Archives scientifiques des Professeurs XIXe-XXe – fonds revenus de l’IMEC en 2013 : troisième partie

Chaires en généalogies et archives « gigognes »

Restons avec Jean Pommier. Son entreprise autobiographique fait clairement suite à son propre travail de biographe d’Ernest Renan, une figure tutélaire, sujet de sa thèse et de son admiration, qui l’accompagne en quelque sorte toute sa vie et dont la présence, d’ordre spirituel, dépasse donc largement le cadre d’un sujet d’étude, même approfondi. C’est elle qui fait écrire à Pommier dans ses carnets : « Ce ne sont pas les petites filles de Renan qui forment les lettres comme lui, c’est moi. » ou bien encore : « J’ai peut-être été conçu la dernière nuit de Renan » 1. Jean Pommier est né en 1893, l’année suivant celle du décès de Renan.

Sans aller jusqu’à ce degré de filiation assumé, la généalogie des chaires et l’exercice de la leçon d’ouverture cultivent, chez l’impétrant, la conscience aiguë de la succession et le poussent à se plonger lui-même aux sources, c’est-à-dire dans les archives de ses prédécesseurs, pour autant qu’il puisse en disposer. Le fonds Roger Dion conserve les traces du travail de ce dernier dans les archives de Michelet, lointain prédécesseur sur la chaire d’Histoire morale depuis transformée. Le même Michelet est présent dans les archives de Renan elles-mêmes incluses dans les archives de Pommier. Ainsi se pose la question, pour la mise en valeur comme pour l’interprétation, de ces archives personnelles nichées dans d’autres archives individuelles, et qui ne doivent surtout pas être omises lors des recherches. Aussi a-t-il paru opportun de produire, en lien avec la présentation sommaire du fonds Jean Pommier, un premier recensement des sources repérées qui concernent plus directement Ernest Renan.

Les fonds scientifiques révèlent ainsi, à des degrés divers selon les Professeurs, la conscience de constituer ses propres archives, voire d’exploiter ses propres archives, jusqu’à bâtir parfois son propre monument. Celle-ci fait clairement écho à la conscience aiguë et partagée d’appartenir à une lignée de Professeurs et à l’histoire d’une chaire, laquelle conscience tout à la fois s’exprime dans les archives et se nourrit des archives. On percevra dès lors combien la proximité institutionnelle des fonds scientifiques pluriels apporte potentiellement à toute recherche orientée d’abord vers un fonds particulier. Cette dialectique de l’individuel et du collégial, propre au Collège ou spécifiquement forte en son sein, se retrouve donc au cœur des archives et s’impose à tout chercheur qui s’y plonge au travers d’un fonds de chaire ou de Professeur.

Pour citer cet article : Laure Léveillé, "Archives scientifiques des Professeurs XIXe-XXe – fonds revenus de l’IMEC en 2013 : troisième partie," in Colligere, 30/06/2017, http://archibibscdf.hypotheses.org/545. Consulté le 16/12/2017.

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

  1. Page du 26 janvier 1940 dans le Carnet coté IMEC PMM 9. 3. 4. Mention écrite au crayon []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *