-droit.

Or dans un des fonds scientifiques conservés au Collège, celui d’Alfred Fessard5 qui occupa la chaire de Neurophysiologie générale de 1949 à 1971, au milieu d’une série de tirés-à-part de collègues et de quelques croquis à l’appui de cours ou articles, se trouve une pièce imprimée qui témoigne de débats sur la « fausse science » – c’est le terme employé – dans les années 1920 puis dans les années 1950, à propos de la perception et en particulier de la vision.

Ensemble d’articles conservés dans le fonds Fessard

Cette pièce, reçue de son proche collaborateur Gustave Durup et conservée par Fessard, est un article de juillet 1952, paru dans le journal professionnel L’Opticienlunetier6.

Y sont exposées les vues développées par Aldous Huxley dans son essai intitulé L’Art de voir7, paru en 1949 c’est-à-dire dix-sept ans après son célèbre roman Le Meilleur des mondes (Brave New World, 1932). Lui-même atteint d’une pathologie visuelle, Huxley expose dans son ouvrage les éventuelles alternatives à la vision rétinienne et en particulier une méthode qui permettrait de recouvrer une part de la vue, la méthode Bates, dont il a fait lui-même l’expérience. L’article de Gustave Durup dénonce des conclusions hâtives, en tout cas un protocole scientifique insuffisant pour parvenir à ces conclusions. Il rappelle que, quelques décennies auparavant, Louis Farigoule, qui n’était pas encore Jules Romains l’auteur célèbre des Hommes de bonne volonté, avait commis un ouvrage consacré au 6e sens ou vision paroptique, soit la faculté de voir par d’autres organes que l’œil et notamment par la peau. À cette époque, un futur professeur du Collège de France, Henri Piéron, bientôt titulaire de la chaire « Psychologie des sensations » (à partir de 1923), s’était attaché à examiner les protocoles d’expérience pour conclure à leur incomplétude et en révéler les biais. La reproduction de l’expérience, effectuée par Piéron lui-même dans un laboratoire de la Sorbonne, avait donné lieu à divers comptes rendus et communications, entre 1922 et 1925, et même encore en 1953, soit plus de trente ans après les faits8.

Extrait de l’article de Durup
Conclusion de l’article de Durup

Notons au passage que le propos des contrôleurs de 1922 ne fut pas de stigmatiser deux écrivains, deux hommes de lettres se « piquant » de science : la vigilance aurait été tout aussi grande à l’égard de tout autre scripteur, savant professionnel ou non. Il s’agit alors pour Piéron de révéler qu’une certaine science, parfois réalisée en toute bonne foi et avec enthousiasme, peut faillir en termes de protocole, de méthodologie et, ultimement, de résultats tout en trouvant des tribunes publiques qu’il convient alors de nuancer, critiquer voire dénoncer9. On peut rapprocher cette vigilance sans stigmatisation d’un propos que vous-même aviez tenu lors de l’émission sur France Culture, « À présent », animée par le philosophe Frédéric Worms et aux côtés de Bernadette Bensaude-Vincent, philosophe et historienne des sciences, en septembre 202010 : vous teniez en effet à souligner qu’il existe une science amateure de qualité, qui, pour n’être pas produite par des circuits professionnels et institutionnels vérifiés, n’en respecte pas moins les prérequis et requis de la méthode scientifique. À l’inverse hélas, certaines productions dites scientifiques, élaborées au sein d’organismes agréés et reconnus, par des professionnels de la recherche publique ou privée, peuvent révéler des failles, intentionnelles ou non, et c’est bien là pourquoi une réflexion et une action publique autour de l’intégrité scientifique s’imposent.

Ainsi naît naturellement la première question, en lien avec les archives du Collège et votre propre itinéraire scientifique en ces murs : dans votre double expérience de professeur et administrateur, c’est-à-dire aussi de président de l’Assemblée du Collège, cet organe proprement collégial qui donne son nom à l’institution, avez-vous eu à rencontrer ce versant de prévention, voire de lutte contre la « fausse science » ? Ce terme vous semble  peut-être dépassé de nos jours (question annexe) mais on peut interpréter la lutte d’un Henri Piéron contre cette « fausse science » comme le « négatif » de la mission du Collège qui consiste à diffuser la science en train de se faire ? En d’autres termes : non seulement diffuser la « vraie » science mais encore veiller, lorsque c’est nécessaire, à ce que la fausse ne se diffuse pas. Vous est-il arrivé, à vous ou à l’un de vos collègues ou bien encore collégialement comme autrefois à Henri Piéron et ses pairs, d’être sollicités pour des expertises de ce genre ? Ou encore de vous en saisir spontanément afin de stopper la diffusion de discours scientifiques erronés ou incomplets ?

Pierre Corvol : Je n’ai pas souvenir d’un débat de cet ordre au sein de l’Assemblée du Collège ni dans le cadre de ma chaire de Médecine expérimentale, non plus qu’au sein de l’Académie des sciences. D’ailleurs lorsqu’il m’a été demandé de faire une présentation aux académiciens, j’ai pu constater combien ce sujet était nouveau pour eux et qu’une certaine naïveté caractérisait l’académie en la matière.

Mais d’abord, le terme de « fausse science », issu de l’archive évoquée, m’invite à rebondir sur ce qu’on entend par-là de nos jours. Avoir une méconduite scientifique, telle qu’on la définit aujourd’hui, cela implique, dans une publication ou un rapport, la notion de volonté délibérée, pour un profit escompté (pécuniaire, de carrière ou symbolique), ce qui la distingue des pratiques dites « discutables » ou expériences plus approximatives, effectuées sans la rigueur nécessaire certes mais sans volonté de tromper. Il est important de bien distinguer les deux : s’il n’y a pas de volonté délibérée de fausser la science, pour des raisons de profit pécuniaire ou de promotion, ou encore des raisons idéologiques, alors il n’y a pas véritablement méconduite.

Ma collègue Anne Fagot-Largeault11, lors d’un des colloques de rentrée avait abordé la question de l’intégrité scientifique dans son intervention orale mais sans la développer dans les actes écrits ; dans ce colloque « Science et démocratie »12, elle citait Henri Poincaré et sa manière, qu’on pourrait trouver naïve aujourd’hui, de considérer la science comme absolument désintéressée, pure, dénuée de toute arrière-pensée de profit ou autre – « Il ne peut y avoir de science immorale » était, je crois, son propos13 ; c’étaient pour lui des principes fondamentaux devant être adoptés par tous les scientifiques. En 2018, Anne [Fagot-Largeault] avait repris ce thème pour introduire la déclaration de Singapour14, un des jalons importants pour l’intégrité scientifique en 2010, une des déclarations fondatrices en la matière, mais alors elle n’avait pas parlé en détail, du moins à ma connaissance, de la « fausse science », de l’absence de rigueur, etc15.

Or la crise actuelle de la Covid nous rappelle avec puissance les dangers de l’absence de rigueur dans la méthodologie, même de l’absence d’honnêteté, hélas. On aboutit parfois à des publications ou prépublications bâclées qui sont ensuite exploitées et deviennent dommageables pour la science elle-même comme pour le public, qui ne sait plus que croire.

Dans le fait qu’on vous ait confié, début 2016, la rédaction de ce rapport, ont joué bien sûr votre notoriété scientifique, votre renommée mondiale, votre triple expérience de clinicien, de chercheur et d’administrateur de grand établissement, comme de président de divers conseils scientifiques, à l’Inserm notamment,  – le fait que vous soyez médecin a-t-il été crucial ?

Rappelons au passage que la devise des médecins est « Primum non nocere16 » et que le serment d’Hippocrate contient les mots forts de « lois de l’honneur et de probité ». L’engagement déontologique, dans la pratique clinique, est déjà là même si c’est en d’autres termes et peut-être d’une autre nature que l’intégrité en recherche.

Le professeur Pierre Corvol.

Pierre Corvol : Oui, d’ailleurs la loi pluriannuelle sur la recherche dite « LPR » prévoit un « serment du chercheur » dont les modalités sont en cours de discussion. En ce qui concerne la commande du rapport, cela s’est fait de façon assez surprenante. On m’avait déjà proposé de travailler sur ces questions, vers 2012-2013, lors de ma retraite d’Administrateur du Collège, et honnêtement, j’avais refusé, pensant qu’il y avait bien d’autres choses à faire que de s’occuper de la malfaçon, de la fraude, etc. J’avais regardé cela d’un peu haut et ce sont des amis médecins, en effet, qui ont insisté auprès de Thierry Mandon dont ils étaient proches. De mon côté, j’avais eu une discussion avec Cédric Villani, qui s’intéressait au sujet, ainsi qu’avec Claude Huriet, sénateur honoraire, un des initiateurs du grand élan de la bioéthique médicale – la loi de 1988 (qui porte son nom) a  permis à la France de rattraper un grand retard en la matière, notamment en ce qui concerne la recherche clinique effectuée chez les patients et les sujets sains volontaires. Au conseil d’administration de l’Institut Curie, Claude Huriet Président, s’est emparé de la question. Cédric Villani, alors moins occupé qu’aujourd’hui, pouvait s’y consacrer avec lui.

C’est après une réunion où la Conférence des présidents d’université (CPU) s’est impliquée dans ce sujet, que j’ai accepté la proposition de Thierry Mandon de travailler à ce rapport. J’étais alors sans a priori particulier, ce qui n’est pas plus mal d’ailleurs. Je n’avais jamais eu l’occasion d’être confronté à un cas dans les laboratoires que j’avais dirigés et fréquentés, aucun cas qui m’aurait marqué et incité éventuellement à assumer cette responsabilité.

Et dans vos débats au sein de l’Inserm ? Vous retracez en effet la genèse de ces débats, dans le monde, en Europe puis en France, et il apparait que cet organisme a été pionnier en France, en créant une délégation de l’intégrité scientifique.  Au-delà de l’enjeu médical, l’enjeu de santé publique vous semble-t-il avoir été fondateur dans l’émergence de cette problématique explicite et dans l’organisation d’une autorégulation au sein de ce grand établissement de recherche qu’est l’Inserm ?

Pierre Corvol : Sur le plan historique, j’étais président du conseil scientifique de l’Inserm dans les années 1990 et nous avons été saisis, par des chercheurs d’une unité rennaise, de problèmes de harcèlement de la part de leur directeur. Cela nous a conduits à mener une enquête sur place avec quelques membres du conseil scientifique. Et c’est à la suite de cela qu’a été créée, par Claude Griscelli, pédiatre et immunologue, qui a été directeur général de l’Inserm, et par Martine Bungener, économiste et sociologue, une première cellule consacrée à l’intégrité scientifique. J’ai vraiment participé à l’enquête : à la dénonciation d’un harcèlement professionnel s’ajoutait  la mise en question de résultats de recherche. C’est alors que mes collègues du conseil scientifique et moi-même avons pris réellement conscience du travail d’enquête à réaliser. Il aurait fallu notamment étudier en détail les documents sources, travail qui excédait les possibilités de chacun.

La seconde chose, c’est vrai que la recherche biomédicale se prête plus facilement à la fraude que d’autres sciences expérimentales, qui plus est avec des répercussions potentiellement catastrophiques. On a en mémoire de funestes exemples : [Andrew] Wakefield n’ayant pas hésité, à la fin des années 1990, à fabriquer des résultats à partir d’observations menées sur très peu de cas, pour affirmer que le triple vaccin contre la rougeole, oreillons et rubéole était responsable de cas d’autisme17.

Chaque fois qu’il y a une entorse dans ce domaine [biomédical], les conséquences peuvent être dramatiques, sans compter la caisse de résonance donnée par les médias : il y a urgence alors à corriger et clarifier les choses au sein de la communauté scientifique comme auprès du public.

Si l’on revient à la crise actuelle du Covid, voyez l’affaire du Lancet ou « Lancetgate »18 : la reprise d’observations électroniques de quelque 600 hôpitaux afin de voir si les patients recevant l’hydroxychloroquine présentaient une surmortalité ou une surmorbidité dues au médicament, des troubles cardiaques notamment. Il y a eu une reprise de ces observations mais avec une opacité totale sur la manière dont ces études ont été conduites. Il n’est pas possible de savoir s’il y a eu manipulation des résultats mais l’affaire est encore plus complexe car les referees19 de l’article n’ont visiblement pas fait leur travail, ils auraient dû refuser l’article ; quant aux éditeurs, peut-être sont-ils parfois tentés par le bruit que peut faire un article ? Donc c’est vrai que le domaine biomédical est particulièrement sensible.

 

Avec cet exemple, vous illustrez bien l’un des propos de votre rapport, à savoir combien les responsabilités sont partagées et s’étagent à plusieurs échelles dans les processus à l’œuvre en science : nombreux sont les acteurs et les métiers à chaque étape de ce processus, depuis l’équipe productrice de science jusqu’aux éditeurs en passant par les financeurs, les pairs relecteurs et les évaluateurs.

Si vous le permettez, revenons un instant sur la genèse de votre rapport et sur la locution elle-même « intégrité scientifique » avec le corpus de valeurs qu’elle englobe.

La charte nationale à laquelle le titre du rapport fait référence date de 2015 et constitue la déclinaison française d’une charte européenne qui elle-même explicite les termes d’un code de conduite européen –  « code » ici n’est pas à prendre au sens juridique, nous y reviendrons sans doute.


La Lettre du Conseil scientifique de l’Inserm n°13 de 2016 donne en annexe le texte de la Charte de déontologie des métiers de la recherche telle qu’elle a été signée, en janvier 2015, par les présidents des grands organismes de recherche nationaux (CNRS, Inserm, INRA, INRIA, Institut Curie, Cirad, IRD) et par la Conférence des Présidents d’université (CPU).

https://www.inserm.fr/wp-content/uploads/inserm-lettre-conseilscientifique-13.pdf

En outre, le site de l’Inserm offre un accès aisé au corpus de textes nationaux, européens et internationaux régissant les conduites scientifiques :

https://www.inserm.fr/integrite/votre-interlocuteur-delegation-integrite-scientifique-dis/


En ce qui concerne le terme « intégrité scientifique », si on le saisit dans un moteur de recherche, parmi les premiers sites référencés, on tombe sans surprise sur celui de l’Inserm, qui propose un onglet « Intégrité scientifique » bien visible dans sa rubrique « Recherche », juste après l’onglet « Science ouverte » (qui n’est pas sans lien, nous le verrons.) Il y est indiqué d’emblée :

« L’intégrité scientifique est définie comme “l’ensemble des règles et valeurs qui doivent régir l’activité de recherche pour en garantir le caractère honnête et scientifiquement rigoureux”. Condition indispensable au maintien de la confiance accordée par la société aux acteurs de la recherche, elle est une préoccupation permanente à l’Inserm. »

Pierre Corvol souligne que l’on pourrait aujourd’hui rapprocher la locution « intégrité scientifique » de la déclaration de Bonn sur la liberté de la recherche en octobre 2020 : https://scienceeurope.org/news/bonn-declaration/

Comment avez-vous perçu vous-même cette locution lorsqu’on vous a confié le rapport ? Sans doute l’aviez-vous déjà rencontrée mais alors avez-vous éprouvé le besoin de la redéfinir ou même de la refaçonner, d’en détailler le contenu ? Et souscrivez-vous pleinement, aujourd’hui encore, à cette définition par l’Inserm ?

Pierre Corvol : On a dû travailler cette définition avec les référents Intégrité scientifique à l’Inserm, en particulier avec Martine Bungener et Michelle Hadchouel20 qui jouent toujours un rôle important dans le domaine.

Si vous regardez la littérature anglo-saxonne, vous trouvez le terme « research integrity », qui devrait se traduire mot à mot par « intégrité de la recherche » or ce n’est pas ce qu’on dit en français, on dit « intégrité scientifique ». Une fois chargé du rapport, j’ai demandé à faire un court séjour à Washington auprès de l’Office of Research Integrity, pour observer comment les États-Unis et en particulier leur secteur Public Health abordaient ces questions, quelles études avaient déjà été menées puisque l’antériorité était très nette par rapport à l’Europe.

Dans le choix linguistique français, la question d’euphonie a joué certes « intégrité de la recherche », c’est un peu plus difficile à dire mais ce choix souligne aussi que l’intégrité scientifique englobe davantage que l’intégrité de la recherche : elle ne pointe pas seulement la manipulation des outils de la recherche (comment on va falsifier, par telle ou telle méthode, etc.) mais aussi une conception éthique de la science, dans la mesure du possible, le souci d’assurer aux acteurs la liberté d’aller au bout des études entreprises et de ne pas être influencé(e)s par ceux qui commanditent ou financent ces recherches. Les débats actuels révèlent hélas les tendances à gauchir les méthodes et les résultats. Garder intègre, c’est aussi ne pas toucher, garder la vérité telle qu’elle est, c’est l’ambition du terme globalisant d’« intégrité scientifique » dont je regrette qu’on ne l’ait pas encore davantage abordé sous tous ses aspects. L’apport des disciplines des sciences humaines et sociales à cette définition, pour l’affiner et aller au-delà, sera toujours très précieux.


Dans Carnets de science, La revue du CNRS, n° 5 automne-hiver 2018 : Entretien avec le philosophe Mathias Girel : « La science est-elle en crise ? », propos recueillis par Charline Zeitoun21.

On sera en particulier attentif aux choix linguistiques opérés par Mathias Girel et son interlocutrice, qui enrichissent le vocabulaire consacré aux méconduites scientifiques : à la « science robuste » s’oppose « toute autre démarche qui n’en a que l’apparence » (p. 152) et Mathias Girel insiste sur la difficulté croissante à discerner lorsqu’on n’est pas initié, y compris d’une science à l’autre donc, ou même au sein d’une même discipline, entre spécialisations diverses. La pratique dite du « ghost writing » est ainsi explicitée : « des chercheurs acceptent de signer des publications écrites par d’autres entités, des labos, des firmes, et par là de brader la valeur symbolique de leur institution » (ibid.).

En reprenant le cas des cigarettiers étudié dans Golden Holocaust de Robert Proctor en 2012, Mathias Girel évoque la difficulté à distinguer « science pathologique » et « science normale » lorsque toute la méthodologie scientifique requise est mise en œuvre, que les publications sont légitimement acceptées par les revues à comité de lecture, qu’elles « répondent à l’argument poppérien de la réfutabilité22, etc. » et que tout le caractère pathologique gît en fait dans l’intention – en l’occurrence minimiser la dangerosité du tabac en finançant quantité d’études prouvant que le cancer du poumon peut être provoqué par nombre d’autres facteurs (environnementaux, génétiques, etc.) –, en créant un véritable « enfumage » selon le mot familier désormais courant et sans mauvais jeu de mot. 

Plus loin, Charline Zeitoun oppose « science » et « pseudoscience », une autre manière de dire.

Et Mathias Girel de conclure : « La production d’ignorance, qu’il s’agisse de science pathologique, de théories du complot ou de fake news, nous conduit à réfléchir à la place de la connaissance dans nos sociétés, à la valeur que nous lui attribuons et à la manière dont les institutions que nous mettons en place sont conscientes à la fois de leurs angles morts et des types d’attaques qu’elles risquent de subir. » (p. 158)

Nous vous invitons à découvrir la suite de cet entretien très prochainement : 2e épisode prévu pour le jeudi 19 janvier 2022 sur Colligere.

Document annexe au 1er épisode de cet entretien avec le Prof. Corvol : notice sur le document conservé par Alfred Fessard dans ses archives scientifiques cotes FSD 1 et 2 aux Archives du Collège de France

Référence bibliographique de la pièce :

Durup Gustave, « Peut-on apprendre à remplacer les lunettes, l’œil, la sensation ? » ; extrait de L’Opticien-Lunetier, juillet 1952, n° 151, p. 8-12.

Particularités d’exemplaire :

La coupure de ce journal porte une mention mixte, manuscrite et au tampon : « Au Prof. A. Fessard Hommage de l’auteur désireux de critiques et suggestions » suivie de la signature « G. Durup ». Quelques annotations et corrections manuscrites, d’une autre écriture, sont vraisemblablement de la main du destinataire, Alfred Fessard donc.

L’auteur de l’article :

Gustave Durup (1900-1985) est alors Sous-directeur de laboratoire au Collège de France23.

Son article tranche sur le reste des documents du fonds Fessard pour autant qu’on puisse parler de « fonds » dans ce cas : les documents sont peu nombreux et ce sont en grande majorité des sources imprimées. Seules quelques annotations manuscrites, des dédicaces de collègues notamment, et quelques dessins d’expérience revêtent ces lots d’articles et de tirés-à-part de marques singulières qui les distinguent d’autres versions imprimées des mêmes textes, disponibles dans d’autres bibliothèques de recherche.

Il est extrait d’un journal plus professionnel que scientifique au sens strict, même si l’un n’exclut pas l’autre. Il dénonce le caractère non-scientifique d’affirmations écrites par Aldous Huxley (1894-1953), l’écrivain britannique déjà célèbre pour son roman d’anticipation Le Meilleur des mondes paru en 1932, sous le titre original : Brave New World. C’est dans un livre relativement récent alors, qui n’est pas une fiction mais un témoignage, qu’Huxley expose ce qu’il considère comme une découverte d’avenir : L’Art de Voir24, paraît chez Payot en 1949 ; c’est la traduction française d’une publication de 1942.

Durup rapproche ces approximations ou contre-vérités de celles affirmées par un autre écrivain, Jules Romains alias Louis Farigoule dans un ouvrage de 1920 (selon les références bibliographiques qu’il donne en fin d’article) intitulé : La vision extra-rétinienne et le sens paroptique : recherches de psycho-physiologie expérimentale et de physiologie historique, (Paris, N.R.F., 1920, 144 p.).

L’article aborde enfin la question du « 6ème sens » telle qu’elle est abusivement traitée par certains soi-disant « savants » qui s’en tiennent à quelques données expérimentales au mépris de la loi des grands nombres (qui infirme ou infirmerait leurs conclusions). À cette occasion, Durup rappelle l’intervention du Professeur Henri Piéron dans les « expériences de contrôle » réalisées à la Sorbonne pour établir la non-fiabilité des protocoles d’expériences mis en œuvre par les tenants de ce « sixième sens ».

À la date des expériences de contrôle, Henri Piéron n’est pas encore installé dans la chaire de Psychologie des sensations au Collège de France : il y accèdera quelques mois plus tard, en 1923. Cependant, le dossier l’occupe par-delà ce moment en Sorbonne et il prend le soin d’en publier une synthèse dans une autre tribune, plus « grand public », où peut s’exprimer une vulgarisation de qualité, et cela trois ans plus tard, en mai 1925 : c’est l’article intitulé :  « Le sixième sens … sous ses multiples aspects » paru dans La Science et la Vie, en mai 192525.

On peut aussi consulter le compte rendu que donne Louis Lapicque à la Société de Biologie dans la séance du 17 mars 1923, sa communication étant publiée dans l’Année psychologique sous le titre « Sur une prétendue vision extra-rétinienne »26. Lapicque, tout en retraçant les étapes de l’infirmation de l’hypothèse avancée par Farigoule, insiste sur le caractère de « bonne foi » aucunement mis en doute par les expérimentateurs. Ils ont pu en effet observer « l’expression du visage » de Farigoule lorsque ce dernier s’est rendu à l’évidence : il était tout simplement possible de voir à travers le bandeau posé sur les yeux, ou bien sous un certain angle, sous ce bandeau. 

Enfin, l’ultime témoignage qu’en livre de son côté Henri Piéron, dans la notice nécrologique qu’il consacre à Louis Lapicque en 1953, soit plus de trente ans après les faits, relate l’expérience de contrôle sur la vision « paroptique » avec sobriété,  sans dénoncer aucun caractère frauduleux, au contraire de l’autre exemple évoqué à la même occasion, celui de l’ectoplasme d’Eva C[arrère]. Cette dernière est le medium avec lequel travailla la scientifique Mme Bisson.

Dans cette notice nécrologique, Henri Piéron consacre tout un paragraphe aux deux expériences de contrôle réalisées en collaboration avec Georges Dumas :

« Je suscitai sa collaboration aux expériences de contrôle qui nous conduisirent, avec Georges Dumas et Laugier, dans son laboratoire, en 1922, à établir l’origine frauduleuse de l’”ectoplasme ” d’Eva C., et à celles qui permirent, dans mon laboratoire de la Sorbonne, de montrer que la vision “paroptique” de Jules Romains-Farigoule n’était qu’une ” vision oculaire sous bandeau” expérimentalement imitée par Dumas (…) »27.

ÉPISODE SUIVANT →

Pour citer cet article : Pierre Corvol, Laure Léveillé, "L’intégrité scientifique selon Pierre Corvol : de la « fausse science » d’hier aux « PQR et FFP* » d’aujourd’hui, comment garantir une recherche robuste et libre ?," in Colligere, 12/01/2022, https://archibibscdf.hypotheses.org/10078. Consulté le 30/06/2022.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

 

  1. Kennel Sophie, Poupardin Elsa, « La tension entre la pratique de recherche et l’intégrité scientifique : l’exemple de l’activité bibliographique », Les Enjeux de l’information et de la communication, 2018/1 (N° 19/1), p. 51-61. DOI : 10.3917/enic.024.0051. URL : https://www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2018-1-page-51.htm []
  2. La biographie et la bibliographie scientifiques du Prof. Corvol sont disponibles sur le site du Collège de France, à la page : https://www.college-de-france.fr/site/pierre-corvol/index.htm

    C’est pourquoi nous ne détaillons pas ici le parcours et les distinctions, nationales et internationales majeures, qui, complétées d’une activité au service des politiques institutionnelles et publiques de la science, le désignaient tout particulièrement pour une telle commande. []

  3. Voir : https://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Actus/84/2/Rapport_Corvol_29-06-2016_601842.pdf []
  4. Voir : https://www.youtube.com/watch?v=o4phirK8kzU []
  5. Voir cotes FSD 1 et 2 des 2 boîtes conservées aux Archives du Collège de France – signalons que ce fonds scientifique est très modeste comparé à d’autres dont la volumétrie peut atteindre plusieurs dizaine de cartons. On trouve en l’occurrence ici peu de papiers à proprement parler mais plutôt des sources imprimées, annotées ou estampillées le cas échéant. []
  6. Durup Gustave, « Peut-on apprendre à remplacer les lunettes, l’œil, la sensation ? » ; extrait de L’Opticien-Lunetier, juillet 1952, n° 151, p. 8-12. []
  7. Paris, Payot, 1949, 179 p. (pour la trad. française donc, l’édition anglaise étant parue dès 1942). []
  8. Voir le document annexe à la fin de ce premier épisode. []
  9. Piéron sera plus sévère en 1953, à l’instar de Durup qui, dans l’article de 1952, se montre assez cinglant. []
  10. « La science au cœur du présent », émission diffusée le 18 septembre 2020 : https://www.franceculture.fr/emissions/a-present/la-science-au-coeur-du-present []
  11. Professeur honoraire du Collège de France, ayant occupé la chaire de Philosophie des sciences biologiques et médicales de 2000 à 2009. []
  12. Voir la publication du Colloque de rentrée 2013, sous la direction de Pierre Rosanvallon, introduit par Serge Haroche, Paris, Odile Jacob, 2014. https://www.college-de-france.fr/site/colloque-2013/Actes-du-colloque.htm []
  13. Le propos complet, de 1920, est à replacer dans le contexte d’une réflexion sur les rapports de la science et de la morale en réponse aux débats sur les effets, délétères ou non, du développement de la science sur la morale. Henri Poincaré insiste alors sur la vanité de tels débats : « Il ne peut pas y avoir de morale scientifique ; mais il ne peut pas y avoir non plus de science immorale. Et la raison en est simple ; c’est une raison, comment dirai-je ? purement grammaticale. » Le mathématicien explicite alors son raisonnement et l’on y comprend bien que son analyse se situe ailleurs que dans une réflexion éthique sur la science. « Si les prémisses d’un syllogisme sont toutes les deux à l’indicatif, la conclusion sera également à l’indicatif. Pour que la conclusion pût être mise à l’impératif, il faudrait que l’une des prémisses au moins fût elle-même à l’impératif. Or, les principes de la science, les postulats de la géométrie sont et ne peuvent être qu’à l’indicatif ; c’est encore à ce même mode que sont les vérités expérimentales, et à la base des sciences, il n’y a, il ne peut y avoir rien autre chose. Dès lors, le dialecticien le plus subtil peut jongler avec ces principes comme il voudra, les combiner, les échafauder les uns sur les autres ; tout ce qu’il en tirera sera à l’indicatif. Il n’obtiendra jamais une proposition qui dira : fais ceci, ou ne fais pas cela ; c’est-à-dire une proposition qui confirme ou qui contredise la morale. » Extrait de « La morale et la science » dans Dernières pensées, par Henri Poincaré, Flammarion, 1920, p. 225.

    On le voit, ce propos célèbre, isolé de son contexte à force de célébrité, prenait à l’origine un autre sens. Rapporté à son contexte, il ne peut plus être cité de la même manière mais il révèle toutefois que, pour Poincaré, la question d’une pratique immorale de la science ne semble pas même se poser puisque l’analyse porte sur des régimes de pensée hétérogènes l’un à l’autre, et non sur une évaluation, à l’aune morale, de la science. Il nous a paru d’autant plus utile de rétablir ce contexte que nous citerons plus loin, en référence bibliographique, une enquête sur la pratique des citations en sciences humaines et sociales.

    Voir Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96240944.texteImage []

  14. Voir : https://www.ouvrirlascience.fr/declaration-de-singapour-sur-lintegrite-en-recherche/ []
  15. Ndlr : il est à noter en effet que ladite déclaration se veut positive et énonce les quatre grands principes suivants : honnêteté dans tous les aspects de la recherche, conduite responsable de la recherche, courtoisie et loyauté dans les relations de travail, bonne gestion de la recherche pour le compte d’un tiers. À ces principes sont ensuite rattachées des responsabilités, déclinées au nombre de quatorze, à commencer par : « 1. Intégrité : les chercheurs sont responsables de la fiabilité de leur recherche » jusqu’à « 14. Recherche et société : les institutions de recherche et les chercheurs doivent reconnaitre qu’ils ont une obligation éthique de prendre en compte le rapport bénéfices/risques liés à leurs travaux. » en passant par « 4. Conservation des données : les chercheurs doivent conserver les données brutes de manière transparente et précise de façon à permettre la vérification et la réplication de leurs travaux ». cf. lien ci-dessus, note 13. []
  16. Traduit littéralement du latin : « Premièrement, ne pas nuire » ou « D’abord, ne pas nuire ». []
  17. Le premier article a été publié par le Lancet en 1998 et il aura fallu ensuite attendre 2010 pour que le General Medical Council rédige un rapport démontrant que les résultats n’étaient pas pertinents et que les données des enfants concernés ne coïncidaient pas avec celles conservées par l’hôpital. Voir « Affaire Wakefield : 12 ans d’errance car aucun lien entre autisme et vaccination ROR n’a été montré » par Hervé Maisonneuve et Daniel Floret, dans la Presse médicale, vol 41, N° 9P1, p. 827-834, sept. 2012. []
  18. Voir entre autres : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/06/15/covid-19-le-lancetgate-revele-des-failles-de-l-edition-scientifique_6042946_1650684.html []
  19. Traduction littérale : « arbitres », ou ceux des pairs qui se prononcent sur la validité scientifique d’un article pour publication. []
  20. Voir : https://www.hceres.fr/fr/temoignages/temoignage-de-michelle-hadchouel []
  21. Cf. p. 150-159. Mathias Girel est alors directeur du Caphés ou Centre d’archives en philosophie, histoire et édition des sciences, une unité CNRS-ENS. []
  22. Le lexique proposé en p. 159 de l’entretien, rappelle : « Pour le philosophe des sciences Karl Popper (1902-1994), une théorie est scientifique si l’on peut déduire de l’ensemble des propositions qui la constituent au moins un énoncé empirique qui la réfuterait s’il était vérifié. » []
  23. Sur la vie et les fonctions de Gustave Durup, voir : « Alfred Binet et le laboratoire de Psychologie de la Sorbonne » par Serge Nicolas, Doriane Gras et Juan Segui, dans L’Année psychologique, Volume 111, fasc. 02, juin 2011, pp 291-325. Voir aussi sa notice dans le « Maîtron », Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français : http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article23523 []
  24. Extrait de la présentation de l’édition française publiée en poche chez Payot, avec le sous-titre Lire sans lunettes grâce à la méthode Bates (Paris, 1949, 179 p.) : «  Presque aveugle à l’âge de seize ans, Aldous Huxley (1894-1963) vécut jusqu’en 1939 avec une vision très déficiente. C’est alors qu’il découvrit la méthode du Dr W.H. Bates, une méthode de rééducation visuelle à base psychologique, qui lui permit en quelques mois de lire sans lunettes. Par gratitude envers ce pionnier de l’éducation visuelle, Huxley écrivit L’Art de voir. Il y explique la méthode du Dr Bates en la rapprochant des grandes découvertes de la psychologie moderne. Car apprendre à mieux voir, c’est apprendre à mieux vivre. Non seulement mieux vivre avec les autres, mais aussi mieux vivre avec soi-même. » []
  25. p. 419-427. []
  26. L’Année psychologique, vol. 24, 1923. en ligne [archive] []
  27. Cf. Piéron, Henri, « Louis LAPICQUE (1866-1952) », dans la Revue Philosophique de la France et de l’Étranger, vol. 143, p. 319-322, p. 320. http://www.jstor.org/stable/41087996 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22/02/2022

    […] australienne concernant la fake science dans les revues, l’entretien de Pierre Corvol “L’intégrité scientifique selon Pierre Corvol : de la « fausse science » d’hier aux « PQR et…“dans le carnet des bibliothèques et archives du Collège de France, et le récent article du […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search