De L’Inde au Népal, du Népal à la France : les tribulations du manuscrit de la Perfection de sagesse en huit mille vers, Inde, XIe siècle

Un des fleurons des collections patrimoniales de l’Institut d’ études indiennes du Collège de France, un manuscrit bouddhique du XIe siècle portant des peintures d’une rare beauté, présentait des altérations très préoccupantes. Une restauration financée par le Collège de France en 2013 a permis à cette œuvre exceptionnelle d’être sauvée et de retrouver tout son éclat. Ce manuscrit sera prochainement mis en ligne en haute définition sur la bibliothèque numérique du Collège de France Salamandre (https://salamandre.college-de-france.fr), grâce au mécénat de la fondation de l’Orangerie pour la numérisation des collections patrimoniales.

Un don du Népal à la République française

Ce manuscrit appartient à la collection de manuscrits sanskrits de la bibliothèque l’Institut d’études indiennes (http://www.college-de-france.fr/site/etudes-indiennes/index.htm) qui, bien que dédiée à l’acquisition des publications les plus récentes sur le monde indien préislamique, conserve également des œuvres d’art (à regarder ici) et une centaine de manuscrits dans les différentes langues anciennes de l’Asie du Sud et du Sud-Est.

Le plus ancien d’entre eux, datant du XIe siècle, est celui de la Perfection de sagesse en huit mille vers (Aṣṭasāhasrikā-Prajñāpāramitā), offert en 1898 par le royaume du Népal (en la personne du premier ministre Deb Shum Sher) à la République française, par l’intermédiaire de Sylvain Lévi, professeur au Collège de France de 1894 à 1935, et de Chandra Sham Sher (frère de Deb Shum Sher et futur Mahârâja « premier ministre », qui sera l’un des bienfaiteurs de l’Institut d’études indiennes lors de sa fondation quelques années plus tard).

Photographie de Chandra Shum Sher et sa famille

Chandra Shum Sher et sa famille

Un manuscrit exceptionnel

Bien que des exemplaires plus anciens de la Perfection de sagesse en huit mille vers aient été découverts depuis au Gandhāra (actuel Pakistan), le XIe siècle reste une date très ancienne pour un manuscrit de ce type, caractéristique de l’Asie du sud. Le texte est écrit sur des feuilles de palme (ôles), liées par des cordelettes traversant chaque feuille, le tout protégé par des lattes de bois (ais).

Ce manuscrit sanskrit parvint au Népal en suivant les voies de diffusion du bouddhisme Mahāyāna ( bouddhisme du « Grand Véhicule »), peut-être à l’occasion de la migration de moines indiens qui, à la fin du XIIe siècle, ont fui les raids des sultans Ghorides au nord de l’Inde. C’est pourtant au nord-est de l’Inde, dans un des grands ateliers monastiques, alors sous la protection des souverains Pāla (VIIIe– XIIe siècle), qu’il fut créé.

L’art de la dynastie des Pāla fut une source d’inspiration importante pour tout le Nord de l’Inde, le Népal et par extension pour l’art himalayen. Or la peinture pāla ne nous est aujourd’hui connue que par les manuscrits, tel que celui-ci. Bien que les ôles ne soient pas historiées, les ais conservent en revanche des peintures d’une grande finesse.

L’un des ais porte la représentation des cinq bouddhas transcendantaux du bouddhisme du Grand Véhicule, caractérisé chacun par une couleur, un geste symbolique (mudrā) et associé à une vertu et à une direction cardinale. Ils sont accompagnés de quatre personnages féminins, qui sont des personnifications des Perfections de Sagesse.

Ais représentant des Buddhas et Prajnaparamita

Buddhas et Prajnaparamita

L’autre ais, dont le décor est structuré en neuf petits panonceaux, porte les représentations d’une sélection des vies antérieures du Bouddha, centrée sur le thème du renoncement : dans plusieurs épisodes, la compassion du futur Bouddha le pousse au renoncement ultime, allant jusqu’au sacrifice de sa propre vie au bénéfice d’autrui.

Ais représentant les Vies anterieures du buddha

Vies anterieures du buddha

Le texte de la Perfection de sagesse  en huit mille vers est une des œuvres fondatrices du Mahāyāna, forme sous laquelle le bouddhisme se diffusera en Asie orientale. Composé à l’aube de notre ère, il développe des concepts nouveaux : la perfection de sagesse comme voie vers le salut et la doctrine de la vacuité. La circulation des manuscrits sera un des facteurs majeurs de la diffusion de cette doctrine, dans la version sanskrite du texte, puis ensuite dans ses traductions tibétaines ou  chinoises.

La restauration d’une œuvre en péril

Photographie du manuscrit avant restauration

Manuscrit avant restauration

Peu de manuscrits sur ôles du XIe siècle ont survécu au climat de l’Inde et il est probable que  ce document aurait aujourd’hui disparu s’il était resté sur sa terre d’origine. De son séjour au Népal, qui permit pourtant sa préservation, il portait de nombreux stigmates : épisodes d’inondation ayant collé les ôles entre elles, galeries d’insectes xylophages, dépôts de boue, encrassement des ais. Par ailleurs le changement d’environnement, dans le climat cette fois sec de nos bibliothèques françaises, eut raison de lui : les feuilles, déshydratées, ne pouvaient plus être manipulées sans s’effriter.

La bibliothèque de l’Institut d’études indiennes, avec le soutien de la Direction des réseaux et des partenariats documentaires du Collège de France, a fait réaliser une expertise sur les altérations, puis contacté plusieurs ateliers de restauration. Après une étude des différents protocoles proposés, le manuscrit a été confié à l’atelier de Marie Messager, restauratrice en art graphique, en partenariat avec Émilie Masse, spécialiste de la peinture sur bois.

Une à une, chacune des 203 ôles, assouplie et mise à plat par humidification, a été nettoyée et consolidée à l’aide de papier japonais imprégné d’éther de cellulose, fixé à la colle d’amidon de blé. Les feuilles agglomérées ont été décollées, les fragments arrachés et collés sur l’ôle voisine ôtés et refixés à leur emplacement d’origine, permettant de retrouver le texte perdu.

Pour le nettoyage des ais, après plusieurs tests préliminaires avec différents solvants (gomme, white spirit, acétone, éthanol, eau, salive), c’est la salive humaine, ensuite rincée à l’eau distillée, qui a été retenue, car elle combine une action efficace par les enzymes avec un pH quasiment neutre. Les soulèvements de la couche picturale ont été fixés à la colle d’esturgeon.

Cette restauration délicate, longue et coûteuse a permis de redonner leur éclat aux peintures, laissant apparaître de nombreux détails jusqu’alors invisibles (éléments paysagers, personnages, motifs des textiles, de l’architecture), ainsi que différentes strates de la couche picturale.

Un conditionnement sur mesure, chimiquement neutre, a été conçu, permettant de manipuler le manuscrit en toute sécurité par un dispositif dissociant les ais des ôles.

A l’issue des travaux de l’ Institut des civilisations, ce manuscrit bénéficiera d’une conservation dans des conditions climatiques rigoureusement contrôlées dans la réserve dédiée aux fonds précieux.

La valorisation des collections patrimoniales

Cette restauration, pionnière au sein du chantier de valorisation de collections patrimoniales des bibliothèques du Collège de France, a permis  d’instaurer une méthodologie dans le traitement du support si particulier des manuscrits d’Asie du Sud et du Sud-Est. Les restaurations qui suivirent et celles qui sont programmées sont à l’image de la diversité des collections du Collège de France :

  • d’autres manuscrits sur feuilles de palme, traitant de philosophie bouddhique, mais aussi des textes hindous ou des recueils de contes (Institut d’études indiennes) ;
  • des textes plus récents sur papier népalais dont les pigments sont en cours d’analyse (Institut d’études indiennes) ;
  • grâce au mécénat de la Fondation Wisdom for the East l’Institut des Hautes études chinoises va faire restaurer un important manuscrit du XVIIe siècle portant la première traduction d’un Sūtra bouddhique en langue mongole ;
  • sur un support plus inhabituel, les inscriptions sur os oraculaires (IIe millénaire avant notre ère) de l’Institut des hautes études chinoises ont été restaurées en 2016 grâce à l’aide du Muséum national d’Histoire Naturelle ;
  • des œuvres d’art ont également fait l’objet de restauration tel que le buste d’Ernest Renan (Bibliothèque d’assyriologie), une pièce architecturale de bois provenant du Népal (Institut d’études indiennes), ou seront restaurées à l’avenir, telles que le globe terrestre d’Elie de Baumont (service des archives) ou les icônes conservées par la bibliothèque byzantine.

Grâce au mécénat de la Fondation de l’Orangerie, le manuscrit de la perfection de sagesse a pu être numérisé par une société spécialisée et sera prochainement mis en ligne sur Salamandre, rejoignant le corpus des manuscrits de la Collection Sylvain Lévi (à découvrir ici), ainsi que d’autres documents sur différents supports, relevant des fonds des archives et des différentes bibliothèques du Collège de France.

La rédaction de la notice scientifique qui accompagnera la reproduction du manuscrit de la Perfection de sagesse a été confiée à Camillo Formigatti, spécialiste des manuscrits bouddhiques, et par ailleurs chargé de l’étude et de la numérisation du catalogue de la collection de Chandra Shum Sher à la Bodleian Library d’Oxford. En effet,  le Mahârâja ami de Sylvain Lévi a été, semble-t-il, un mécène de plusieurs centres de recherches orientalistes en Europe. Le Dr Formigatti procède actuellement au réordonnancement des ôles, qui au fil du temps ont été malencontreusement mélangées, un travail très minutieux qui exige une connaissance parfaite du texte. Nous lui en sommes extrêmement reconnaissants.

Outre ce manuscrit de la Perfection de sagesse, plusieurs autres manuscrits de la collection Sylvain Lévi seront mis en ligne au cours de l’année 2017.

Caroline Riberaigua, ingénieure de recherche, CNRS UMS 2409 Centre de documentation de l’Institut des civilisations du Collège de France


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *